Pour Ada Marra, Berne doit agir contre la haine envers les élus

À l’aube d’une nouvelle législature, la conseillère nationale Ada Marra (PS/VD) souhaite empoigner le problème à bras-le-corps. La Vaudoise dépose une motion signée par des élus de tous bords.

Elle demande que les services du parlement fédéral mettent sur pied une task force pour accompagner les élus lorsqu’ils sont la cible de menaces et d’insultes dans le cadre de leur fonction. Ce groupe de travail serait notamment chargé de préparer les dénonciations et de contribuer à la recherche de l’identité des auteurs anonymes.

[...]

24heures.ch

Vaud : La Verte Adèle Thorens favorable à l’adhésion de la Suisse à l’UE

Arrivée en tête lors du premier tour aux Conseil des Etats, la verte Adèle Thorens compte sur les voix de la gauche et du centre pour reconquérir le siège des Verts perdu il y a quatre ans.

Reprendre ce deuxième siège est un défi pour le duo qu’elle forme avec la socialiste Ada Marra face au seul sortant de cette élection, le PLR Olivier Français.

 

 

Lacote.ch / RTS

 

 

 

La mosquée de Lausanne recommande des politiciens pour les élections : Laurent Wehrli (PLR), Claude Béglé (PDC) et Ada Marra (PS)

La mosquée de Lausanne fait son entrée dans la campagne des élections fédérales du 20 octobre. Le lieu de culte, connu pour sa pratique conservatrice de l’islam, a envoyé vendredi une recommandation de vote officielle à ses fidèles, listant trois candidats sortants au Conseil national, Laurent Wehrli (PLR), Claude Béglé (PDC) et Ada Marra (PS).

[...]

La conseillère nationale socialiste [Ada Marra] est connue pour avoir proposé, en 2014, que l’islam soit reconnu et financé par l’État.

[...]

24heures.ch

Conseil des Etats: Ada Marra (PS) et Adèle Thorens (Verts) frôlent les 40%

Deux tiers du dépouillement viennent d'être dépassés pour le Conseil des Etats (15h15). A ce stade de l'après-midi, Adèle Thorens et Ada Marra frôlent les 40% des voix (avec respectivement 39,5% et 39,2% des voix).

Olivier Français, lui, pointe à 29,3%. Mais des villes à majorité de droite doivent encore se positionner, comme Montreux ou Yverdon. Le problème pour le PLR, c'est qu'Olivier Français y avait été battu par le ticket rose-Vert en 2015.

[...]

24heures.ch

 

Pour Ada Marra « les Suisses sont prêts à accorder leur pavillon à l’Aquarius »

Le mensonge récurrent de la gauche : prétendre qu'une ultra-minorité représente la majorité et imposer ainsi son idéologie putride en vidant les poches du peuple.
**********
Une pétition signée par 25'000 personnes pour demander au Conseil fédéral d'offrir le pavillon suisse à l'Aquarius a été remise mardi à Berne. Du côté des parlementaires, la question divise.

Cette pétition succède à une lettre ouverte signée par des personnalités suisses et une interpellation déposée par Ada Marra et deux autres parlementaires au Conseil fédéral il y a deux semaines.

"Cette interpellation parlementaire a entraîné plein d'événements. Selon moi, les Suisses sont donc prêts à accorder ce pavillon", estime mardi la conseillère nationale vaudoise Ada Marra dans le 19h30.

(...)

RTS

Nos remerciements à Josée-Christine Lavanchy-Trépey

Un PDC, une PS, une Verte et un PLR veulent que l’Aquarius arbore le pavillon suisse

L'Aquarius, ce navire qui porte secours aux personnes qui tentent de traverser la mer Méditerranée, s'est vu retirer le pavillon du Panama. Afin qu'il puisse continuer ses actions de sauvetage, trois élus ont déposé mercredi une interpellation au Conseil national, révèle la RTS.

La proposition provient de trois parlementaires d'un bord politique différent: Guillaume Barazzone (PDC/GE), Ada Marra (PS/VD) et Kurt Fluri (PLR/SO). Une élue bernoise des Verts va également déposer une motion en ce sens, ajoute la RTS.

 

 

 

 Aline Trede (Verts/BE) va également déposer une motion sur le sujet.

(...)

 

 

20 Minutes.ch

RTS

 

Audio RTS ici

Suisse : Les mineurs à l’aide sociale pourront être naturalisés. « Ils ne doivent pas être stigmatisés » déclare la socialiste Ada Marra

Pas question de priver de la naturalisation facilitée les étrangers mineurs de la 3e génération dont les parents perçoivent l'aide sociale. Par 112 voix contre 67, le National a refusé de donner suite à une initiative parlementaire de Barbara Steinemann (UDC/ZH).

Ces personnes ne doivent pas être désavantagées de la sorte. Les enfants ne sont pas responsables des situations des parents. Ils ne doivent pas être stigmatisés pour cela, a rappelé Ada Marra (PS/VD) au nom de la commission.

(...)

20 Minutes.ch

Suisse : La socialiste Ada Marra vole au secours de l’Érythréenne qui refuse de faire un apprentissage. « C’est inacceptable de stigmatiser cette population. »

Christian Hofer : Nous parlions de cette affaire déjà ici.

Bien évidemment, pour une socialiste, il est inadmissible que ces migrants ne puissent pas vider nos caisses comme bon leur semble, il est inacceptable d'exiger d'eux une contrepartie pécuniaire. Tout leur est dû.

Les apprentissages et les problèmes financiers, c'est bon pour les Suisses mais pas pour les petits protégés de la gauche choyés au social.

 

**********

"Inacceptable de stigmatiser cette population"

L'affaire a suscité beaucoup de réactions en Suisse alémanique, mais aussi jusqu'en Suisse romande.

"Je crois qu'il ne faut en aucun cas prendre ce pli", souligne ainsi la conseillère nationale socialiste vaudoise Ada Marra. "On stigmatise cette population et c'est tout à fait inacceptable. Je rappelle que les enfants ne sont jamais responsables des histoires socio-économiques de migration ou autres des parents."

(...)

RTS

Nos remerciements à Wilhelm

La socialiste Ada Marra et 32 parlementaires veulent « sauver la presse romande » en faisant passer le contribuable à la caisse.

Christian Hofer: Ainsi ces journalistes qui vomissent quotidiennement sur Trump, l'UDC, le FN et qui censurent massivement les commentaires de droite sans jamais donner de justification seraient assurés de pouvoir vivre grassement à nos crochets en diffusant de la propagande pro islam et pro migrants.

Une sorte de deuxième mammouth remplaçant la SSR verrait alors le jour grâce à cette socialiste, la liberté de choix du consommateur n'existant même plus. On constate à quel point la gauche et la presse romande sont liées, le retour d'ascenseur étant plus qu'évident.

**********

Sous l’impulsion de la conseillère nationale Ada Marra (PS/VD), 32 parlementaires de toutes tendances politiques ont signé une interpellation à l’attention du Conseil fédéral. « A terme, il est à craindre qu’il ne reste plus grand chose de la presse écrite romande… » s’inquiète la Vaudoise.

(...)

Son collègue Manuel Tornare (PS/GE) est lui convaincu qu’il faut faire le pas: "On pourrait créer un pot commun pour soutenir les titres." Mais cette idée a encore du chemin à faire pour convaincre la droite libérale, peu disposées à introduire des subventions directes.

(...)

Source et article complet

Ada Marra sur le durcissement de la naturalisation: « Quelqu’un qui ne sait ni lire ni écrire ne pourra pas être naturalisé: c’est trop. »

Voici la fameuse "diversité d'opinions" ânonnée par la gauche pour s'opposer à No Billag: Ada Marra peut dérouler sa propagande sans aucun contradicteur sur la RTS grâce à Darius Rochebin.

Pour cette pécore, refuser la naturalisation des personnes étant au social est déjà de trop. Et il faut de surcroit accepter ceux qui ne savent ni lire ni écrire. En quoi sont-ils nos compatriotes à part profiter de la Suisse, à part vider nos caisses? Il n'y a pas une seule remise en question alors qu'un Bosniaque vient d'être pris main dans le sac à préparer des attentats tout en étant au bénéfice de l'aide sociale vaudoise! Vider les caisses de notre pays n'est en aucun cas un problème pour cette extrémiste. C'est ainsi qu'elle respecte des générations d'Helvètes qui ont cotisé pour ce système.

Où sont donc les fameux ingénieurs et autres médecins que la gauche nous promettait ? Et ceux qui devaient cotiser pour notre assurance vieillesse alors qu'ils sont incapables même d'écrire ?

**********

Avec ce changement de loi, "on a décidé que le Suisse était riche et bien formé", a fait valoir Ada Marra dans le 19h30 de la RTS mardi. Le Parlement avait approuvé en 2014 une réforme de la naturalisation. Sur le point d'entrer en vigueur, elle équivaut à "un durcissement", selon la conseillère nationale (PS/VD).

Ainsi, dès janvier 2018, les prétendants à la nationalité suisse devront, notamment, ne pas avoir bénéficié de l'aide sociale les années précédant la demande et être aptes à communiquer par oral et écrit dans une langue nationale.

Ce sont ces deux aspects que dénonce la conseillère nationale vaudoise. D'une part, "on ne peut pas déposer de demande si on est pauvre" et donc à l'aide sociale, note Ada Marra. De l'autre, l'introduction du test écrit va "éliminer des personnes qui dans leur propre langue ne savent ni lire, ni écrire", poursuit-elle.

Le cas vaudois

Les cantons disposent toutefois d'une marge de manoeuvre. Vaud va ainsi harmoniser ses procédures pour se conformer à la législation fédérale, tout en respectant l'injonction de la Constitution vaudoise de faciliter la naturalisation des étrangers.

Source

Le Matin vole au secours d’Ada Marra : « Un torrent de boue sur une élue »

A l'occasion du 1er Août, la Vaudoise Ada Marra a posté sur Facebook un message arguant que "la Suisse n'existe pas". Elle a reçu en retour une déferlante d'insultes.

 

20526276_10155739346317450_6942912241553371966_n

 

Sans doute s'attendait-elle à une déferlante de "remerciements et de soutiens". On ne saurait trop lui conseiller d'essayer la même provocation au Kosovo ou en Turquie. Juste pour rire.

Quant au Matin, il est fidèle à lui-même en inversant les culpabilités. Sa position est un délicieux aveu pour ceux qui pensent encore que notre presse est garante d'un semblant d'objectivité.

Facebook : Ada Marra invoque la liberté d’expression puis légitime le blocage des commentaires.

Christian Hofer: Nous parlions de son message sur Facebook pour le 1er Août ici et ici.

Cette liberté d'expression n'étant bien entendu réservée qu'aux personnes de son sérail.

On rappelle que cette socialiste louait la diversité des opinions dans son message d'origine... ça laisse rêveur.

Enfin, on notera que le journaliste du 20 Minutes.ch sous-titre "L'hommage de la socialiste à la Suisse n'était pas du goût de tous." Il est vrai que prétendre que notre pays ne repose sur rien, que nos références sont des mensonges et que notre traité de 1291 ne représente pas grand-chose est un "hommage".

C'est ainsi que nos médias inversent la situation et victimisent une socialiste provocatrice.

**********

Ada Marra:

"Je savais que certains ne seraient pas d'accord, mais pas qu'ils l'exprimeraient ainsi, avec des propos racistes et sexistes. Pour moi, ce message était un hymne à la liberté d'expression."

 

 

Mais certains ont été bloqués par Ada Marra, comme l'UDC yverdonnois Ruben Ramchurn qui affirme avoir commenté «de manière strictement courtoise». «Je n'ai pas à justifier qui je bloque ou non, se défend la socialiste. S'il l'a été, c'est qu'il le méritait.»

Source et article complet

Quand Ada Marra parle de démocratie et des menaces qui pèsent sur elle

Tremblez, populations innocentes, qui, du nouveau péril, ignorez tout ! Une menace inédite pèse sur nos têtes, reléguant le jihadisme au rang de plaisanterie pour noces et banquets. Ada Marra, Conseillère nationale socialiste vaudoise, menace de la fermer. Elle ne parle certes que de la section commentaire de sa page Facebook mais le danger est bien réel. Après avoir essuyé la sueur qui perle sur notre front, on se demande ce qui a pu pousser la Dame à pareille extrémité, quel fait a pu provoquer un tel courroux. La réponse est simple; quelques insolents ont osé faire savoir que ses vœux du 1er Août sur le thème LA Suisse n'existe pas leur déplaisait. Il n'en fallait pas plus pour que notre Conseillère nationale pique la mouche et passe la journée à modérer, comprenez censurer les nombreuses réactions logiquement engendrées par un texte volontairement provocateur. Oui, sachez-le, vous, dans vos chaumières ! Ada Marra a le droit de nier ce qui vous est cher, Ada Marra a le droit d'insulter ce que vous êtes mais face à sa logorrhée, vous devez vous taire. Vous devez vous taire !

Oui, le débat agace Mme Marra, qui permet aux simples de lui faire part de leurs opinions divergentes. Si quelqu'un se permet un autre avis, il ne peut être que sexiste et xénophobe vu qu'Ada Marra est une femme et une fille d'immigrés revendiquée. Dans un moment de folle audace, on pourrait lui rappeler sa fameuse photo dans les galeries du Palais fédéral, maillot de foot italien fièrement porté, index et majeur en V brandis bien haut. Oui, Madame, l'adage qui veut que celui qui sème le vent récolte la tempête vaut aussi pour vous.

Fort heureusement, tout n'est pas perdu pour autant, la femme socialiste dit vouloir se laisser le temps de la réflexion avant de lâcher la bombe atomique. Il serait en effet regrettable de ne pas exploiter le filon victimaire jusqu'au bout. La première étape, c'est fait. Les attaques subies ne constituant rien moins que des menaces contre la démocratie, Ada Marra est donc l'ultime obstacle à la diffusion des idées tyranniques et le paie cher. Voyez, braves gens, ce que cette courageuse Dolores Ibarruri du jour fait pour vous ! La chose mérite bien que du peuple monte cette prière : "Non, Ada, fais pas ça, non Ada, ne nous abandonne pas". A la fin du mois, la Dame fera connaitre sa décision aux populations, suscitant un nouveau débat au sujet de la démocratie sur les réseaux sociaux. Remarquable auto promotion estivale, chapeau l'artiste !

Ceci dit, l'épisode met une nouvelle fois en évidence la façon dont les Socialistes envisagent la démocratie directe. Imposer leurs vues tout en réduisant les esprits libres au silence. Pour ce faire, les camarades disposent de nombreux qualificatifs flétrissants, régulièrement sortis du chapeau au gré des circonstances. Un contradicteur sera ainsi sexiste, fasciste, xénophobe, islamophobe, homophobe ou europhobe en fonction du sujet sur lequel il exprime son désaccord avec la doxa socialiste, ce qui ne manque pas de le discréditer à jamais.

Pour conclure, passons la parole à Ada Marra qui s'exprime dans les colonnes du gratuit 20minutes au sujet de la disparition d'un post pourtant courtois envoyé par une personne ayant de la Suisse une autre vision que la sienne.

"Je n'ai pas à justifier qui je bloque ou non, s'il l'a été, c'est qu'il le méritait." Et c'est cette femme qui nous parle de menace contre la démocratie. Son propos devrait sans doute ravir ces jours-ci, du côté de Caracas.

La Côte-aux-Fées, le 02 août 2017                                               Yvan Perrin

La socialiste Ada Marra pour notre 1er Août: « La Suisse n’existe pas. »

"LA Suisse n’existe pas. Ce sont les gens qui y habitent qui existent. Avec des idées et des opinions différentes. Avec des combats et des orientations différentes. Avec des priorités et des soucis différents.

L’histoire suisse comme toutes les histoires des pays du monde est faite de mythe et de récit national. Moi je sais que Guillaume Tell n’a jamais existé. Et que le pacte de 1291 n‘en est qu’un parmi d’autre et à un moment de l’histoire, il a été adopté comme un point de repère. C’est comme avec la religion les histoires des mythes nationaux : dès qu’on a plus le droit de les considérer avec un sens critique, c’est le début de la fin.

 

ada marra

 

Ce qui existe ce sont nos différentes lois. Notre démocratie. Notre équilibre entre public et privé.

Tout cela n’est pas immuable. Nous avons le pouvoir de les faire évoluer. Chacun-e aime la Suisse différemment. Et il/elle a le droit. Et il n’y a pas de bons ou de mauvais suisses. Pour moi il ne peut y avoir de définition du suisse. Parce que la Suisse elle n’est pas composée que de tenant-e-s du passeport. La Suisse est composée de volontés qui s’expriment dans les domaines qu’elles souhaitent.

L’histoire est mouvante. Et ce que nous considérons comme éternel n’est en fait que la photographie d’un moment donné.

Ma Suisse à moi n’est pas la vôtre. Vôtre Suisse n’est pas la mienne.

Dieu que c’est beau de vivre dans un pays où on a le droit de penser de manière non-uniforme. C’est cette Suisse là que j’aime. Je sais qu’elle est en danger plus que jamais. Je me battrai pour qu’elle continue à vivre.

Bon 1er août à toutes et tous."

Source

Nos remerciements à Daniel Brand

Incitation à la haine : Ada Marra publie sur son Facebook le message privé d’un militant de droite pour le lyncher publiquement

Christian Hofer: La réaction d'Ada Marra est des plus intéressantes car elle démontre toute la nocivité et l'hypocrisie des socialistes.

A noter que nous avons enlevé le nom et l'adresse de l'expéditeur de l'impression d'écran, ce que n'a PAS fait Ada Marra, visant ainsi à humilier, mettre en danger et à lyncher publiquement une personne tout en l'identifiant. Elle jette en pâture un individu dont le seul tort est d'écrire ce qu'il ressent.

En outre, on relèvera l'immense mépris de cette socialiste face au peuple qui n'en peut plus, se moquant du niveau d'instruction de l'expéditeur ce qui dénote d'un racisme social écœurant. Les mêmes socialistes qui se dépeignent si souvent comme les défenseurs des plus pauvres dévoilent ici leur véritable nature.

D’autre part, cette incitation à la haine contre un individu et cette manière de faire, outre son illégalité, démontre à ravir de quel côté se trouve l'intolérance, la délation et le mépris.

Pendant ce temps, des femmes et des enfants européens sont violés par ces "réfugiés" tant prisés par les socialistes sans que cela ne les gêne. Mais la seule chose qui importe à cette socialiste c'est de traîner dans la boue une personne qui lui écrit.

Il y a des priorités vous comprenez...

Cliquez sur l'image pour l'agrandir:

Ada Marra

 

 

Ada Marra veut que la naturalisation soit facilitée pour la 3e génération

Les Suisses devront se prononcer sur la naturalisation facilitée des jeunes issus de la 3e génération. Une naturalisation facilitée, mais pas automatique.

Ayant en tête l’échec de 2004, les partisans sont restés prudents. Ce projet, c’est le bébé d’Ada Marra (PS/VD).

Il renverse le fardeau de la preuve. Ce n’est plus à un jeune de montrer son intégration, mais aux autorités cantonales de prouver le contraire.»

Des représentants de tous les partis, à l’exception de l’UDC, étaient rassemblés autour de la Vaudoise pour lancer la campagne.

Source et article complet

Suisse: La gauche soutient la parlementaire PS qui a fait entrer des clandestins. « Lisa Bosia Mirra est une héroïne! »

Christian Hofer: Article qui fait suite à cette affaire.

Évidemment ici, l'argument de l'état de droit n'existe plus. Subitement, violer la loi est considéré comme héroïque, argument qui n'était guère valable lorsqu'il s'agissait de limiter la libre circulation ou expulser les criminels étrangers vers certains pays. Cela démontre l'imposture de la gauche et sa nocivité.

A noter que cette parlementaire PS, favorable aux clandestins, a souhaité la mort des fils d'une autre député parce que celle-ci ne défendait que la cause des animaux.

**********

La nouvelle de l'arrestation de la députée socialiste Lisa Bosia Mirra a fait le tour de la Suisse ainsi que de l'Italie voisine. Celle-ci a été interceptée au passage de San Pietro di Stabio ce matin par les gardes-frontières alors qu'elle faisait la navette pour le transport de quatre migrants mineurs de l'Italie jusqu'en Suisse.

Certains ont appelé à sa démission, mais il y a aussi ceux qui le soutiennent, comme la conseillère nationale Ada Marra, qui, sur Twitter, en italien, exprime son "soutien à Lisa Bosia Mirra".

"Lorsque l'être humain est enfin mis en avant" écrit la socialiste vaudoise. "Même s'il y a un prix à payer."

La présidente des jeunes socialistes Tamara Funiciello écrit quant à elle, toujours sur Twitter, que "Lisa Bosia Mirra est une héroïne!" et invite à en faire de même. (Nd Christian Hofer: C'est donc une invitation à violer la loi par une personne politique censée défendre notre pays, sans qu'il y ait de conséquence!)

"Notre Lisa", écrit Nadia Pitta (Les Verts) sur Facebook, "Je viens d'être informée de ce qui vient d'arriver. J'ai lu le titre et je me suis assise. Alors j'ai essayé de mieux comprendre et j'ai cherché des informations. Il s'agissait de mineurs."

"Je voudrais savoir qui sont ces mineurs", poursuit l'ancienne socialiste. "Peut-être avaient-ils droit à l'asile mais ce droit leur a été refusé? Et peut-être que ce refus constitue une violation des conventions et des lois par les fonctionnaires? Où sont ces mineurs et quelle est leur histoire? Où sont leurs familles? Ces questions sont cruciales pour moi. Je veux savoir. Je ne tire pas de conclusions, encore moins les conclusions au parfum piétiste."

"Lisa est une personne que je respecte et que j'admire beaucoup, pour le cœur, la force et le courage. Et je respecte beaucoup ce qu'elle a fait et ce qu'elle fait. (...) "Lisa je t'embrasse et je serai toujours proche de toi."

Son compagnon de parti, Carlo Lepori, a, pour commenter l'affaire, eu recours à l'histoire, en évoquant Paul Grüninger: "Durant la période de l'Anschluss, de l'Autriche au Troisième Reich, et au début de la seconde guerre mondiale, quand le gouvernement fédéral suisse a fermé les frontières principalement face aux réfugiés juifs en provenance de l'Allemagne et de l'Autriche, Grüninger antidatait les entrées des fugitifs et falsifiait les documents nécessaires pour entrer en Suisse.

(...)

Source Traduction Christian Hofer pour Les Observateurs.ch

Nos lecteurs nous écrivent. Lettre ouverte à Mmes Géraldine Savary et Ada Marra : la burqa et les féministes

Lettre ouverte à Mmes Géraldine Savary et Ada Marra, en réaction à leurs propos tenus dans un article sur la burqa et les féministes paru dans « Le Matin Dimanche » du 27 mars 2016

Force est de constater que les femmes – certaines femmes dirons-nous pour éviter de généraliser - sont les pires ennemis … des femmes. Les réactions de Géraldine Savary et Ada Marra sont typiques du discours dogmatique socialiste qui ne peut concevoir d’adhérer à une initiative proposée par un autre parti, et surtout pas un parti de droite ! Que diable, on reste socialiste ou on ne l’est pas. Même si le bon sens et notre bagage occidental judéo-chrétien devraient naturellement les amener à soutenir cette initiative, le dogme agissant comme une chape de plomb les en empêche. C’est ce qui s’appelle avoir des priorités partisanes. C’est pour le moins rassurant et ça donne froid dans le dos.
Contre toute attente, il est consternant – pour ma part, cela se rapproche de l’écœurement - de les voir minimiser, défendre, justifier certaines causes qui in fine annihilent leur propre genre : de l’excision en Afrique en passant par les unions forcées, les mariages de jeunes filles mineures, la polygamie, jusqu’à la servilité des femmes et le port d’oripeaux vestimentaires au Moyen Orient, voire dans l’ensemble du monde musulman. Vous trouverez toujours des femmes qui, sur de telles thématiques, proclameront que nous devons respecter les minorités et leurs coutumes rétrogrades voire barbares au nom de l’ouverture de nos propres sociétés sur le monde et de l’acceptation des différences culturelles. De véritables petits soldats Mesdames Géraldine Savary et Ada Marra, qui soutiennent bec et ongles que la burqa n’est ni un problème, ni une menace dans nos sociétés.

Pour en revenir à leurs doutes existentiels sur le port de la burqa en Suisse et, par extension, dans nos pays occidentaux, il serait opportun de préciser certains concepts. Tout d’abord, il n’est pas question de « burqa » uniquement. En Arabie Saoudite, je comprends qu’on parle d’abaya, en Iran de tchador et en Afghanistan de burqa (ça a le gout de la modernité ces noms, ne trouvez-vous pas ?). A cela s’ajoute le voile islamique recouvrant le visage des jeunes filles dès leur puberté. Malheur, elles deviennent impures ! D’autres termes doivent fort probablement exister, mais je ne prétends pas être familier avec les méandres de la mode islamique pour pouvoir me prononcer de manière exhaustive sur le sujet. Par contre, c’est immanquablement le même schéma : il s’agit toujours d’attributs vestimentaires imposés aux femmes, et uniquement à ces dernières, en vertu soi-disant de textes religieux. Je crois comprendre qu’il n’en est rien et qu’aucune loi n’oblige à porter quoi que ce soit. Il s’agit encore une fois d’interprétation faite par des hommes – et oui – qui considèrent finalement que, par nature, les hommes sont jugés comme des êtres lubriques et faibles, et les femmes comme des séductrices. En somme, être bon musulman exige donc d’éviter tout contact tentateur avec l’autre sexe. Inévitablement, les femmes sont ségrégées et portent sur leur corps la culpabilité de leurs pouvoirs tentateurs - quelle horreur. Et bien non, Mesdames les donneurs-de-leçon moralisatrices ! La ségrégation en vertu de votre sexe s’appelle du sexisme et le sexisme est une forme abjecte de racisme qui touche 50% de notre population. Parlez-en à Madame Brunschwig Graf ; elle est sensée défendre et embrasser la cause.

Ça ne marche pas comme cela dans nos sociétés occidentales du XXIème siècle, et nous ne voulons pas que de telles coutumes – sous couvert d’interdits et d’obligations religieuses moyenâgeux - puissent être tolérées et se répandre comme une trainée de poudre dans notre pays. Pour mémoire, les premiers soubresauts médiatiques ayant trait au voile islamique en France (fichtre, même pas question de burqa) datent du début des années 90, à une époque où le législateur hexagonal n’avait pas encore pris la mesure du problème. Voyez le résultat aujourd’hui ! Je ne peux que vous conseiller, Mmes Savary et Marra, de faire preuve de velléités de globe-trotteur et de visiter Riyad, Istanbul, Téhéran, Lille, Berlin, Paris et, bien évidemment, Bruxelles (notre président vient tout juste d’y faire un bref séjour instructif). Mais pas besoin d’aller si loin en définitive : passez juste la frontière genevoise et allez vous balader à Annemasse. Encore plus près me direz-vous ? Et bien, déambulez dans les rues lausannoises entre Renens et la gare centrale ou encore à Genève depuis Vernier jusque Cornavin. Ah, cette fois, c’est bien chez nous. Cela vous permettra de descendre quelque peu de vos chaires magistrales et d’être confrontées à la réalité du terrain afin de vous rendre compte du changement opéré en quelques années au sein de nos environnements citadins. Si vous n’êtes pas encore convaincues (malheureusement, cela se pourrait étant donné votre ostracisme dogmatique), et dans l’éventualité où vous seriez mères, posez-vous cette simple question : est-ce bien cela que je veux laisser à mes propres enfants ?

A bon entendeur,
Philippe Audergon
Vaud