Le Corps suisse d’aide humanitaire au secours de l’Albanie

La Suisse étend son aide d'urgence en Albanie

Berne, 03.12.2019 - Alors que la région est sans cesse secouée par des répliques, l'équipe d'intervention rapide (EIR) de la DDC concernant l'aide humanitaire dans la région de Tirana-Durrës intervient sur trois axes.

D'une part, les experts examinent la stabilité des maisons endommagées ; d'autre part, les livraisons de secours ont débuté; et enfin, la population des communautés touchées doit recevoir un soutien financier.

L'Équipe de déploiement rapide de la Direction du développement et de la coopération (DDC) comprend également des ingénieurs du bâtiment et du génie civil qui ont commencé à inspecter les maisons endommagées le lendemain du séisme. Entre-temps, de nombreuses enquêtes ont déjà été menées en étroite collaboration avec des ingénieurs albanais, en particulier dans les villes de Durrës et de Kruja. Jusqu'à présent, plus de 2500 personnes ont bénéficié de cette aide, qui se poursuit chaque jour.

 

 

 

 

 

De nombreuses personnes touchées par le tremblement de terre ont été accueillies par des parents et des amis. Cependant, beaucoup d'autres ont un besoin urgent d'un toit au-dessus de leur tête. C'est pourquoi le DFAE a décidé de fournir des secours. Au total, 100 tentes d'hiver, 400 lits, 1200 couvertures et bâches seront distribués dans les zones rurales des régions de Lezha et Durrës. En outre, les personnes qui ont trouvé refuge dans un logement collectif recevront une aide sous forme de lits et de couvertures. De plus, un projet visant à apporter un soutien financier aux personnes dans le besoin dans l'une des communautés particulièrement touchées sera bientôt lancé.

Avec son engagement en Albanie, l'aide humanitaire bénéficie du soutien d'Helvetas. Elle s'appuie également sur le travail de longue date de l'ambassade de Suisse et du bureau de coopération, dont le réseau et les relations de confiance avec le gouvernement albanais ont permis une réaction rapide. Dans le contexte de la catastrophe naturelle, la Suisse est prête à adapter le programme de coopération actuel dans certains domaines, qui a déjà fait l'objet de contacts avec les autorités albanaises.

(Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Admin.ch

 


Rappel : Lors de l'attentat islamiste de Louxor où 36 Suisses avaient été tués, les autorités suisses ont été beaucoup moins attendries:

"La Suisse ne montrera pas d’insistance particulière pour que l’enquête aille plus loin. Dès l’an 2000, après quelques visites de conseillers fédéraux sur place, Berne décide de tourner la page."

 

Hopp l’Albanie! Le football rend aveugle.

L'aigle à deux têtes atteint le Conseil fédéral.

De Roger Köppel

C'est venu du fond du cœur, directement du système limbique. À peine les internationaux suisses Xhaka et Shaqiri avaient-ils tiré leurs glorieux buts contre l'ennemi héréditaire serbe qu'ils croisaient leurs mains pour former l'aigle bicéphale mythique, emblème national de tous les Albanais, symbole héraldique d'une appartenance tribale indéfectible. Mais en ce moment historique, c'était avant tout le signal triomphal de l'humiliation des Serbes détestés. Les Albanais, vêtus de la tenue suisse, ont pris leur revanche au nom des injustices endurées au cours des innombrables guerres balkaniques. Le sport et la politique se sont inextricablement entremêlés.

Non, il ne s'agissait pas d'un salut inoffensif envoyé à la famille au Kosovo comme a voulu le propager après coup la fédération dépassée par l'événement. C'était la continuation de la guerre fratricide yougoslave sous le drapeau suisse. A-t-on déjà vu cela? Après les buts, Xhaka et Shaqiri grimaçants, les yeux brillants de testostérone, se sont plantés en faisant l'aigle bicéphale devant le virage des supporters serbes. On aurait dit une scène guerrière primitive, tout droit sortie du film «Braveheart», juste avant que les Écossais des Highlands, aux visages peints pour la guerre, n'attaquent les Anglais. Indépendamment de ce qui s'est passé à ce moment-là, cela n'avait plus rien à voir avec la Suisse et son football.

Ou peut-être que si? Les scènes de Kaliningrad n'étaient-elles pas justement un symbole parfait? La politique migratoire des frontières passoires a conduit à l'importation systématique en Suisse des conflits des groupes ethniques immigrés. À Berne, les Turcs et les Kurdes s'affrontent à coup de barres de fer. À Zurich, des bagarres de rue éclatent entre Tamouls. Des islamistes importent la guerre sainte. Les aigles à deux têtes des footballeurs suisses viennent en rajouter sur les dissensions qui couvent depuis longtemps entre Albanais et Serbes. Le capitaine, Stephan Lichtsteiner, en a remis une couche en se solidarisant avec l'aigle à deux têtes.

Quel spectacle! Ce ne sont pas les Suisses qui intègrent les Albanais, mais les Suisses qui se font intégrer par les Albanais. Il est intéressant de voir comment tout le monde minimise maintenant l'incident. Bien sûr, ils ont réalisé qu'une ligne avait été franchie contre la Serbie. Quelque chose s'est brisé. Pour un fan de football, il n'y a pas pire offense que lorsqu'un joueur national qu'il admire profondément enfile le maillot d'un autre pays au moment de son plus grand triomphe, le tir au but réussi. Hopp l'Albanie! C'était, comme l'a écrit un commentateur sur Facebook, comme si ta femme criait Jean-Luc pendant l'orgasme alors que tu ne t'appelles ni Jean ni Luc. Que Xhaka, l'auteur du but glorieux, ait dédié en interview, juste après le match, la victoire capitale principalement à sa «patrie, le Kosovo» et non à la Suisse, qui a jadis accueilli sa famille en tant que réfugiés et rendu sa carrière possible, n'a pas vraiment arrangé les choses.

Au cours de cette remarquable soirée footballistique à Kaliningrad, quelque chose a fait surface que beaucoup de Suisses ressentent comme un problème, mais qu'ils sont réticents à s'avouer, encore moins maintenant, sous peine de faire s'évaporer le plaisir de cette fantastique Coupe du monde. Beaucoup ont le sentiment que la Suisse se fait arnaquer par la migration et les réfugiés, que d'innombrables étrangers qui viennent ici veulent principalement en profiter, mais qu'ils montrent étonnamment peu de gratitude – et c'est là que le bât blesse. L'aigle à deux têtes réfute aussi le conte de fées que la politique aime à raconter, selon lequel les migrants économiques seraient parfaitement intégrés, par exemple, par le sport. L'intégration n'est qu'un vernis très superficiel. Afficher «suisse» ne veut pas dire obligatoirement que c’est suisse.

Qu'est-ce qu'un Suisse? Qu'est-ce qui fait un Suisse? La pensée dominante considère désormais cette question indécente. La réponse est simple: est Suisse toute personne qui a acquis la citoyenneté suisse et s'identifie à la Suisse ainsi qu'à sa forme de gouvernement. C'est ainsi que le grand écrivain libéral-radical Gottfried Keller l'a défini. Après la liesse bicéphale reste à savoir à quel point les footballeurs légionnaires albano-suisses s'identifient vraiment avec le pays pour lequel ils jouent. La question n’exprime pas de la xénophobie, mais une réaction naturelle d’aliénation que devraient aussi avoir eue ceux qui s'efforcent tellement maintenant d'étouffer le débat.

Si les fédérations prenaient au sérieux leurs propres valeurs fondamentales et statuts, elles n'auraient pas seulement dû sanctionner d'une amende les trois aigles à deux têtes, mais les suspendre. Évidemment. L'Association suisse de football (ASF) interdit «toute discrimination contre des groupes de personnes» fondée sur «l'origine ethnique» ou la «politique». Il exige même la «neutralité» des joueurs dans ses articles énonçant les buts de l'association. La fédération internationale du football FIFA est opposée aux manifestations politiques et aux actions qui provoquent le public. Mais c'est exactement ce que les provocateurs albanais à l'aigle bicéphale ont eu le droit de faire pratiquement sans sanction: aller à l'encontre de la neutralité et se montrer anti-serbes. Les longues brochures bien-pensantes de la FIFA consacrées à la lutte contre «le racisme et la discrimination» ne valent même pas le papier sur lequel elles sont imprimées.

Les politiques se prennent aussi les pieds dans le tapis au milieu de ce délire à deux têtes. Les principes sont jetés par-dessus bord. Le ministre des Affaires étrangères, Ignazio Cassis, a reçu son homologue kosovar et a tweeté à la légère, quelques heures avant le match, qu'il espérait que «nos joueurs kosovars» aideraient «ce soir» la «Nati» à gagner contre la Serbie. Même après la prouesse politique nationaliste de Xhaka and Co, Cassis s'est rangé derrière l'équipe suisse, tout comme le ministre des Sports, Guy Parmelin. Les conseillers fédéraux couvrent les Suisses du Kosovo qui font de la politique étrangère contre la Serbie en portant la croix suisse.

Ils ne réalisent vraiment pas? La Suisse a des troupes au Kosovo. Elle doit veiller à éviter l'éclatement d'une nouvelle guerre civile entre les Albanais et les Serbes. La plus stricte neutralité entre les parties est de rigueur. Xhaka et Shaqiri ont plus d'instinct politique que les deux conseillers fédéraux qui continuent d'exulter contre la Serbie. Hopp l'Albanie! Le football rend aveugle. L'essentiel, c'est que son équipe gagne et que les stars marquent des buts.

Source

Nos remerciements à Info

 

Rappels :

« L’Albanie B a battu la Serbie » clame la presse albanaise.

Foot : des Albanais sous les couleurs suisses – plutôt perdre que de gagner dans ces conditions

Alain Berset : « Cette équipe de football multiculturelle représente la Suisse. »

Nos joueurs de football albanais devraient être punis

 

Albanie: Explosion d’un téléphone piégé. L’affaire dévoilerait les liens entre le jihadisme et les clans albanais installés en Italie.

Une explosion accidentelle à Tirana a révélé le trafic. Des camions destinés à des clans dans les Pouilles ont été stoppés.

Gentian Hoxha a perdu ses deux mains. Son pronostic est réservé mais il est toujours en vie. Les policiers surveillent sa chambre d'hôpital à Tirana, en attendant l'interrogatoire, mais surtout pour l'empêcher d'être éliminé afin qu'il n'emporte pas ses secrets dans la tombe.

Hoxha, citoyen de 35 ans, à l'apparence anonyme, a fermé les portes de son magasin de réparation de téléphones mobiles à 9h50 mardi. Il s'est rendu dans le petit laboratoire et a commencé à bricoler un téléphone qui a explosé par erreur. Hoxha préparait une bombe cellulaire.

Le camion à la frontière

Ce magasin se trouve à deux pâtés de maisons de l'ambassade américaine dans la capitale albanaise. Mais pour situer ce cas, qui n'est nullement un cas isolé, il faut élargir la géographie; déplacer, et arriver dans les Pouilles, avec la guerre mafieuse (le dernier carnage est survenu le 9 août, quatre morts à Foggia).

Un camion avait été arrêté il y a un mois à la frontière avec le Monténégro. Trois de ces dispositifs destinés à l'Italie étaient cachés à bord. Le mécanisme des téléphones cellulaires piégés est simple et mortel: un demi-kilo de TNT est lié au téléphone mobile et le colis est placé sous la voiture de la «cible». En appelant le numéro du cellulaire, un capteur est activé et déclenche la bombe.

Au cours des derniers mois des centaines d'ateliers de réparation de téléphones mobiles ont vu le jour, de Tirana jusqu'au sud et à Vlora.

Certains des propriétaires seraient directement liés aux mosquées. Cela peut être une coïncidence, mais les enquêteurs ne le croient pas: il existe un fort soupçon que la "direction" des clans des Pouilles soit liée à celle du jihadisme.

Le rôle central de l'Albanie dans les stratégies terroristes est confirmé, comme ce fut le cas le 14 juillet 2016 avec le terroriste de Nice Mohamed Lahouaiej Bouhlel, en contact avec des Albanais pour récupérer les armes.

Des fournitures aux clans

Cette centralisation comporte une contrepartie et une barrière dans la même Albanie, où les anciens jeunes policiers ont survécu à la guerre civile et à la vengeance des trafiquants. Ils sont arrivés à obtenir des postes élevés. Ils ont quarante ans; ils ont appris des techniques d'investigation et des compétences analytiques et sont devenus des interlocuteurs très écoutés par leurs anciens professeurs, à commencer dans la lutte contre la drogue.

La découverte et le développement des investigations concernant les téléphones piégés proviennent de ces enquêteurs. (...)

La route traditionnelle de l'Adriatique entre l'Albanie et les Pouilles est utilisée pour transporter les cargaisons de stupéfiants. Les armes sont également cachées sur les canots et les bateaux à moteur. A présent, les téléphones portables piégés y voyagent.

(...)

 

Source Traduction libre Les Observateurs.ch

Nos remerciements à Victoria Valentin

Attentats de l’Etat islamique: 19 personnes arrêtées au Kosovo, en Macédoine et en Albanie

 

La police kosovare affirme avoir déjoué deux attentats orchestrés par le groupe Etat islamique.

L’une des cibles était le match Albanie – Israël que les autorités de Tirana avaient justement rapproché de la capitale pour des raisons de sécurité.

Dix-neuf personnes ont été arrêtées au Kosovo le 4 novembre, et six autres en Macédoine et en Albanie.

Les suspects étaient en contact avec un certain L.M, peut-être Lavdrim Muhaxheri, un membre du mouvement jihadiste qui s’est proclamé “commandant des Albanais en Syrie et en Irak”. 300 Kosovars auraient rejoint les rangs de l’Etat islamique.

Source

Rappel: Le parti socialiste a milité pour accueillir les Kosovars en Suisse.

Genève: Un terreau d’islamisation

Depuis quelques mois, ils s'y sentent moins chez eux. «Je n'ai jamais vu autant de barbus et de hidjab que depuis mon retour de vacances», lance Danièle. Son inquiétude en libère d'autres: «Quand l’Église a brûlé, des jeunes musulmans ont filmé en applaudissant et en criant «catholiques de merde», enchaîne Yvan (ND Ch. H. Vidéo qui avait été trouvée et mise en ligne par Les Observateurs.ch avant tous les autres sites).

L'atmosphère se raidit: «On est incompatibles avec ces gens-là, on ne pourra jamais vivre avec eux, dit Alain. Car ils veulent s'imposer

Va mourir en martyre.

Ils lui ont dit: «Va mourir en martyre, et tu auras la miséricorde de Dieu». C'est par ces bonnes paroles qu'Amine (prénom d'emprunt), Kosovar de vingt ans, se voit signifier son adhésion à la foi véritable, l'an dernier, par «un groupe d'hommes à la Mosquée de Genève, en marge des prêches». (...) C'est bien dans ce lieu de prière qu'il a d'abord frayé avec des radicaux: «Ceux qui prêchaient la mort en martyre étaient une vingtaine, dont une dizaine actifs, originaires des Balkans pour la plupart, plus quelques Tunisiens.

La radicalisation rampante est en marche.

«Au Lignon, il y a beaucoup de Kosovars, d'Albanais et de convertis. A la Servette, aux Charmilles et à Onex, certains foyers assez durs s'installent aussi. On en trouve aussi aux Palettes et à Plan-les-Ouates. Les Avanchets en revanche sont plutôt les ghettos perdus des dealers qui se cachent. Ce quartier abrite aussi de nombreux Pakistanais branchés sur le commerce mais qui fréquentent beaucoup la mosquée.» Alors oui, pour Abdoulaye, «la radicalisation rampante est en marche.»

Source

Rappel: Les Kosovars de Suisse remercient Calmy-Rey

La présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey a reçu vendredi le Prix Diaspora décerné par la communauté kosovare de Suisse. La récompense lui a été remise à l'issue d'un entretien avec le ministre des affaires étrangères du Kosovo Enver Hoxhaj à Berne.
2ème Rappel: C'est la gauche qui a poussé la Suisse à accueillir nombre de Kosovars sans jamais demander notre avis!

Résolution du Congrès du Parti socialiste suisse (25 octobre 1998) :

Octroi immédiat de l'admission provisoire collective aux réfugiées et réfugiés kosovars

La Suisse, et particulièrement la population suisse, manifeste et a manifesté par la passé, sa volonté de solidarité concrète à l'égard d'être humains contraints de fuir pour se protéger contre des atteintes à leur vie, à leur intégrité physique et psychique, à leurs droits fondamentaux. Le Parti socialiste suisse partage cette conception de la politique de l'asile, de la tradition humanitaire de la Suisse et attend donc du Conseil fédéral qu'il cesse d'opérer des calculs d'épicier entre le nombre de requêtes déposées en Suisse et le nombre déposé dans les pays voisins. Le Parti socialiste suisse attend du Conseil fédéral qu'il fasse oeuvre de pionnier en Europe et qu'il accorde l'admission provisoire collective aux réfugiées et réfugiés de la violence que sont les ressortissantes et ressortissants kosovars. Une admission provisoire collective directe permettra de simplifier les modalités de la procédure d'enregistrement et, par conséquent, conduira à un fort désengorgement des centres d'enregistrement. Le recours aux sections d'assistance et sanitaire de l'armée deviendra ainsi inutile. L'octroi de l'admission provisoire collective aura également pour effet de mettre fin au statut actuel précaire des réfugiés kosovars, soumis à la pression de délais soudains de départ résultant de décisions de refus d'entrée en matière sur leur requête d'asile et leur permettra de travailler.

 

3ème Rappel: Les socialistes sont très fiers de leurs protégés Albanais et Kosovars

Savary : «Le PS a des liens très forts avec les Albanophones»

Le parti socialiste a de très forts liens avec la communauté albanophone. Beaucoup sont d’ailleurs membres de notre parti. J’en suis fière et je les remercie de leur confiance et de leur engagement. Cela a sans doute un lien avec le fait que la Suisse a tout de suite reconnu l’indépendance du Kosovo, grâce à la ministre socialiste de l’époque, Micheline Calmy-Rey.

Christian Hofer, 6 octobre 2015

Problèmes avec les ressortissants du Kosovo: Nos politiciens sont au courant depuis plus de 17 ans!

Mme Myriam Sormanni (S).

Alors que je travaillais auprès de réfugiés kosovars en juillet 1997, dans un poste de protection civile, l'un des résidents s'est mis à travailler au noir huit jours après son arrivée à Genève. D'autres ont commencé au bout de trois semaines. J'eus beau leur expliquer l'illégalité dans laquelle ils se mettaient, ils n'en avaient cure. Rien n'y fit, ni le fait de n'avoir aucune couverture sociale si un accident survenait, pas plus que le risque de se faire pincer par la police. L'appât du gain était plus fort, et être assistés par la Confédération tout en touchant de l'argent pour une activité rémunérée ne leur posait pas de problème.

Source

Rappel: La Confédération interdit l'accès aux armes pour les pays suivants:

Serbie; Bosnie et Herzégovine; Kosovo; Macédoine; Turquie ; Sri Lanka; Algérie; Albanie.

L’image du jour: Un match Suisse – Estonie, vraiment?

FUSSBALL, CHE EST, SCHWEIZ ESTLAND, ESTLAND, UEFA EURO 2016, EM2016, FUSSBALL EM, FUSSBALL, EUROPAMEISTERSCHAFT, LUZERN,

Une photo qui est à mettre en parallèle avec la déclaration de Valon Behrami: "Je ne le chante (ND Ch. H. "l'hymne national suisse") pas pour une raison qui est à mes yeux évidente: je ne peux pas ressentir quand il est joué les mêmes émotions que peuvent ressentir les joueurs qui sont nés en Suisse."

Ce qui ne prive pas ce joueur de prétendre qu'il n'y a pas de joueurs «kosovars-suisses».

Source

La jeunesse des Balkans, notamment habitant en Suisse, de plus en plus tentée par le djihad

L’islam fortement sécularisé des Balkans est mis au défi des événements du Proche-Orient. La radicalisation tente une jeunesse économiquement laissée pour compte, et les volontaires du djihad sont sans cesse plus nombreux.

Au moins 600 musulmans des Balkans se battraient dans les rangs de l’Etat islamique. Ils viennent du Sandjak de Novi Pazar, de Bosnie-Herzégovine, mais aussi d’Albanie, du Kosovo ou de Macédoine. Certains sont originaires des Balkans mais ont grandi en Suisse, en Allemagne ou en Autriche, où leurs parents avaient émigré.

Source

Rappel: C'est la gauche qui a poussé la Suisse à accueillir nombre de réfugiés des Balkans

Résolution du Congrès du Parti socialiste suisse (25 octobre 1998) :

Octroi immédiat de l'admission provisoire collective aux réfugiées et réfugiés kosovars

Plus de 90 % des réfugié-e-s dans le monde se trouvent en dehors de l'Europe, une majorité d'entre eux dans les régions les plus pauvres du Tiers-Monde. Paradoxalement, ce sont les pays européens qui se sentent menacés, qui prônent une politique toujours plus rstrictive dans l'accueil des requérants d'asile. La détresse d'être humains, sujets de droits fondamentaux, est réduite au rang de problème.

La Suisse, et particulièrement la population suisse, manifeste et a manifesté par la passé, sa volonté de solidarité concrète à l'égard d'être humains contraints de fuir pour se protéger contre des atteintes à leur vie, à leur intégrité physique et psychique, à leurs droits fondamentaux. Le Parti socialiste suisse partage cette conception de la politique de l'asile, de la tradition humanitaire de la Suisse et attend donc du Conseil fédéral qu'il cesse d'opérer des calculs d'épicier entre le nombre de requêtes déposées en Suisse et le nombre déposé dans les pays voisins. Le Parti socialiste suisse attend du Conseil fédéral qu'il fasse oeuvre de pionnier en Europe et qu'il accorde l'admission provisoire collective aux réfugiées et réfugiés de la violence que sont les ressortissantes et ressortissants kosovars. Une admission provisoire collective directe permettra de simplifier les modalités de la procédure d'enregistrement et, par conséquent, conduira à un fort désengorgement des centres d'enregistrement. Le recours aux sections d'assistance et sanitaire de l'armée deviendra ainsi inutile. L'octroi de l'admission provisoire collective aura également pour effet de mettre fin au statut actuel précaire des réfugiés kosovars, soumis à la pression de délais soudains de départ résultant de décisions de refus d'entrée en matière sur leur requête d'asile et leur permettra de travailler.

La Suisse investit 6.5 millions dans l’énergie en faveur de… l’Albanie

Le gouvernement de Suisse a alloué une donation à hauteur de 6.5 millions de francs afin d’investir dans le système énergétique d’Albanie. Cette subvention a été confirmée par l’ambassadeur helvète à Tirana, Christof Graf, après une visite à l’hydrocentrale de Fierzë, accompagné du ministre de l’énergie Damian Gjinknuri et du directeur de la corporation électrique, Agron Heto.

Ils ont été informés des travaux accomplis jusqu’à présent ainsi que de ceux en cours financés par la Suisse dans l’une des sources les plus importantes d’énergie du pays.

Source

Le joueur « suisse » albanais Granit Xhaka refait le signe de l’aigle albanais

L'international suisse a posté une photo de lui où il reproduit le fameux aigle bicéphale chez son coiffeur, une photo qu'il s'est empressé de poster sur son compte Instagram avec ce commentaire: «On n'oublie pas l'aigle bicéphale, même chez le coiffeur.»

2114370_pic_970x641

Le problème, c'est qu'en début de stage de l'équipe de Suisse, début novembre, l'ASF avait été claire: les internationaux suisses n'ont pas le droit de faire l'aigle de leurs mains. Cette décision faisait suite aux gestes de Granit Xhaka et Pajtim Kasami.

Source

Les footballeurs « suisses » faisaient le signe de l’aigle albanais

Après la polémique née des gestes de certains internationaux d’origine albanophone, il a été décidé d’abolir pareille démonstration de joie. En tout cas sous le maillot de l’équipe nationale.

«Le Matin» s’en était fait l’écho: les gestes de Granit Xhaka et de Pajtim Kasami, célébrant, dans leurs clubs respectifs, leur but en déployant les ailes de l’aigle bicéphale avaient été très mal perçus par les dirigeants helvétiques.

Cette démonstration de joie en faveur de leur pays d’origine (ils y possèdent leurs racines) avait en même temps passablement irrité les fans de l’équipe de Suisse. Un double langage qui créait pour le moins un climat de malaise auprès du supporter lambda.

Source

 

Menaces jihadistes contre le pape en Albanie

Le pape Francois est en danger de mort, il est menacé par les musulmans de l’Etat islamique, a indiqué le Vatican avant sa première visite dans un pays à majorité musulmane cette semaine.

Alors que le souverain pontife s’apprête à se rendre ce dimanche en Albanie, l’ambassadeur d’Irak auprès du Vatican a prévenu que des menaces concrètes contre la vie du pape existent et qu’elles sont crédibles.

L’ambassadeur a ajouté que la vie du pape serait également menacée lorsqu’il se rendra en Turquie en novembre prochain.

islam-will-dominate-the-world

Depuis quelques semaines, les jihadistes ont indiqué qu’ils allaient étendre le Caliphat sur Rome et planter le drapeau noir de la terreur sur la basilique St. Pierre.

L’ambassadeur abeeb Al-Sadr a ajouté que les menaces de mort contre le pape se font de plus en plus pressantes depuis qu’il s’est exprimé en faveur d’une intervention occidentale pour arrêter l’avancée de l’état islamique en Irak et en Syrie. dvance of Isil in Syria and Iraq.

« Ce que l’état islamique a déclaré est clair: ils veulent tuer le pape. Les menaces sont crédibles, précisait l’ambassadeur au quotidien ‘La Nazione’, hier mardi.

« Je pense qu’ils vont tenter de le tuer lors d’un de ses déplacements à l’étranger, ou même peut être à Rome. Certains membres de l’Ei ne sont pas arabes mais canadiens, américains, français, anglais, mais aussi italiens, convertis à l’islam. L’Ei peut enrôler un ou plusieurs d’entre eux pour commettre des attentats terroristes en Europe. »
L’ambassadeur, qui est en poste au Vatican depuis quatre ans, a ajouté : « ces criminels ne se contentent pas de proférer des menaces [remarquez qu'il ne dit pas qu'ils n'ont rien à voir avec l'islam] ils les mettent à exécution. En Irak ils ont déjà détruit certains des lieux saints chiites les plus sacrés. »

Le Vatican a minimisé l’avertissement, précisant qu’il n’a reçu aucune information plausible de menace contre le pape et il ne changera pas son emploi du temps ni sa visite en Albanie.

Pendant son séjour à Tirana, la capitale albanaise dimanche prochain, le pape va célébrer la messe sur la place principale de la ville avant Den faire le tour dans sa voiture papale, ouverte.

Le pape Francois ne veut « aucun obstacle » entre lui et les gens qu’il va rencontrer.

Bien que des terroristes sont déjà revenus en Albanie après avoir combattu en Syrie, aucune mesure de sécurité supplémentaire ne sera prise, à déclaré un porte parole du Vatican.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source