Foot : des Albanais sous les couleurs suisses – plutôt perdre que de gagner dans ces conditions

Ces footballeurs ne l’ont pas fait délibérément, l’émotion était trop forte, l’aigle bicéphale est sorti de leur cœur, de leurs tripes, malgré eux…

Nous avons vu des secundos qui sont devenus djihadistes, nous avons vu nos prisons remplies d’une racaille issue d’une partie de l’immigration, nous voyons la masse des abuseurs de l’aide sociale issus d’une grande partie de l’immigration, refusant de s’assumer, vivant sur le dos de la collectivité sans gêne aucune (gêne que les Suisses dans le besoin ressentaient toujours, autrefois).

Nous voyons une nouvelle classe de politicards gauchistes, issus de l’immigration, qui deviennent des éléments très influents et qui façonnent une nouvelle Suisse. Ces éléments œuvrent à mettre le peuple suisse encore plus en esclavage à leur profit, pour importer encore plus de « chances pour la Suisse » venant du monde entier; en somme, ils travaillent pour la disparition pure et simple de la Suisse qui faisait l’admiration de tous.

Ada Marra disait : « La Suisse n’existe pas. Il y a des Suisses. » Des Suisses qui miment l’aigle bicéphale tout en portant le drapeau suisse, des Suisses qui saluent Allah sous le drapeau suisse, des Suisses qui ne parlent pas une seule langue nationale et sont analphabètes, des Suisses qui ne ressentent dans leurs cœurs que de la haine et du rejet de ce qu’était la Suisse à l’origine… sentiments souvent accompagnés d'une pulsion secrète de vengeance.

À ceux qui disent que sans ces Albanais, l’équipe suisse n’aurait pas gagné, ce qui est probablement vrai, les patriotes répondent qu’ils préfèrent ne pas gagner que de voir une équipe composée de binationaux dont le cœur n’est pas suisse.

Ici comme ailleurs, beaucoup de Suisses ne marchent plus sur leurs pieds mais sur leur tête.

Quotidiennement, les Suisses sont confrontés à des routes surchargées, des logements à prix abordable introuvables, des incivilités toujours croissantes, des espaces publics de moins en moins sûrs et paisibles.

À quoi bon la prospérité économique, si c’est pour subir une vie stressante et pleine d’insécurités, devant fatalement déboucher sur le chaos, la misère et les conflits violents entre communautés incompatibles occupant un même pays ?

L’exemple du Liban, appelé autrefois la Suisse du Moyen-Orient, devrait ouvrir les yeux de chacun.

Cenator, 24 juin 2017

 

L’image qui a fait le tour du monde :

Voir aussi : Nos joueurs de football albanais devraient être punis

9 commentaires

  1. Posté par L'expatrié le

    C’est la preuve bien réelle (s’il en faut encore une de plus) que ces immigrés, même devenu légalement suisse, ne le seront jamais… ni dans le coeur, ni dans l’esprit. Et bien honteux celui qui fait jouer ce type de joueur dans l’équipe nationale. (A noter que c’est pareil pour cette pauvre équipe de ‘France’…)

  2. Posté par Anna le

    Ils portent les tee shirts suisses probablement pour les sous, mais ils ne se sentent manifestement pas Suisses. Logiquement ils devraient aller jouer pour leur véritable équipe, car effectivement on préfère voir la Suisse perdre, que considérée comme une nouvelle province de la grande Albanie. Ce n’est pas une victoire pour moi, c’est plutôt la honte d’avoir un pays laxiste qui se laisse marcher dessus.

  3. Posté par bigjames le

    Si l’on avait un véritable entraîneur Suisse et patriote, il aurait exclu ces deux joueurs de #notre# équipe nationale séance tenante.

  4. Posté par JeanDa le

    Ces tristes porteurs d’aigles n’ont simplement PAS FAIT GAGNER NOTRE PAYS, car leur seul objectif était de FAIRE PERDRE LES SERBES.

    Je ne comprends pas pourquoi des illuminés s’imaginent qu’ils « nous » ont fait gagner le match !

    Même si cela ne correspond pas au laxisme de la FIFA (et autres grands organisateurs de l’extraction du fric à partir du sport), les multiples fédérations sportives de suisses feraient bien de resserrer leurs règlements en rajoutant ce simple paragraphe :
    « Ne peuvent s’intituler ‘Equipe suisse’ (et faire partie de la fédération) que celles composées de 100% de suisses ou naturalisés depuis au moins cinq (dix?) ans ».
    Oui, c’est vrai, ils gagneront un peut moins de fric. Et alors ?

  5. Posté par Gérald le

    J’ ai honte d’ être Suisse quand je vois le drapeau Suisse un peu partout au Kosovo. C’est bien la preuve que ces gens des balkans se croient chez eux en Suisse, tout cela avec la bénédiction des autorités.

  6. Posté par Peter K le

    Excellent article Cenator, vous resumez parfaitement la realité. Heureusement de nombreux autres naturalisés ne sont pas comme ceux-ci et sont heureux et fiers de leur nouveau pays. Ce qui pour ma part, un de souche, ayant servi son pays, n’est plus le cas. Quand au foot, tirez la chasse, svp!

  7. Posté par claude le

    Quelle excellente analyse et d’une concision exemplaire. Bravo et mille merci ! Tout cela est le résultat de la fusion libérale- radicale avec la complaisance PDC pour privilégier les faiseurs de FRIC. Pour notre « bien-être » matériel nous sommes d’accord de foutre en l’air tout ce que nos ancêtres ont bâti. Pour nous : belles voitures, beaux appartements, belles vacances, belles retraites. Pour nos descendants : misère, dépollution des centrales nucléaires, plus de retraites, malformations congénitales, esclavage, remboursements des dettes, bref un beau programme.

  8. Posté par Nicolas le

    « Plutôt perdre que de gagner dans ces conditions ». Entièrement d’accord. Celles et ceux qui se réjouissent de ce spectacle souffrent d’un sérieux déficit cognitif. Le réveil sera douloureux pour les plus jeunes d’entre eux.

  9. Posté par Socrate@LasVegas le

    D’accord avec Cenator!

    C’est pour cela qu’il ne faut SURTOUT JAMAIS d’accord cadre avec l’ue et sortir impérativement de schengen!

    L’ue est une association de malfaiteurs ayant volé aux Peuples des Etats de l’Europe ce qu’ils avaient de plus précieux: leurs démocraties! Ces lobbyistes des multinationales leur ont également volé leurs impôts et ne respectent même plus les lois qu’ils ont eux-mêmes façonnées:

    « Normalement, tous les accords européens excluent une union de dettes et de responsabilités, les instituts financiers et les pays devant prendre eux-mêmes en charge leurs dettes. Mais en réalité, les politiciens européens en charge des finances ont violé non seulement les accords européens, mais également leurs droits de souveraineté nationale, menant l’Europe ainsi toujours davantage vers une union des finances et de l’endettement. Il se trouve qu’actuellement tant la France que l’Italie sont au bout de leur capacité de paiement et réclament une redistribution, ce que M. Macron appelle une «euro-réforme». »
    https://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2018/n-13-11-juin-2018/de-lunion-monetaire-a-lunion-de-la-dette-en-passant-par-lunion-de-la-responsabilite.html

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.