Nouveau concept féministe à Lausanne : Le harcèlement par le regard

Dans son édition de lundi, le quotidien «Libération» consacre un article à la question du regard insistant comme une forme de violence sexuelle que peuvent ressentir les femmes. Sous le titre «Eye rape: le viol par le regard», l'auteure de l'article précise que le concept vient des Etats-Unis, mais qu'il est en passe de faire débat en Europe.

Pour preuve, la journaliste française prend l'exemple de l'application de la Ville de Lausanne, mise en service en novembre 2019, qui permet de signaler à la police tout comportement dérangeant à connotation sexuelle ou sexiste. La liste des nuisances comprend les «sifflements», «les bruitages, gestes obscènes, frottements», tandis que le «regard insistant» figure en tête.

[...]

Le Matin

Lausanne : UBS occupée par les activistes du climat

Galvanisés par l'acquittement prononcé lundi, des activistes pour le climat occupent cette fois une autre banque du centre de Lausanne.

 

 

Dans le hall central, du charbon, symbolisant l'argent qu'investit UBS dans les énergies fossiles, a été déversé sur le sol de l'entrée.

[...]

24heures

Procès climatique à Lausanne. La justice instrumentalisée

Rappel des faits. En novembre 2018 douze jeunes militants et militantes d’un groupement nommé « Lausanne action climat » avaient occupé le hall d’entrée du Crédit Suisse à Lausanne. Ils y avaient simulé une partie de tennis pour dénoncer les investissements de la banque dans les énergies fossiles, de même Roger Federer selon eux complice, puisque ce dernier associe son image à la banque.

Ces activistes ont été condamnés en première instance à une amende dépassant 20'000 francs, y compris les frais de justice, pour violation de domicile, manifestation sans autorisation et refus d’obtempérer aux ordres de la police. Ils font aujourd’hui recours contre cette condamnation.

Et certains voudraient nous faire croire que ce serait le « premier grand procès climatique » en Suisse et qu’il pourrait devenir « hautement symbolique ». Autant dire que l’on a juste envie de sourire, pour éviter de se mettre en colère.

Alors que la justice suisse dans son ensemble est déjà à la peine, croule sous les demandes et les dossiers, n’a plus assez d’argent pour tous, faute que ses moyens aient été suffisamment adaptés à la croissance économique, démographique et criminelle de notre pays, ne voilà-t-il pas que ces activistes essaient de se servir des tribunaux pour augmenter leur audience médiatique, une action qui in fine n’est rien d’autre qu’une instrumentalisation de la justice.

Bien sûr, dira-t-on, le droit de recours et de contester les décisions de justice est un droit fondamental reconnu à tous. Mais lorsqu’on voit les motifs avancés par le collectif d’avocat qui s’est « gracieusement » mis à disposition (on rappelle qu’en Suisse les avocats n’ont pas le droit de faire de publicité directe et donc que toute médiatisation est pour eux bonne à prendre) on est en droit de se poser quelques questions.

Les avocats espèrent faire sauter la condamnation en invoquant « l’état de nécessité ».

L’état de nécessité figure à l’article 17 de notre code pénal et c’est en quelque sorte une clause d’exclusion de toute peine. N’encourt aucune peine, celui qui commet une infraction pénale mais qui démontre qu’il était obligé de commettre cette infraction (état de nécessité) pour protéger un autre bien.

On voit donc ici mal comment ces avocats pourraient démontrer que l’occupation illicite de l’agence du Crédit suisse par les activistes répondait à un « état de nécessité », c’est-à-dire qu’ils se trouvaient dans la nécessité (obligés) de violer le domicile et la propriété du Crédit suisse pour protéger le climat… et qu’ils n’avaient (absolument) aucunes autres alternatives…

On se réjouit de la réponse du Tribunal, qui, s’il devait reconnaître à ces activistes un état de nécessité, ouvrirait droit la porte pour que le million et demi de Suisses qui se sont vu confisquer leur vote du 9 février 2014 se voient alors confirmer le droit d’occuper le parlement et le Palais fédéral, puisqu’ils n’arrivent ni à se faire entendre ni à faire appliquer leur vote.

On se réjouit d’avance…

Michel Piccand

P.S. On rappellera qu’en termes de coûts médiatiques, une audience équivalente à celle accordée complaisamment par la presse à ce procès représenterait probablement des centaines de milliers de francs à payer en publicité. Pour les activistes climatiques le retour sur investissement est donc déjà garanti. Au détriment comme on l’a dit de la collectivité dont les ressources judiciaires deviennent de plus en plus problématiques.

RTS. Le "procès climatique" hors norme de douze activistes romands a débuté.

« Présentés fin novembre à la presse, ces avocats ont déjà dévoilé une partie de leur stratégie. Selon eux, les jeunes âgés de 21 à 34 ans ont agi "en état de nécessité" … »

https://www.rts.ch/info/regions/vaud/10993470-le-proces-climatique-hors-norme-de-douze-activistes-romands-a-debute.html

https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Renens--douze-activistes-du-climat-face-a-la-justice-21070792

Le bal des procès climatiques s’ouvre à Renens.

https://lecourrier.ch/2020/01/06/le-bal-des-proces-climatiques-souvre-a-renens/

Lausanne : Ado voilée insultée par un retraité, il est condamné (Vidéo)

Le 20 Minutes reçoit la vidéo de cette musulmane et en fait immédiatement un article.

Or cette adolescente a provoqué dès les premiers mots que l'on entendu dans cette vidéo. Notamment, elle tente de le pousser à la faute en l'incitant à parler.

Petit rappel : Les musulmans de Suisse sont apparus pour la première fois dans les statistiques de l’OFS en 1970, auparavant ils n'étaient pas assez nombreux pour y figurer. Et notre Constitution est fondée sur le christianisme.

**********

La jeune femme avait été prise à partie sur le quai du M2, puis dans le métro lausannois. Elle avait filmé la scène et ses images ont permis d’identifier le septuagénaire.

 

«Musulmane de merde. On va te brûler, pétasse, retourne dans ton pays»… Les insultes proférées par un homme de 77 ans contre une écolière de 14 ans, voilée, sont sans équivoque. La vidéo, tournée dans le métro lausannois par la victime elle-même, a fait le tour des réseaux sociaux. Surtout, elle a permis d’identifier, puis de condamner le retraité fribourgeois.

[…]

20Min.ch

 

Lausanne : «MeToo ou racisme, j’étais coincé dans les deux cas»

Un patron de bar a voulu virer un client dont le comportement dérangeait. S'agissant du seul Noir présent ce jour-là, cela a été pris pour du racisme.

[...]

Isabelle, l'une des femmes s'étant plaintes de Ndaté, abonde: «Durant une bonne partie de la soirée, il dansait seul, face à un mur. C'était bizarre, mais pas dérangeant. C'est après qu'il est devenu lourd, probablement à cause de l'alcool. Il s'est collé à moi plusieurs fois et a tenté de me prendre les mains à trois reprises. A chaque fois, je l'ai repoussé et il a fini par me toucher les fesses.»

[...]

20min.ch

Nos remerciements à Wilhou

 

Lausanne : une salle communale louée aux extrémistes d’Extinction Rebellion proclamant la désobéissance civile

«La désobéissance civile doit-elle être subventionnée?» C'est par cette interpellation urgente que Matthieu Carrel, chef de groupe PLR au Conseil communal (législatif), a lancé le débat la semaine passée. En ligne de mire, le fait qu'une Maison de quartier avait accepté de louer une salle au collectif militant Extinction Rebellion (XR) le 20 septembre dernier. Peu après, ses membres s'étaient rendus sur le Pont Bessières pour empêcher toute circulation sur cet axe du centre ville, de manière non-autorisée. Le but: attirer de manière pacifique l'attention sur l'état d'urgence et pousser les autorités à agir en faveur du climat.

Présidente des Maisons de quartier et employée de la Ville, Marlène Voutat (Ensemble à gauche) a estimé que la manifestation non-autorisée du 20 septembre dernier n'était pas partie à proprement parler de la salle communale louée, et le comité qui gère la location de salles ne sait pas ce qu'il se dit lors de ces réunions. «XR n'anime-t-il pas à sa façon, originale et ludique, les affaires socio-culturelles de la Ville?», a-t-elle ajouté. Pierre Conscience (Ensemble à gauche/SolidaritéS) demande, lui, s'il s'agit en fait de combattre le droit même de XR à pouvoir se réunir.

[...]

20min.ch

Fabrice Moscheni, conseiller communal UDC: Lausanne doit déclarer l’urgence financière!

Cenator : Le 27.11.2019, nous avons appris par le courrier des lecteurs de 24 heures, dans une lettre de Fabrice Moscheni, conseiller communal UDC, que la Ville de Lausanne cumule actuellement 4 milliards de francs de dettes pour 139'720 habitants. Le billet de Fabrice Moscheni est une exception totalement inattendue, car il est presque inconcevable qu’un accident médiatique pareil ait pu arriver dans les rouages si bien huilés de la désinformation.

À Lausanne, depuis des décennies, les fêtes de ceci et de cela se succèdent tout au long de l’année, les chantiers sont nombreux pour le développement de la ville, Lausanne densifie à tout va, elle a été pionnière pour ouvrir le local d’injection, elle est exemplaire en générosité par ses infrastructures au service des touristes de tout genre. La myriade d’associations subventionnées défendant les causes de la gauche augmente sans cesse, Lausanne finance un service hospitalier et ambulatoire multidisciplinaire pour les clandestins, le taux d’assistés est un record national, le nombre des personnes qui paient encore des impôts ne cesse de diminuer, c’était 25% en 2012.

En plus, victoire des Verts oblige, Lausanne a décidé, coûte que coûte, de se donner dix ans pour atteindre la neutralité carbone.

Bien que l’argent coule à flots de la main des gauchistes au pouvoir, malgré la dette abyssale, les médias restent toujours rassurants  et positifs concernant les finances, rien ne laisse penser que la ville ait des dettes hors de contrôle. Périodiquement, nous apprenons que la caisse de pension a été « redressée », mais tout passe comme une lettre à la poste. 

Le jour même de la publication de cette lettre de M. Moscheni, nous apprenons que la Ville va dépenser 4,48 millions pour une ville de Lausanne moins bruyante, en l’occurrence la mise en place du 30 km/h la nuit. 

Les jours précédents, nous apprenions que Lausanne Lumières, le point culminant du Bô Noël (dont le budget total est de 1,32 million pour cette 8e édition), est déficitaire en 2019. Néanmoins, le reste de la nouvelle est présenté d’une manière qui ne donne pas lieu de penser à une mauvaise gestion. Le communiqué explique que la Ville a vertueusement diminué son budget de 200'000 francs pour le ramener à 500'000 francs, ce qui correspond au budget initial en 2015.

Non seulement la ville continue à dépenser sans limites, mais elle étend sans arrêt son emprise, transformant le centre ville en un énorme pôle bureaucratique, ce qui n’améliore pas vraiment les recettes municipales. Et bien que Lausanne naturalise à la pelle (1245 personnes en 2018), la ville a tellement abaissé les taxes pour la naturalisation que cela ne ramène plus grand-chose. Il n’y a pratiquement plus un immeuble en centre ville ou qui n’ait été « exproprié » par une  ou plusieurs officines de l’État ou d’associations paraétatiques.

C’est bien la première fois – et grâce à un conseiller municipal UDC – que nous disposons enfin d’un chiffre clair sur le niveau d’endettement.

En ce qui concerne la dette abyssale, la population est constamment désinformée par les journalistes, dont les messages sur la santé financière de la ville sont brouillés et alambiqués. Parfois, des voix du PLR s’élèvent pour plus de maîtrise des dépenses, mais ce que la population reçoit comme message est de l’enfumage, avec des chiffres « pondérés » et toutes sortes de tours de magie comptables pour faire ressortir que malgré une légère hausse des dépenses par rapport du budget, le déficit est moins grave que prévu, et que si les chiffres sont dans le rouge, l’ensemble du budget est équilibré, justifié par des investissements ou autres bobards soporifiques.

******

24 heures, L'invité: Fabrice Moscheni plaide en faveur d'un plan d'assainissement des finances de la capitale vaudoise

–32, –44, –31, –20, 0, –39, –30, –42, -48… non, ce n’est pas le tirage du loto, mais les déficits, en millions de francs, des neuf derniers budgets de la Ville de Lausanne. Tenant compte des engagements envers la caisse de pensions de la Ville, on obtient ainsi une dette monumentale de 4 milliards. Cela fait 30000 francs de dette par Lausannois, alors que, rappelons-le, Paris ne fait peser qu’une dette de 3000 francs sur les épaules de chacun de ses habitants.

Pour assainir la situation de Lausanne, il y a deux pistes que tout bon père ou toute bonne mère de famille envisagerait si son budget était dans l’état de celui de la capitale vaudoise.

La première piste est d’augmenter les revenus, c’est-à-dire la fiscalité et les taxes. À Lausanne, cette piste est impossible à suivre au vu de la charge fiscale déjà très lourde. Rappelons, à titre d’exemple, que pour une famille de la classe moyenne, avec deux enfants et un revenu de 100000 francs, l’impôt est de 9000 francs à Lausanne alors qu’il n’est que de 2700 francs à Genève.

«Renoncer à vivre au-dessus de ses moyens quand le budget devient serré»

La deuxième piste à envisager est de diminuer les investissements et les dépenses courantes. Certes la Ville a mis en place le PSAF («Programme structurel d’amélioration financière»), mais son ampleur homéopathique correspond à donner de l’aspirine à une personne atteinte d’une pneumonie. Aujourd’hui, avec courage, il faut définir les missions prioritaires de la Ville dans lesquelles investir et, à l’opposé, désinvestir des missions non prioritaires. Comme tout bon père de famille, Lausanne doit renoncer à vivre au-dessus de ses moyens quand le budget devient serré.

Mais la logique politique de la majorité de gauche à Lausanne n’est pas la logique du bon père ou de la bonne mère de famille. Cahin-caha, cette majorité continue à naviguer à vue face aux problèmes financiers, mais est très adroite à maintenir son socle électoral avec des actions très généreuses, qui sont malheureusement trop généreuses face à la situation.

Est-ce grave?… ça dépend! En effet, il y a une troisième piste pour que la Ville de Lausanne résolve son incurie financière. C’est de se faire sponsoriser en réévaluant à son avantage la péréquation intercommunale. Cela lui permettra de toucher plus de subventions venant des autres communes. Lausanne continuera ainsi à dépenser et les autres villes et villages financeront. On sera toutes et tous d’accord pour dire que ce type de financement n’est pas très moral et que cette piste ne doit pas être suivie!

Pour le bien de la planète, Lausanne a récemment déclaré l’urgence climatique et, ambitieuse, veut atteindre la neutralité carbone en 2030.

Mais une société durable, c’est aussi de ne pas laisser des montagnes de dettes aux générations futures, ni de faire peser le poids de son incurie sur les autres. Pour une société durable et pour le bien des Lausannois·e·s et des Vaudois·e·s, la Ville de Lausanne doit maintenant déclarer l’urgence financière, avec un plan ambitieux d’assainissement à l’horizon 2030!

Source: 24 heures

******

Voir aussi:

Lausanne se retient de trop baisser les impôts - 24 heures, 1er octobre 2019
Budget 2020: La capitale prévoit un déficit de 47,6 millions. Le coefficient d’impôt communal ne baissera que d’un demi-point.

******

Autres exemples d’enfumages :

Lausanne devra briller avec moins de Lumières

19.11.2019

Amputée de plus d'un quart de son budget, la manifestation présente moins d'œuvres originales jusqu'au 31 décembre […]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-devra-briller-lumieres/story/24917814

***

A Lausanne, la dette se creuse, et alors?

7.10.2017

[…] Pas facile de tenir le budget d’une ville centre. Les charges sont importantes, la moyenne des contribuables n’est pas riche, les besoins en investissements sont récurrents. [...] Le budget 2018 présenté jeudi par la conseillère municipale Florence Germond, en charge des Finances de la Ville, traduit cette réalité. […]

https://www.24heures.ch/signatures/editorial/lausanne-dette-creuse/story/13870900

***

Lausanne voit son magot fondre à cause du Canton

Comptes 2018 L’exercice se solde par un déficit de 27,7 millions malgré une politique stricte de maîtrise des charges. Le ton monte contre l’Etat.

19.04.2019

Les comptes 2018 de la Ville de Lausanne illustrent cette année un phénomène qui touche bon nombre de communes. Malgré une forte maîtrise des charges (+1% seulement), le déficit de la capitale augmente par rapport à l’an dernier pour descendre à – 27,7 millions, sur un montant global des charges de 1,764 milliard. Jeudi, la municipale des Finances, Florence Germond, et le syndic, Grégoire Junod, ont rompu une lance en faveur des Communes. [...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-voit-magot-fondre-cause-canton/story/11304079

***

Lausanne présente un budget de funambule

Finances La Ville prévoit une année 2018 déficitaire à hauteur de 29,7 millions. Mais continue d’investir.

05.10.2017

[…] «On essaie de concilier ce qui peut potentiellement paraître inconciliable à première vue. C’est-à-dire d’améliorer la situation financière de la Ville mais de continuer à répondre aux demandes prioritaires de la population.» Florence Germond, municipale des Finances lausannoises, se livrait mardi à l’exercice traditionnel de présentation de son budget pour l’an prochain.

[...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/budget-funambule-lausanne-2018/story/21461050

***

Les comptes 2017 de Lausanne ont meilleure mine que prévu

Finances L’exercice 2017 presque à l’équilibre alors que 40 millions de déficit étaient annoncés. La dette nette passe sous les 2 milliards.

09.04.2018

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/comptes-2017-lausanne-meilleure-mine-prevu/story/10018586

***

Lausanne présente des comptes tirés au cordeau

Lausanne: L’exercice 2016 se conclut avec un léger excédent de 200'000 francs. Le budget de plus de 1,8 milliard prévoyait, lui, un petit déficit de 800'000 francs.

10.04.2017

Le syndic est «satisfait» de l’exercice. La patronne des finances de la Ville est «satisfaite». Et le vice-président PLR de la Commission des finances est lui aussi «satisfait». Bref, les comptes 2016 de Lausanne, présentés hier, ne devraient pas affronter une trop violente contestation lors de leur approbation par le Conseil communal, en juin prochain.[...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-presente-comptes-tires-cordeau/story/21939393

***

Lausanne va replonger dans les chiffres rouges en 2017

Finances Un déficit de 39 millions est prévu. En vue: gros investissements dans le sport, recettes fiscales en berne et plan de rigueur.

03.10.2016

[...]

Interview : Le point avec Florence Germond, municipale socialiste en charge des Finances de Lausanne

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-replongera-chiffres-rouges-2017/story/31311056

***

Léger bénéfice et craintes pour l’avenir à Lausanne

Comptes: En présentant des comptes équilibrés pour 2015, la Municipalité a souligné leur fragilité. Recettes fiscales à la baisse.

13.04.2016

Un bénéfice de 4,6 millions de francs a été enregistré pour 2015 dans les comptes de la Ville de Lausanne, pour des revenus se montant à 1,89 milliard. [...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/leger-benefice-et-craintes-pour-l-avenir-a-lausanne/story/15686218

Lausanne multiculturelle : des gangs géorgiens pillaient des magasins, un couple de Sri-Lankais revendait la marchandise

C’était un mystère: des gangs géorgiens pillaient des magasins, mais impossible de savoir où disparaissait le butin. La police l’a résolu: un couple de Sri-Lankais de 37 ans et leur employé de 20 ans achetaient à bas prix les marchandises volées et les revendaient dans leur échoppe du centre de Lausanne.

[...]

Les Géorgiens s’étaient refilé l’adresse de cette épicerie où les patrons n’étaient pas regardants.

[...]

Le couple aurait dû être expulsé, mais la magistrate y a renoncé [...]

20Min.ch

Nos remerciements à Wilhou

Lausanne : Un islamiste avait préparé des bouteilles remplies d’essence et possédait un manuel de guérilla urbaine

L'islamiste présumé, arrêté dans le canton de Vaud en juin 2017, reste en détention provisoire, a décidé le Tribunal pénal fédéral. Il pourrait être mis prochainement en accusation. [...] En outre, l'agression commise en septembre 2018 contre un agent de détention par le recourant demeure qualifiée de tentative de meurtre. [...]

Ce ressortissant suisse avait été arrêté le 27 juin 2017 dans la région lausannoise à la suite d'un incident survenu dans un café. Lors de la perquisition de son appartement, les policiers avaient découvert des bouteilles remplies d'essence, des documents sur l'islam et un Coran, un manuel de guérilla urbaine et un couteau prohibé, notamment.

[...]

24Heures

Lausanne. Viol aggravé pour un Algérien : « Avec un compatriote, il avait attiré la victime dans un guet-apens »

Le Tribunal fédéral confirme la condamnation d'un Algérien de 20 ans pour viol aggravé et brigandage notamment. L'homme a écopé de 9 ans de prison pour un viol commis en octobre 2017 à proximité de la gare de Lausanne.

En compagnie d'un compatriote, le condamné avait attiré dans un guet-apens sa victime qui attendait à la gare après avoir raté le dernier train pour Zurich. Les deux hommes avaient abusé de cette quadragénaire et l'avaient aussi dépouillée d'une chaîne en or et d'un téléphone portable.

A fin février 2019, la justice vaudoise avait reconnu le recourant coupable d'une longue série d'infractions, en lien notamment avec des vols dans les trains.

[...]

20Min.ch

La mosquée de Lausanne recommande des politiciens pour les élections : Laurent Wehrli (PLR), Claude Béglé (PDC) et Ada Marra (PS)

La mosquée de Lausanne fait son entrée dans la campagne des élections fédérales du 20 octobre. Le lieu de culte, connu pour sa pratique conservatrice de l’islam, a envoyé vendredi une recommandation de vote officielle à ses fidèles, listant trois candidats sortants au Conseil national, Laurent Wehrli (PLR), Claude Béglé (PDC) et Ada Marra (PS).

[...]

La conseillère nationale socialiste [Ada Marra] est connue pour avoir proposé, en 2014, que l’islam soit reconnu et financé par l’État.

[...]

24heures.ch

Lausanne : le socialiste Denis Corboz veut taxer les surfaces commerciales vides

Il y a deux ans, Denis Corboz (PS), se désolait, comme nombre de ses collègues de tous bords, de voir des surfaces commerciales vides au centre-ville de Lausanne. Il déposait alors un postulat visant à taxer les surfaces vacantes.

[...]

Il dit imaginer une taxe «progressive» dont les modalités seraient encore à déterminer. Pour ce qui est du lieu, le socialiste estime qu'il est évident que seul l'«hypercentre» de Lausanne serait concerné. [...]

24heures.ch

 

Lausanne : une vingtaine de seniors dépouillés par des malfrats issus de la banlieue parisienne

Un butin de plus de 100'000 francs, soustrait sur une période de deux ans aux domiciles d’une vingtaine de seniors lausannois, dans les quartiers sud de la ville. En journée et en présence de leurs victimes. Toutes des femmes, vivant seules, et très âgées: la moitié était des nonagénaires. Depuis, certaines sont tombées en dépression, d’autres hospitalisées ou décédées.

À la manœuvre, un trio de malfrats – un sexagénaire et ses fils – venus de la banlieue parisienne pour duper les aînés en se faisant passer pour des plombiers et policiers. Condamné la semaine dernière à 4 ans de prison ferme et à une expulsion de Suisse d’une durée de dix ans, le trio fera appel, a appris «Le Matin Dimanche».

[...]

24 Heures

Greta Thunberg sera à Lausanne début août pour le sommet «Smile for Future»

La Suédoise Greta Thunberg participera au sommet «Smile for Future» qui se tient du 5 au 9 août à Lausanne. Plus de 450 jeunes issus de 37 pays d’Europe se réuniront pour définir une stratégie d’action face à la crise climatique qui menace la planète.

Greta Thunberg, l’adolescente à l’origine du mouvement de mobilisation des jeunes en faveur du climat, sera présente à Lausanne aux côtés du Prix Nobel Jacques Dubochet, ont annoncé lundi les organisateurs. Conférences, ateliers et assemblées plénières sont au programme à l’Université de Lausanne.

[...]

Lenouvelliste.ch

Nos remerciements à Victoria Valentini

Lausanne : la gauche a voulu censurer la nationalité des délinquants présumés

La police lausannoise a déclaré lundi qu'elle continuera à mentionner la nationalité des personnes interpellées. Dans une résolution, la gauche avait demandé que cette indication ne soit plus systématique.La résolution de l'élue socialiste Thanh-My Tran-Nhu a été traitée par l'exécutif de la capitale vaudoise.

Dans un communiqué daté du 11 juillet dont 24 heures.ch s'est fait l'écho, le syndic Grégoire Junod a indiqué qu'il n'y aurait pas de changement par rapport à la pratique actuelle. En effet, après concertations avec le Ministère public vaudois et des communicants de la police, Lausanne a décidé de ne pas s'écarter de la position de la Conférence des commandants des polices cantonales de Suisse, qui préconise d'indiquer la nationalité des personnes interpellées.

[...]

20min.ch

Lausanne: 2 millions dans les poubelles publiques

24 heures, Cindy Mendicino

La Ville change l’entier de ses écopoints et crée des lieux de tri sur les places

Changer tous les écopoints de Lausanne, n’est pas un luxe ? Florence Germond, municipale de la « propreté urbaine » n’aime pas la question. « Non vraiment pas ». Lausanne est très en retard sur le reste de l’Europe mais aussi sur le reste de la Suisse. »

L’aspect disgracieux des groupes de trois gros conteneurs à alu/fer, huiles et textiles n’est plus toléré nulle part, dit-elle.

[...]

A noter que quinze écopoints seront tout bonnement supprimés.

[...]

article complet: (payant)

*****

En matière de gestion des déchets, Lausanne a déjà tout vu:

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-roter-poubelles/story/17705507

https://www.rts.ch/info/regions/vaud/9945103-a-lausanne-4-5-tonnes-de-dechets-sauvages-sont-ramasses-chaque-jour.html

Lausanne sale et mal odorant:

https://fr.tripadvisor.ch/ShowUserReviews-g188107-d592844-r520877225-Place_St_Francois-Lausanne_Canton_of_Vaud.html

Lausanne : record de participants à la manifestation « 3 » pour le climat

Cenator: L’hystérie climatique a battu le record national, et probablement même mondial, en proportion des habitants, vendredi à Lausanne. Plus de 15'000 selon les participants, environ 10'000 selon la police.

La Palme d’or du mérite revient à l’oligarchie des socialistes (souvent en couple) qui règnent sans partage sur la ville depuis 25 ans... et aussi à l’extrême gauche Cesla Amarelle, qui dirige le département de l’instruction et de la jeunesse... et aussi au fait que chaque poste clef de l’enseignement (mais pas seulement) est attribué aux gauchistes, que ce soit des écoles d’infirmiers, ou l’enseignement, de la maternelle à l’université, absolument à tous les niveaux.

(Les manifestants étaient 2000 à Fribourg, 5000 à Genève, 12'000 à Zurich, 1200 à Sion, 4500 à Bellinzone)

Nous ignorons qui tire les ficelles de ce mouvement qui se base sur des affirmations mensongères, mais nous savons que ce sont des ennemis de notre civilisation, ennemis des jeunes, ennemis de tous ceux qui aiment la liberté de penser, la vérité et détestent être instrumentalisés, manipulés.

Dans quel intérêt fait-on croire à notre jeunesse que leur avenir serait bouché à cause de la variation climatique ?

Qui détourne l’attention des jeunes du réel danger qui les guette vraiment dans leur avenir, à savoir, l’islamisation, le terrorisme, et le multiculturalisme, avec des masses inadaptables que ces jeunes inconscients seront censés entretenir à vie ?

Qui récolte les fruits de cette désinformation massive, qui s’en remplit les poches ?
Une figure emblématique nous vient en tête, Al Gore, qui n’était pas du tout un homme fortuné après la perte de sa campagne électorale mais qui est devenu milliardaire après ses tournées mondiales pour sauver le climat.

Pour le journaliste Antoine Hürlimann, dans son article consacré à cette manifestation dans 24 heures du 16-17 mars 2019, c’est le thème incontournable pour les prochaines élections fédérales.

L’article relève quelques fausses notes (ndlr : de la partition bien orchestrée par la gauche). Le Crédit Suisse du Lion-d’Or est maculé de peinture rouge et 30-50 activistes se sont introduits dans les locaux des Retraites Populaires de la rue Caroline (ndlr : des boutonneux qui réclamaient leurs retraites ??).

Plus de 100 pays dans le monde ont défilé pour sauver la planète. (Ndlr : la Hongrie, bénie des dieux, avait sa journée de fête nationale de la liberté.)

Le journaliste reprend dans son article quelques slogans : « Si on ne fait rien aujourd’hui, on n’a plus avenir », « Un avenir juste, juste un avenir », « Le climat est plus important que le travail », « La prochaine fois, c’est toute la ville qui doit faire grève ! », « Changeons le système, pas le climat ».

Nous y voilà ! Les slogans marxistes étaient omniprésents sur les banderoles, et les inscriptions à des partis ou organisations « de gauche » qui suivent chaque manifestation ne font que confirmer à qui profite cette mascarade collective. Vous trouverez ci-dessous les photos de stands d’associations et de partis « de gauche »  qui se tenaient à la place de Riponne, comme le Sud, Solidarités, les Verts, Une Suisse sans armée... ainsi que quelques affichages mensongers sur les preuves scientifiques du réchauffement climatique.

Que souhaiter de mieux que cette foule bien chauffée, bien conditionnée, lorsque l’on récolte des signatures, distribue de la propagande de gauche et présente à ces moutons mis en transe des formulaires d’affiliation à... des partis et des organisations de gauche.

 

 

Extinction Rebellion, ou XR, est un mouvement « écologiste » qui se répand dans le monde occidental avec une grande rapidité.

C’est simplement une nouvelle manière de revendiquer l’internationalisme gauchiste / la mondialisation, en utilisant le changement climatique, présenté bien entendu comme un dérèglement dû à l’homme, avec tout le catéchisme climatique et sa liturgie de l’homme blanc exploiteur, coupable et irresponsable.

 

 

Lausanne : 2 kilos 1/2 de cocaïne dans un squat de migrants. Pour l’extrême-gauche, il faut les régulariser.

Ils s’étaient installés il y a un mois tout juste. La centaine de migrants africains qui forme le Collectif Jean Dutoit avait quitté Lausanne fin septembre pour s’installer dans un nouveau lieu: l’ancienne halle Switcher au Mont-sur-Lausanne. Lundi en début d’après-midi, leur squat a été visé par une vaste opération antidrogue de la police cantonale et de la police municipale lausannoise. Ordonnée par le Ministère public, la descente a mobilisé près de 180 agents de 14 h à 17h30. Elle a abouti à l’arrestation de cinq personnes. 2,5 kilos de cocaïne ont été saisis, ainsi que plusieurs milliers de francs suisses et d’euros.

(...)

Depuis son changement d’adresse, le collectif s’était plaint par voie de communiqué de fouilles systématiques aux abords du bâtiment. De fait, selon les informations données par la police, depuis le 24 septembre, 1,78 kilo de cocaïne a été saisi sur 13 personnes originaires du Nigeria, de Sierra Leone et de Gambie notamment, interpellées alors qu’elles quittaient le squat. Jean-Christophe Sauterel dément toutefois tout durcissement du dispositif autour du nouveau squat. «Il n’y a pas eu de contrôles systématiques.»

Quoi qu’en dise la police, ce n’est pas la première fois que le Collectif Jean Dutoit est visé par une grosse opération antidrogue. Fin mai dernier, il y avait déjà eu une descente dans l’immeuble occupé par les migrants à la Blécherette avant leur installation au Mont-sur-Lausanne. Elle avait impliqué près de 150 gendarmes et policiers, aboutissant à l’arrestation de quatre personnes. À cette occasion, une centaine de grammes de cocaïne et 20’000 francs suisses avaient été saisis. La police précisait alors qu’elle avait déjà arrêté 12 trafiquants en lien avec le même squat au cours des mois précédents, saisissant 6 kilos de cocaïne et 41’000 francs.

Parmi les individus arrêtés en mai dernier, deux sont aujourd’hui toujours en détention provisoire, dont un Nigérian de 52 ans. Celui-ci avait été désigné par la police comme l’organisateur du trafic de cocaïne basé au squat de la Blécherette. Plusieurs sources ont depuis confirmé que cette personne occupait une position importante dans l’organisation du Collectif Jean Dutoit, se faisant appeler «The Chairman», ou «Le Président».

(...)

Par le passé, le Collectif Jean Dutoit n’a jamais nié que certains de ses membres étaient impliqués dans la vente de drogue. Lors de la perquisition de lundi au Mont-sur-Lausanne, une poignée de jeunes gens soutenant les migrants avaient fait le déplacement, maintenus à distance par les policiers. «On a toujours dit que la solution pour mettre fin ces trafics serait de régulariser ces gens et leur donner un travail», déclare une militante. Comme les autres jeunes, son soutien aux migrants n’est pas entamé par les saisies de drogue et les arrestations. (24 heures)

Nos remerciements à Alex

Naturalisation. A Lausanne, le passeport suisse est très bon marché !

Devenir citoyen suisse a un prix, et ce dernier diffère massivement selon le canton de résidence, allant de 500 à 3000 francs.

A Fribourg, qui a les émoluments les plus élevés en Suisse romande, il faut compter entre 1800 et 3000 francs pour obtenir la nationalité suisse, alors qu'à Lausanne, qui se trouve à l'opposé, la procédure coûte entre 550 et 850 francs.

Fribourg justifie le montant élevé par un nombre de candidats au passeport suisse plus faible. La capitale vaudoise applique, quant à elle, un forfait fixe pour chaque candidat.

(...)

20 Minutes.ch