Genève : Les hommes bannis d’un atelier sur les discriminations

L’invitation a été envoyée à tous les doctorants inscrits à l’École doctorale suisse d’anthropologie, soit près de 200 personnes. [...] Le but: étudier les discriminations basées sur le genre à l’encontre des femmes et des personnes non binaires (personnes qui ne se reconnaissent pas dans un sexe défini) dans la méthode requise pour le travail de terrain en anthropologie et en sociologie.

Jusqu’ici, tout va bien. Pourtant, l’invitation précise qu’«au vu de la nature sensible du sujet», les organisatrices prient «les hommes cisgenres (ndlr: soit tous les hommes non transgenres) de s’abstenir de s’inscrire à ce workshop». Exception faite pour «les hommes qui se sentent appelés à participer en raison d’expériences personnelles de violence»; ces derniers pourront contacter les organisatrices pour «discuter plus avant d’une éventuelle participation».

[...]

Tdg.ch

2 commentaires

  1. Posté par Constat le

    Au secours…. les universitaires sociologues sont vraiment en train de se perdre et tentent d’entraîner le plus grand nombre dans leur sillage… Le pire c’est qu’il s’agit de l’université publique, financée par les impôts des contribuables. Au secours !

  2. Posté par JeanDa le

    Formidable ! Bravo !
    C’est d’un niveau de connerie intersidérale !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.