Vaud : Domicilié en France et illégal en Suisse, il touche notre aide sociale durant dix ans sous de faux noms

Sans activité et sans statut légal en Suisse, un homme a réussi à tromper son monde grâce à ses talents de faussaire.

Ce sont des montants énormes qu’un homme domicilié en France a obtenus dès 2008 de l’assurance chômage et des services sociaux. Illégal et sans travail en Suisse, il a eu recours à de multiples identités, dont certaines étaient fictives. L’homme, détenu depuis octobre 2017, a aussi possédé jusqu’à trente cartes de crédit sous de faux noms, qu’il a utilisées au maximum, sachant qu’il ne rembourserait jamais. Suivant le même procédé, il a contracté des crédits à la consommation.

(...)

Source et article complet

 

Rappels :

Fribourg: Une Tunisienne sera expulsée pour abus d’aide sociale. Entrée avec ses 4 enfants, elle avait reçu près de 300’000.- et refusait de travailler.

Suisse: Malgré la loi, les fraudeurs de l’aide sociale ne sont pas expulsés. La grande majorité des fraudeurs sont des étrangers.

Argovie. Aarburg: 1/3 du budget part dans l’aide sociale. 580’000.- pour une famille irakienne. 402’000.- pour une famille turque.

Bienne: Un couple de Macédoniens vole 244’000 francs à l’aide sociale

Malgré ses nombreuses condamnations et sa dépendance de l’aide sociale, un réfugié Turc restera en Suisse

Suisse: L’islamiste bosniaque et son épouse ont bénéficié entre 150’000.– et 200’000.– d’aide sociale. A cela s’ajoutent les primes de caisse maladie également payées.

Suisse: Riches au Liban, ils étaient à l’aide sociale à Zurich.

8 commentaires

  1. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    On pari que les juges seront sévères avec lui pour dissuader les dizaines de milliers de ses semblables qui font comme lui en toute quiétude?
    Peut être qu’ils vont même le condamner à une semaine de prison avec sursis !! bien fait pour lui et pour tous les autres qui ne vont plus jamais recommencer!!!

  2. Posté par Tommy le

    De quel genre de Français s’ agit-il?
    Le silence de la presse est éloquent…

  3. Posté par Socrate@LasVegas le

    « Le filou jonglait avec de nombreuses identités fictives.  »

    Voilà le jugement du 20 minutes pour une escroquerie en bande et par métier, un délit pénal…Ce que ce torchon ne précise pas est la somme concernée soit parce qu’elle n’a pu encore être déterminée soit parce qu’à l’instar de l’origine étrangère des criminels, le bon peuple n’a pas à savoir quelle montant de ses impôts ont étés escroqué…

  4. Posté par Peter K le

    A ce niveau et aussi longtemps, c’est mission impossible sans complicité(s) a l’interieur des services concernés, vu les controles continus et demandes mensuelles de justificatifs, etc… Suis persuade que plusieurs membres de ces « collectifs et autres assocs » ont fait de l’entrisme dans les administrations ni vu ni connu et depuis de nombreuses années. Il y a des reseaux organisés, et les chefs et autres organes de controles laissent faire…ou sont membres desdits groupes. Pour les organismes de petit credit, c’est l’appat du gain, alors la 😉 no comment

  5. Posté par Socrate@LasVegas le

    Le commentaire sous la photo du 20 minutes:
    « Le filou jonglait avec de nombreuses identités fictives. »
    Pourquoi pas le coquin ou le taquin?

    On notera cependant que l’information principale concernant cet escroc aux assurances, à savoir le montant escroqué, ne figure pas dans l’article…

    Le peuple n’aurait donc pas le droit de savoir le montant des impôts englouti par ces criminels ou les fins limiers n’ont-ils pas encore cerné l’ampleur de l’escroquerie?

    Outre la durée de prison pour le délit pénal que constitue cette escroquerie en bande organisée et par métier; Est-ce que les sommes ne pouvant être remboursées seront converties en emprisonnement sur le principe inverse des jours-amendes?

  6. Posté par Gabrielle le

    Bof… On ne va pas chipoter pour ce modeste fait divers. En Suisse, combien sont-ils, ces salopards, à sévir de telle façon ? Des milliers, assurément… Et les quelques rares dénonciations provoquent immanquablement le courroux des autorités concernées. D’ailleurs, on se demande pourquoi… (ou pas !). Bon, je vous laisse car je dois aller à la poste payer ma récente amende de parcage. Vous savez ce que c’est, n’est-ce-pas, NOUS, en cas de mauvaise conduite, on ne nous loupe pas, hein ???

  7. Posté par Antoine le

    Si des malfrats et des faussaires peuvent sévir c’est que notre système de contrôle des services sociaux et du chômage sont de vraies passoires !!
    Revoyons la Sécurité de ces services et responsabilisons les employés. Il y a des millions en jeu !
    Ce sont NOS cotisations et Nos impôts !

  8. Posté par Léo C le

    Comme il a du agir de même en France; imaginez le pactole.

    Et ce sont les citoyens respectueux des règles et lois qui en pâtissent . Toujours.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.