Attaque sur une enfant de 4 ans à Brugg (Argovie) : l’Irakien vivait de l’aide sociale et avait déjà fait de la prison « Il m’aurait probablement battue à mort »

Nous parlions de cet individu déjà ici :

Brugg (Argovie) : un Irakien blesse grièvement sa fille de 4 ans en la jetant plusieurs fois à terre « La fillette a vomi du sang »

Le 20 Minutes romand a tôt fait de rétrograder l'article sur ce sujet (l'article ne se trouve même plus sur la page principale), en évitant d'ailleurs de stipuler que l'Irakien est bénéficiaire de notre aide sociale, qu'il ne veut pas travailler et qu'il avait déjà été condamné. A la place, un article anti-Brexit trône en Une.

C'est cela que les médias romands appellent "informer".

**********

Un père irakien (50 ans) a gravement blessé sa fille de quatre ans à la gare de Brugg samedi après-midi. Un témoin oculaire a déclaré au 20 minutes : "La femme et l'homme se disputaient déjà quand ils traversaient le passage souterrain. Puis il a jeté l'enfant par terre."

Claudia B.* (38 ans) de Brugg est la mère de la fille. Elle est toujours sous le choc au lendemain de l'incident : "Tout est allé si vite." La Suissesse voulait prendre le bus en compagnie de sa mère et de sa fille. Après un arrêt, son ancien ami H. K.* l'a rejointe. "Je ne sais pas comment il  a pu savoir qu'on prenait ce bus."

Par la suite, son ex-compagnon s'est assis avec eux. "Il voulait que notre fille aille vers lui. Mais elle ne voulait pas", déclare la mère. Mais au lieu d'en rester là, le père a essayé à plusieurs reprises de convaincre la fillette. "Il m'a même accusé de l'avoir influencée. [...] D'autres insultes ont suivi.

Le père a ensuite remis à B. un sac avec une boîte, mais comme elle ne savait pas ce qu'elle contenait, elle a posé le sac sur le sol. Pendant ce temps, son ex-compagnon a attrapé sa fille et l'a jetée plusieurs fois sur le sol. "Je n'ai pas réalisé la situation jusqu'à ce que ma mère crie: 'Lueg mol, lueg mol !' [NDLR : "Regarde voir, regarde voir"]

[...]

Les deux femmes se trouvaient en état de choc. "Heureusement, le personnel de la pharmacie a pris ma fille et l'a cachée", déclare B.

"Je suis également très reconnaissante envers les deux hommes pour leur intervention, sinon il m'aurait probablement battue à mort."

 

Son ex-compagnon a encore essayé de s'échapper, mais il a été retenu par deux hommes jusqu'à l'arrivée de la police. En raison des blessures, sa fille était inconsciente et vomissait du sang.

Dimanche, la mère a déclaré que sa fille allait un peu mieux : "Entre autres choses, elle a subi une triple fracture du crâne." Bernhard Graser, porte-parole de la police cantonale argovienne, confirme que la jeune fille n'est pas en danger de mort. Pour la mère, une chose est certaine : "Je ne lui pardonnerai jamais ce qu'il a fait à notre fille. J'espère qu'il ira en prison et que nous n'aurons plus jamais à le revoir."

Selon B., ce n'est pas la première fois que l'Irakien est violent. "Il y a environ trois semaines, il a frappé ma mère devant notre fille. Il la déteste énormément. Puis il est venu vers moi pour me gifler." Par conséquent, B. a rompu tout contact avec lui et ne l'a pas laissé voir leur fille. La mère pense que cet incident pourrait aussi être la raison pour laquelle la fillette ne veut plus voir son père.

Selon B., l'Irakien vit en Suisse depuis 2000. Il est titulaire d'un permis de séjour B et vit de l'aide sociale. Elle l'a rencontré il y a environ cinq ans et demi - mais la relation a pris fin il y a deux ans. Depuis lors, la mère a la garde exclusive. Selon B., il aurait déjà commis au moins un délit avant leur relation.

"Pour autant que je sache, il a déjà fait de la prison. De plus, il n'a jamais essayé de trouver un emploi pendant notre relation. Je l'ai partiellement soutenu financièrement".

 

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

20Min.ch (en allemand)

Nos remerciements à Mariek

7 commentaires

  1. Posté par pépé le moko le

    a Pipoz ! je me fous de votre pseudo cousine ! Qu’elle aille en Syrie avec sa smala et son barbu, ici c’est la suisse et gardez vos leçons de morale pour votre famille !

  2. Posté par Lucie le

    Et ben, ça promet pour la suite et pour Suisse. On va bientôt remplir les statistiques de la police pour diffuser quand ?

    On sait que tout est aussi bien caché par les médias d’Etat et pour diffuser peut être un jour on ne sait pas quand !

  3. Posté par bigjames le

    @Pipoz
    Au lieu de faire votre donneur de leçon concernant mon langage, vous auriez eu mieux fait de prévenir votre cousine !
    Elle aurait pu se prénommer Astrid, que j’aurais fait le même commentaire.

  4. Posté par Pipoz le

    @bigjames, surveillez votre langage!
    Vous parlez de ma cousine.
    Merci

  5. Posté par pépé le moko le

    que peut-on dire de ce genre de femme sans etre insultant ?

  6. Posté par bigjames le

    Eh Claudia, on t’avait pas assez prévenu, pauvre gourde !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.