Suisse: Lorsque notre administration accueillait les criminels de l’UCK en tant que réfugiés.

uck3

Interpellation déposée par Frehner Sebastian, Groupe de l'Union démocratique du Centre en date du 15 mars 2012.

Figurant dans un rapport du Conseil de l'Europe datant de décembre 2010, les accusations portées contre des personnes faisant partie des plus hautes sphères de la société au Kosovo concernent des crimes graves et des violations des droits de l'homme. Il est problématique que H. Thaçi et d'autres dirigeants de l'UCK aient obtenu le statut de réfugié en Suisse. Il ressort d'un travail de licence présenté à l'Université de Zurich en 2008 que H. Thaçi a organisé depuis la Suisse - alors qu'il bénéficiait du statut de réfugié - un trafic d'armes et plusieurs attaques contre des unités de la police yougoslave entre 1993 et 1996.

A cet égard, je prie le Conseil fédéral de répondre aux questions suivantes:

1. Ces événements sont-ils connus des autorités compétentes (comme le DFJP, le DFAE, l'ODM, le SAP, le MPC et Fedpol)?

2. A-t-on enquêté sur X. Haliti et H.

pour des infractions en matière de stupéfiants et des infractions contre la propriété, avant tout dans le canton de Zurich, voire ouvert des enquêtes pénales contre eux avant de les suspendre?

3. Les autorités susmentionnées avaient-elles connaissance du fait que H. Thaçi avait été accusé de possession illégale d'armes en Albanie en 1993?

4. Pour quelles raisons H. Thaçi s'est-il vu prononcer une interdiction d'entrée en Suisse en 2002?

5. Pourquoi l'ODM n'a-t-il pas retiré la qualité de réfugié à H. Thaçi et à X. Haliti?

6. Qui était responsable de l'octroi des bourses à H. Thaçi et à X. Haliti et de leur immatriculation à l'Université de Zurich dans les années 1990?

7. Pourquoi le Conseil fédéral n'a-t-il pas informé la Commission de politique extérieure, en 2008, quand la proposition a été faite de reconnaître l'indépendance du Kosovo, alors dirigé par H. Thaçi, du fait que ce dernier était sous le coup d'une interdiction d'entrée en Suisse prononcée en 2002?

8. En février 1999, un avis de recherche a été lancé contre H. Thaçi pour plusieurs attentats terroristes perpétrés contre des unités de police. Les autorités avaient-elles connaissance de cet avis de recherche?

9. Pourquoi Bardhyl Mahmuti, président d'un parti en Macédoine, et Azem Syla, commandant de l'UCK, sont-ils toujours en possession d'un permis C?

10a. Les autorités fédérales connaissent-elles les sociétés "Feniks Company" et "Mabatex", qui ont leur siège en Suisse? Pourquoi des enquêtes pénales ont-elles été ouvertes contre elles?

10b. Des membres connus de l'UCK étaient-ils impliqués dans ces sociétés?

11. Quels sont les noms des membres de l'UCK qui ont pu échapper aux autorités suisses en prenant la fuite bien que des enquêtes pénales aient été ouvertes contre eux?

 

Kosovo_Calmy-Rey-Avec-lecriminel-kosovar-arrêté

La presse alémanique reste interloquée par les liens étroits entre Berne et Hashim Thaçi, décrit "depuis peu" comme un boucher sans scrupules.

**********

Avis du Conseil fédéral du 16 mai 2012

Pour des raisons ayant trait à la protection de la personnalité, le Conseil fédéral est habilité à ne pas apporter de précisions concernant certaines questions posées par l'auteur de l'interpellation en vertu de l'article 7 alinéa 2 lettre c de la loi sur l'Assemblée fédérale (RS 171.10) lorsque les informations demandées doivent rester confidentielles (cf. réponses aux interpellations Wobmann 11.3294 et Stamm 11.3271).

Par ailleurs, le Ministère public de la Confédération est tenu, conformément à l'article 73 alinéa 1 du Code de procédure pénale (CPP; RS 312.0), de garder le silence sur les faits qui lui ont été rapportés et sur les mesures prises. En vertu de cette obligation de garder le secret et selon le principe de la séparation des pouvoirs, le Conseil fédéral ne peut fournir que des réponses partielles.

1. Les événements sont connus des autorités compétentes. Dans son rapport sur la protection de l'Etat 1998, le DFJP a décrit précisément le rôle de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) et mentionné le soutien financier et logistique fourni par des groupes d'immigrés. Hashim Thaçi a été cité dans ce contexte comme étant un dirigeant de l'UCK domicilié en Suisse.

2. Ce sont les autorités cantonales qui sont responsables de la poursuite pénale en cas d'infractions en matière de stupéfiants et contre le patrimoine.

3./8. Pour des raisons de protection de la personnalité, le Conseil fédéral ne peut fournir aucune information à ce sujet. Comme l'a indiqué le Conseil fédéral dans sa réponse à l'interpellation Stamm 11.3271, les activités de l'UCK sont mentionnées dans le chapitre intitulé "Terrorisme et extrémisme violent" du rapport sur la protection de l'Etat de 1999, publié par le DFJP.

4. Comme l'a précisé le Conseil fédéral dans sa réponse à l'interpellation Wobmann 11.3294, il s'était aussi penché sur le cas d'Hashim Thaçi lorsqu'il a pris sa décision le 3 juillet 2001 concernant des interdictions d'entrée contre trois dirigeants de l'UCK et qu'il avait pris connaissance des mesures réservées du DFJP. Ces mesures étaient dues au rôle déstabilisateur de l'UCK dans le sud de la Serbie et en Macédoine. La Suisse n'avait pas l'intention de tolérer les activités de ce groupe. Hashim Thaçi n'a cependant pas été frappé d'une interdiction d'entrée, pour divers motifs qui ne peuvent être précisés ici en raison de l'obligation de garder le secret mentionnée plus haut.

5. Hashim Thaçi et Xhavit Haliti, comme d'autres anciens membres de l'UCK, ont été reconnus comme réfugiés et ont obtenu l'asile sur une période allant du 20 novembre 1986 au 16 février 1996. Ils ont pu prouver ou, du moins, rendre vraisemblable qu'ils étaient poursuivis par les autorités de l'ex-Yougoslavie en raison de leurs opinions politiques. Les autorités compétentes en matière d'asile ont examiné chaque demande avec soin et de manière individuelle. Au moment de la décision, il a été vérifié, pour chacun des cas, qu'il n'existe aucun motif d'exclusion (cf. art. 53 de la loi sur l'asile; RS 142.31; art. 1F de la Convention relative au statut des réfugiés; RS 0.142.30). Peu après la fin de la guerre au Kosovo, une procédure de révocation de l'asile a été lancée à la fois pour Hashim Thaçi et Xhavit Haliti et pour d'autres anciens membres de l'UCK. Xhavit Haliti possédait alors déjà, en vertu de dispositions légales (art. 60 LEtr), une autorisation d'établissement à validité non limitée. Le 3 juillet 2001, le Conseil fédéral a prononcé une interdiction d'entrée à l'encontre de Xhavit Haliti, qui s'est suivie de la suppression de son autorisation d'établissement.

6. L'octroi des bourses relève des autorités cantonales et les immatriculations sont quant à elle du ressort des universités. Dans le cas d'Hashim Thaçi et de Xhavit Haliti, il s'agit de l'Université de Zurich.

7. Cf. réponse à la question n° 4. Etant donné qu'aucune interdiction d'entrée n'a été prononcée contre Thaçi, la question portant sur le fait que la Commission de politique extérieure n'a pas été informée ne se pose pas. Il convient d'ajouter que, du point de vue de la politique extérieure, la reconnaissance du Kosovo signifie la reconnaissance d'un Etat; cet acte souverain de la Suisse n'était pas lié à des personnes en particulier. Le Conseil fédéral était convaincu que cette décision, qui clarifiait la question du statut du Kosovo, permettrait de pacifier et de stabiliser la région.

9. Selon la répartition des compétences prévue par le droit des étrangers, les autorités cantonales statuent sur l'octroi et la révocation des autorisations de séjour et d'établissement. Dans le canton de Vaud, des clarifications sont en cours pour savoir si le maintien de l'autorisation d'établissement de Bardhyl Mahmuti se justifie ou si cette autorisation prend fin du fait qu'il séjourne en réalité à l'étranger.

L'autorisation d'établissement d'Azem Syla a été révoquée par jugement du tribunal administratif du 13 février 2012 et le délai de son départ a été fixé au 15 mai 2012. Après l'entrée en force de ce jugement, l'ODM examinera l'opportunité de prononcer une interdiction d'entrée pour manquements liés aux assurances sociales et pour comportement frauduleux à l'égard des autorités.

10a/10b/11. Pour des raisons de protection de la personnalité et de maintien du secret en cas de procédures pénales, le Conseil fédéral ne peut pas se prononcer à ce sujet.

Source

Rappel:

Les crimes de l'UCK éclaboussent la Suisse

La Suisse, qui a été l'une des premières à reconnaître l'indépendance du Kosovo (Nd Christian Hofer: Reconnaissance effectuée via la socialiste Calmy-Rey), rappelle notre confrère du Temps, a suivi - voire inspiré - ce mouvement de quasi-absolution des crimes albanais malgré "sa" procureur à la Haye, Carla Del Ponte et "son" enquêteur, Dick Marty. Serge Michel cible frontalement les autorités fédérales: "la Suisse porte une responsabilité sans doute plus que d'autres en raison de ses liens avec l'UCK". La Suisse n'a jamais caché son soutien au Kosovo, écrit de son côté le Blick, qui publie sur deux pages, une photo embarrassante. On y voit Hashim Taçi tout sourire au côté de Micheline Calmy-Rey tout aussi rayonnante. L'image a été prise en 2008, à l'occasion de l'ouverture de l'ambassade de Suisse au Kosovo.

Zurich, base arrière et centre de formation de l'UCK

Les ramifications de l'UCK vont jusqu'à Zurich. L'actuel Premier ministre y a vécu dans les années '90 avec le statut de réfugié. Il y a fait des études politiques, et s'est préparé à la guerre de libération du Kosovo, nous explique la Neue Luzerner Zeitung. Hashim Taçi était même la figure centrale de l'acheminement des armes vers sa patrie. 

11 commentaires

  1. Posté par Christian Hofer le

    Merci UnOurs concernant le rappel pour nos tenues d’assaut suisses.

    Et à présent, on va désarmer les Suisses parce que les musulmans sont établis en Europe. L’histoire se répète, toujours au détriment de nos libertés.

    Et aucun UDC pour s’en offusquer visiblement.

  2. Posté par Le Taz le

    Un grand merci à l’ignoble traîtresse mondialo-bolchevique Calamity-Rey. Elle en aura fait des dégâts cette ******!

  3. Posté par Aude le

    Eh oui et quand la RTS permettait à un de ces voyous de l’UCK de s’exprimer sur leurs ondes!
    Lequel faisait appel à tous les Kosowars, en Suisse, de se mobiliser et pourquoi pas d’apporter des armes! C’est tout juste s’il ne demandait aide à la Suisse, si ma mémoire est bonne.
    Ce type m’a fait froid dans le dos par ces paroles et le ton de sa voix!
    Eh oui, les journalistes et archivistes, cherchez bien , vous allez trouver ce trésor de violence!

  4. Posté par UnOurs le

    « Bien entendu, Berset est à la manoeuvre… »

    L’appart’ à trois millions, le joli petit poste qui va bien à l’ONU après le Conseil fédéral, ça fait envie.

  5. Posté par UnOurs le

    Ah Christian, il y aurait des choses à dire sur le sujet de l’AI, dans le style du petit vieux suisse de souche à qui l’AI refuse de remplacer sa vieille prothèse toute pourrie, tandis que les soutiens lombaires sur mesure et donc très chers sollicités par un Kosovar visiblement simulateur sont payés immédiatement et rubis sur l’ongle (moi, témoin direct de la chose dans le cabinet d’un ami orthopédiste par ailleurs dégoûté par le système).

  6. Posté par Prof. Prout le

    « Les politiciens ne sont pas incompétents : ils sont intelligents ET CORROMPUS ; ILS FONT LEUR JOB, parfaitement, CONTRE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL et pour les riches, qui les ont portés au pouvoir précisément pour ça.
    Dire qu’ils sont « incompétents » empêche de diagnostiquer la TRAHISON. »
    Etienne Chouard

  7. Posté par Vengeur le

    Epoque malheureuse ou la boboisation de la société était à plein régime, grâce aux idiots qui se trouvaient au gouvernement…et la suite vous la connaissez.

  8. Posté par Christian Hofer le

    UnOurs, vous pouvez ajouter à cela les magouilles des Kosovars avec l’AI, dont des menaces de mort à l’encontre de nos inspecteurs.

    Et devinez quoi? malgré la corruption endémique du Kosovo, le Conseil fédéral vient de ré-autoriser l’envoi des prestations AI et AVS dans ce pays. Bien entendu, Berset est à la manoeuvre…

    https://www.tdg.ch/suisse/kosovars-recevront-avs-pays/story/12608372

    https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-70167.html

  9. Posté par UnOurs le

    « La Suisse n’a jamais caché son soutien au Kosovo… »
    Rappelons que les avions de cartographie aérienne de notre armée ont donc cartographié gratuitement le Kosovo après la guerre. Imaginez par exemple qu’une aviation étrangère vienne cartographier un canton suisse au profit de forces sécessionnistes.

  10. Posté par UnOurs le

    Les années 90, ce furent les années où de nombreux Kosovars installés en Suisse faisaient des allers-retours entre notre pays et le Kosovo:

    http://www.kosovo.net/kladecapit1.jpg
    http://www.kosovo.net/erpkim04nov03.html

    Il me semble me souvenir que l’homme au centre a actuellement une entreprise de plomberie au Kosovo et qu’il n’a jamais été inquiété ni par la justice internationale ni évidemment par la justice suisse (pas plus que son fils, à droite).

    Notez également les tenues d’assaut suisses, ce qui incita avec beaucoup de retard le DMF (il fallut réveiller Samuel Schmied) à interdire la vente de nos équipements dans les magasins de surplus (pénalisant par ailleurs les Suisses, mais ça, ce n’est pas important).

  11. Posté par Nicolas le

    La seule qualité que l’on peut reconnaître à MCR c’est qu’elle affiche bien son indigence intellectuelle. Malgré cela on l’a élue et laissée nuire au pays en favorisant son invasion par des criminels et des profiteurs. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans le système politique Suisse…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.