«Réservé aux femmes» : sports, transports… pourquoi les zones non-mixtes se multiplient

Clubs de sports, transports… les hommes ne sont plus les bienvenus dans certains lieux. Pas pour cause de communautarisme, mais pour que les femmes y soient plus tranquilles. Certains dénoncent un sexisme à l’envers.

Certains, et même certaines, parlent de « sexisme inversé » pour qualifier cet endroit, mettant à mal le principe d'égalité entre les individus. D'autres le désignent comme une zone de respiration permettant une parole désinhibée, surtout pour les femmes, un espace rassurant pour des victimes de discriminations voire de violences, un entre-soi nécessaire pour plus de liberté. Voici les deux visages de la très controversée « zone de non-mixité » qui fait tant parler. Nous ne parlons pas ici de communautarisme mais d'une séparation temporaire et choisie entre les deux sexes.

Dernier exemple en date : le 12 décembre, plusieurs vidéos tournées Gare du Nord à Paris et circulant sur les réseaux sociaux montrent des personnels de sécurité de la SNCF privilégiant l'accès à un wagon du RER B aux femmes (mais aussi aux enfants, aux personnes âgées ou souffrant d'un handicap). Si la SNCF assure, dans un communiqué, qu'« il n'y a pas de rame réservée aux femmes » mais qu'il s'agissait d'un « geste d'attention » dans un souci de sécurité, il n'en fallait pas plus pour que le débat s'enflamme.

[...]

Le Parisien

Genève : Les hommes bannis d’un atelier sur les discriminations

L’invitation a été envoyée à tous les doctorants inscrits à l’École doctorale suisse d’anthropologie, soit près de 200 personnes. [...] Le but: étudier les discriminations basées sur le genre à l’encontre des femmes et des personnes non binaires (personnes qui ne se reconnaissent pas dans un sexe défini) dans la méthode requise pour le travail de terrain en anthropologie et en sociologie.

Jusqu’ici, tout va bien. Pourtant, l’invitation précise qu’«au vu de la nature sensible du sujet», les organisatrices prient «les hommes cisgenres (ndlr: soit tous les hommes non transgenres) de s’abstenir de s’inscrire à ce workshop». Exception faite pour «les hommes qui se sentent appelés à participer en raison d’expériences personnelles de violence»; ces derniers pourront contacter les organisatrices pour «discuter plus avant d’une éventuelle participation».

[...]

Tdg.ch

Suisse : Pour une professeure de droit, ne pas intégrer de femmes parmi la Garde pontificale est une discrimination

Aucune femme n'est admise au sein de la Garde suisse au Vatican. Une experte juge l'exigence discriminante et contraire au droit international.

[...]

Comme l'explique Eva Maria Belser, professeure de droit constitutionnel et administratif à l'Université de Fribourg, interrogée par la Berner Zeitung, la Suisse ne considère pas la Garde comme un corps militaire, mais comme un corps de police. En effet, les soldats suisses ne sont pas autorisés à effectuer un service militaire pour des Etats étrangers.

[...]

20min.ch

Allemagne : Le sénateur Dirk Behrendt (Verts) veut que les minorités puissent facilement porter plainte contre les forces de l’ordre pour « discrimination »

Christina Hofer : Le projet de loi stipule, entre autres, que nul ne peut faire l'objet d'une discrimination fondée sur son appartenance raciale, sa religion ou son idéologie dans le cadre du droit public. En clair, les policiers doivent prouver qu'ils ne font pas preuve de discrimination à l'égard des criminels. Et pour imposer cette loi, quoi de mieux que de se cacher derrière le mantra "antiraciste". Nous sommes dans le cadre typique d'une idéologie de gauche qui protège les délinquants tout en criminalisant ceux qui tentent de sécuriser leur propre pays. Le parallèle avec les Identitaires condamnés est frappant.

En manipulateur accompli, ce sénateur de gauche prétend que "chacun pourra facilement porter plainte" alors qu'il vise explicitement à soutenir la criminalité des migrants avec sa loi. Non seulement sa priorité n'est plus de préserver son peuple mais encore il favorise les clans arabes, les terroristes, les dealers venus d'Afrique et autres agresseurs sexuels en leur mettant à disposition une loi qui vise à sanctionner les forces de l'ordre.

Le résultat est prévisible : un policier s'abstiendra de contrôler certaines ethnies afin d'éviter toute sanction. Il restera le citoyen allemand sur qui taper. Et les statistiques ethniques s'en ressentiront également.

Le terme 'discrimination' n'est d'ailleurs utilisé par la gauche que dans le but de victimiser certaines ethnies. Le syndicat de police l'a très bien compris.

**********

Le sénateur de Berlin Dirk Behrendt (Verts, 48 ans) veut que chacun puisse plus facilement porter plainte contre les autorités pour discrimination à partir de 2020. Les syndicats de la police tirent la sonnette d’alarme.

Ils mettent en garde contre le renversement de la charge de la preuve prévu par la nouvelle loi antidiscrimination (LADG). Les agents de police devront prouver davantage qu’ils n’ont pas agi de manière discriminatoire.

Un exemple : un trafiquant de drogue bien connu d'Afrique noire est contrôlé par la police dans le parc de Görlitz - et intente ensuite une action en justice contre les fonctionnaires parce qu'il les accuse de l'avoir contrôlé pour des motifs racistes.

Bodo Pfalzgraf, responsable du Syndicat de la police (DPolG), est choqué: "Le gouvernement n'est pas en mesure de renverser la charge de la preuve dans le cas du crime organisé, mais il soupçonne maintenant l'ensemble du service public". [...]

Le syndicat de police critique la loi

Le Syndicat de la police (GdP) considère que la loi est superflue. Son porte-parole Benjamin Jendro déclare : "La loi sur l'égalité de traitement existe au niveau fédéral. Les collègues doivent déjà se justifier par écrit à plusieurs reprises si quelqu'un les accuse d'être victimes de discrimination. En fin de compte, le sénateur montre qu'il se méfie davantage du service public que du crime organisé."

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Bz-berlin.de

 

Rappels :

Allemagne : Un magazine féministe dénonce les agressions sexuelles des migrants « Une société parallèle est en train d’émerger »

Allemagne : Les clans arabes font la loi. La police avait décidé de ne pas réagir pour éviter de se faire traiter de xénophobe.

Allemagne: Le maire de Mannheim demande de l’aide face à la criminalité des réfugiés mineurs. « Ils menacent et attaquent les gens. »

Allemagne. Criminalité à Sigmaringen: Un suspect sur trois est un réfugié

Allemagne : Un politicien met en garde contre la violence des migrants « Les statistiques criminelles montrent clairement que nous courons un risque accru »

 

 

 

 

Trump met fin à la discrimination positive dans les universités, un système crée par Obama qui attribuait des bonus ou des malus en fonction de l’ethnie

Donald Trump met fin à la discrimination positive, une directive mise en place par Barack Obama, qui attribuait des bonus ou des malus en fonction de la couleur de peau. Pour un examen d’entrée à Harvard par exemple, les Blancs partaient sans bonus ni malus, les Asiatiques partaient avec un handicap de 140 points tandis que les Afro-Américains partaient avec un bonus de 310 points.

– France 2, 4 juillet 2018, 20h26

 

 

 

Discrimination : Moga bannit les mannequins blancs

La marque d’accessoires australienne a commencé à caster les visages qui la représenteront dans sa prochaine campagne publicitaire. Mais le label a d’ores et déjà annoncé que seules les personnes de couleur seront acceptées. Une discrimination positive qui fait jaser.

En langage politiquement correct, on appelle ça de la discrimination positive. Il n’en reste pas moins que la décision de Moga fait grincer des dents: la griffe australienne a lancé sur Facebook un appel à candidatures pour trouver les visages «frais et nouveaux» de sa prochaine campagne publicitaire. Sauf que le casting n’est pas ouvert aux Blancs (lire ci-dessous).

 

 

Moga, qui fabrique des écharpes, des foulards et des turbans vendus dans le monde entier via la marque Asos, a eu beau justifier sa décision par sa nouvelle politique d’entreprise, l’annonce a rapidement mis internet en émoi. Au point que le directeur artistique de la griffe Azahn Munas s’est défendu d’être raciste sur le réseau social Medium, comme le rapporte le site britannique de FashionUnited.

«Je sais que je ne suis pas le seul à penser que tous les visages sont beaux, mais malheureusement, la représentation raciale et ethnique dans l’industrie de la mode actuelle suggère le contraire», écrit-il. Et d’expliquer que les mannequins blancs étant largement majoritaires dans les campagnes des autres labels, il a décidé de donner la préférence à des ethnies sous-représentées dans les médias.

Le styliste espère ainsi ouvrir le débat sur la question de la diversité raciale dans la mode. Tout en précisant que, bien évidemment, les créations Moga restent destinées à tout un chacun («des Musulmans trendy qui portent le hijab aux festivaliers, en passant par les filles black, les malades qui ont fait une chimio et les drag queens»), quelle que soit sa couleur de peau.

(...)

Source Via le Facebook du PNS

Trump met fin à la discrimination positive dans les universités, un système qui attribuait des bonus ou des malus en fonction de la couleur de peau

– France 2, 4 juillet 2018, 20h26

Donald Trump met fin à la discrimination positive, une directive mise en place par Barack Obama, qui attribuait des bonus ou des malus en fonction de la couleur de peau. Pour un examen d’entrée à Harvard par exemple, les Blancs partaient sans bonus ni malus, les Asiatiques partaient avec un handicap de 140 points tandis que les Afro-Américains partaient avec un bonus de 310 points.

 

 

 

Paris. Université de la Sorbonne: Une réunion interdite aux hommes hétérosexuels au nom du féminisme.

Mardi 6 mars de 17h30 à 20h30 à Tolbiac, Amphi H

Assemblée générale en non-mixité choisie* pour organiser et discuter du 8 mars, journée internationale de la lutte pour les droits des femmes.

Pour redéfinir nos perspectives et moyens d'action, contre le capitalisme, contre le patriarcat, contre la politique libérale macroniste, et contre la réforme de la sélection synonyme de précarisation des femmes et minorités de genre, et surtout des pauvres.

Ensemble, organisons la lutte pour nous et par nous !

**Pourquoi s'organiser en non-mixité ?
*La non-mixité choisie s’adresse aux femmes et aux minorités de genre. Elle ne s’adresse donc pas aux hommes cisgenres.
*La non mixité est un moyen de construire un cadre bienveillant nous permettant de libérer notre parole et de prendre par nous-mêmes des décisions qui nous concernent.

Source Facebook Source2

 

facebook

 

Nos remerciements à Victoria Valentini 

Italie. Logements sociaux: « Je suis Italienne avec une maladie en phase terminale et je passe après les migrants. » (Vidéo)

Émission Dalla vostra parte:

Une migrante africaine: "Quand mes fils sont nés, j'avais des problèmes, je n'avais pas de travail et on m'a donné ce logement".

Une autre migrante africaine: "Je suis venue ici il y a 2 ans et ma famille compte 7 personnes."

La journaliste questionne: "Dans cette habitation, combien y a-t-il d'Italiens?"

- "Moi et mon fils."

La journaliste: "Ce sont quelques-uns des logements sociaux de Ferrara. La majeure partie est habitée par des étrangers. Et regardez la liste qui vient de sortir: sur les 20 premières places, seules 2 sont des Italiens."

Une Italienne en phase de maladie terminale est sur la liste d'attente. Elle a peur et elle préfère ne pas être filmée de face:

- "Je suis malade en phase terminale. J'ai aussi perdu mon travail parce que dans ma situation, on ne peut pas travailler. Et je devrais avoir l'aide de l'Etat italien. Mais cela ne se passe pas comme ça.

Je suis dans les dernières places de la liste d'attente. Je ne sais pas si j'aurai un logement. Car devant moi, il y a de nombreuses familles extra-européennes."

 

 

 

 

Une habitante de la ville: "J'habite ici. Mais à présent, il y a plein d'étrangers. Il n'y a plus d'Italiens ici."

 

Source Source2 Source3 Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Rappel: Vaud. La Tour-de-Peilz: 70 migrants imposés sans discussion dans un bâtiment neuf destiné initialement aux étudiants

Nigéria : les chrétiens discriminés dans l’aide humanitaire d’urgence

Il semble que le massacre des chrétiens par Boko Haram ne suffise pas. On voudrait aussi les exterminer en leur refusant toute aide humanitaire, qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Portes Ouvertes nous signale cette nouvelle et abominable discrimination au Nigéria.

La situation alimentaire au nord-est du Nigéria ne cesse de se détériorer. Cinq millions de Nigérians sont menacés par la famine et, alors que le gouvernement s’organise pour acheminer de la nourriture dans les états les plus touchés, les chrétiens sont volontairement exclus de cette aide.

Avant même l’insurrection de Boko Haram, les chrétiens étaient déjà discriminés dans les villages à cause de leur foi. Aujourd’hui, à cause de la corruption qui règne à tous les niveaux de l’administration, même l’aide envoyée par l’occident n’arrive pas jusqu’à eux.

Osagie, un équipier de Portes Ouvertes sur place constate : « Pourquoi croyez-vous que les chrétiens ne restent pas dans les camps de réfugiés du gouvernement ? Croyez-vous qu’ils iraient s’entasser dans des églises s’ils recevaient une quelconque aide du gouvernement dans les camps ? »

Traditionnellement, les chrétiens ont toujours travaillé la terre, mais les attaques des islamistes de Boko Haram les ont chassés de chez eux, les laissant sans moyen de subsistance et faisant d’eux des déplacés internes.

Les églises font de leur mieux pour leur venir en aide mais elles sont dépassées, d’autant que le pays entre dans la période où les réserves sont épuisées et les nouvelles récoltes ne sont pas encore prêtes. Le pasteur Kweirang tire la sonnette d’alarme : « J’ai contacté des associations internationales mais je n’ai aucune réponse, j’attends, mais si aucune aide ne nous parvient nous ne serons plus en mesure de nourrir les gens que nous aidons actuellement. »

Portes Ouvertes a débloqué une aide d’urgence sous forme de colis composés de nourriture et d’argent. Un colis destiné à une famille contient 50 kg de haricots secs, 100 kg de maïs et un peu d’argent qui servira à acheter de l’huile, du savon, ou encore à se loger. 15 000 familles soit 75 000 personnes pourront ainsi se nourrir pendant 2 mois.

Source : Portes Ouvertes (Le Fil rouge), 16 août Via Christianophobie.fr

Wikileaks : L’administration Obama aurait privilégié les réfugiés musulmans

Rappel:

USA. Accueil de réfugiés syriens par Obama: 9’945 musulmans pour 55 chrétiens (Vidéo)

http://lesobservateurs.mg/2016/09/01/usa-accueil-de-refugies-syriens-obama-9945-musulmans-55-chretiens-video/

On notera que le clan Clinton est massivement derrière les musulmans ce qui explique l'hystérie de nos médias lorsqu'il s'agit d'attaquer Trump.

**********

Selon WikiLeaks, l'administration Obama aurait favorisé les réfugiés musulmans au détriment des chrétiens.Une nouvelle fois, les démocrates sont pointés du doigts par les chrétiens qui s'indignent de cette discrimination.

Atlantico : Qu'avons-nous pu observer concrètement de la part de l'administration Obama envers les chrétiens d'orient ? Pensez-vous réellement qu'ils ont pu être défavorisés par rapport aux musulmans d'orient ?

Roland Hureaux : Ce sont des informations très graves qui nous parviennent d'Amérique au travers de Wikileaks ou de Fox News.

Les courriels interceptés, ce ne sont pas des opinions, ce sont des faits - que je découvre avec vous. Les preuves représentées par les courriels échangés au sein de l'entourage d'Obama entre Prêta Banal (qui avait servi dans l'administration Clinton dans les années 1990) et John Podesta, secrétaire général de la Maison blanche sous Bill Clinton et actuel directeur de campagne de Hillary, contiennent des instructions pour recruter des Américains d'origine arabe mais seulement des musulmans, en excluant les chrétiens d'Orient donc.

Dans un courriel daté du 29 septembre 2008, elle écrit "J'ai exclu (de la liste) ceux qui sont d'origine arabo-américaine mais qui ne sont pas musulmans". Cela en violation de la Constitution américaine, qui stipule qu'"aucun questionnaire portant sur la religion ne sera imposé pour juger de l'aptitude d'un candidat à l'exercice de fonctions ou charges publiques aux États-Unis".

Instruction d'autant plus paradoxale qu'elle émane d'une ancienne présidente de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale, passée au service de Bill Clinton puis de Barack Obama. 

Nous sommes à la fin de 2008, elle prépare la future administration Obama, sachant qu'aux États-Unis, du fait du spoil system, les changements à la tête de l'exécutif sous un nouveau Président sont plus étendus qu'en France.

Par ailleurs, Fox News fait part d'une autre discrimination : les Etats-Unis s'étaient engagés à recevoir 10 000 réfugiés syriens, ce qui est bien normal compte tenu de la responsabilité de ce pays dans le chaos qui règne actuellement en Syrie. Sur les 10 801 Syriens qui sont entrés aux États-Unis en 2016, 56 seulement étaient chrétiens, tous les autres musulmans sunnites, ce qui ne reflète pas la part des chrétiens dans la population du pays (environ 10 % avant la guerre, moins aujourd'hui). 

Discrimination d'autant plus paradoxale que les chrétiens ont été, bien plus que les sunnites, les premières victimes de la guerre, les cibles privilégiées des rebelles islamistes. 

S'agissant du recrutement de cadres pour l'administration, on pouvait penser que les chrétiens, peu suspects de collusion avec les islamistes, auraient été un élément plus sûr. Or ils ont été systématiquement écartés.

Cette discrimination au détriment de chrétiens remonte loin : souvenez-vous que la grande entreprise militaire de Bill Clinton, la guerre de Yougoslavie (1999), se fit au bénéfice de musulmans des Balkans (Bosniaques et Albanais) avec l'appui des Turcs, contre les chrétiens orthodoxes (Serbes). 

La guerre de Syrie a vu une alliance entre les Etats-Unis et les islamistes de ce pays (dont Daesh et Al Qaïda) contre le régime musulman mais modéré et tolérant les minorités de Bachar el Assad. Peut-être avons-nous là l'explication du fait que les chrétiens aient été jugés peu sûrs car ils pouvaient difficilement approuver cette ligne. Mais comme au moment des faits, Obama n'était pas encore élu ; cet incident montre que la future politique pro-islamiste était déjà en gestation.

C'est d'ailleurs une constante de la politique américaine dans cette région que de soutenir les franges les plus radicales de l'islam, depuis le pacte passé sur le croiseur Quincy le 14 février 1945 entre le président Roosevelt et le roi d'Arabie, Ibn Séoud. Or la monarchie saoudienne a toujours protégé et financé les courants salafistes les plus radicaux du monde arabe.

S'agissant de l'exode des chrétiens de Syrie, il passe généralement par le Liban. Or, sans que cette fois les Américains y soient pour quelque chose, les agences de services et de traduction (payantes) par lesquelles les candidats à un visa pour l'Occident doivent passer sont notoirement tenues par des musulmans sunnites qui favorisent leurs coreligionnaires et défavorisent les chrétiens.

Quand le pape est venu à Lesbos, il a pris avec lui trois familles syriennes, toutes musulmanes, ce qui a choqué. Son secrétariat a fait savoir que les chrétiens n'avaient pas les papiers en règle. Voilà l'explication.

Quel est l'intérêt pour l'administration Obama/Clinton de placer des musulmans d'orient à des positions de pouvoir au dépit des chrétiens d'orient ? Pour quelles raisons sont-ils écartés au profit des musulmans parfois radicaux ?

Roland Hureaux : Il faut se replacer au moment où ces décisions ont été prises : Obama n'est pas encore élu mais il prépare ses équipes. Comme le vote est très communautaire aux Etats-Unis, il se peut que le candidat démocrate ait reçu le soutien des musulmans américains mais que les chrétiens venus du Proche-Orient aient plutôt joué les républicains (ce sont des communautés de faible importance qui ne pèsent ni l'une ni l'autre d'un poids décisif dans le vote).

Cela est en conformité avec un clivage très ancien. Face à la guerre d'Algérie, Eisenhower (républicain) était resté relativement neutre alors que Kennedy (démocrate) s'engagea, sitôt élu, à fond du côté du FLN, obligeant le général de Gaulle à précipiter l'indépendance, ce qui, au passage, montre la stupidité de ceux qui, par hostilité à la politique algérienne du général, se sont jetés dans l'atlantisme.

Mais le tropisme pro-musulman du gouvernement américain s'est accentué au cours des dernières années, comme le montre la politique étrangère du couple Obama-Clinton.

Il est vrai que le demi-frère d'Obama, Abon'go Malik Obama est trésorier d'une association missionnaire islamiste au Soudan. Mais je ne crois pas que ces instructions discriminatoires soient venues du Président : parce qu'il s'appelle Barack Hussein, parce que ses ennemis n'ont cessé de dire que, quoique officiellement protestant, il était en réalité un musulman caché, il n'avait pas intérêt à en faire trop en faveur des musulmans. Et encore, en pleine campagne, serait-il descendu dans ces détails ?

Je crois qu'il faut regarder plutôt du côté d'Hillary Clinton : sa plus proche conseillère, Huma Abedin, est une musulmane américaine dont la mère dirige les Sœurs musulmanes en Arabie saoudite et travaillait avec l'épouse du président égyptien islamiste Mohamed Morsi. Son frère Hassan est le conseiller spirituel d'Al-Jazeera.

Quant à Podesta il a été le lobbyiste attitré du Royaume d'Arabie saoudite au Congrès pour la modique somme de 200 000 dollars mensuels.

Hillary Clinton n'a cessé de favoriser les Frères musulmans ayant une affection particulière pour Erdogan et Morsi.

Elle appartient encore plus qu'Obama à cette gauche américaine postmoderne qui, reniant les valeurs chrétiennes sur certains points essentiels comme l'avortement ou le mariage homosexuel qu'elle soutient à fond, trouve bon de transcender ses propres origines en prenant le parti de l'autre, le musulman en l'occurrence. 

Nous connaissons cet état d'esprit en France. Le comportement de l'administration américaine ne devrait pas surprendre un Cazeneuve, notre ministre de l'Intérieur, qui s'agite aujourd'hui pour caser dans les communes les 8 000 réfugiés de Calais, en majorité musulmans, mais qui, il y a quelques mois, déconseillait à un maire de recevoir chez lui des chrétiens d'Orient. 

Alors qu'elle avait la mission historique de les protéger, la France est le pays qui en a reçu le moins au cours de ces dernières années ! 

En gros, la politique américaine des néo-conservateurs (les Clinton, Bush fils et Obama) peut s'expliquer par une alliance entre les Etats-Unis et le monde islamique contre la Russie. Dans ce triangle, l'Europe est un champ de bataille, pas un acteur que l'on prenne en considération. La position exprimée par Trump est différente : il propose, lui, un rapprochement avec la Russie contre l'islamisme. Affaire à suivre donc.

Suite aux révélations de WikiLeaks qui expliquent que l'administration Obama aurait favorisé les réfugiés musulmans, un pan de l'électorat chrétien accuse les démocrates de manipulation. Cette polémique sur la discrimination des chrétiens d'Orient au profit de musulmans survient après celle des emails demandant un "Printemps chrétien". Ces critiques envers les démocrates vous semblent-elles légitimes ? D'où émanent-elles ?

Blandine Chelini-Pont : Il y a plusieurs choses : d'un côté les critiques concernant l'accueil défavorable que recevraient les chrétiens d'Orient aux Etats-Unis, au profit des Syriens musulmans qui sont très majoritaires ; de l'autre les critiques privées du directeur de campagne d'Hillary Clinton qui pour résumer considère que cela ferait du bien si les catholiques se dépoussiéraient un peu. Ces critiques existent et sont situées : elles concernent une partie militante, même si pas majoritaire, qui est celle du catholicisme conservateur.

Source et article complet via Fdesouche.com

Genève: Brutalisée par un élève noir, la professeure se voit poursuivie pour discrimination

Une professeure d'un collège genevois soupçonnée d'avoir tenu des propos racistes à l'encontre de deux élèves noirs a eu gain de cause devant le Tribunal de police, raconte la Tribune de Genève.

En juin 2014, elle a sanctionné d'un 3 en allemand - une note éliminatoire - un élève de couleur alors que ce dernier parlait bien cette langue pour avoir vécu outre-Sarine. L'étudiant a réclamé des explications, injurié la prof et l'a brutalisée. Celle-ci a porté plainte, mais elle a été classée. Au contraire, la justice a lancé une procédure contre elle pour discrimination.

La professeure a reconnu des «propos maladroits» à l'encontre de son élève: «On les accueille dans notre pays et voilà ce qu'ils font», a-t-elle dit.

Source

Pascal travailleur handicapé vit depuis 3 ans dans sa voiture, les migrants eux ont de belles maisons

Visiblement c’est le sort réservé à nous Français, nous finirons tous comme Pascal à dormir dans notre voiture puisque la nation où plutôt nos gouvernants ne veulent plus de nous. Nous sommes des gêneurs, ne voulant pas perdre notre culture, nos traditions. Trop attachés à cette idée de la France qu’on disait autrefois éternelle. Ses élites qui la représentent n’ont de pitié qu’envers l’autre, nos compatriotes peuvent bien mourir cela leur est égal.

Les rues sont devenues des nouvelles maisons où se bousculent les déshérités toujours plus nombreux chaque jour. On parle beaucoup de solidarité mais pour qui et pourquoi ? Pour ceux qui trichent, qui volent, pour les professionnels de la vie d’assisté, pour tous ceux dont nous n’avons aucunement besoin. La générosité nationale subventionnant la belle vie de l’autre, celui qui existe pour profiter. Il est vrai que l’idéologie dominante dans notre hexagone est de gagner beaucoup d’argent, sans se donner les moyens tout en étant célèbre. Devenir une star du grand écran, sans talent aucun. Ils ont peut-être raison au vu de la production d’acteurs ou de chanteurs ratés vivant de gros cachet…

Mais passons, les nôtres, ceux ayant besoin de ce coup de pouce éphémère permettant à ces innombrables sans-grade que nous sommes de construire une existence travailleuse et honnête, ceux-là seront chassés. On ne veut plus de vous, on ne veut plus de nous, nous sommes à débarrasser le plus loin possible des yeux de cette bien-pensance méprisant les femmes et les hommes ayant fait l’histoire de France.

Malgré ce traitement de faveur, nous essayons de rester dignes, de ne pas tomber dans une dépression anéantissant toute chance de survie, fuyant le regard inquisiteur de celui qui jugerait notre déchéance. Pourtant nous avons eu une existence, une famille, un toit, perdus en un claquement de doigt, comme ça, sans prévenir.

C’est la vie, certains dorment dans de belles maisons, d’autres sur le sol dur. C’est une injustice, cela a toujours existé et existera toujours, mais je peux intellectuellement le comprendre. Seulement jamais dans l’histoire de notre pays nous avions les moyens de permettre à d’autres qui ne sont pas de chez nous de bénéficier de luxe dont Pascal en est exclu. C’est ce que je dénonce. Si nous avons la possibilité financière d’aider les nôtres faisons-le évidemment en excluant les profiteurs, si nous ne les avons pas essayons de leur rendre cette pauvreté moins dure. Mais ne finançons pas comme nous le faisons depuis 15 ans des programmes fastueux aux étrangers foulant leurs pieds sur notre sol hier en laissant mourir à la rue des compatriotes. Ce n’est pas acceptable, ce n’est pas la France.

Malheureusement tout cela restera lettre morte, ces situations continueront et se généraliseront pour le plus grand des Français.

Source Nice Matin

Via http://lagauchematuer.fr

Suède: les mâles blancs ne sont pas les bienvenus dans la police

[...]

Depuis plusieurs années, la police suédoise cherchait à camoufler des cas de discrimination contre les hommes blancs lors du recrutement à l'Académie de police. Toutefois, un tribunal de Stockholm vient de "mettre les point sur les i", rapporte ce jeudi l'édition suédoise FriaTider

[...]

Neuchâtel veut combattre les discriminations envers les migrants et les aider sur le marché du travail

Pour les années à venir, le gouvernement neuchâtelois accordera une priorité claire à la prévention des discriminations et à l'intégration professionnelle.

Dans un canton où le taux de chômage est élevé, le risque de ne pas pouvoir s'insérer sur le marché du travail est accru pour les migrants. Cette situation peut résulter d'une maîtrise insuffisante de la langue, de préjugés dans le processus de recrutement ou de l'absence de reconnaissance des formations acquises à l'étranger.

Face à ce constat, le Conseil d'Etat entend favoriser l'égalité des chances pour tous les demandeurs d'emploi vivant dans le canton, indépendamment de leur origine, de leur sexe ou de leur statut. Des mesures visant à prévenir les discriminations à l'embauche seront déployées pour que les étrangers ne soient pas pénalisés.

Stigmatisation

Le gouvernement neuchâtelois veut aussi combattre les discours fondés sur la stigmatisation des étrangers par une meilleure information de la population. Cette politique doit permettre d'éviter les raccourcis qui constituent une menace pour la cohésion sociale.

Source

Nos remerciements à Carole

« Rentre chez toi, petite Salvini » : persécution antiraciste dans une école italienne

09/03/2015 – TRENTE (NOVOpress)
C’est le mot d’ordre martelé par Kashetu Kyenge : mettre « tous ceux qui discriminent de quelque manière que ce soit » au ban de la société. Un prof d’anglais du lycée Russell de la petite ville de Cles, dans le Trentin-Haut-Adige, a décidé de suivre ces injonctions, en transformant ses cours en inquisition antiraciste.

Vendredi matin, en cours d’anglais, il a posé à ses élèves la question piège : « si en vous promenant en ville vous rencontriez un étranger et un Italien en difficulté, qui aideriez-vous ? » Une élève de quatorze ans a donné la mauvaise réponse : « L’Italien ». Le prof l’a immédiatement insultée : « Petite Salvini, retourne d’où tu viens ». Puis il l’a soumise à « une sorte de procès devant la classe ».

Suite