Trafic international de drogue démantelé : Des Albanais lavaient l’argent sale en achetant des voitures en Suisse

Le 20 Minutes Romand a publié un article traitant un vendeur de voiture suisse de "xénophobe" car celui-ci refusait de vendre des véhicules aux "Yougoslaves". Or, les trafiquants albanais utilisent justement l'achat de voitures dans notre pays pour laver l'argent sale.

 

**********

 

Un trafic international de cocaïne et d'héroïne qui alimentait le marché de la Haute-Savoie (France) à travers l'Italie en passant par les tunnels du Mont Blanc, a été démantelé par la police au-delà des Alpes.

Mardi dernier, deux jeunes Albanais ont été arrêtés à bord d'une Mercedes à l'entrée du tunnel : ils arrivaient en Italie avec 100 000 euros en petites coupures cachées dans le moteur. Toutes les 3 semaines, les deux hommes, munis d'un visa de touriste, arrivaient en France avec de l'héroïne et de la cocaïne destinées à deux revendeurs, leurs compatriotes. Ces derniers ont ensuite lavé l'argent sale en achetant des voitures haut de gamme en Suisse, payées en espèces, et revendues une fois rentrés dans leur pays.

Dans un local utilisé comme laboratoire à Saint-Julien, près de la frontière suisse, la police a trouvé 60 000 euros en liquide, 1,5 kg d'héroïne, 1,7 kg de cocaïne et 1,7 kg de produit de "coupe". Les quatre individus ont été arrêtés. Au total, environ 500 000 euros de cocaïne ont été saisis.

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Imolaoggi.it

Nos remerciements à Victoria Valentini

 

2 Congolais et 5 Nigérians accusés d’avoir introduit 110 kilos de coke en Suisse

Deux Congolais et cinq Nigérians sont jugés depuis lundi pour un important trafic de stupéfiants.

La drogue venait d'Amérique du Sud et transitait par les Pays-Bas.

Entre août 2014 et juillet 2015, ils auraient transporté 110 kilos de cocaïne entre les Pays-Bas et la Suisse, dans des voitures ou alors en cachant la drogue dans des sachets qu’ils ingurgitaient.

[...]

20Min.ch

Nos remerciements à Josée-Christine Lavanchy-Trépey

 

Italie : les migrants préparent les doses de drogues directement sur le quai de la gare

Gare de Reggio d'Émilie, en Italie. Ils préparent les doses de drogues en plein jour, à la vue de tous.

 

 

 

Berlin. Trafics de drogues tenus par des Africains : la maire (Vert) déclare « Pour une femme, c’est trop dangereux de se promener dans les parcs berlinois »

Si vous voulez acheter de la drogue à Berlin, vous en trouverez rapidement au parc de Görlitz à Berlin-Kreuzberg. Des groupes d'hommes, pour la plupart d'origine africaine, se tiennent le long des chemins et proposent du cannabis, mais également des drogues dures.

Monika Herrmann (membre du parti de gauche Les Verts), maire du quartier de Friedrichshain-Kreuzberg, n'ose plus se rendre dans les parcs de Berlin la nuit. Elle estime que c'est trop dangereux pour elle.

"Je me ne promène dans aucun parc à Berlin, je ne sais pas comment vous faites, mais c'est trop dangereux pour moi en tant que femme" répond-elle au journal Welt.

Son district comprend l'un des centres de trafic de drogue les plus connus de Berlin, le parc de Görlitz, problème pour lequel elle tente de trouver une solution. Les trafiquants s'y réunissent depuis des années, s'adressant même aux enfants et aux adolescents pour leur vendre des drogues. [...]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Welt.de / Focus.de

France voisine. Trafic d’héroïne : un procès hors norme visant la mafia albanaise s’est ouvert

Un important point de vente d’héroïne, qui a été tenu par des Albanais entre 2016 et 2018, est au cœur d’un procès entre le 3 et le 5 septembre 2019 à Annecy.

17 prévenus étaient appelés à la barre mardi 3 septembre 2019 devant le tribunal correctionnel d’Annecy, 16 hommes et une femme âgés de 22 à 43 ans, d’origine albanaise, kosovare ou serbe. Seuls 13 ont répondu présents, 4 autres, qui avaient été libérés sous contrôle judiciaire, ne sont pas venus à l’audience.

[...]

20min.ch / Ledauphine.com / Lemessager.fr

Nos remerciements à Wilhou

 

Lausanne : 2 kilos 1/2 de cocaïne dans un squat de migrants. Pour l’extrême-gauche, il faut les régulariser.

Ils s’étaient installés il y a un mois tout juste. La centaine de migrants africains qui forme le Collectif Jean Dutoit avait quitté Lausanne fin septembre pour s’installer dans un nouveau lieu: l’ancienne halle Switcher au Mont-sur-Lausanne. Lundi en début d’après-midi, leur squat a été visé par une vaste opération antidrogue de la police cantonale et de la police municipale lausannoise. Ordonnée par le Ministère public, la descente a mobilisé près de 180 agents de 14 h à 17h30. Elle a abouti à l’arrestation de cinq personnes. 2,5 kilos de cocaïne ont été saisis, ainsi que plusieurs milliers de francs suisses et d’euros.

(...)

Depuis son changement d’adresse, le collectif s’était plaint par voie de communiqué de fouilles systématiques aux abords du bâtiment. De fait, selon les informations données par la police, depuis le 24 septembre, 1,78 kilo de cocaïne a été saisi sur 13 personnes originaires du Nigeria, de Sierra Leone et de Gambie notamment, interpellées alors qu’elles quittaient le squat. Jean-Christophe Sauterel dément toutefois tout durcissement du dispositif autour du nouveau squat. «Il n’y a pas eu de contrôles systématiques.»

Quoi qu’en dise la police, ce n’est pas la première fois que le Collectif Jean Dutoit est visé par une grosse opération antidrogue. Fin mai dernier, il y avait déjà eu une descente dans l’immeuble occupé par les migrants à la Blécherette avant leur installation au Mont-sur-Lausanne. Elle avait impliqué près de 150 gendarmes et policiers, aboutissant à l’arrestation de quatre personnes. À cette occasion, une centaine de grammes de cocaïne et 20’000 francs suisses avaient été saisis. La police précisait alors qu’elle avait déjà arrêté 12 trafiquants en lien avec le même squat au cours des mois précédents, saisissant 6 kilos de cocaïne et 41’000 francs.

Parmi les individus arrêtés en mai dernier, deux sont aujourd’hui toujours en détention provisoire, dont un Nigérian de 52 ans. Celui-ci avait été désigné par la police comme l’organisateur du trafic de cocaïne basé au squat de la Blécherette. Plusieurs sources ont depuis confirmé que cette personne occupait une position importante dans l’organisation du Collectif Jean Dutoit, se faisant appeler «The Chairman», ou «Le Président».

(...)

Par le passé, le Collectif Jean Dutoit n’a jamais nié que certains de ses membres étaient impliqués dans la vente de drogue. Lors de la perquisition de lundi au Mont-sur-Lausanne, une poignée de jeunes gens soutenant les migrants avaient fait le déplacement, maintenus à distance par les policiers. «On a toujours dit que la solution pour mettre fin ces trafics serait de régulariser ces gens et leur donner un travail», déclare une militante. Comme les autres jeunes, son soutien aux migrants n’est pas entamé par les saisies de drogue et les arrestations. (24 heures)

Nos remerciements à Alex

Annecy – Genève : 5 Albanais arrêtés avec 230 kilos de produits destinés à couper de l’héroïne

Deux cents trente kilos de produits destinés à couper de l’héroïne. C’est ce qu’ont saisi les policiers d’Annecy le 3 octobre près d’Annemasse (F).

Cinq Albanais ont été arrêtés. De mémoire, une telle prise n’avait jamais été réalisée dans la région Rhône Alpes, indique le commandant Jean-Philippe Charvet. «On sait que ce réseau fournissait la Haute-Savoie, mais aussi le bassin genevois. Une telle prise, forcément, va manquer sur le marché.»

(...)

20Minutes.ch

France : Collomb parlant des quartiers « C’est la loi du plus fort des trafiquants et des islamistes. La situation est très dégradée. »

Lors de son discours de passation de pouvoir à Edouard Philippe, qui assure désormais l'intérim, le ministre de l'Intérieur démissionnaire Gérard Collomb a martelé qu'en France des quartiers échappaient encore à la loi de la République.

Démissionnaire à la tête du ministère de l'Intérieur, Gérard Collomb ne laisse pas derrière lui une République française sûre et apaisée – de son propre aveu. «Le terme de reconquête républicaine prend, dans ces quartiers, tout son sens. Parce que oui aujourd'hui, c'est plutôt la loi du plus fort qui s'impose, [celle] des narco-trafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République», a-t-il déclaré lors de son discours de passation de pouvoir à Edouard Philippe, le matin du 3 octobre, évoquant certains quartiers dits difficiles en France.

Le désormais ex-chef de la place Beauvau avait un «message à faire passer» : «La situation s'est très dégradée» dans certains territoires, a-t-il prévenu, listant, pêle-mêle : «Les quartiers Nord de Marseille, au Mirail à Toulouse, à la périphérie parisienne, Corbeil, Aulnay, Sevran...» «Il faut à nouveau assurer la sécurité dans ces quartiers, mais je crois qu'il faut fondamentalement les changer. Quand des quartiers se ghettoïsent, se paupérisent, il ne peut y avoir que des difficultés», a statué Gérard Collomb.

 

 

«Je crois vraiment que, dans la périphérie parisienne, on ne peut plus continuer à travailler commune par commune. Il faut une vision d'ensemble pour recréer de la mixité sociale», a-t-il encore conseillé.

Enchaînant aussitôt sur la thématique de l'accueil des migrants, toujours prégnante dans l'actualité politique française, le ministre de l'Intérieur sur le départ a estimé que si ces derniers étaient logés dans les quartiers à problèmes, la situation deviendrait d'autant plus «ingérable».

Contraint d'accepter la démission de Gérard Collomb de son poste de ministre de l'Intérieur, Emmanuel Macron a chargé dans l'urgence le Premier ministre Edouard Philippe d'assurer l'intérim, en attendant de nommer son successeur à la tête de ce ministère clé. Le 2 octobre, dans les colonnes du Figaro, Gérard Collomb avait décidé de maintenir sa proposition de démission – refusée un premier temps par le chef de l'Etat –, entérinant les dissensions entre le ministre de l'Intérieur et le président de la République. Gérard Collomb avait expliqué vouloir se consacrer pleinement à l'élection municipale de Lyon, prévue initialement pour 2020. A droite comme à gauche, de nombreux élus de l'opposition ont ironisé sur une situation qui semble échapper au président de la République.

RT / Cnews.fr

Italie. Turin : 30 trafiquants de drogues africains agressent deux policiers

En quelques minutes, les policiers ont été encerclés par des dizaines de trafiquants. Depuis les fenêtres d'un immeuble, un citoyen excitait les Africains contre les policiers en traitant les agents de "nazis" et de "fascistes".

"Tout ce qui est arrivé à Turin aux jardins Alimonda est le miroir d'une société dans laquelle le criminel est convaincu de toujours s'en tirer"

C'est ainsi que Stefano Paoloni, secrétaire général du Syndicat de la police autonome (SAP), a dénoncé l'agression brutale qui a malheureusement vu deux policiers du commissariat de Barriera à Milan, attaqués par une trentaine de trafiquants de drogue non-européens.

Les deux agents s'étaient rendus dans un appartement mis aux enchères pour le livrer à l'huissier. Ils ont trouvé deux trafiquants de drogues africains. A la vue de la police, les deux hommes se sont enfuis vers les jardins d'Alimonda. Là, les deux individus ont demandé aux autres trafiquants présents du soutien: en peu de temps, les policiers ont été encerclés par 30 Africains et ont été attaqués violemment.

Depuis les balcons, un citoyen italien excitait les trafiquants en insultant les policiers : "Fascistes, foutez le camp. Nazis ". Scène de révolte.

Malgré le chaos total, grâce à l’intervention de quelques patrouilles de renfort, l’un des deux trafiquants a pu être arrêté alors que le second a réussi à s'enfuir. Le citoyen italien qui a insulté les policiers a également été arrêté.

(...)

Ofcs.report /  Forzearmatenews.it / Sap-nazionale.orgTorino.diariodelweb.it

Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Bâle : Le PLR veut légaliser les drogues dures

Le PLR bâlois brise un tabou en proposant de libéraliser les drogues dures. Le PLR suisse y est toutefois opposé.

Pour le parti bourgeois en perte de vitesse sur les bords du Rhin, il faut laisser à chaque individu la responsabilité de consommer ce qu'il veut. Les stupéfiants «ne doivent pas être interdits, mais légalisés, contrôlés et taxés». L'objectif est d'assécher le marché noir et d'empêcher ainsi les revendeurs de réaliser des profits.

(...)

20 Minutes.ch

Genève : 17 kilos de coke stockés dans un box de parking. 4 Albanais arrêtés.

Plus de 17 kilos de cocaïne, dont une partie atteignait près de 90% de pureté. C’est la quantité de drogue retrouvée dans le cadre de l’affaire jugée depuis lundi au Tribunal correctionnel de Genève.

Au rang des accusés: un couple d’Albanais d’une vingtaine d’années, soupçonné d’avoir transporté en voiture plus de 7 kilos de coke des Pays-Bas à Genève, ainsi qu’un trentenaire et un quadra, originaires d’Albanie et habitant à Genève, accusés d’avoir participé au trafic

(...)

Source et article complet

Nos remerciements à Info

Bienne. Grosse opération antidrogue : Une famille albanaise appréhendée.

Le locataire a été emmené, ainsi que sa femme qui logeait dans un appartement du cinquième étage. Leurs deux enfants et deux personnes présentées comme la soeur et le frère de l'épouse ont quitté librement l'appartement du cinquième vers midi.

Le suspect albanais louait l'appartement depuis plus d'une année.

(...)

Source et article complet

Nos remerciements à Wilhelm's Back

Deal de rue à Lausanne : le monde du cinéma et les élèves de la Haute Ecole d’art critiquent vivement Fernand Melgar

Fernand Melgar n’est plus le bienvenu à la HEAD, où les élèves paraissent faire front commun contre lui.

Jeudi, la HEAD a réagi par un communiqué. «Les prises de position de Fernand Melgar et surtout l’usage fait par le cinéaste de photographies volées de personnes présentées comme des dealers sur Facebook ont suscité un émoi et une indignation forte, notamment au sein des milieux culturels, très largement partagés au sein de l’école» (...)

Lettre ouverte

D’autant plus qu’en parallèle, une lettre ouverte, cosignée par des étudiants en cinéma de la HEAD et de l’ECAL, des alumnis et des professionnels du cinéma, en réponse à la tribune de Fernand Melgar sur le deal de rue à Lausanne, nous est parvenue dans la journée. On y retrouve, parmi 209 signataires, des personnalités connues comme Nicolas Wadimoff, Jean-Stéphane Bron, Lionel Baier, Antoine Jaccoud, Claude Barras, Francis Reusser, Frédéric Choffat, Christian Lutz ou Quentin Mouron.

(...)

Source et article complet

Lausanne: Pierre-Antoine Hildbrand, municipal de la Sécurité, banalise la présence des dealers.

Lundi soir, le Collectif Vinet-Beaulieu invitait les habitants de St-Roch à une séance d’information et de discussion sur la vie de quartier et le deal de rue. Une ambiance électrique n’a pas tardé à s’installer.

Les dealers sont désormais souvent titulaires de titres de séjour européens, une interpellation ne peut se faire qu’en présence d’un acheteur et d’un vendeur.

Sans nier que la présence de dealers dans les rues lausannoises était problématique, il a rappelé à l’assemblée qu’à «Lausanne, la consommation de drogue est équivalente aux autres grandes villes de Suisse. Il n’y a ainsi pas ici de parc d’attractions de la consommation

À la sortie de la séance, au Cazard, on croise ceux dont il a tant été question quelques minutes auparavant.

Source et article complet

 

Rappels:

Lausanne: «Les dealers de drogue demandent même à nos enfants d’être remboursés en nature!»

Lausanne: Une mère de famille harcelée par des dealers en plein après-midi: « Allez dégage ! Pute ! »

Lausanne: L’UDC Jean-Luc Chollet traite Résistance Helvétique de « nazillon » (Vidéo)

Lausanne: Pierre-Antoine Hildbrand s’oppose aux rondes de Résistance Helvétique. « C’est un trouble incontestable. »

Lausanne: Un socialiste inquiet des rondes effectuées par Résistance Helvétique. Il va déposer une interpellation urgente.

Suisse. Thurgovie: des Turcs transportant 14 kilos d’héroïnes arrêtés.

Dans la voiture d'un Turc âgé de 42 ans venant d'Allemagne, ils ont découvert 4 kg d'héroïne, ont indiqué lundi la police thurgovienne et le Ministère public.

Un autre Turc, âgé de 43 ans possédait une voiture en Suisse qui a été saisie. Dedans, les enquêteurs ont trouvé 10 kg d'héroïne.

(...)

Source et article complet

Suisse. Valais: Un Irakien tente de livrer de la drogue à son fils en prison

Un père irakien a été condamné par la justice valaisanne pour avoir tenté de livrer à son fils en prison de la drogue cachée dans des fruits.

Après une maman condamnée l’an dernier pour avoir livré de la drogue à son fils en prison, cette fois c’est un papa ayant fait de même avec son fiston qui vient d’être puni par une peine similaire de dix jours-amende avec sursis, une amende de 400 francs et de 450 francs de frais de justice.

(...)

Source

Nos remerciements à Info

Grisons. Coire: 14 Africains arrêtés pour trafic de drogues.

La police cantonale des Grisons a mené plusieurs actions contre le commerce de la cocaïne dans les rues de Coire l'année dernière. D'avril 2017 à avril 2018, elle a arrêté 14 Ouest-Africains et les a reconnus coupables de vente de cocaïne.

La majorité des ressortissants nigérians résidant dans les pays européens ont fait l'objet d'expulsions directes et d'interdictions d'entrée pour plusieurs années. Les mesures de renvoi et d'éloignement ont été prises par l'Office des migrations et le Secrétariat d'Etat aux migrations.

(...)

Source Traduction libre Les Observateurs.ch

Nos remerciements à Info

DROGUES : LES BOBARDS DES MÉDIAS-SOROS

STUPÉFIANTS, anticipation et autruches médiatiques

Par Xavier Raufer

Dix ans bientôt : le "Livre blanc de défense et sécurité nationale" paraît en juin 2008. Ces livres blancs sont d'usage sobres et lisses, mais avec véhémence, celui de 2008 appelle à l'an-ti-ci-pa-tion, saint-Graal de la défense à venir. "Anticipation... base de notre stratégie... très haute priorité... première ligne de défense... fondement d'une nouvelle doctrine" : hors de là, point de salut. Depuis, dans la vraie vie, notre appareil de défense-sécurité a-t-il appris à anticiper ?

Mohamed Merah et autres fanatiques, tueries de Charlie-Hebdo, du Bataclan, etc. ? Raté. Les blitzkriege de Poutine, Crimée puis violente reconquête de la Syrie ? Raté encore. La mutation du gang salafiste d'abu Musab al-Zarqawi en un terrible "Etat islamique" ayant, vers 2014, plus de blindés que l'armée française ? L'explosion ravageuse du cyber-crime ?

Rien vu ni prévu. Faute à qui ? D'abord, aux architectes du Livre blanc - ignorant que le besoin d'un dispositif ou produit nouveau, un vaccin contre le Sida par exemple, n'induit pas sa faisabilité rapide. Vouloir anticiper n'est pas savoir le faire - tant d'obstacles existent sur cette route-là.

Le premier pour mémoire, car souvent dénoncé par l'auteur : les cyber-arnaques du big data-police-justice prédictive, etc. Pas plus qu'à l'ère d'Aristote, l'incertitude n'est aujourd'hui modélisable. Un jour peut-être, grâce à la physique quantique, mais demain matin, non.

Reste l'obstacle majeur à l'anticipation, au décèlement précoce des dangers et menaces : l'aveuglement médiatique. Définissons-le à partir d'un exemple précis, les stupéfiants, la toxicomanie.

Sous la présidence Hollande, le gros de notre presse d'information fut bradée à deux milliardaires, menant désormais d'une main de fer des empires médiatiques Uberisés. Ce, non pour informer les lecteurs, mais pour leur vendre le capitalisme libertaire à la Soros, ici défini comme DGSI (Davos-Goldman-Sachs-Idéologie).

Pour pulvériser la société à leur profit, Soros, filou-financier souvent condamné et ses complices milliardaires-libertaires glauques, prônent la libéralisation des drogues. Leur plan : créer la panique médiatique autour du cannabis. Vite, libéralisons ! Demain sera trop tard. D'où, le matraquage du Monde et de Libération sur la toxicomanie galopante en France et en Europe, que seule la libéralisation du cannabis saurait contrôler et encadrer.

Or c'est faux : en Europe, l'usage de toutes les drogues, héroïne, amphétamines, cocaïne cannabis, etc., baisse désormais - surtout là où ses ravages étaient les pires. En septembre 2012, le Daily Mail titre - inutile de traduire "Drugs are going out of fashion dramatic fall in usage since 1996". En 2012 aussi, le World Drug Report signale qu'en Europe, l'usage de l'héroïne et de la cocaïne est en "baisse sensible", le cannabis étant, lui, "stable ou déclinant". Même constat dans le rapport Europe-2013 de l'Office français des drogues et de la toxicomanie (OFDT). En France ? Dès 2013, l'OFDT signale que, chez les jeunes de 17 ans, le cannabis recule. L'usage régulier (10 fois par mois) a même diminué de moitié de 2002 à 2011, de 12% à 6 % des 17 ans - signal fort : là sont les usagers de demain.

Conséquence du recul des drogues en Europe, marché mondial N°1, 24 milliards d'euros par an dit l'Office européen des drogues et de la toxicomanie (OEDT): pour les cartels et mafias, une baisse de 15% de ce marché signifie perdre 3,5 milliards d'euros par an. Or dans le féroce milieu criminel, le chef n'enrichissant plus sa meute est éliminé. Ainsi et dès 2012, les criminologues alertent : les "parrains" inventifs se ruent sur des trafics palliatifs, êtres humains, contrefaçons, cyber-crime, etc. De fait, ces activités criminelles ravageant la société, la santé publique, etc., explosent depuis lors.

Si, au lieu de gober les bobards-DGSI, notre appareil de sécurité avait ciblé à temps ces nouveaux périls criminels, il aurait attaqué le mal à sa racine - c'est cela, anticiper - au lieu d'attendre passivement, comme c'est le cas, que le mal soit fait.

Aujourd'hui, ce recul de la toxicomanie éclate au grand jour.

La 9e enquête OFDT-Escapad établit que, dans la cruciale catégorie des 17 ans, l'usage du cannabis est au plus bas depuis 2000 ; de 2014 à 2017, le nombre de ces jeunes fumant du hasch baisse de 9%. Les amphétamines et la cocaïne ? 8,8% en usent en 2014 chez les 17 ans, 6,8% début 2018.

Du bout des lèvres mais bien tard, les médias-DGSI l'avouent désormais.

Or pourquoi libéraliser des drogues dont l'usage baisse de lui-même ? Voilà la vraie question. Et la tâche des officiels est désormais claire : affronter les menaces criminelles émergentes, au lieu d'écouter des sornettes médiatiques.

Xavier Raufer

Suisse: Les Jeunes socialistes veulent libéraliser les drogues dures

Les Jeunes Socialistes veulent légaliser la consommation de cannabis mais aussi de toutes les drogues. Le sujet sera débattu lors de l'assemblée des délégués samedi, rapporte le journal dominical Zentralschweiz am Sonntag.

Fabian Molina confirme. «Il n'y a pas d'autres possibilité qu'une légalisation totale pour combattre le marché noir», affirme le président de la Jeunesse socialiste, pour qui il faut trouver d'autres solutions alors que la consommation de drogues augmente et que le trafic est complètement contrôlé par des groupes mafieux.

Source

 

Genève la multiculturelle: Les trafiquants des Balkans attaquent la coke

Bouleversement sur le marché des stupéfiants. Les dealers albanophones se lancent à la conquête du marché, tenu par des réseaux africains.

Le milieu albanophone, roi de l’héroïne depuis vingt ans, se diversifie. Il investit le marché de la cocaïne, dévolu jusqu’alors aux trafiquants de l’Afrique de l’Ouest, en Suisse romande du moins. Le mouvement, amorcé en 2013 selon Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise, est devenu visible ce printemps. Le commissaire d’Annemasse (F) Philippe Guffon confirme la chose.

Source