Suisse : Les migrants vulnérables ne sont plus renvoyés vers l’Italie

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a émis des restrictions aux renvois vers l'Italie pour les familles ainsi que les personnes atteintes de graves problèmes de santé.

[...]

Les juges admettent néanmoins des restrictions pour les familles ainsi que les personnes atteintes de graves problèmes de santé. Pour ces groupes de personnes vulnérables, les transferts vers l'Italie ne peuvent dorénavant être exécutés que lorsque les autorités italiennes ont préalablement fourni des garanties individuelles portant sur une prise en charge et un hébergement adapté.

20min.ch

Via le Facebook du PNS

Vevey (VD) : Condamné pour avoir insulté l’un des 4 migrants nord-africains qui ont violé son amie

Un violeur dépose plainte auprès de la justice

Les rôles ont été inversés: l’un des quatre Nord Africains condamnés à une peine ferme pour le viol d’une transsexuelle de 27 ans a déposé plainte contre l’ami de la victime.

[...]

Reconnu coupable d’injure, de diffamation et de discrimination raciale, il a été condamné par un procureur à 20 jours-amende avec sursis et à une amende ferme de 180 francs, auxquels s’ajoutaient 200 francs de frais. […]

Mais son audition n’a pas été simple: partant dans tous les sens, évoquant la syndique de Vevey, l’EVAM (Etablissement vaudois d’accueil des migrants), les trafics de drogue et l’absence de réactions de la justice, il a pu exprimer confusément ses griefs.

[…]

20min.ch

via Fdesouche

 


Rappels :

Une bande violente met Vevey dans tous ses états : « Ce qui a changé, c’est l’arrivée de violence gratuite »

Vevey : le Conseil communal décide de féminiser les noms de rues de la ville

Vevey : Abusée, puis retrouvée morte dans le lac. Quatre requérants d’asile ont été appréhendés.

Vevey: un chauffeur de taxi agressé par un Africain armé d’un couteau

Vevey: L’élu PS a bénéficié de loyers moitié prix

Vevey: Accusés d’avoir tabassé 4 personnes, deux Kosovars refusent de se rendre au Tribunal. « C’est légal. »

Dresde (All.) : un Irakien qui venait d’avoir son permis tue une cycliste. Elle était sur le point de se marier.

L'Irakien âgé de 18 ans venait d'obtenir son permis depuis 8 semaines. Sur Internet, il a posté une vidéo d'une voiture qui traverse la ville à 120 km/h ! Sur les photos, on le voit poser fièrement avec différentes limousines.

A présent, il a foncé à travers Dresde et a tué une cycliste âgée de 55 ans. La femme rentrait auprès de son compagnon. Elle était sur le point de se marier.

[...]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Bild.de (article réservé aux abonnés)


Rappel :

Le chef de la diplomatie du Vatican : « Dans l’histoire des peuples, les migrations ont toujours été un bien pour l’humanité »

Valais : Enceinte, elle subissait les coups de son compagnon irakien

Un Irakien a écopé d'une peine avec sursis pour ses accès de brutalité répétés envers son épouse.

«Je suis son homme. J’ai mes droits sur elle. Je veux que ma famille soit bien cadrée.» Un Irakien de 33 ans, à l’aide sociale, ne conçoit pas la vie de couple sans coups de poing et de pied, même quand sa compagne est enceinte. Et ce déferlement de violence, doublé d’insultes, ne date pas d’hier: «Si je dis que je la frappais avant, cela va créer des problèmes. Et si je dis non, je mens.»

[...]

L’Irakien, sans profession, vient d’être reconnu coupable de lésions corporelles simples qualifiées. Il a été condamné à 90 jours-amende avec sursis.

20min.ch

Nos remerciements à Daniel Brand

Rostock (All.) : Cinq demandeurs d’asile érythréens terrorisent les passants

Dans la matinée, cinq migrants africains (âgés entre 19 et 22 ans) ont traversé la ville en terrorisant les passants.

Sur la place Doberan, ils ont braillé et ont harcelé les femmes. Puis ils sont montés dans un bus, ont crié à une femme d'aller leur chercher des billets au distributeur.

Les ivrognes qui viennent d'Érythrée crachaient partout, ils ont menacé le chauffeur de bus. Puis ils sont descendus à la gare centrale et se sont dirigés vers l'employé de l'entreprise de transport avec les poings levés en lui crachant dessus.

Celui-ci s'est réfugié dans le bus et a fermé les portes à clé. La police a finalement appréhendé les demandeurs d'asile. L'un d'entre eux a résisté, un autre a insulté les fonctionnaires.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Bild.de

 

Suisse : Voici ce que gagne un requérant d’asile

Cela a rapidement fait le tour de la Suisse romande : la photo explique combien gagne un demandeur d'asile au-delà de Gothard. La "fiche de paie" a été trouvée par Christopher Carruzzo. La migration et toute sa splendeur – écrit l’auteur du commentaire viral –. Le résultat d’une politique corrompue."

 

 

Les chiffres sont là. Un peu moins de 3500 francs par mois qui, après les différentes déductions, donnent 1'350 net. "Apparemment, ils touchent davantage que quelqu'un qui se trouve à l'aide sociale suisse", peut-on lire dans les commentaires. Et nous n’avons pas de mal à le croire.

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Mattinonline.ch

Nos remerciements à Panterina

 

Suisse : Une commission veut délivrer des cartes d’identités aux requérants déboutés afin qu’ils ne soient plus illégaux

Malgré une décision négative, des milliers de demandeurs d'asile vivent en Suisse, parfois depuis des années.

Un nouveau rapport de la Commission fédérale des migrations (EKM) montre que : Fin 2017, quelque 8500 demandeurs d’asile déboutés, qui devaient quitter le pays, vivaient de l’aide d’urgence.

[...]

«Cela supprime l’illégalité»

La Commission a l’intention de modifier cette situation. Elle propose de délivrer une nouvelle carte d’identité. "Ce groupe de personnes devrait recevoir une carte d’identité afin de ne pas se voir infliger des amendes répétées pour leur présence illégale lors des contrôles effectués par les forces de l'ordre", écrivent les auteurs. Un tel document "met fin à l’illégalité du séjour".

Tous les demandeurs d'asile déboutés ne bénéficient pas d'une aide d'urgence. Selon l’étude, entre 8000 et 33 000 personnes ont disparu. Les autorités ne savent pas où elles se trouvent. Pour ce groupe également, l’étude propose des améliorations : à l’avenir, elles devraient pouvoir bénéficier d’autorisations de rigueur et donc rester (en Suisse).

[...]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

20min.ch

 

 

Flöha (All.) : un jeune demandeur d’asile afghan arrêté pour avoir abusé sexuellement d’un enfant allemand de 8 ans

Un demandeur d'asile afghan mineur aurait abusé sexuellement d'un enfant allemand âgé de 8 ans.

Par considération pour les mineurs concernés, le ministère public n'a pas voulu donner plus de détails pour le moment.

Selon les informations de TAG24, le crime a eu lieu dans un appartement à Flöha, pas en public.

Le suspect, âgé d’au moins 14 ans, a été arrêté et placé en détention à la prison de Regis-Breitingen. Le bureau du procureur a expliqué que la police poursuivait son enquête.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Tag24.de

Clinique de Schwerin (All.) : des requérants d’asile agressent les agents de sécurité et entrent de force dans la salle de soin

Trois émeutiers ivres ont blessé un agent de sécurité dans la salle des urgences de la Clinique Helios. Un autre individu a dû être traité médicalement en raison de problèmes de santé causés par la nervosité. La salle d'urgence a été temporairement fermée en raison de l'incident survenu tôt mercredi matin.

Le porte-parole de l'hôpital, Christian Becker, a réagi avec stupéfaction à cet incident. "Une attaque de ce genre n'a pas jamais eu lieu à la clinique Helios Schwerin", a-t-il déclaré. "Nous sommes sans voix et horrifiés par l'agressivité et la violence dont sont victimes les personnes qui veulent aider d'autres personnes au milieu de la nuit."

Selon la police, les agresseurs - deux hommes et une femme - sont arrivés aux urgences vers 2h45 du matin et ont voulu être soignés. Le porte-parole de l'hôpital a déclaré que dès le début, ils avaient attiré l'attention des agents de sécurité, des infirmières et des médecins par leur grossièreté.

Dans la salle d'attente, les trois demandeurs d'asile se sont disputés à un tel point avec les agents de sécurité qu'une bagarre a dégénéré. Un agent de sécurité a été blessé avec un objet au visage et poussé dans un escalier. Apparemment, le temps d'attente était trop long pour les agresseurs.

Par la suite, le trio a pénétré de force dans la salle de soins des urgences, dont les portes ne peuvent s'ouvrir que par le personnel médical. Les patients et le personnel hospitalier ont été mis en sécurité. Les forces de police arrivées entre-temps ont maîtrisé les assaillants. A la suite de la dispute, un agent de sécurité a eu des problèmes de santé et un patient qui attendait à l'hôpital a dû recevoir des soins médicaux immédiats.

Selon le porte-parole de la police, le trio d’agresseurs était parti en taxi du centre d’accueil pour demandeurs d’asile du quartier Stern-Buchholz de Schwerin pour rejoindre les cliniques d’Helios à l’autre bout de la ville. L’un voulait se faire soigner pour sa dépendance à la drogue, et un autre voulait se faire examiner les parties génitales. Leur taux d’alcoolémie étaient compris entre 0,2 et plus de 1,8 pour mille. Deux d’entre eux ont été arrêtés, un a été renvoyé dans le centre d'hébergement.

La police enquête actuellement sur les trois personnes soupçonnées de blessures corporelles dangereuses, d'intrusion et de dommages matériels.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

N-tv.de

 

 

Argovie : un requérant d’asile algérien s’introduit en douce chez une femme pour la violer

Un homme est entré dans l'appartement d'une femme seule dans la nuit de dimanche à lundi. Il a essayé de l'agresser sexuellement.

[...]

Plusieurs officiers se sont rendus sur les lieux, où ils ont débusqué l'assaillant présumé, caché dans un buisson. Il s'agit d'un requérant d'asile algérien [...].

20Minutes.ch

Le gouvernement suisse veut aider davantage les réfugiés en Grèce

Le secrétaire d'Etat aux migrations Mario Gattiker a proposé lundi à la Grèce un renforcement de l'aide fournie par la Suisse face à l'afflux de réfugiés auquel doit faire face Athènes.

[...]

La Confédération appuie Athènes depuis 2015. Son aide concerne les procédures d'asile, ainsi que le retour et la prise en charge des mineurs non accompagnés.

Berne a également contribué à l'installation de deux centres d'hébergement et a fourni plusieurs centaines de lits et de tentes pour les îles grecques. [...]

[...]

20Min.ch

Suisse : des Géorgiens très malades viennent se faire soigner gratuitement à nos dépens

Pendant ce temps, nombre de Suisses ne vont plus se faire soigner car ils se trouvent dans l'incapacité de payer les factures de médecins. En clair, notre administration préfère soigner de parfaits étrangers que ses propres compatriotes.

On rappellera également que nombre d'Helvètes ont été poursuivis par les caisses maladie car ils n'arrivaient plus à payer les primes (sans utiliser une quelconque prestation médicale, c'est-à-dire simplement parce qu'ils habitaient en Suisse!). Cette discrimination systématique en faveur des autres est un véritable scandale.

La gauche cache soigneusement les coûts qu'engendre ces immigrations.

**********

Des étrangers sans statut légal et gravement malades viennent aux Urgences dans le but de se faire soigner gratuitement. La récurrence des pathologies en provenance de certains pays laisse penser à une forme d'organisation. [...] Selon nos informations, en Géorgie, des «passeurs» se chargeraient d'organiser le périple des malades.

[...]

Parfois, les maladies en question sont graves (cancer), ou transmissibles (tuberculose). Celles-ci nécessitent alors un traitement lourd.

[...]

Qui paie la facture?

La facturation de ces soins dépend du statut des patients. Si ceux-ci ont transité par un centre fédéral d'asile, ils sont assurés en vertu de la LAMal. Sinon, le CHUV se charge de faire cet enregistrement.

[...]

«L’asile ne peut pas être accordé pour des motifs médicaux, rappelle Dr Karim Boubaker. Si une personne requérante d’asile ou déboutée se trouve dans ce cas de figure, les frais de santé seraient couverts par le canton

[...]

20min.ch

Nos remerciements à Wilhou

 

Rappels:

Les requérants d'asile ont leurs soins dentaires pris en charge.

Combien d'argent par mois est dévolu en général à un requérant d'asile en Suisse ? 

Payer 475'000 fr. pour un cancer est "justifié"

 

Une pétition veut obliger la Suisse à financer la formation de requérants d’asile déboutés

Nombre de Suisses rencontrent des problèmes financiers pour accomplir leurs formations mais c'est pour des individus qui n'ont rien à faire ici que ce groupement se mobilise. Cela en dit long sur la mentalité qui fait loi dans notre pays.

Ainsi non seulement ces personnes ne partiront pas alors qu'elles sont déboutées (à quoi sert de statuer dans ce cas?) mais encore elles bénéficieront de notre argent de manière indue alors que nous en avons besoin pour les nôtres. Ce système de pompe aspirante permettra également à quiconque d'envoyer ses enfants en Suisse en sachant qu'il restera à notre charge sans risque de se faire expulser.  Et c'est cela le but de la gauche. Ainsi les faux requérants se hâteront de "commencer une formation" pour être à la pleine charge de la Suisse. Une telle magouille ne choque pas la Verte Lisa Mazzone.

La Suisse devient magiquement responsable de n'importe quel jeune qui pose les pieds dans notre pays. Les Suisses doivent payer et se taire. Imaginez le système de pompe aspirante que cela génère: n'importe qui dans le monde pourra nous envoyer ses enfants, en sachant que nous allons payer pour leur donner éducation, foyer, habits, nourriture, soins.

**********

Mardi, près de 10'500 signatures ont été remises à la Chancellerie fédérale pour soutenir la formation des jeunes requérants déboutés.

Les jeunes requérants d'asile doivent pouvoir terminer la formation qu'ils ont entamée en Suisse, même s'ils ont entre temps reçu une réponse négative à leur demande. L'association «Une formation - un avenir» leur apporte son soutien, notamment via une pétition forte de près de 10'500 signatures et transmise mardi à la Chancellerie fédérale et au Grand Conseil bernois.

[...]

20min.ch

Nos remerciements à Wilhou

Kiel (All.) Un requérant d’asile débouté poignarde à mort une mère de 2 enfants. Il est déclaré irresponsable.

C'est la scène d'un film d'horreur : un homme a attaqué une mère de deux enfants avec un couteau et l'a poignardée 37 fois. La femme est morte des suites de ses blessures. Après le meurtre de Preetz, au sud-est de Kiel, l'auteur, âgé de 25 ans, a été condamné : Il sera placé dans un établissement psychiatrique fermé.

Lundi, le tribunal régional de Kiel a estimé qu'il était prouvé que le demandeur d'asile afghan avait tué la femme par au moins 37 coups de couteau.

"Plusieurs de ces coups ont été fatals", a déclaré le président Jörg Brommann. Par exemple, un coup de couteau dans le cerveau a saigné cette femme à mort. Le tribunal a qualifié le crime de sournois car l'homme est entré dans la maison de la femme sans qu'on le remarque, par une fenêtre de la cave, et l'a poignardée par surprise.

Schizophrénie paranoïaque : l'ex-soldat est considéré comme irresponsable

Le suspect ayant eu au moment du meurtre une poussée aiguë de schizophrénie paranoïaque, il est considéré comme irresponsable et ne peut pas être sanctionné. Etant donné qu'il représente une menace pour la société, il doit être placé de manière permanente en psychiatrie, a déclaré le président.

[...]

L'accusé est un ex-soldat. Il avait demandé l'asile mais sans succès. Lui et sa victime se sont rencontrés lors d'un anniversaire. Ils ont entretenu une relation durant un certain temps. [...]

"Il savait exactement ce qu'il faisait".

Selon le président, le crime montre "une volonté absolue de détruire dans le sens d'un meurtre ciblé et intentionnel". L'accusé "savait exactement ce qu'il faisait et a vu ce qu'il avait fait", a déclaré le juge.

[...]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Amp.mopo.de

Suisse : Un terroriste de l’Etat islamique a pu séjourner dans nos centres d’asile selon les médias turcs « Il y faisait ce qu’il voulait »

Durant des mois, un combattant de l'Etat islamique aurait vécu dans des centres d'asile fédéraux. Les accusations n'ont jamais fait l'objet d'une enquête, rapportent les médias turcs.

Selon le site turc "Yeni Özgür", le combattant présumé E. D. est entré en Suisse il y a six mois en tant que réfugié. Il a été hébergé dans le centre d'asile d'Altstätten (Saint-Gall). C'est là qu'il a attiré toute l'attention "avec sa confiance en soi et son attitude détendue".

Le site rapporte qu'au fil du temps D. est devenu "pratiquement le responsable du centre". On lui a permis d'utiliser la cuisine pour préparer ses propres repas, ce qui était interdit aux autres. Il distribuait des médicaments pour les demandeurs d'asile malades et il entretenait de bons contacts avec les employés de l'entreprise chargés de la sécurité.

C'est allé si loin qu'il répartissait même les nouveaux demandeurs d'asile dans les chambres et qu'il recueillait des informations à leur sujet. Il a également photographié d'autres demandeurs d'asile avec son appareil photo. Plusieurs demandeurs d'asile se sont plaints à la direction du centre - sans succès, comme le rapporte "Yeni Özgür".

D. a prétendu qu'il s'était battu par la milice kurde YPG.

Après un certain temps, D. a été réinstallé au Centre fédéral de Kreuzlingen. On n'a pas donné suite aux indications émanant des autres demandeurs d’asile selon lesquelles D. était un membre de l’État islamique.

Arrestation samedi dernier.

Cependant, au bout d'un certain temps, un autre résident l'a reconnu comme étant un membre de l'Etat islamique - et a présenté des preuves à la direction. Sur une photo, on peut voir D. barbu et en tenue militaire en Syrie. [...]

Comme l'a confirmé le ministère public du canton de Thurgovie, D. a été arrêté samedi dernier. Une enquête pénale est en cours pour suspicion d'entrée illégale, a déclaré le procureur Marco Breu.

Le Bureau du Procureur fédéral a immédiatement été informé de la suspicion d'appartenance à une organisation terroriste. L'interrogatoire de D. par la police cantonale de Thurgovie a donc eu lieu en présence d'officiers de la police criminelle fédérale, a affirmé Marco Breu au portail d'information «Crime Schweiz».

A présent, D. se trouve en détention dans l'attente de son expulsion.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

20Minuten.ch

Ancien centre d’asile de Zurich : « Il y avait des problèmes d’alcool, de violence et de drogue et la direction détournait les yeux. »

Le nouveau centre d'asile de Zurich Ouest est critiqué pour ses contrôles stricts. Toutefois, des lacunes de sécurité considérables existaient dans le centre précédent géré par la ville.

[...]

"Crime, violence régulière et chantage."

Dans le centre d'asile de Juch, il existait des problèmes de sécurité énormes, comme le montrent les recherches de la "NZZ". D'anciens employés ont parlé de crime organisé, de violences régulières et de chantage.

Parmi eux, Markus Giger, ancien chef de la sécurité du centre d'asile de Juch. "Le centre d'asile a été utilisé par des bandes criminelles comme point de transbordement de biens volés et de drogues, tandis que la direction détournait son regard", affirme-t-il. En outre, des personnes non autorisées étaient entrées et sorties de la zone et y avaient même passé la nuit.

Vol, alcool et drogues

Selon Markus Giger, certains d’entre eux ont volé à grande échelle. Malgré cela, le règlement de l’époque prévoyait que le personnel de sécurité ne pouvait fouiller les sacs que de l’extérieur, par respect pour la vie privée. Il devait également effectuer le contrôle des chambres avec modération.

Des recherches effectuées sur la base de soupçons concrets ont permis de découvrir un large éventail d'objets d'une valeur de plusieurs milliers de francs suisses - des fausses pièces d'identité et de l'argent liquide, des vêtements de marque, en passant par les appareils électroniques, de l'alcool, des drogues, notamment la cocaïne, et des médicaments. Selon Markus Giger, un autre problème consiste dans le fait que les résidents consomment souvent des quantités excessives d'alcool. Puis il y a eu la violence.

Pendant la période probatoire, Markus Giger a dû s'en aller. Son successeur, qui veut rester anonyme, a déclaré au journal que l'alcool, la drogue et la violence avaient également été un problème après le départ de Markus Giger et que des bandes de voleurs s'étaient réfugiées dans le centre d'asile jusqu'à la fin.

[...]

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

20Minuten.chNzz.ch

 

Rappels :

Zurich: La police ne cite plus l’origine des délinquants pour des raisons de « discrimination ». Ainsi en a décidé le politicien de gauche Richard Wolff.

« Jusqu’à ce que le drapeau de l’Etat islamique flotte sur Zurich » : Des djihadistes de retour en Suisse continuaient d’opérer

Zurich : Il menace de jeter son fils dans le vide et exige de pouvoir parler à un imam

Zurich : l’écriture inclusive est devenue une obligation au parlement communal. Une élue UDC s’y oppose.

Zurich : un groupe de jeunes Suisses agressés à coups de tesson de bouteille par une quinzaine d’Afghans

Suisse : la police bâtit des ponts entre les communautés pour prévenir les conflits et la radicalisation islamique.

Ulm (All.) : 5 demandeurs d’asile accusés d’avoir violé une adolescente durant Halloween

Cinq hommes âgés de 14 à 24 ans sont soupçonnés d'avoir violé une jeune fille de 14 ans dans le district d'Alb-Danube. Le crime aurait eu lieu durant Halloween.

Trois de ces hommes se trouvent actuellement en détention. Ils ont 16, 26 et 15 ans. Deux autres, âgés de 14 et 24 ans, ont été initialement arrêtés mais sont actuellement en liberté. La police n'a pas voulu révéler le lieu exact du crime ni la nationalité.

Selon les enquêteurs, la jeune fille de 14 ans a rencontré les suspects le soir d'Halloween à Ulm. Elle connaissait l'un d'entre eux et a accepté d'accompagner les jeunes hommes. Selon la police, la jeune fille a été violée dans la maison de l'un des suspects. [...]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Welt.de

Linz (Autriche) : un demandeur d’asile afghan abusait sexuellement de jeunes femmes en exploitant leur dépendance à la drogue

A Linz, un Afghan de 34 ans aurait exploité la dépendance à la drogue de deux jeunes femmes (17 ans et 18 ans) à des fins sexuelles.

Le 21 octobre, des policiers ont arrêté le demandeur d'asile afghan dans son appartement.

L'homme de 34 ans est soupçonné d'avoir fourni de la marijuana à plusieurs sous-traitants afghans et d'avoir également donné du Crystal meth à plusieurs jeunes filles mineures.

Une adolescente de 17 ans mariée dans une mosquée

Toutefois, il est accusé de quelque chose de bien plus dégoûtant. Il aurait exploité la toxicomanie des deux jeunes femmes (17 ans et 18 ans) pour du sexe.

Il a même épousé l'adolescente de 17 ans dans une mosquée de Linz, conformément à la loi islamique, afin d'être en mesure d'accomplir des actes sexuels légitimes sur le plan religieux. Selon la police, les parents de la fille ne savaient rien du mariage.

L'accusé aurait fait circuler plusieurs kilos de marijuana et 90 grammes de Crystal meth.

L'homme de 34 ans s'est comporté de manière très peu coopérative lors des interrogatoires. Il se trouve actuellement en détention.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Heute.at

 

Berlin : L’expulsion des demandeurs d’asile rendue politiquement impossible par la gauche

En théorie, les demandeurs d'asile déboutés doivent quitter l'Allemagne. S'ils ne partent pas volontairement, l'État doit les expulser. Dans ce cadre, la police est envoyée pour faire appliquer l'expulsion. En premier lieu, elle se rend dans les foyers de ces requérants déboutés.

En mai de cette année, la sénatrice Elke Breitenbach (Die Linke - La Gauche) a mis fin à cette pratique de son propre chef. Elle a ordonné que les agents de police ne soient plus autorisés à entrer dans les locaux d'hébergement des demandeurs d'asile à moins que les résidents ne l'autorisent expressément. Et qui permettrait à un policier d'accéder à son logement s'il était expulsé ?

Mme Breitenbach a affirmé que la police n'était autorisée à entrer dans les logements qu'avec une ordonnance du tribunal.

Le 10 septembre, un jeune Guinéen a refusé d'ouvrir. La police a défoncé la porte et l'a amené à l'aéroport de Tegel. A ce moment, il a refusé de monter à bord de l'avion pour l'Italie.

L'expulsion a finalement été interrompue. Le jeune Guinéen est retourné à Köpenick (un quartier de Berlin). Les avocats lui ont conseillé d'intenter des poursuites parce que la police était entrée dans son foyer sans autorisation. L'affaire sera tranchée par le tribunal et pourra aller jusqu'à la Cour constitutionnelle.

[...]

Tout cela ressemble à un scénario: d’abord, la sénatrice de gauche a refusé l'accès aux logements d'asile à la police. Puis, la faction de gauche au Bundestag a émis un avis juridique. Enfin, un demandeur d’asile débouté intente une action en justice.

Que va-t-il se passer ensuite? Si systématiquement la police doit d'abord appeler un juge, l'expulsion sera retardée ou contrecarrée. La police devrait intercepter les demandeurs d'asile déboutés dans la rue et les emmener dans une prison dédiée à l'expulsion. Une telle prison n'existe plus à Berlin.

Quelle que soit l'issue de ce cinéma, une chose est certaine : le droit d'asile allemand sera sapé et l'État paralysé.

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Bz-berlin.de

 

 

 

 

 

 

Athènes : des migrants syriens déguisés en équipe de volley voulaient demander l’asile en Suisse

Les dix faux joueurs ont tenté ce dimanche de joindre la Suisse via la Grèce.

Ils avaient pourtant presque tout prévu. Survêtements identiques, sacs de sport et même deux ballons de volley-ball, ces migrants syriens n'ont pourtant pas réussi à déjouer la vigilance des autorités de l'aéroport Eleftherios Venizelos d'Athènes.

En effet, ces dernières ont annoncé avoir arrêté dix personnes déguisées en équipe de volley et qui tentaient de rallier la Suisse depuis la Grèce. Ils ont été démasqués lors de leur contrôle d'identité. Entrés illégalement sur le territoire grec, ils ont présenté de faux passeports ukrainiens…

[...]

Leparisien.fr