Asile en faveur de l’Afrique et du Moyen-Orient : La gauche manipule notre tradition humanitaire

Très peu de citoyens semblent aujourd'hui avoir la moindre idée que notre législation actuelle en matière d'asile a été créée sur la base de l'expérience de la Seconde Guerre mondiale. Voici le contexte :

"La notion de réfugié dans la loi suisse sur l'asile reflète ce contexte historique : elle se fonde sur la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés qui, comme l'écrit le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), était "initialement limitée à la protection des réfugiés principalement européens immédiatement après la Seconde Guerre mondiale". Son champ d'application était clairement limité, tant sur le plan géographique que sur le plan temporel".

Il n'a jamais été question d'étendre le concept de réfugié au monde entier. Les "organisations d'aide", "l'industrie de l'asile", les politiciens verts de gauche et leurs alliés de l'administration et des médias nous font aujourd'hui croire que les "réglementations légales" n'ont jamais fait l'objet de discussions ou de votes démocratiques.

Voici encore une citation du rapport :

"La majorité des pays du Tiers-Monde a également un droit de facto à l'immigration - par le biais du système d'asile. Toute personne qui crie "Asile, asile" à Chiasso sera automatiquement intégrée dans une procédure. Il y en a parfois 1000, parfois 2000 ou - comme lors de l'année record 2015 - plus de 3000 par mois. Dans l'année, cela correspond tantôt au nombre d'habitants de la ville de Baden, tantôt à celui de Kreuzlingen ou même de La Chaux-de-Fonds.

Nous choisissons les mauvaises personnes - l'image produite montre que nous avons créé ce système d'immigration pour les personnes originaires d'Afrique ou du Proche et Moyen-Orient sans jamais vraiment en discuter, et encore moins voter démocratiquement. Contrairement à la libre circulation des personnes, le souverain n'a jamais dit oui ou non à une immigration massive en provenance d'Érythrée ou d'Afghanistan.

Au lieu de choisir ceux que nous voulons et qui sont capables de faire quelque chose, nous préférons les immigrants peu instruits de cultures étrangères qui sont souvent difficiles à concilier avec les valeurs locales. Il est plus difficile pour un Américain hautement qualifié de venir en Suisse que pour un Somalien analphabète. Une grande partie des immigrants demandeurs d'asile sont musulmans et font plus ou moins d'efforts pour respecter les coutumes et les lois qui s'appliquent ici. Ils viennent souvent de sociétés brutales où les attaques au couteau font partie de la vie quotidienne et où les femmes ne valent rien."

Il devrait être clair pour tout citoyen informé et rationnel que pour toutes ces raisons, il est grand temps d'abolir et de redéfinir le "concept de réfugié" et le statut d'asile pratiqué aujourd'hui.

Cependant, le lavage de cerveau [NDLR : de la part des milieux qui bénéficient de cette situation] est aujourd'hui avancé à un tel point qu'une telle proposition, ne serait-ce que parce qu'elle viendrait de l'UDC, serait immédiatement rejetée.

Reste à voir combien de temps encore ce système, pour lequel les citoyens les moins favorisés doivent casquer et qui poussera de plus en plus de communes au bord de la faillite dans les années à venir, va tenir.

J'espère que le plus grand nombre possible de lecteurs liront attentivement ce texte et le diffuseront. Si les citoyens continuent de voter à gauche et pour les Verts, la situation ne fera qu'empirer.

Walter E. Haefliger

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Weltwoche.ch

Nos remerciements à notre lectrice

 

Rappels :

Suisse : les deux islamistes kosovars de retour de Syrie continuent tranquillement leurs formations

Suisse. Aide sociale : plus de la moitié des bénéficiaires sont des étrangers, principalement des réfugiés ou des requérants d’asile

Attaque sur une enfant de 4 ans à Brugg (Argovie) : l’Irakien vivait de l’aide sociale et avait déjà fait de la prison « Il m’aurait probablement battue à mort »

Zurich. Fraude à l’aide sociale: comment un couple turc a dupé les autorités

Suisse : Les mineurs à l’aide sociale pourront être naturalisés. « Ils ne doivent pas être stigmatisés » déclare la socialiste Ada Marra

Vaud : Domicilié en France et illégal en Suisse, il touche notre aide sociale durant dix ans sous de faux noms

Fribourg: Une Tunisienne sera expulsée pour abus d’aide sociale. Entrée avec ses 4 enfants, elle avait reçu près de 300’000.- et refusait de travailler.

 

 

 

3 commentaires

  1. Posté par Fleeps le

    Je vous rappelle que le plein est fait…..la guerre est perdue…il reste aux partis politiques à crier au loup pour se partager les chaises libres…..fin de la partie.

  2. Posté par Antoine le

     »Si les citoyens continuent de voter à gauche et pour les Verts, la situation ne fera qu’empirer. »
    Plus vite et plus fort sera la CHUTE dans les abysses !
    Merci à la gôchiasse pour dépenser l’argent qui n’a pas encore été gagné et surtout l’argent des autres, c’est à dire nous la classe moyenne qui payons pour l’insécurité, les vols, les viols, les agressions et la justice qui applique le 2 poids 2 mesures !
    Le droit régalien n’est plus du tout appliqué, la milice devra prendre un jour ou l’autre la relève !

  3. Posté par Michel Vasionchi le

    La gauche dans toutes ses versions, depuis toujours manipule tout et surtout trafique dans l’instrumentalisation de l’émotionnel , résultat des milliers de pauvres gens se ruent actuellement en Europe et demain des millions…. voilà comment la gauche crée les bases de la prochaine guerre Nord – Sud qui se pointe à l’horizon.. .en imputant cette responsabilité aux autres..

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.