Hôpitaux suisses : Agressions en hausse, sécurité augmentée

Les hôpitaux ont renforcé leurs mesures de sécurité car les agressions contre le personnel, en particulier dans les services d'urgence, sont en augmentation. C'est ce qui ressort d'une enquête menée par la «NZZ am Sonntag» auprès des cinq hôpitaux universitaires suisses.

[...]

Plusieurs facteurs sont évoqués par les experts. Premièrement, le seuil d'inhibition de la violence verbale et physique a diminué et la plupart des patients agressifs savent qu'ils s'en sortiront indemnes.

20Min.ch

Rappel :

Berlin : un affrontement dégénère entre 30 hommes d’origine arabe dans un hôpital

Berne: Une fillette de 8 ans d’Érythrée a été maltraitée. Elle décède à l’hôpital. Deux personnes de son entourage arrêtées

Augsbourg (All.) : un Syrien jugé pour avoir agressé une infirmière et menacé de faire exploser un hôpital « au nom d’Allah »

 

Un collectif de féministes qui dénonce les agressions commises par les étrangers violemment expulsé de la manif «Nous toutes»

C’est assez troublant. Le nouveau collectif féministe Némésis a été expulsé par d’autres manifestants présents visiblement mécontents du message que ces dernières voulaient faire passer. Les vrais problèmes n’ont pas encore le droit d'être cités dans le combat féministe, mais gageons que ce collectif fera enfin et vraiment bouger les choses pour garantir le respect et le droit des femmes.

 

 

 

Adoxa.info

Nos remerciements à Victoria Valentini

Suède. Viols, agressions : les ventes de bombes lacrymogènes ont augmenté de 500%

Certaines marques de vaporisateurs d’autodéfense ont vu leurs ventes augmenter de 500% durant l’été. Des hommes en achètent même à leur petite amie ou à leur fille.

Acheter des bombes lacrymogènes pour se défendre. Tel est le phénomène actuellement en plein essor en Suède, comme le rapporte le média suédois Expressen. À l’origine de cette tendance, une récente série de viols ayant secoué l’été suédois, rappellent nos confrères. En conséquence, de plus en plus de Suédois - majoritairement des femmes -, s’équipent de bombes lacrymogènes. Au cas où. Plusieurs fabricants de vaporisateurs d’autodéfense expliquent qu’ils constatent une très forte hausse de leurs ventes. C’est notamment le cas de l’entreprise Plegium, qui vend ses produits dans environ 150 magasins physiques en Suède et sur internet.

«Cet été, nos ventes en Suède ont augmenté d’environ 500% par rapport à avant l’été», explique au Figaro Henrik Frisk, cofondateur et PDG de Plegium. Il poursuit: «Environ 80% de nos utilisateurs sont des femmes. Environ 50% de nos acheteurs sont des hommes mais beaucoup d’entre eux achètent nos sprays au poivre pour leur petite amie ou leur fille».

[...]

Lefigaro.fr

 

Rappels :

Suède : un migrant reconnait avoir violé une enfant mais nie sa responsabilité, « personne ne m’a dit que c’était illégal »

Suède. Viols collectifs: Une écrasante majorité des violeurs sont nés à l’étranger ou de parents étrangers (Enquête exclusive du quotidien suédois Expressen)

Malmô (Suède) : un migrant libyen condamné pour le viol brutal d’un fillette de 9 ans

Suède : peine clémente et pas d’expulsion pour le migrant qui avait commis un viol dans un bateau de croisière

Stockholm (Suède) : une Suédoise de 20 ans violée par 3 migrants Africains « nouvellement arrivés »

Småland (Suède) : un étudiant d’origine syrienne a violé sa prof dans une salle de classe et a menacé de la kidnapper

Suède : un migrant célèbre sa naturalisation en violant une femme et lui dit : « Maintenant je peux faire ce que je veux »

Suède : une écolière agressée et menacée de viol car « pas assez musulmane »

Suède: après le viol d’une femme de 92 ans le soir de Noël, un migrant ne sera pas expulsé car il a été naturalisé

 

France : Des affrontements entre bandes et des attaques contre les policiers sont annoncés sur Internet.

Un texte qui circule sur les réseaux sociaux appelle à attaquer les forces de l’ordre « au mortier, feux d’artifice, pétards, pierres » à Corbeil-Essonnes.

Depuis plusieurs jours, des appels aux affrontements entre bandes et aux attaques contre les policiers fleurissent sur les réseaux sociaux.

Ces appels à « la purge », qui visent un jeune public, sont pris au sérieux par les autorités. Les messages lancés initialement sur le réseau social Snapchat sont désormais partagés sur Facebook et Twitter.

Un rendez-vous le 31 octobre

Les auteurs de ces messages donnent rendez-vous aux bandes délinquantes le 31 octobre prochain, le soir d’Halloween. Ils les enjoignent de s’affronter la nuit tombée, et d’attaquer les policiers et personnes esseulées.

 

Autre appel à « la purge » dans l’Oise.

 

Appel à « la purge » sur Grenoble.

 

Appel à « la purge » sur Corbeil-Essonnes.

 

Ce terme de « purge » renvoie au film « American Nightmare » sorti en 2013 et dont l’opus 4 est sorti en 2018. La fiction se déroule dans un futur proche. Durant une nuit, les citoyens américains peuvent laisser libre cours à leur violence, sans risquer de poursuites pénales, peu importe les conséquences de leurs actes.

Les forces de l’ordre vigilantes

Les autorités prennent ces appels au sérieux : « Nous recevons une grande vigilance sur l’ensemble du territoire relevant de la compétence de la Police nationale », a déclaré au journal Le Parisien, Jean-François Papineau, le Directeur Départemental de la Sécurité Publique de l’Essonne.

Le syndicat de policiers Unité-SGP a annoncé avoir saisi le ministre de l’Intérieur pour qu’une plainte soit déposée à l’encontre des auteurs de ces messages.

Actu17.fr

Leparisien.fr

 

Nos remerciements à Victoria Valentini

Attaque à la hache et agressions sexuelles : les migrants terrorisent les piscines allemandes

Pendant plusieurs semaines, l’Europe de l’Ouest a souffert d’une vague de chaleur record. Normalement, cela signifierait plus de personnes visitant les piscines extérieures. Cependant, en Allemagne, après de nombreux incidents avec des migrants, beaucoup d’Allemands ne vont tout simplement pas risquer d’aller à la piscine, rapporte le tabloïd BILD.

Mercredi dernier, un violent combat a commencé dans une piscine de Magdebourg entre des groupes de Croates et d’Afghans.

Une adolescente croate de 17 ans aurait été éclaboussée plusieurs fois avec de l’eau par les Afghans. En conséquence, elle a poussé le garçon afghan à terre, après quoi une bataille verbale s’est ensuivie dans laquelle ses frères sont intervenus. Il en est résulté une bagarre entre les deux groupes, au cours de laquelle l’un des attaquants a même perdu une hache en l’utilisant. La police a ouvert une enquête préliminaire sur les lésions corporelles graves.

Tard mercredi vers 17h, un conflit dans le Nordpark d’Erfurt s’est intensifié et un Allemand de 23 ans a été attaqué avec une arme inconnue par un jeune de 20 ans de nationalité turque (Nd Christian Hofer : cette précision semble avoir disparu de l'article d'origine). L’homme a été arrêté par un agent de sécurité qui est intervenu.

La police signale qu’une arme a été utilisée pendant la dispute, entraînant des blessures mineures des deux hommes. Le jeune homme de 20 ans aurait vaporisé du gaz poivré.

A Chemnitz, plusieurs garçons syriens ont agressé sexuellement deux jeunes adolescentes allemandes de 12 ans dans la piscine locale jeudi. Les filles ont couru voir le sauveteur, qui a appelé la police. Deux adolescents (12 et 14 ans) ont été attrapés par les policiers et remis à leurs parents.

Le même jour, dans une piscine de Melle, une quarantaine de personnes issues de l’immigration se sont affrontées, selon le porte-parole de la police, Peter Kleinfeld. Les visiteurs de la piscine craignaient que la situation ne dégénère et qu’un membre du personnel appelle la police.

En conséquence, la présence policière sera renforcée à la piscine, a annoncé Peter Kleinfeld. D’autres pools ont annoncé qu’ils augmenteraient également leur sécurité.

À la piscine de Chemnitz, où les deux filles allemandes ont été agressées sexuellement, le personnel de sécurité commencera à patrouiller dans la région, surtout les jours de grande affluence. Il y a quelques semaines, il y a eu un autre incident avec des « étrangers qui pelotaient des filles et attaquaient des gens ».

Voice of Europe  / Bild / Volksstimme / Thueringen24 / Bild (2) / Noz / Freiepresse

Via Suavelos.eu

Nouvel An en Allemagne : des agressions sexuelles à Berlin et à Cologne, les suspects interpellés sont « des Syriens et des Afghans »

Malgré l'installation de «safe zones», plusieurs femmes se sont dites victimes d'agressions sexuelles en Allemagne pendant la nuit du Nouvel An. Les agresseurs seraient majoritairement originaires d'Afghanistan et de Syrie selon la police.

Selon un article publié dans le quotidien allemand Die Welt, au moins sept personnes ont été interpellées à Berlin au cours du réveillon du Nouvel An dans le quartier de la porte de Brandebourg, où se concentraient les festivités.

Dans un tweet, la police berlinoise a déploré ces agissements au matin du 1er janvier : «Malheureusement, au cours des festivités de la nouvelle année à Berlin, des cas d'agressions sexuelles ont été signalés. Nous ne tolérons aucunement ces agissements. Les suspects ont été interpellés.»

Thomas Neuendorf, porte-parole de la police de Berlin a confié à l'agence vidéo Ruptly que dans la plupart des cas, les femmes agressées avaient «senti des mains leur presser l'entrejambe ou les fesses».

Le représentant des forces de l'ordre a précisé : «Les suspects étaient principalement de jeunes hommes hommes originaires de Syrie ou d'Afghanistan.»

C'est justement dans ce secteur de la porte de Brandebourg que la «safe zone» réservées aux femmes avait été installée afin de leur garantir une soirée sereine. Des voix dissonantes s'étaient d'ailleurs fait entendre après cette décision, qui dénonçaient «un message dévastateur» et qui s'inquiétaient de savoir si la fin de l'égalité entre les hommes et les femmes avait sonné en Allemagne.

Son de cloche similaire dans la ville de Cologne, où neuf femmes se sont plaintes d'avoir subi des attouchements inappropriés pendant les festivités de la Saint-Sylvestre, d'après le journal local Rheinische Post. Selon un porte-parole de la police, ces incidents sont toutefois sans commune mesure avec la vague d'agressions sexuelles qui avait défrayé la chronique deux ans auparavant. Trois interpellations ont eu lieu.

Source

La nuit de la honte qui a changé l’Allemagne (Vidéo). Rappel avant les élections.

A noter que pour la RTS, il n'y a eu des problèmes qu'à Cologne ce qui est tout simplement de la désinformation car 12 Länder sur 16 ont été touchés en réalité! A cela s'ajoutent des pays comme la Suède, l'Autriche, la Finlande et... la Suisse.

De même, la culpabilité des médias allemands n'est même pas relevée dans ce reportage.

On rappelle que divers articles sur LesObservateurs.ch avaient mis en garde contre l'agressivité de ces migrants bien avant ce réveillon comme ici, ici ou encore ici.

Or après le scandale de ces agressions sexuelles, un journaliste de la RTS avait eu l'arrogance de nous donner des leçons alors que ses confrères ont tout fait pour cacher la situation!

**********

Un reportage de Markus BRAUCKMANN, Simone SCHILLINGER et Christian WIERMER Une meute de centaines d’hommes en furie, des réfugiés et délinquants maghrébins qui arrachent les jeunes femmes à leurs compagnons et les agressent sexuellement en pleine foule. Un chaos intégral, une violence déchaînée qui débordent les forces de police.

La nuit de la Saint-Sylvestre 2015 à Cologne a changé le regard des Allemands sur les migrants et fragilisé la chancelière Angela Merkel, contre l’extrême-droite. Une nuit de honte qui plane sur les élections allemandes du 24 septembre.

 

 

Source

Nos remerciements à G. Vuilliomenet et à Association Suisse Vigilance Islam

Italie: Des filles harcelées par des migrants

Un groupe de migrants, hôte du centre d'accueil de Fuorni à Salerno, aurait harcelé trois filles. Elles auraient été d'abord suivies, puis l'objet d'avances et de bousculades

L'affaire a été signalée par le gouverneur Vincenzo De Luca lors de son rendez-vous habituel à Lira TV. Le président de la région de Campanie a ensuite fait appel à la Préfecture de Salerne afin de rester vigilent.

"Ces épisodes sont inadmissibles. Grâce à Dieu, cela n'a pas été au-delà du harcèlement, mais personne ne devrait permettre de telles actions,"a averti De Luca.

Source Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Argovie: Deux agressions en peu de temps par des réfugiés érythréens

Christian Hofer: Outre ces agressions immondes, n'oubliez pas que la Confédération leur paye les billets de train avec nos impôts: voilà à quoi ressemblent les pauvres réfugiés de Simonetta Sommaruga, aucune reconnaissance, aucun respect pour ceux qui travaillent et qui les nourrissent.

Bien entendu les socialistes se fichent éperdument des victimes autochtones...

**********

Un homme a mordu un père de famille, samedi dans un convoi à Brugg (AG). La victime a dû être hospitalisée. Dimanche, une femme a échappé à une agression sexuelle à Anglikon (AG).

Deux agressions ont été commises en peu de temps, le week-end dernier, dans le canton d'Argovie. Dans les deux cas, les attaques ont été commises par des ressortissants érythréens.

Samedi, quatre hommes sont entrés à bord d'un train à Brugg et ont importuné les passagers, renversé de la bière par terre et lancé des déchets tout autour d'eux.

La situation a tourné au vinaigre lorsqu'un père de trois enfants s'est approché du groupe pour lui demander d'arrêter. L'un des hommes l'a alors menacé avec une bouteille de bière, pendant qu'un deuxième l'a violemment mordu au bras, rapporte «Tele M1».

Le deuxième cas s'est produit dimanche soir au bord de la Bünz, à Anglikon. Une jeune femme de 19 ans était assise sur un banc aux alentours de 21h lorsqu'un inconnu s'est assis à côté d'elle, informe mardi la police cantonale argovienne.

L'homme a engagé la conversation avant de la prendre subitement dans les bras. Quand la jeune femme a voulu se défendre, il l'a retenue et l'a plaquée contre le banc. Ensuite, il a essayé de l'agresser sexuellement.

Source et article complet

Rappels:

Près de 90% des Erythréens ayant obtenu l’asile en Suisse touchent l’aide sociale

Aarburg : Une famille érythréenne coûte 25’000 Frs par mois à la commune

ZH : une famille de réfugiés eryhtréens coûte 60’000 frs par mois

 

 

Les nationalités des agresseurs du Nouvel An à Cologne établies

Sur les 153 personnes suspectées d'avoir commis des agressions notamment à caractère sexuel lors du Nouvel An à Cologne, 103 sont de nationalité algérienne ou marocaine, ont indiqué mardi les autorités.

Selon les autorités allemandes, seuls quatre Allemands figurent parmi eux. Au total, 68 suspects disposent du statut de demandeur d'asile et 18 se trouvaient au moment des faits en situation illégale en Allemagne.

Pour 47 d'entre eux, leur nationalité ou leur statut n'a pas pu être établi avec certitude, selon la même source.

Nouvel An cauchemardesque

La Saint-Sylvestre s'était transformée en nuit de cauchemar pour des centaines de femmes à Cologne. Ce soir-là, sur le parvis de la gare, des femmes étaient devenues des proies sexuelles pour des jeunes migrants, éméchés et présentés rapidement par la police et les responsables politiques comme principalement d'origine nord-africaine.

Ces viols, attouchements sexuels et vols de téléphones portables ont provoqué un immense choc en Allemagne, qui avait jusqu'ici accueilli plutôt favorablement les quelque 1,1 million de migrants arrivés en 2015.

Actuellement, 24 des personnes interpellées se trouvent toujours en détention préventive.

Source

Yverdon : Des fillettes de 6 ans sont régulièrement castagnées par les grands de leur école

«Les petites doivent être protégées»

Des filles de 6 ans sont régulièrement castagnées par les grands de leur école. La faute au mélange de différents groupes d’âge dans la cour de récré.

«Toutes les filles de la classe sont persécutées, mais la direction ne fait rien.» Paul Baboujian est remonté contre l’administration du Collège Pestalozzi, à Yverdon. Il vient de porter plainte. La raison? Son enfant de 6 ans, scolarisée dans l’établissement, est régulièrement «agressée verbalement et physiquement par les grands de 12 ans».

Suite

La gare de Linz est devenue la gare de la peur

Photo : La population autrichienne se plaint de déjections et d'ivresse généralisée. Les femmes de la région ne veulent plus entrer dans la gare 

.

Cette gare est devenue le point de rencontre des "réfugiés". Pendant la journée, ils se saoulent et le soir, ils agressent sexuellement les femmes qui passe dans la gare de Linz.

"Ce sont des prédateurs, cette gare est devenue le terminus de la peur", a déclaré une femme autrichienne épouvantée par les hordes de migrants qui ont transformé en "terre franche" ce qui est en réalité la gare de Linz en Autriche. Un endroit devenu le terrain des réfugiés. Cette femme, interviewée par le Daily Mail, en explique les raisons : "Wifi gratuit, fast food, boissons bon marché et salles d'attente chauffées".

Le "terminus de la peur" est devenu le point de rencontre des migrants refoulés d'Allemagne, qui se trouve à quelques kilomètres de Linz. Comme l'explique le quotidien britannique, cet endroit est devenu pour les femmes une "no-go zone", un lieu à éviter.

En fait, leur mentalité est comparable à celle observée à Cologne : les réfugiés sont saoûls et ils molestent les femmes. Ce sont des prédateurs sexuels, bourrés d'alcool qui cherchent à voler des baisers, qui insultent, qui lancent des commentaires obscènes et molestent chaque passante. La femme interviewée par le Daily Mail est tellement terrifiée qu'elle n'a pas voulu que son nom soit cité.

"Comment je me sens ? C'est terrible. Ce sont des prédateurs, ils sont saoûls et sont partout. Venir ici la nuit ? Je préférerais plutôt prendre un billet pour l'enfer".  En plus, cette femme doit, jours après jour, justifier ses propos : "Je suis une bonne personne, je ne suis pas une nazie. Mais ils n'ont pas le droit de se comporter ainsi dans ma ville. Ou n'importe où. Comment osent-ils transformer ma gare en terre de peur".

Une situation honteuse qui reste en l'état car la police et presque toutes les autorités se sont refusé à identifier les migrants qui posent problèmes. Que ce soit en Allemagne ou en Autriche,  ces migrant sont considérés comme venant de pays non dangereux. Et effectivement, la plupart viennent d'Algérie, de Tunisie et du Maroc...

Un père, fatigué de voir sa fille terrorisée, a adressé une lettre au gouverneur local, Josef Puehringer : "Ma fille qui a 16 ans est terrorisée quand elle doit traverser la gare de Linz, surtout le soir".

 

Source en italien (trad. D. Borer)

 

Allemagne : La police met en garde contre les raids de gangs d’Afrique du Nord dans les trains

Les arrestations ne les dissuadent pas. Dans la région de Nordrhein-Westfalen, la police met en garde contre des incursions de bandes nord-africaines dans les trains.

Depuis déjà longtemps, la police fédérale met en garde contre des bandes de Nord-Africains qui volent les passagers à bord des trains durant leurs voyages. Mais ce n’est que depuis les événements du Nouvel An à Cologne que le problème est admis. Il était grand temps. Depuis des semaines, le même schéma se reproduit pour les policiers fédéraux de Nordrhein-Westfalen : ils arrêtent des délinquants d’origine nord-africaine qui commettent des vols dans des trains. Le problème : après l’enregistrement de leurs dépositions, ils ressortent libres. « C’est frustrant, mais nous ne pouvons pas les envoyer en prison“, selon Jürgen Karlisch, de la police fédérale de Dortmund, dans un entretien à rp-online.de. « Selon nous, ils vont rapidement retourner se constituer un butin dans les trains“. Le problème est connu depuis longtemps Souvent même immédiatement après qu’ils ont été arrêtés par la police. « Souvent nous sommes encore en train de saisir la déposition dans l’ordinateur et la personne est déjà libre, en train de commettre son prochain délit“, selon Karlisch. La police fédérale aurait signalé ce problème depuis longtemps, « mais ce n’est que depuis les événement du Nouvel An à Cologne que nos avertissements sont peu à peu pris au sérieux », selon le fonctionnaire. Mais comment le problème peut-il être réglé ? « La seule chose que nous puissions faire dans le cadre de nos fonctions est de compliquer la tâche des voleurs en les contrôlant », selon Karlisch. La plupart du temps, les délinquants agissent par groupe de trois, chacun ayant une mission bien définie. L’un des hommes s’assoit à côté de la victime. Un autre guette les policiers et un troisième embrouille la victime en discutant avec elle, pour que le premier puisse dérober les objets de valeurs dans les poches de la victime. Mais il y a pire : après les graves incidents du Nouvel An à Cologne, la police met en garde plus que jamais contre ceux que nous appelons les « Antänzern ». Dans ce type d’escroquerie, les délinquants foncent sur leurs victimes en recherchant le contact physique. Ils agissent souvent de façon très agressive. Quand la victime est distraite pour quelques instants, les voleurs agissent.

Focus.de Traduction Aurélien sur Fdesouche.com

Allemagne. Observatoire des faits

Gelsenkirchen. Un homme de 45 ans est tabassé pour avoir pris la défense d’une fille de 13 ans harcelée par 4 hommes de 20 à 25 ans d’apparence étrangère. Les agresseurs sont en fuite.

Source

23.01 Stuttgart-Feuerbach. Une jeune femme de 16 ans est suivie et harcelée à 18.30 heures. L’homme d’apparence étrangère se masturbe devant elle. Elle parvient à s’enfuir. L’homme est recherché.

Source

23.01 Stuttgart-Mitte. A 22.30 heures, une femme de 23 ans est agressée sexuellement par 4 hommes de 18 à 27 ans d’apparence arabe.  Ils lui volent argent et cigarettes. Les agresseurs sont en fuite.

Source

Wilhelmsburg. Plusieurs étudiantes d’un collège professionnel ont porté plainte pour harcèlement et agressions sexuelles commis par des individus en groupes ou agissant seul. Selon la police, les 8 cas ne représenteraient que la pointe de l’iceberg. Les agresseurs sont d’origine étrangère.

Source

19.01, Munich. A 17 heures, une jeune femme est frappée à l’arrière de la tête en ouvrant la portière de sa voiture. Elle perd connaissance un instant. Elle revient à elle et réalise que deux hommes déchirent son pantalon. La victime parvient à utiliser le spray au poivre qu'elle réussit à extraire de la poche de sa veste. Les agresseurs d’origine étrangère sont recherchés. La victime traumatisée n'a plus quitté son domicile depuis ces faits et conseille aux femmes de porter le spray au poivre dans la veste et non dans le sac.

Source

16.01, Mannheim. Une femme de 55 ans est agressée sexuellement à 19.40 heures. Elle subit des attouchements puis est frappée au ventre. Un groupe d’une dizaine de personnes accompagnent l’agresseur et sont témoins des violences. La femme parvient à s’enfuir. L’homme âgé de 25 à 30 ans est d’origine étrangère. L'agresseur et son groupe sont recherchés.

Source

19.01, Bad Oldesloe. Grâce à une patrouille de police, une jeune femme de 18 ans a été sauvée in extremis d’un viol. Les deux agents ont littéralement « arraché l’agresseur de la femme ». La jeune victime souffre de morsures au visage et au cou. L’agresseur a également blessé un policier lors de l'arrestation.

Source

17.01, Mannheim. Une femme de 41 ans a été victime d’un viol après avoir été menacée au couteau entre 20.00 et 20.30 heures. Selon la police, le violeur serait d’origine étrangère.

Source

 

Allemagne : 12 régions sur 16 ont été victimes d’agressions sexuelles par des étrangers le Jour de l’An

La police allemande a revu à la hausse l’étendue des agressions similaires à celles commises la nuit du Nouvel An à Cologne. Au total, 12 des 16 Länder (les États régionaux allemands) sont concernés par ces violences sexuelles combinées à des vols survenues la nuit du 31 décembre, notent le quotidien Süddeutsche Zeitung et les chaînes de télévision locales NDR et WDR, citant un rapport de la police judiciaire allemande (BKA).

Le land le plus touché a été celui de Rhénanie du Nord-Westphalie (Cologne, Düsseldorf et Bielefeld), où un millier de plaintes ont été déposées.  [...]

Samedi, Aydan Özoguz, qui est chargée des questions d’intégration, a estimé dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung que l’affaire avait «  empoisonné  » l’atmosphère en Allemagne. « Quelques centaines de criminels ne représentent pas un million de réfugiés  », a-t-elle dit.

A l'image de Cologne, ces agressions ont visé quasiment exclusivement des femmes. Les témoins ont assuré que les agresseurs étaient pour la plupart des adolescents ou des hommes d'origine étrangère âgés de 17 à 30 ans.

Le Soir et 20Minutes.ch

Allemagne: Les récit terrifiants des victimes des migrants

Dans Der Spiegel, Anne, qui a débarqué à Cologne à 22h en provenance de sa ville d’Erftstadt, explique que, dès son arrivée à la gare, elle s’est sentie « mal à l’aise » face aux nombreux hommes qui la regardaient comme dans une foire aux bestiaux.

Egalement dans l’enceinte de la gare, Eveline, 24 ans, a elle été victime d’attouchements. « Je portais une jupe jusqu’au genou. Tout à coup, j’ai senti une main sur mes fesses, sous la jupe », décrit-elle dans Bild.

Linda, toujours dans Der Spiegel, assure qu’elle a vu des femmes tomber au sol et être tirées par les jambes. « J’ai même vu qu’une femme se faisait retirer la culotte. »

Dans le métro également, les choses ont mal tourné. Une victime raconte avoir senti des doigts se poser sur tout son corps, s’arrêtant particulièrement sur certains orifices. Elle dit avoir crié au secours mais n’avoir rencontré que les sarcasmes de ses agresseurs qui ont tenté de lui retirer sa veste et de lui voler son téléphone.

Johanna, 17 ans, et Isabel, 16 ans, ont été harcelées de façon similaire à Hambourg, au marché de Noël. Les lycéennes expliquent : « Ils sont arrivés par derrière, nous ont poussées. Nous étions en panique. Ils nous ont touchées partout. Dès que nous repoussions une main, une autre se posait sur nous, sur les seins, les fesses. » [...]

Source


Fabienne*, domiciliée dans le canton de Saint-Gall, n’est pas près d’oublier le Nouvel An de cette année. La Suissesse de 31 ans s’est rendue à Hambourg, au nord de l’Allemagne, pour passer les Fêtes de fin d’année avec une amie, âgée de 28 ans.

[...] «Plein d’hommes ont soudainement commencé à nous encercler. Ils se rapprochaient de plus en plus. Quand ils étaient près de nous, ils nous ont touchées. J’ai senti des mains un peu partout: aux seins, aux fesses et entre les jambes. Ils étaient très violents. Nous avions mal», se souvient la Saint-Galloise. Selon elle, les agresseurs avaient entre 25 et 40 ans: «Ils avaient tous le teint un peu foncé. Ils ne parlaient pas bien l’allemand.»  [...]

Actuellement, pas moins de 53 femmes ont porté plainte à Hambourg, rapporte mercredi le quotidien «Hamburger Abendblatt». Dans 17 cas, les victimes n’ont pas été agressées sexuellement, mais «uniquement» volées. [...]

Source

« J’en ai pleuré toute la nuit ». Maria, victime d’une agression sexuelle lors du Réveillon à Cologne, est toujours sous le choc. Son récit est terrifiant. « J’ai crié au secours et ils se moquaient de moi », a-t-elle raconté dans Bild.

Pour le magazine allemand Der Spiegel, « Cologne est choquée ». Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, des agressions sexuelles en masse ont eu lieu à Cologne parmi la foule rassemblée devant la gare centrale et sur le parvis de la cathédrale pour admirer les feux d’artifices. Selon les premiers témoignages, environ un millier d’hommes, qui « d’après leur apparence physique seraient originaires des pays arabes ou d’Afrique du Nord », ont attaqué en groupe des dizaines de femmes. Ils en ont profité pour toucher leurs poitrines et leurs parties génitales ou leur voler leurs smartphones, portefeuilles et autres objets de valeur, comme le rapporte le quotidien Süddeustche Zeitung. Focus a diffusé une vidéo amateur tournée à Cologne en plein chaos .

Le journal Bild est parvenu à recueillir quelques témoignages. Pour des raisons d’ordre privé, les victimes sont restées anonymes. Avec une amie âgée de 22 ans, Maria était présente à Cologne la nuit du Réveillon.

« C’était le chaos dans le métro »

« Nous avons commencé par regarder le feu d’artifice depuis le Hohenzollernbrug. Ensuite, nous avons pris le métro pour faire la fête ailleurs. Mais c’était déjà le chaos dans le métro. Il était envahi par des étrangers. Ils ont commencé par nous peloter directement. Leurs mains allaient vraiment partout. J’ai senti un doigt dans chaque orifice de mon corps. J’ai crié au secours et ils se moquaient de moi. Soudain, ils ont enlevé ma veste et essayé de me voler mon smartphone. Mais je n’ai rien lâché. Ils ont fini par me dérober mon rouge à lèvres. »

Même son de cloche pour Linda. Son témoignage est également terrifiant.

« Ils ont retiré la culotte d’entre elles »
«

À la gare, plusieurs hommes rassemblés en groupes agressaient sexuellement des femmes. Beaucoup d’entre elles tombaient au sol et elles étaient traînées par les jambes. J’ai même vu comment ils sont parvenus à retirer la culotte de l’une d’entre elles. Je n’ai pas vite peur mais j’ai quand même quitté la gare en panique », raconte Linda.

Le ministre de la Justice allemand, Heik Maas (SPD) parle d’une « dimension totalement nouvelle de la criminalité organisée », comme le rapporte l’hebdomadaire Der Spiegel. Seules cinq personnes (entre 18 et 24 ans) ont été arrêtées sur les lieux du drame. Elles ne sont pas connues des forces de police.

7sur7.be via Fdesouche.com

Le Matin, le 24h, la Tribune de Genève: Aucune mention des agressions sexuelles par ces « réfugiés » qu’ils affectionnent tant

Tour d'horizon de nos médias qui ne ratent aucune occasion pour procéder à une propagande en faveur de ces migrants.

Pour Le Matin.ch, le silence est pour l'instant de mise. Mais nous pouvons "bénéficier" en première page d'une interview de Lolita Morena au sujet de Warluzel. Il y a des priorités vous comprenez...

matin

Il en est de même pour le 24H et la Tribune de Genève. On ne voudrait surtout pas les déranger en leur demandant de faire ce pour quoi ils sont payés...

De leur côté, Bluewin et 20Minutes.ch ont eu le courage de transmettre l'information, sans verser dans la bien-pensance, leurs informations ayant toutefois été publiées bien après l'article des Observateurs.ch :

« Nous ne pouvons accepter que des groupes d’hommes d’Afrique du Nord s’organisent pour humilier de façon éhontée des femmes sans défense.»

Le Temps a lui choisi une autre stratégie en donnant la parole à...Merkel, la responsable même de la présence de ces centaines de milliers de migrants en Allemagne et par extension de ces agressions contre son propre peuple. On n'échappera pas non plus au slogan anti-raciste qui confine à la stupidité dans une telle situation "punir sans égard pour leur apparence, leurs origines ou leur histoire personnelle". Sauf que cette situation est analysée par la police elle-même comme étant totalement inédite et qu'elle est spécifiquement liée à la culture de certains migrants :

«Nous avons affaire à une forme de criminalité organisée d’un type inédit» 

La première responsable est donc bien Merkel. Ce qui ne prive pas cette dernière d'être "outrée". Ce n'est visiblement pas la culpabilité qui l'étouffe!

On notera aussi la citation mise en exergue par ce "journal de référence" :

Le fait que des personnes d’origine étrangère soient associées à ces faits ne doit pas conduire à ce que les réfugiés soient systématiquement soupçonnés

Bien entendu, le jeu consiste à accuser tout ceux qui ont eu raison, qui ont dénoncé la dangerosité de cette immigration composée à 80% d'hommes jeunes, en pleine forme, souvent violents, bien nourris aux frais des contribuables allemands, ne possédant pas le même respect des femmes que l'Européen et dont les besoins sexuels étaient évidents. En clair, ceux qui avaient raisons sont... coupables.

Pour Le Temps, anticiper un tel drame était tout simplement impossible, malgré le contexte mentionné plus haut et malgré les nombreux articles publiés par Les Observateurs.ch (ici et ici ou encore ici). Mieux même, ceux qui se prétendent si "supérieurement intelligents" sont incapables de formuler la moindre logique de base, osant même ce titre aberrant "Stupeur en Allemagne après les agressions sexuelles de la St-Sylvestre". Comme si une telle situation découlait d'une surprise totale. De qui se moque-t-on?

On semble découvrir la réalité dans certaines rédactions alors même qu'elles bénéficient de tous les canaux d'informations possibles, des technologies de pointe, d'un budget dépassant de loin celui de notre site. Peut-être devraient-elles lire Les Observateurs.ch afin de s'informer réellement?

Pire, Le Temps continue à parler de "réfugiés" au sujet de personnes agressant sans retenue de jeunes Allemandes, le terme étant utilisé pour émouvoir encore et toujours le lecteur et culpabiliser ainsi la moindre critique : "L’affaire montre à quel point le débat politique est crispé autour de la question des réfugiés."

Par conséquent, l'aveuglement va continuer. Pensez donc, il serait inopportun de fiche en l'air la propagande établie après de nombreux mois d'efforts du "pauvre réfugié à sauver face à une Europe coupable et insensible". Quant à la remise en question, elle ne fait évidemment pas partie de leur agenda.

Pour ma part, Les Observateurs ne sont plus un site de réinformation mais bien d'informations, de celles que certains médias ne veulent plus transmettre à une population dont l'ignorance est au bénéfice de la politique de gauche.

Christian Hofer pour Les Observateurs.ch