Hôpitaux suisses : Agressions en hausse, sécurité augmentée

Les hôpitaux ont renforcé leurs mesures de sécurité car les agressions contre le personnel, en particulier dans les services d'urgence, sont en augmentation. C'est ce qui ressort d'une enquête menée par la «NZZ am Sonntag» auprès des cinq hôpitaux universitaires suisses.

[...]

Plusieurs facteurs sont évoqués par les experts. Premièrement, le seuil d'inhibition de la violence verbale et physique a diminué et la plupart des patients agressifs savent qu'ils s'en sortiront indemnes.

20Min.ch

Rappel :

Berlin : un affrontement dégénère entre 30 hommes d’origine arabe dans un hôpital

Berne: Une fillette de 8 ans d’Érythrée a été maltraitée. Elle décède à l’hôpital. Deux personnes de son entourage arrêtées

Augsbourg (All.) : un Syrien jugé pour avoir agressé une infirmière et menacé de faire exploser un hôpital « au nom d’Allah »

 

Pour Ada Marra, Berne doit agir contre la haine envers les élus

À l’aube d’une nouvelle législature, la conseillère nationale Ada Marra (PS/VD) souhaite empoigner le problème à bras-le-corps. La Vaudoise dépose une motion signée par des élus de tous bords.

Elle demande que les services du parlement fédéral mettent sur pied une task force pour accompagner les élus lorsqu’ils sont la cible de menaces et d’insultes dans le cadre de leur fonction. Ce groupe de travail serait notamment chargé de préparer les dénonciations et de contribuer à la recherche de l’identité des auteurs anonymes.

[...]

24heures.ch

Genève : Les hommes bannis d’un atelier sur les discriminations

L’invitation a été envoyée à tous les doctorants inscrits à l’École doctorale suisse d’anthropologie, soit près de 200 personnes. [...] Le but: étudier les discriminations basées sur le genre à l’encontre des femmes et des personnes non binaires (personnes qui ne se reconnaissent pas dans un sexe défini) dans la méthode requise pour le travail de terrain en anthropologie et en sociologie.

Jusqu’ici, tout va bien. Pourtant, l’invitation précise qu’«au vu de la nature sensible du sujet», les organisatrices prient «les hommes cisgenres (ndlr: soit tous les hommes non transgenres) de s’abstenir de s’inscrire à ce workshop». Exception faite pour «les hommes qui se sentent appelés à participer en raison d’expériences personnelles de violence»; ces derniers pourront contacter les organisatrices pour «discuter plus avant d’une éventuelle participation».

[...]

Tdg.ch

Le Conseil fédéral veut faciliter le changement de sexe

Pour modifier l’inscription de leur sexe dans le registre de l’état civil, et donc dans leur passeport, leur carte d’identité ou leur permis de conduire, les personnes trans et intersexes doivent aujourd’hui «surmonter d’importantes difficultés», regrette le Conseil fédéral.

Vendredi, il a transmis au parlement une modification du Code civil dont le but est de permettre à ces personnes de modifier «rapidement et sans complication bureaucratique» l’indication de leur sexe et de leur prénom.

[...]

24Heures

Le Corps suisse d’aide humanitaire au secours de l’Albanie

La Suisse étend son aide d'urgence en Albanie

Berne, 03.12.2019 - Alors que la région est sans cesse secouée par des répliques, l'équipe d'intervention rapide (EIR) de la DDC concernant l'aide humanitaire dans la région de Tirana-Durrës intervient sur trois axes.

D'une part, les experts examinent la stabilité des maisons endommagées ; d'autre part, les livraisons de secours ont débuté; et enfin, la population des communautés touchées doit recevoir un soutien financier.

L'Équipe de déploiement rapide de la Direction du développement et de la coopération (DDC) comprend également des ingénieurs du bâtiment et du génie civil qui ont commencé à inspecter les maisons endommagées le lendemain du séisme. Entre-temps, de nombreuses enquêtes ont déjà été menées en étroite collaboration avec des ingénieurs albanais, en particulier dans les villes de Durrës et de Kruja. Jusqu'à présent, plus de 2500 personnes ont bénéficié de cette aide, qui se poursuit chaque jour.

 

 

 

 

 

De nombreuses personnes touchées par le tremblement de terre ont été accueillies par des parents et des amis. Cependant, beaucoup d'autres ont un besoin urgent d'un toit au-dessus de leur tête. C'est pourquoi le DFAE a décidé de fournir des secours. Au total, 100 tentes d'hiver, 400 lits, 1200 couvertures et bâches seront distribués dans les zones rurales des régions de Lezha et Durrës. En outre, les personnes qui ont trouvé refuge dans un logement collectif recevront une aide sous forme de lits et de couvertures. De plus, un projet visant à apporter un soutien financier aux personnes dans le besoin dans l'une des communautés particulièrement touchées sera bientôt lancé.

Avec son engagement en Albanie, l'aide humanitaire bénéficie du soutien d'Helvetas. Elle s'appuie également sur le travail de longue date de l'ambassade de Suisse et du bureau de coopération, dont le réseau et les relations de confiance avec le gouvernement albanais ont permis une réaction rapide. Dans le contexte de la catastrophe naturelle, la Suisse est prête à adapter le programme de coopération actuel dans certains domaines, qui a déjà fait l'objet de contacts avec les autorités albanaises.

(Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Admin.ch

 


Rappel : Lors de l'attentat islamiste de Louxor où 36 Suisses avaient été tués, les autorités suisses ont été beaucoup moins attendries:

"La Suisse ne montrera pas d’insistance particulière pour que l’enquête aille plus loin. Dès l’an 2000, après quelques visites de conseillers fédéraux sur place, Berne décide de tourner la page."

 

Affaire Maudet: le journal Die Zeit sort de nouvelles révélations

La rédaction alémanique de Die Zeit publie aujourd’hui, 5 décembre, le résultat d’une enquête approfondie contenant des éléments nouveaux. Des révélations consternantes sur l’intervention du banquier Yves Mirabaud en faveur de Pierre Maudet et sur la réception problématique par le magistrat PLR de renseignements de la Brigade de sûreté intérieure (BSI).

Pierre Maudet a été traité comme un conseiller fédéral, puis le conseiller d’Etat genevois PLR a été de scandale en scandale. Il s’avère aussi que les services de renseignements ont dû lui transmettre des informations.

Par Sascha Buchbinder, Die Zeit (traduction de l’allemand par le site Ensemble à Gauche)

La campagne électorale a été insupportable. Dans la rue, les candidats du PLR se sont fait jeter leurs brochures au visage, ils ont essuyé des insultes. Quand le cauchemar a pris fin et que le PLR a essuyé une défaite, Christian Lüscher, vice-président du PLR suisse, s’est présenté devant les caméras en suppliant : « Pour l’amour du PLR, Pierre, s’il te plaît, démissionne du parti ! »

Pierre Maudet, c’est le conseiller d’État genevois qui a voulu aller au Conseil Fédéral avec son « Opération Valmy », il y a deux ans, mais qui a été battu en fin de compte par son collègue tessinois Ignazio Cassis. Pierre Maudet, c’est le carriériste, qui… participait à des soirées très coûteuses avec l’élite romande, mais qui avait tout de même des gens ordinaires avec lui. Pierre Maudet, c’est l’éternel enfant prodige du PLR suisse, qui faisait briller comme de l’or tout ce qu’il touchait.

 

 

Mais aujourd’hui, Pierre Maudet est avant tout l’homme qui, depuis plus d’un an, court d’un scandale à l’autre. L’affaire Maudet : sur le plan juridique, il s’agit de la présomption d’acceptation d’avantages en raison d’un luxueux voyage à Abu Dhabi, de trois festivités offertes pour son 40e anniversaire, de dons reçus et de bidouillages fiscaux. Le ministère public enquête et le pouvoir judiciaire n’a pas encore rendu son verdict.

Et l’affaire Maudet, c’est aussi une grosse désillusion : il était Monsieur propre, il traquait les trafiquants de drogue, les cyclistes qui violent les règles et les responsables de dépôts d’ordures sauvages – et il a été pris en flagrant délit de mensonge. Il a menti au parlement, au gouvernement et à la population sur le caractère et le financement de ses activités énigmatiques. Plus grave : Maudet, le responsable de la sécurité, a menti à la justice. Il a détruit des preuves et incité d’autres à mentir. Le gouvernement genevois a déclaré depuis officiellement que Maudet avait causé un sérieux tort à sa fonction par « une construction mensongère » et en « l’adoption d’un comportement totalement indigne ». Néanmoins : Pierre Maudet s’accroche au pouvoir.

Comment fait-il tout cela ? Pierre Maudet refuse de s’en entretenir avec die Zeit.

Depuis juillet, il a droit à une pension viagère. Mais il ne veut pas prendre sa retraite. Et parce que personne ne peut le déposer, il continue comme si de rien n’était et s’en tient à la présomption d’innocence qu’il revendique toujours. Dans des entrevues avec d’autres médias, cet homme de 41 ans parle de sa régénération et de sa solitude. Des familiers disent : « Je ne suis pas son ami. Comment pourrait-il avoir des amis ? Avec sa charge de travail ». Des collègues de parti disent aussi : Maudet reste parce qu’il ne peut pas s’en empêcher. Parce qu’il ne sait rien faire d’autre.

Le Conseiller d’État est tombé dans la politique à l’âge de 14 ans ; il n’a fait que ça depuis, 24 heures sur 24, sa vie durant. Personne ne parle de la femme de Maudet, de ses trois enfants, mais tout le monde parle de son travail fou. Et à la fin, la phrase tombe souvent : « Mais ne me citez pas. C’est un homme encore dangereux ! ».

[...]

Traduction et article complet Ensemble à Gauche

Via le Facebook du PNS

Lausanne : Ado voilée insultée par un retraité, il est condamné (Vidéo)

Le 20 Minutes reçoit la vidéo de cette musulmane et en fait immédiatement un article.

Or cette adolescente a provoqué dès les premiers mots que l'on entendu dans cette vidéo. Notamment, elle tente de le pousser à la faute en l'incitant à parler.

Petit rappel : Les musulmans de Suisse sont apparus pour la première fois dans les statistiques de l’OFS en 1970, auparavant ils n'étaient pas assez nombreux pour y figurer. Et notre Constitution est fondée sur le christianisme.

**********

La jeune femme avait été prise à partie sur le quai du M2, puis dans le métro lausannois. Elle avait filmé la scène et ses images ont permis d’identifier le septuagénaire.

 

«Musulmane de merde. On va te brûler, pétasse, retourne dans ton pays»… Les insultes proférées par un homme de 77 ans contre une écolière de 14 ans, voilée, sont sans équivoque. La vidéo, tournée dans le métro lausannois par la victime elle-même, a fait le tour des réseaux sociaux. Surtout, elle a permis d’identifier, puis de condamner le retraité fribourgeois.

[…]

20Min.ch

 

Sans accord avec l’UE, l’électricité pourrait coûter plus cher en Suisse

En l'absence d'accord-cadre institutionnel avec l'UE, le secteur de l'électricité pourrait envisager un accord bilatéral ou adapter le droit suisse au cadre juridique européen. Cela a un coût.

Dans le cadre du «Programme national de recherche Energie», des scientifiques de l'EPFL et de l'Université de St-Gall ont examiné la question d'un accord sur l'électricité avec l'Union européenne (UE). Sans accord, les prix pourraient augmenter en Suisse d'ici 2030.

[...]

20min.ch

Via le Facebook du PNS

Bienne : L’imam Abu Ramadan sous enquête pour fraude à l’aide sociale

Le prédicateur biennois, déjà accusé de discours haineux, aurait dissimulé des revenus de plus de 100'000 francs.

Deux ans après avoir tenu des propos haineux envers les juifs, les chrétiens, les bouddhistes et les chiites à la mosquée Ar’Rahman de Bienne, l’exilé libyen vit toujours à Nidau, juste à côté, et touche une rente AI avec prestations complémentaires. Mais sa situation est de plus en plus précaire.

Déjà visé par une enquête pénale pour discrimination raciale, il a aussi été dénoncé par la ville de Nidau pour fraude à l’aide sociale. De 2003 à 2017, l’ancien agronome a perçu 590'293.95 francs de prestations financées par le contribuable, comme le montrent nos recherches menées conjointement avec le magazine Rundschau de la télévision alémanique SRF.

[...]

24heures.ch

Urgences: Les Suisses Après Les Autres

L'UDC Vaud navigue en pleine science-fiction avec sa dernière déclaration d'intention "Les Suisses d'Abord". Non, l'air du temps est aux Suisses après.

Exagération? C'est oublier un peu vite le projet d'initiative parlementaire d'aujourd'hui, qui vise à instaurer une taxe de 50 francs pour quiconque se rend aux urgences à l'hôpital:

La proposition entend imposer une taxe de 50 francs pour toute admission aux urgences hospitalières. Celle-ci ne serait pas imputée sur la franchise ou la participation aux coûts. Les enfants et les adolescents, de même que les patients envoyés par un médecin et les malades dont le traitement nécessite par la suite une hospitalisation, pourraient en être exemptés.

Comprenez bien: ces 50 francs seront payés en plus de votre franchise. Les exemptions sont discutées - comprendre: limitées à un tout petit nombre d'exceptions dont le patient devra péniblement prouver qu'elles s'appliquent. N'oubliez pas vos deux dernières fiches de paye la prochaine fois que vous allez aux urgences.

Si tout le monde à Berne s'accorde à dire que les "cas importants" ne devraient pas être concernés, qui sera capable de déterminer que l'on a affaire à un cas important ou non? À partir de quel moment le quidam sans formation médicale et souffrant d'une douleur à la poitrine est-il censé savoir s'il fait un infarctus ou s'il a une simple côte démise? Faire la différence entre un mal de tête bizarre et un AVC? Estimer la gravité d'une crise d'asthme ou d'un choc anaphylactique?

Les gens qui subissent une "simple fracture" le vendredi devront-ils rentrer chez eux avec le bras cassé pour attendre la semaine suivante et espérer voir, peut-être, leur médecin de famille? Et si la fracture n'est qu'une foulure? Et comment le savoir?

men-medical-health-doctor.jpg

Bien sûr, beaucoup de gens paieront leur Djizîa de 50 francs au Système de Santé en serrant le poing dans la poche - les Suisses sont champions du monde de serrage de poing dans la poche - et auront ensuite le plaisir de se faire insulter pour être venu aux urgences dans un cas "bagatelle".

Et puis il y a aussi ceux pour qui 50.- font une vraie différence à la fin du mois, tout le monde n'est pas Conseiller national n'est-ce pas, et parmi ceux-là certains renonceront à venir aux urgences alors qu'ils auraient dû. Et ils en mourront. D'autres ne mourront pas, mais devront faute de soins adéquats délivrés à temps subir des traitements bien plus onéreux et complexes qui infligeront des frais autrement plus conséquents sur le système de santé collectif.

Dans une époque où chacun n'a que le mot "prévention" aux lèvres, instaurer une taxe d'office sur les services hospitaliers d'urgence est un recul de plusieurs décennies. À quand un numéro surtaxé pour les ambulances?

Alors, et je peux en témoigner, les urgences sont constamment engorgées de patients qui pourraient peut-être aller ailleurs, ou attendre le prochain jour ouvrable. Lorsque vous allez aux urgences, vous regardez peut-être sévèrement les autres patients qui patientent (comme leur nom l'indique...) Mais que pensent-ils de vous? Mais voilà, il y a des jeunes parents paniqués, et plein d'autres gens qui n'ont même pas de médecin de famille, et une infinité de bonnes excuses.

Les services d'urgence, mis en place pour traiter des cas de vie ou de mort, sont devenus depuis longtemps de la simple médecine sans rendez-vous.

Et alors? Si telle est la direction souhaitée par le grand public, la bonne réponse est de s'adapter. Les Suisses l'ont très bien fait en commençant par "juger de la priorité des cas" dès l'entrée au service, souvent par une simple infirmière. De nombreuses autres pistes d'optimisation sont encore en friches. La gestion des dossiers gagnerait à être bien plus intelligemment informatisée pour éviter que chaque médecin ne doive passer plus de temps à saisir de la paperasse qu'à ausculter son patient. Si 80% des cas relèvent de la "bobologie", alors leur gestion administrative devrait être réglée en vingt secondes. En attendant, les cas réellement graves continuent d'être prioritaires.

Mais non, tout cela trop simple. Réfléchir, s'adapter, changer des procédures... Il est tellement plus facile de punir le malade!

On m'accusera d'aller trop vite. Il est vrai que le dossier n'a été que "discuté" aujourd'hui par le nouveau Conseil National dans sa première session de la législature. Mais la majorité a bien été acquise pour cette initiative d'un Vert Libéral, et le Conseil des État semble tout aussi bien orienté à son endroit. Cela nous promet du beau pour les quatre ans qui viennent.

Mais ce n'est pas encore le pire, nous y venons. Juste une question pour la route: pensez-vous que les pseudo-réfugiés et autre NEM paieront les 50.- lorsqu'ils viennent aux urgences? Et si par miracle ils devaient s'en acquitter, in fine, qui pensez-vous qui les paiera vraiment? Les réponses sont évidentes... Les Suisses (et les étrangers qui ont l'audace de vivre en situation régulière sur le sol helvétique) deviennent des patients de deuxième catégorie dans leur propre système de santé. Et voilà pourquoi après cette loi vexatoire les urgences seront encore encombrées. On prend les paris?

En attendant, préparez vos liasses de billets de cinquante.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 3 décembre 2019

Suisse : le Conseil national décide d’une taxe de 50 francs pour toute personne qui se rend aux urgences d’un hôpital

Toute personne qui se rend à l'urgence d'un hôpital devra à l'avenir payer une cotisation d'environ CHF 50.- à moins qu'elle ne doive être hospitalisée par la suite. C'est ce que veut le Conseil national.

Ces frais visent à empêcher les patients de se rendre à l'hôpital pour des bagatelles. Mardi, le Conseil national a approuvé une initiative parlementaire de l'ancien conseiller national Thomas Weibelmembre des Vert'libéraux (ZH) par 108 voix contre 85 et une abstention. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer à ce sujet.

[...]

20min.ch

Rappel :

Pendant ce temps, le gouvernement suisse veut aider davantage les réfugiés en Grèce

Le gouvernement suisse veut aider davantage les réfugiés en Grèce

Le secrétaire d'Etat aux migrations Mario Gattiker a proposé lundi à la Grèce un renforcement de l'aide fournie par la Suisse face à l'afflux de réfugiés auquel doit faire face Athènes.

[...]

La Confédération appuie Athènes depuis 2015. Son aide concerne les procédures d'asile, ainsi que le retour et la prise en charge des mineurs non accompagnés.

Berne a également contribué à l'installation de deux centres d'hébergement et a fourni plusieurs centaines de lits et de tentes pour les îles grecques. [...]

[...]

20Min.ch

Suisse : des Géorgiens très malades viennent se faire soigner gratuitement à nos dépens

Pendant ce temps, nombre de Suisses ne vont plus se faire soigner car ils se trouvent dans l'incapacité de payer les factures de médecins. En clair, notre administration préfère soigner de parfaits étrangers que ses propres compatriotes.

On rappellera également que nombre d'Helvètes ont été poursuivis par les caisses maladie car ils n'arrivaient plus à payer les primes (sans utiliser une quelconque prestation médicale, c'est-à-dire simplement parce qu'ils habitaient en Suisse!). Cette discrimination systématique en faveur des autres est un véritable scandale.

La gauche cache soigneusement les coûts qu'engendre ces immigrations.

**********

Des étrangers sans statut légal et gravement malades viennent aux Urgences dans le but de se faire soigner gratuitement. La récurrence des pathologies en provenance de certains pays laisse penser à une forme d'organisation. [...] Selon nos informations, en Géorgie, des «passeurs» se chargeraient d'organiser le périple des malades.

[...]

Parfois, les maladies en question sont graves (cancer), ou transmissibles (tuberculose). Celles-ci nécessitent alors un traitement lourd.

[...]

Qui paie la facture?

La facturation de ces soins dépend du statut des patients. Si ceux-ci ont transité par un centre fédéral d'asile, ils sont assurés en vertu de la LAMal. Sinon, le CHUV se charge de faire cet enregistrement.

[...]

«L’asile ne peut pas être accordé pour des motifs médicaux, rappelle Dr Karim Boubaker. Si une personne requérante d’asile ou déboutée se trouve dans ce cas de figure, les frais de santé seraient couverts par le canton

[...]

20min.ch

Nos remerciements à Wilhou

 

Rappels:

Les requérants d'asile ont leurs soins dentaires pris en charge.

Combien d'argent par mois est dévolu en général à un requérant d'asile en Suisse ? 

Payer 475'000 fr. pour un cancer est "justifié"

 

Coups de couteau à Bienne : L’Albanais a ensuite attaqué des adolescents

Nous en parlions déjà ici.

A noter que le 20Minutes refuse de dire qu'il s'agit d'un Albanais.

**********

Après avoir poignardé cet homme, l'agresseur a, lui, continué sa route dans un autre magasin. Il a alors emprunté l'escalier roulant au deuxième étage et a rencontré un groupe d'adolescents. L'homme âgé de 53 ans a menacé les jeunes avec son couteau.

Selon des témoins, il aurait porté l'arme au cou d'un des ados.

 

 

 

Les employés d'un service de sécurité privé ont réussi à maîtriser l'agresseur et à le plaquer au sol au milieu de la section papeterie du magasin, entre papier cadeau et boules de Noël. Il a ainsi été retenu jusqu'à l'arrivée de la police.

20Minutes.ch

Bienne : un Albanais poignarde sans raison un passant

«A priori, l'auteur et la victime ne se connaissaient pas», indique Dominik Jäggi, porte-parole de la police bernoise. Au Denner de la rue Centrale, à mi-chemin entre Migros et Manor, la gérante était soulagée par l'arrestation du forcené, elle qui emploie occasionnellement des agents de sécurité.

Après avoir poignardé un homme plus âgé que lui mercredi vers 17h30, entre un kiosque et le restaurant Migros, l'agresseur, un Albanais de 53 ans, s'est enfui à vélo en direction du centre-ville, selon plusieurs témoignages.

Une agression sans mobile apparent, ce n'est pas le pain quotidien des agents de sécurité actifs à Bienne dans les supermarchés.

[...]

Le Matin

Une pétition veut obliger la Suisse à financer la formation de requérants d’asile déboutés

Nombre de Suisses rencontrent des problèmes financiers pour accomplir leurs formations mais c'est pour des individus qui n'ont rien à faire ici que ce groupement se mobilise. Cela en dit long sur la mentalité qui fait loi dans notre pays.

Ainsi non seulement ces personnes ne partiront pas alors qu'elles sont déboutées (à quoi sert de statuer dans ce cas?) mais encore elles bénéficieront de notre argent de manière indue alors que nous en avons besoin pour les nôtres. Ce système de pompe aspirante permettra également à quiconque d'envoyer ses enfants en Suisse en sachant qu'il restera à notre charge sans risque de se faire expulser.  Et c'est cela le but de la gauche. Ainsi les faux requérants se hâteront de "commencer une formation" pour être à la pleine charge de la Suisse. Une telle magouille ne choque pas la Verte Lisa Mazzone.

La Suisse devient magiquement responsable de n'importe quel jeune qui pose les pieds dans notre pays. Les Suisses doivent payer et se taire. Imaginez le système de pompe aspirante que cela génère: n'importe qui dans le monde pourra nous envoyer ses enfants, en sachant que nous allons payer pour leur donner éducation, foyer, habits, nourriture, soins.

**********

Mardi, près de 10'500 signatures ont été remises à la Chancellerie fédérale pour soutenir la formation des jeunes requérants déboutés.

Les jeunes requérants d'asile doivent pouvoir terminer la formation qu'ils ont entamée en Suisse, même s'ils ont entre temps reçu une réponse négative à leur demande. L'association «Une formation - un avenir» leur apporte son soutien, notamment via une pétition forte de près de 10'500 signatures et transmise mardi à la Chancellerie fédérale et au Grand Conseil bernois.

[...]

20min.ch

Nos remerciements à Wilhou

Kosovo: le Conseil fédéral souhaite prolonger l’engagement de la Swisscoy jusqu’à fin 2023 et augmenter les effectifs

La Swisscoy doit rester engagée au Kosovo jusqu’à fin 2023. Le Conseil fédéral demande aussi mercredi au Parlement d’augmenter les effectifs de l’armée au profit de la Kosovo Force multinationale (KFOR).

[...]

La situation politique et sécuritaire dans les Balkans occidentaux s’est dégradée ces dernières années. Une recrudescence des tensions et des incidents se fait sentir entre le Kosovo et la Serbie.

[...]

Lenouvelliste.ch

Le Conseil fédéral va envoyer la « Greta Thunberg suisse » représenter notre pays à la COP25

Marie-Claire Graf, surnommée la Greta Thunberg suisse, a été chargée par le Conseil fédéral de représenter la Suisse au sommet pour le climat à Madrid.

La Suisse sera notamment représentée à la COP25 en Espagne par une étudiante. La jeune Bâloise de 23 ans Marie-Claire Graf a été chargée par le Conseil fédéral de questions comme l'éducation sur le climat ou le transfert de technologie.

[...]

20Min.ch

Yverdon : Un homme terrorise les femmes seules dans la rue

Depuis mercredi, les réseaux sociaux sont en ébullition. Deux messages alarmants circulent abondamment sur Snapchat et sur Facebook, mettant en garde les Yverdonnoises (images ci-contre): «Attention les filles! Quatre agressions en trois semaines!

 

 

Agressées par-derrière en sortant du travail ou des cours.» Une description de l’auteur est aussi largement partagée: «Un mec en habits de travail avec des taches de peinture se déplaçant sur un vélo orange.» Un autre message précise: «Il est grand (environ 2m) et il porte un bonnet sur la tête pour qu’on ne puisse pas l’identifier. La police est à sa recherche mais n’arrive pas à le trouver car il change à chaque fois de rue.»

[...]

24heures.ch

Trafic international de drogue démantelé : Des Albanais lavaient l’argent sale en achetant des voitures en Suisse

Le 20 Minutes Romand a publié un article traitant un vendeur de voiture suisse de "xénophobe" car celui-ci refusait de vendre des véhicules aux "Yougoslaves". Or, les trafiquants albanais utilisent justement l'achat de voitures dans notre pays pour laver l'argent sale.

 

**********

 

Un trafic international de cocaïne et d'héroïne qui alimentait le marché de la Haute-Savoie (France) à travers l'Italie en passant par les tunnels du Mont Blanc, a été démantelé par la police au-delà des Alpes.

Mardi dernier, deux jeunes Albanais ont été arrêtés à bord d'une Mercedes à l'entrée du tunnel : ils arrivaient en Italie avec 100 000 euros en petites coupures cachées dans le moteur. Toutes les 3 semaines, les deux hommes, munis d'un visa de touriste, arrivaient en France avec de l'héroïne et de la cocaïne destinées à deux revendeurs, leurs compatriotes. Ces derniers ont ensuite lavé l'argent sale en achetant des voitures haut de gamme en Suisse, payées en espèces, et revendues une fois rentrés dans leur pays.

Dans un local utilisé comme laboratoire à Saint-Julien, près de la frontière suisse, la police a trouvé 60 000 euros en liquide, 1,5 kg d'héroïne, 1,7 kg de cocaïne et 1,7 kg de produit de "coupe". Les quatre individus ont été arrêtés. Au total, environ 500 000 euros de cocaïne ont été saisis.

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Imolaoggi.it

Nos remerciements à Victoria Valentini