Fribourg: Une Tunisienne sera expulsée pour abus d’aide sociale. Entrée avec ses 4 enfants, elle avait reçu près de 300’000.- et refusait de travailler.

argent suisse fric

Entrée en Suisse en 2002, avec ses quatre enfants, pour rejoindre son époux dont elle s’est séparée en 2009, une Tunisienne de 58 ans a bénéficié, depuis, de près de 300 000 francs d’aide sociale.

Versé par sa commune de domicile dans le canton de Fribourg, ce montant en croissance régulière a fait tiquer le Service de la population et des migrants ­(SPoMi), qui a fini par révoquer son permis d’établissement en janvier 2017, après plusieurs avertissements.

La quinquagénaire a notamment été invitée, en vain, à trouver un emploi et à emménager dans un appartement au loyer plus modeste.

(...)

Source

Christian Hofer: Je tiens à remercier en particulier Info pour tous les articles qu'il nous transmet.

15 commentaires

  1. Posté par JeanDa le

    « Elle sera expulsée » …. il ne savent pas utiliser le passé composé ou n’importe quelle autre forme du PASSÉ ?

  2. Posté par Tommy le

    A JJ.@
    Le mieux, ce serait de Bulle à Lausanne.
    Là, c’est pension complète à vie.

  3. Posté par Fanfouet le

    Si je sais encore calculer, ses « petits mougnards » doivent avoir au minimum plus de 16 ans, donc n’entrent plus dans la catégorie des bambins à protéger. Donc plus d’obligation de les couver et materner. C’est le moment de profiter des billets de famille pour le retour…

  4. Posté par J.J le

    Elle a été expulsée de Bulle à Romont????

  5. Posté par JDV le

    Une seule question, elle a 58 ans, quel âge ont les « enfants » ? A cet âge on est en général grand-mère et grand-père !

  6. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    En janvier 2017? c’était il y a 15 mois.
    Quelles sont les nouvelles depuis? combien ca nous a coûté?

  7. Posté par Mady le

    Ce soir j’ai écouté l’émission Temps Présent concernant des milliers de Suisses qui sont trop malades pour obtenir des prestations de l’Assurance Chômage et pas assez malades pour obtenir des prestations de l’Assurance Invalidité. J’étais très triste d’apprendre cela. Mais quand je lis le texte ci-dessus concernant cette Tunisienne qui a obtenu plus de Frs 300’000.– d’aide sociale et qui n’a jamais travaillé, je suis vraiment écoeurée de ce qui se passe dans notre pays. J’espère vraiment qu’elle sera renvoyée avec ses moutards dans son pays d’origine.

  8. Posté par Mauron le

    On peut toujours rêver, mais je suis bien certain qu’avec 4 gosses il va se trouver une association qui va plaider en sa faveur pour éviter l’expulsion.
    Et que la fête continue !

  9. Posté par Francoise le

    Quand je pense que je travaille pour un peu moins de 1000 € et que je n’ai droit à aucune aide!!

  10. Posté par JeanDa le

    De 2002 à 2017 ? Ouaouw c’est des rapiiiiides et vigousses à Fribourg !

  11. Posté par Sergio le

    Je parie ce que vous voulez, contre n’importe quoi, qu’elle ne sera pas expulsée et qu’elle continuera à toucher les prébendes que lui alloue avec empressement le camp du bien. Un avocat d’office, un comité de soutien, une collecte de fonds et tout l’arsenal du parti socialiste vont se mobiliser. Diantre, il s’agit d’une famille métèque, pas d’un Suisse ! Solidarité ! Solidarité !

  12. Posté par coocool le

    La limite de 15 ans est de trop.

  13. Posté par fred le

    la pauvre elle se croyait en france !

  14. Posté par Antoine le

    Les  »droits-de-l’hommistes » vont s’en mêler et elle restera en Suisse avec ses bambins !!
    Plus on attend et plus cela coûte un blind !
    A un moment donné, elle ne sera plus du tout expulsable …

  15. Posté par Bernard le

    Elle part quand avec ses mioches ?
    On est vraiment con en Suisse pour se faire rouler par la racaille.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.