Barcelone : un Marocain condamné à 12 ans de prison pour avoir tenté de lapider un gay

Un jeune homme Marocain a écopé de 12 ans de prison, une peine qui lui a été infligée par le tribunal de Barcelone, et qui vient d’être confirmée par la Cour supérieure de justice de Catalogne (TSJC). Le mis en cause avait brutalement agressé un homosexuel avec une pierre à Sitges (Barcelone).

Les faits remontent au 1er octobre 2016, où le prévenu ainsi qu’un mineur condamné, ont vu la victime, donnant un baiser à un homme devant un bar gay et se sont moqués de lui. Les assaillants ont poursuivi le jeune homme à la gare, peu de temps après. Quelques heures plus tard, la victime a de nouveau rencontré les mêmes garçons sur la plage, qui se moquaient de lui.

Alors que le jeune homme s’est endormi sur un banc de la gare, l’accusé et un mineur sont entrés pour le frapper avec un bâton, le menaçant de le tuer par lapidation pour son orientation sexuelle. C’est alors que le mis en cause a ramassé une grosse pierre et a frappé à la tête la victime qui est tombée au sol. Il a ensuite continué à la frapper avec des pierres recueillies sur les rails. Dans la foulée, il lui a donné un coup de pied sur la tête en déclarant qu’il le tuerait avec des pierres, comme on le faisait dans son pays, le Maroc, avec les « tapettes ».

Les deux assaillants en ont profité pour voler un téléphone portable, un chargeur et divers documents, en plus de 60 euros en espèces appartenant à la victime.

[...]

Bladi.net

Nos remerciements à Josée-Christine Lavanchy-Trépey

Marseille : alors qu’il est en train d’être maîtrisé, un homme se saisit de l’arme d’un policier et tire, il criait « Allah Akbar »

Cette nuit, la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) des Bouches-du-Rhône a failli perdre l’un de ses membres. (…)

En arrivant sur place, les agents de police constataient qu’un homme de 25 ans était en pleine crise de démence après une rupture dans son traitement psychiatrique. Le trio de policiers plaquait au sol le jeune homme mais celui-ci réussissait à arracher l’arme de l’un des agents et alors que celle-ci n’était pas entièrement sortie de son étui, parvenait à tirer une fois en direction de deux fonctionnaires. La balle serait passée entre eux, à quelques centimètres seulement de leurs visages. Selon nos informations, l’individu aurait crié plusieurs fois « Allah Akbar » au cours de l’intervention.

(…)

La Provence

Via Fdesouche

Allemagne. Terrorisme islamique : perquisitions multiples dans le pays

La police allemande a mené plusieurs opérations simultanées dans différentes régions du pays pour prévenir un attentat qui aurait été projeté par les milieux islamistes tchétchènes.

L'opération, dont le but était de «clarifier la motivation» des suspects, a permis aux enquêteurs de saisir «de l'argent liquide», «des armes blanches» et du «matériel informatique», selon un communiqué de la police et du parquet.

[...]

TdG

Kenya : trois enseignants chrétiens assassinés par des islamistes d’al-Shabaab

Aux petites heures de ce matin, lundi 13 janvier, des militants du groupe islamique al-Shababb – originaire de la Somalie voisine – ont attaqué le centre d’hébergement des enseignants de l’école primaire de Garissa.

Ils ont froidement abattu trois enseignants qui s’y trouvaient. Un quatrième enseignant a été grièvement blessé et un autre aurait été enlevé. Le dortoir des enseignants a été incendié.

Source : International Chistian Concern, 13 janvier 2020.

Via Christianophobie.fr

Le premier Français jugé à son retour de Syrie a été libéré de prison

Après avoir purgé une peine de sept ans de prison, Flavien Moreau, un Nantais de 33 ans, a quitté la détention ce lundi 13 janvier 2020. Une libération qui inquiète au vu de sa personnalité. Il bénéficiera seulement d’un suivi judiciaire pendant un an. Avant de disparaître complètement des radars de la justice.


Flavien Moreau était en Syrie en 2012. Il a été arrêté en 2013, alors qu’il s’apprêtait à y retourner. Il a été condamné en novembre 2014 à sept ans de prison, puis incarcéré au quartier d’évaluation de la radicalisation de la prison de Vendin-le-Viell (Pas-de-Calais). Des graffitis « Je suis Ganczarski » ont été retrouvés sur les murs de sa cellule, en référence au terroriste d’Al-Qaïda condamné pour l’attentat de la synagogue de Djerba en Tunisie.

Transféré à Condé-sur-Sarthe en mai 2019, il a été relaxé de menaces de morts sur cinq surveillants de cette prison centrale. La peine de Flavien Moreau s’est ainsi achevée ce lundi 13 janvier, mais « ce n’est pas une sortie sèche », nous a indiqué le directeur du service pénitentiaire d’insertion, l’ex-djihadiste restant sous contrôle judiciaire durant un an, à compter de sa sortie.

Tendance Ouest

Via Fdesouche

Kimia Alizadeh, seule femme médaillée olympique d’Iran, quitte son pays et dénonce le port du voile

La sportive n'en peut plus de l’«hypocrisie» d’un système qui, selon elle, utilise ses sportives à des fins politiques et ne fait que les «humilier».

«Je commence par bonjour, au revoir, ou condoléances?», a écrit la championne sur son compte Instagram, au moment où le pays est sous le choc de la catastrophe aérienne du Boeing 737 d’Ukraine International Airlines ―abattu mercredi à Téhéran par un tir de missile― dans laquelle ont péri 176 personnes, en majorité iraniennes et canadiennes.

La sportive déroule une charge au vitriol contre les autorités de la République islamique.

«Je fais partie des millions de femmes opprimées en Iran avec qui ils jouent depuis des années», dit-elle.

«J’ai porté tout ce qu’ils m’ont dit de porter», ajoute celle qui a décroché le bronze aux JO de Rio en 2016, en faisant allusion au voile islamique, obligatoire pour toutes les femmes dans l’espace public en Iran, et notamment dans le sport.

«J’ai répété tout ce qu’ils m’ont ordonné de dire» et eux, ils «ont mis mes médailles au crédit du respect du voile obligatoire», poursuit-elle, «aucune de nous n’a d’importance pour eux».

[...]

Quebec.huffingtonpost.ca

Allemagne : un islamiste libéré pour vice de forme

Bilal Gümüs (31 ans), islamiste et salafiste de premier plan en Allemagne, a été condamné à 3 ans et demi en décembre 2018 par le tribunal régional pour avoir contribué à la préparation d'un crime mettant l'Etat en danger. Mais au lieu de purger sa peine jusqu'à la fin, Bilal Gümüs a maintenant été libéré sur ordre du tribunal de district - pour une erreur de vice de forme !

Les avocats de Bilal Gümüs voulant faire appel devant la Cour suprême fédérale, il leur fallait le jugement dactylographié ainsi que le procès-verbal du tribunal de district.

Mais le document est arrivé trop tard ! "Le tribunal régional n'a pas achevé le procès-verbal de l'audience à temps, ce qui a retardé la procédure de plusieurs mois", indique la décision du tribunal régional. Il a fallu environ cinq mois pour envoyer le procès-verbal.

Selon le BILD, la défaillance n'est pas due au manque de personnel. Il semblerait qu’un employé ait négligé son travail.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Bild.de/

 

Attentats de Paris : les cyniques confidences de Salah Abdeslam en prison

Le 14 avril 2016 après-midi, Abdeslam raconte dans un mélange de français et d'arabe à Bakkali comment, le soir des attentats de Saint-Denis et de Paris, il a fui vers Châtillon (Hauts-de-Seine) après avoir déposé trois kamikazes au Stade de France et abandonné sa Clio dans le XVIIIe arrondissement. Et comment il s'est débarrassé de son gilet explosif. Le tout sur un ton léger.

 

 

« T'avais déjà jeté la truc (la ceinture explosive) ? », demande Mohamed Bakkali. « Oui évidemment, t'es ouf ou quoi ? [rires] En fait, j'ai demandé un renseignement à un type. Il m'a regardé de la tête aux pieds : il regardait ma veste. Il voyait qu'il y avait quelque chose de bizarre », se souvient Abdeslam. Le logisticien du 13 Novembre réalise la raison d'une telle incrédulité : « On dirait que je faisais 90 kg, mon frère. Avec la sacoche et tout, on dirait que j'avais de grosses fesses. C'était trop voyant, je savais que je devais m'en débarrasser. »

La « sacoche », en réalité le fameux gilet explosif, a été retrouvée abandonnée à Montrouge. Les expertises techniques n'ont pas permis de savoir si le jeune homme avait cherché à activer le dispositif de mise à feu. Mais il est prouvé que le système était défaillant. Ce qui a sans doute évité un nouveau carnage. Le communiqué de revendication de Daech évoque d'ailleurs, outre les attentats au stade de France, sur les terrasses et au Bataclan, une attaque dans le XVIIIe arrondissement. L'endroit où Salah Abdeslam a abandonné sa Clio.

[...]

Leparisien.fr

France : il crie « Allah Akbar » et menace d’égorger des Roannais. Relâché 3 jours plus tard!

« Je vais t’égorger, je suis musulman, Allah Akbar, tu ne sais pas qui je suis. » C’est en ces termes qu’un individu de 31 ans a menacé des Roannais le 26 décembre dans la soirée à Roanne, armé d’une branche de 3 mètres. Maîtrisé par les victimes, il a par la suite été interpellé par la police [...].

L’individu a été placé en garde à vue puis interné d’office en psychiatrie pendant trois jours, avant d’être relâché.

[...]

Leprogres.fr

Nos remerciements à CretinusAlpestris

Allemagne : Des musulmans jubilent de voir le mot « Inschallah » dans le dictionnaire. Une présentatrice de la ZDF veut dorénavant l’inclure dans ses textes.

Depuis quelques jours, on apprend que le mot arabe "Inshallah" a été inclus dans le dictionnaire. Mais en réalité ce n'est pas une nouveauté.

On peut lire dans le quotidien turc Daily Sabah que le terme "Inshallah est présent dans le dictionnaire allemand". Plusieurs autres médias internationaux rapportent également que l'expression arabe "In schā' Allāh" a été ajoutée au Duden (dictionnaire de référence allemand). Cette exclamation, très répandue dans le monde arabe, se fait entendre depuis quelques années - grâce à la migration - également dans les pays germanophones.

La maison d'édition Duden elle-même ne sait pas exactement pour quelle raison ce message est apparu dans divers médias ces derniers jours.

[...]

L'intégration se poursuit maintenant à coups de pied-de-biche, au moyen d'astuces philologiques et linguistiques. Cela concerne également l’expression "Inschallah", c’est-à-dire « si Allah le veut », qui fait même partie intégrante de la langue allemande - enregistrée dans le Duden dès 1942 (en raison de la proximité du régime national-socialiste avec ses alliés islamiques de l'époque).

Depuis la semaine dernière, la nouvelle circule sur Internet indiquant que ce mot n'a été inclus que "récemment" dans le Duden. Des musulmans ont célébré cela avec enthousiasme sur Twitter :

 

 

Même des musulmans dont la carrière est un modèle d'intégration ont montré de l'enthousiasme pour cette prétendue "innovation", qui n'avait aucune utilité pratique - sauf en terme de dilution et de décomposition identitaire de tout ce que "l'allemand" en tant que langue et culture représente : La présentatrice de la ZDF d'origine libanaise Aline Abboud, par exemple, a annoncé avec enthousiasme qu'elle intégrerait bientôt le "nouveau" mot "allemand" dans ses textes :

 

 

 

Une expression musulmane inoffensive est devenue la pièce suivante de la mosaïque de l'islamisation : Les musulmans font ici ouvertement la promotion de l'enrichissement du vocabulaire par des termes féodaux arabes.

[...]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Journalistenwatch.com / Diepresse.com

 


PS : On retrouve naturellement cette journaliste libanaise proche des musulmans, opposée aux hommes blancs et vilipendant les USA. Toute la politique de gauche se fait au service des migrants musulmans et ceux-ci l'ont très bien compris.

 

Metz : Jets de cocktails molotov et voitures brûlées après l’interpellation d’un fiché S qui brandissait un couteau en criant « Allah Akbar »

La tension était forte cette nuit dans le quartier de Metz-Borny après l’intervention de la police appelée pour neutraliser un homme menaçant et radicalisé.

(…) Après l’intervention de la police dans le quartier pour neutraliser le suspect, des tensions ont éclaté à proximité des lieux où se sont déroulés des faits. Des cocktails molotov ont été lancés vers les policiers déployés dans le quartier. Certains ont été retrouvés allumés au sol sans être lancés ou utilisés.

 

 

Des poubelles ont également brûlées près de certains immeubles d’habitation ou encore sur la voie utilisée par les bus METTIS.

(…)

Actu.fr

 

 


06/01/2020

Une deuxième personne a été interpellée dimanche 5 janvier et placée en garde à vue, après qu’un homme fiché S pour radicalisation, ayant brandi un couteau, a été blessé par la police à Metz, a-t-on appris ce lundi 6 janvier auprès du parquet.

Cette personne a été interpellée dimanche « vers 17 heures », a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Metz Christian Mercuri, sans donner plus de détails. Des perquisitions ont également été « effectuées dimanche en fin de soirée », a-t-il ajouté.

(…) Le parquet national antiterroriste à Paris était encore en train d’évaluer l’affaire lundi matin avant de décider d’une éventuelle saisine, a indiqué Christian Mercuri.

(…)

L’Obs

Via Fdesouche

Paris Une femme intégralement voilée porteuse d’un couteau et d’un coran interpellée gare d’Austerlitz

Coïncidence ? Depuis la diffusion le 1er janvier sur Twitter d'une vidéo de propagande en français d'un djihadiste de l'État islamique montrant comment attaquer les « mécréants » en France avec une « simple lame » quand on ne peut pas faire le « djihad » en Syrie, les attaques au couteau semblent se multiplier. Si à Villejuif et à Metz, les deux actions peuvent être reliées à la fois à l'islamisme radical et à l'état psychiatrique des mis en cause neutralisés par la police, il est encore trop tôt pour qualifier la femme de 37 ans vêtue d'un niqab qui a été interpellée ce dimanche en début de soirée gare d'Austerlitz avec un couteau d'une lame de 15 centimètres et un coran dans une sacoche ouverte.

Fichée au FPR

Aux policiers venus l'appréhender, elle a affirmé habiter en Seine-Saint-Denis – elle était sans pièce d'identité. Elle n'a pas justifié la présence de l'arme au moment de son interpellation, bien qu'elle ait précisé ne pas vouloir faire de « mal ni à [elle]-même ni à autrui ».

[...]

La femme a été placée en garde à vue.

Lepoint.fr

via Fdesouche

Suisse : La Turquie a endoctriné de jeunes élèves durant les vacances de Noël

Cela ressemblait à un camp de vacances normal. Mais derrière le plaisir récréatif des enfants à Melchtal (canton d'Obwald), se trouvait l'autorité religieuse turque. Des imams envoyés par Erdogan dirigeaient le tout.

Recep Tayyip Erdogan (55 ans) n'a jamais caché le véritable caractère de sa mission. En 1997, peu de temps avant qu’il ne soit condamné pour incitation à la haine religieuse, le maire d’Istanbul citait déjà un poème : "La démocratie n'est que le train que nous prenons jusqu'à notre but. Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes et les fidèles nos soldats."

Selon la volonté d'Erdogan, les plus jeunes doivent déjà devenir des soldats de la foi - en Suisse également.

À Noël [NDLR : Notez la provocation et le mépris à l'égard de notre pays aux racines chrétiennes], l’État turc a endoctriné des écoliers de l’école primaire suisse dans un camp de vacances à Melchtal durant six jours.

Enseignement coranique intensif

A première vue, le campement d'hiver semblait inoffensif. Les photos montrent des garçons et des filles en train de rire. Ils pratiquent le tir à l'arc, jouent au billard, font de la luge dans le paysage montagneux idyllique d'Obwald. Mais le camp est plus qu'une simple activité de loisir, comme le prouvent d'autres images de la vie du camp : Des filles - qui n'ont pas encore dix ans - avec des foulards serrés. Des élèves priants, strictement séparés par sexe. Et encore et toujours : des leçons intensives de Coran, des invocations collectives d'Allah, de la formation continue de la culture turque.

Derrière l’organisation du camp de vacances se trouve la Fondation turco-islamique pour la Suisse (TISS), une branche directe du ministère de la religion Diyanet situé à Ankara, la capitale turque. L’autorité de l'État dispose d’un budget d’un milliard d’euros et emploie plus de 100 000 personnes.

Au camp d’hiver d’Obwald, les prédicateurs envoyés par Ankara ont également agi en qualité de responsables et d’enseignants. Parmi ces imams envoyés par Erdogan se trouve I. G.*. Il vient d’Hatay, la province qui se situe au sud-est de la Turquie, à la frontière avec la Syrie. Actuellement, G., payé par l’État turc, prêche à la mosquée Diyanet de Neuchâtel.

 

Cette photo a été prise lors d'un camp Diyanet en décembre 2016 à Appenzell.

 

Hostilité à l'encontre des homosexuels et d'Israël

On ne sait exactement pas ce que G. a fait avec les élèves lors du camps, mais on sait ce qu’il pense. Sur Facebook, G. attise l'hostilité contre les homosexuels, appelle à la lutte contre Israël, glorifie les Frères musulmans islamistes. Au camp de vacances, il portait toujours un fez rouge, symbole de l'Empire ottoman. Erdogan rêve également de ce califat islamique disparu.

Avec son attitude nationaliste, radicale-islamique, l’imam G. est tout à fait sur la même longueur d’onde que Diyanet. Dans une fatwa, un avis juridique islamique, l'autorité religieuse a récemment demandé aux fiancées en Turquie de ne pas flirter ni de se tenir la main en public. L'Islam n'approuve pas cela.

En 2016 dans une bande dessinée pour enfants, l'autorité a glorifié la mort comme un martyr de la foi. Ces derniers mois, dans les mosquées de Diyanet en Europe, des prières ont été récitées pour les "martyrs" de la campagne syrienne.

Réunion avec Erdogan à Genève

Les rencontres avec le chef de l'Etat turc montrent à quel point les contacts entre plusieurs responsables de ces camps et l'appareil de pouvoir turc sont étroits. La dernière rencontre a eu lieu cinq jours seulement avant le camp d'hiver, lors de la visite de l'autocrate turc à Genève. L'imam I. G. et une autre responsable de camp - une fonctionnaire de Diyanet Suisse - y ont rencontré personnellement Erdogan.

Les camps de vacances pour enfants helvético-turcs sont une longue tradition. En particulier, les associations des mosquées organisent de tels camps en Suisse depuis des décennies. Cependant, les camps de Diyanet suscitent de plus en plus d'inquiétudes parmi les membres de la communauté turque.

Les événements ont considérablement changé ces dernières années. Alors que les dirigeants étaient autrefois des jeunes Turcs bien intégrés, résidant en Suisse, ce sont aujourd’hui des imams envoyés par leur pays d’origine. Ils parlent à peine l’allemand et ils s'engagent sans réserve dans la trajectoire d'Erdogan.

Crainte de représailles de la part de l'État turc

"Les camps de vacances de Diyanet favorisent les sociétés parallèles et sont un poison pour l'intégration des élèves en Suisse", déclare un Turc vivant ici qui refuse que son nom soit publié dans le journal - la peur des représailles de l'Etat turc est trop grande. L'homme a lui-même participé à des camps d'hiver similaires lorsqu'il était jeune. Diyanet n'a pas répondu aux demandes d'informations du SonntagsBlick.

Recep Tayyip Erdogan n'a jamais caché qu'il fonde également son pouvoir sur le soutien des Turcs de l'étranger, qui se sentent davantage engagés envers lui et leur ancienne patrie qu'envers le pays dans lequel ils vivent

Déjà en 2010, lors d'un discours à l'occasion de l'ouverture d'une mosquée à Cologne (Allemagne), Erdogan a appelé ses compatriotes à ne pas se laisser intégrer par leur pays d'accueil : "Personne ne peut s'attendre à ce que vous vous soumettiez à l'assimilation. L'assimilation est un crime contre l'humanité !"

* Nom connu

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Blick.ch

Nos remerciements à notre lectrice

 

Rappels :

Genève : A l’abri des regards, Erdogan tient un discours anti-intégration et fait le signe des Frères musulmans. « Infiltrez la société suisse! »

Situation tendue à Genève : Erdogan prévoit une soirée de propagande avec les Turcs de Suisse. Les Kurdes et l’extrême gauche sont prêts à en découdre

Erdogan menace la Suisse: «Vous récolterez ce que vous avez semé»

Suisse: des jeunes musulmans sont encouragés par leurs imams à haïr.

Bâle: Un policier pro Erdogan arrêté. Il aurait consulté les fichiers d’opposants au président turc.

Lorsque le Parti socialiste suisse milite en arabe et en turc pour la naturalisation facilitée

Employé dans une entreprise de sécurité, le Turc recrutait des jihadistes au Tessin

La Turquie tente d'influencer l'islam en Suisse

Berne inquiet: « La Turquie organise dans 15 pays un programme pour ses ressortissants sous le prisme de l’islam et de l’empire ottoman. »

Erdogan: l’Europe sera musulmane, si c’est la volonté d’Allah

Gelsenkirchen (All.) : La police aurait empêché une attaque terroriste. L’agresseur criait « Allahu akbar » selon les témoins

La police en est certaine : cette attaque est une attaque terroriste ratée contre des policiers au centre de l'Allemagne !

Dimanche soir à 19h40 : Un homme âgé de 37 ans d'origine turque court vers le poste de police Sud de Gelsenkirchen (NRW). Il tient un bâton dans une main et un couteau dans l'autre.

Puis la situation dégénère.

 

L’homme a d’abord frappé un véhicule de police se trouvant devant le commissariat. Ne répondant pas aux injonctions des deux policiers qui lui intimaient l'ordre d'arrêter, il a tenté de les attaquer.

Le porte-parole de la police Christopher Grauwinkel (49 ans) a décrit l'incident au journal BILD: "Un homme est passé en courant devant la voiture de patrouille et a soudain frappé la voiture avec un bâton. Les deux fonctionnaires lui ont immédiatement demandé d'arrêter. Ne répondant pas à l’appel, il a tenté de les attaquer avec ce même objet."

Des témoins ont déclaré au journal BILD que l'homme a crié "Allahu Akbar" (en arabe, "Dieu est plus grand") et a continué de s'approcher des policiers.

Une chose est certaine : l'un des deux policiers a alors sorti son arme de service et a tiré. L'agresseur a été mortellement blessé par au moins une balle. Un médecin urgentiste a tenté de le réanimer sur place - en vain.

[...]

L'individu avait été condamné à plusieurs reprises pour des infractions violentes par le passé.

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Bild.de / Sputniknews.com

Nos remerciements à Daniel Brand

 

 

France : La police blesse un homme, il avait brandi son couteau en criant «Allah Akbar»

Un homme, qui brandissait un couteau dans une rue du quartier Borny à Metz (nord-est de la France), a été blessé dimanche en milieu de journée par des policiers lors de son interpellation.

L’homme était « connu pour sa radicalisation et ses troubles de la personnalité » et a crié « Allah Akbar », a indiqué le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri.

[...]

[...]

 

 

Sudinfo.be

Suisse : l’asile sous la menace djihadiste

Sur les 1196 dossiers de requérants d'asile examinés, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a recommandé d'en rejeter 25, principalement pour djihadisme.

[...]

Au total, depuis 2016, Fedpol a ordonné l'expulsion de 23 personnes en vertu d'un article de la loi fédérale sur les étrangers et l'intégration.

Ces renvois sont décidés sur la base de soupçons, aucune condamnation préalable n'étant requise, mais ne sont pas toujours possibles. Ainsi, six de ces 23 personnes, dont cinq Irakiens, sont toujours en Suisse, en vertu du principe que nul ne peut être refoulé sur le territoire d'un Etat dans lequel il risque la torture ou tout autre traitement ou peine cruel et inhumain. Fedpol ne souhaite pas s'exprimer sur le dernier cas.

20Min.ch

Nos remerciements à notre lectrice

 


Il s'agit probablement de ces Irakiens qui profitent à présent de notre aide sociale et d'une vie dénuée de problèmes financiers et contre lesquels Sommaruga avait décidé de ne rien faire alors qu'ils visent à nous tuer :

Attentat islamiste en Suisse: Sommaruga ne veut même pas expulser les terroristes!

Suisse: Tous les jihadistes irakiens de l’Etat islamique ont retrouvé la liberté. Ils demandent l’asile et l’aide sociale.

« Les Suisses sont des «fils de chiens» et des «ânes», ils ne méritent même pas d’être convertis à l’islam, ils doivent être décapités »

Suisse: Alors que Londres subit un attentat terroriste, les juges suisses revoient à la baisse la peine de 2 membres de l’Etat islamique. « Profiter de la Suisse n’est pas un facteur aggravant. »

 

Marc Trévidic, ancien juge d’instruction : « L’islamisme s’est propagé partout. Je connais le cas de la fille d’un général de l’armée française qui s’est radicalisée »

L'attentat de la préfecture commis par Mickaël Harpon ne m'a pas surpris. Ces dernières années, l'idéologie islamiste s'est propagée partout.

Je connais le cas de la fille d'un général de l'armée française qui s'est radicalisée. Même au sein du parquet antiterroriste, on a eu une assistante radicalisée dont il a fallu nous séparer. Un jour, un juge français pourrait se radicaliser sans qu'on s'en rende compte.

 

 

Marc Trévidic, ancien juge d’instruction au tribunal de grande instance de Paris au pôle antiterrorisme.

Marc Trévidic a lancé sa chaîne Youtube.


En lien :

Marc Trévidic : « Merah tire dans la tête d’une petite fille, j’ai été surpris de voir à quel point les gens qu’on écoutait trouvaient ça bien »

Marc Trévidic : « On voit des policiers, des militaires radicalisés, bientôt un juge radicalisé ? Tout est envisageable. Ça s’est dilué dans toute la société française »

Marc Trévidic : « Le moteur du terrorisme islamiste est la haine du Français »

Via Fdesouche

 

 

 

Burkina Faso : Un car de collégiens rentrant des vacances de Noël saute sur une bombe, 14 morts

Quatorze civils, essentiellement des collégiens, ont été tués samedi dans une attaque dans le nord du Burkina Faso, onze jours après la tuerie d'Arbinda, qui avait plongé le pays dans le deuil à Noël.

Selon des sources sécuritaires, un car transportant principalement des collégiens rentrant de leurs vacances de Noël a sauté sur un engin explosif sur une route du nord-ouest du Burkina, près de la frontière malienne.

[...]

20Min.ch

Suisse : Une djihadiste « vaudoise », mère de famille, est déchue de sa nationalité

Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la nationalité suisse est retirée à une femme. Cette trentenaire se trouve dans un camp en Syrie avec ses filles.

«La nationalité suisse de Madame Sahila F.*, née le 25 mars 1989, de nationalité suisse et française, originaire de Berolle, actuellement sans domicile connu, est retirée.» [...]

En septembre 2019, le SEM a aussi privé de sa double nationalité un Turco-Suisse, condamné par le Tribunal pénal fédéral pour appartenance à Daech. [...]

Sahila F. fait la une des journaux depuis plusieurs mois. Jusqu’ici, il ne s’agissait pas tant de sa nationalité mais plutôt du retour de ses filles genevoises au pays qui, elles, conservent leur passeport à croix blanche.

[...]

Sahila F. a épousé un djihadiste tunisien qui a aussi grandi à Genève.

[...]

24Heures.ch


Rappel :

Le Danemark va priver de nationalité les enfants de djihadistes

 

Six djihadhistes d’origine marocaine perdent leur nationalité belge

Il s'agit d'hommes qui disposaient de la double nationalité belgo-marocaine. [...]

La décision est rendue publique jeudi dans divers quotidiens flamands. La Cour d'appel a retiré la nationalité belge de six militants de Sharia4Belgium, qui avaient été condamnés par contumace en 2015 pour terrorisme. Il s'agit des frères Ali et Said El Morabit, Ilyass Boughalab, Bilal Elhamdaoui, Azdine Tahiri et Fouad Akrich. Certains seraient morts en Syrie, mais le sort d'autres reste inconnu.

[...]

Dhnet.be /  Bladi.net / 7sur7.be