Suisse : le CF veut serrer la vis aux terroristes potentiels. Les ONG s’y opposent et invoquent les droits de l’homme

Loi créée dans l'urgence par nos "élites" qui sont censées "prévoir" alors que le problème couvait depuis de nombreuses années.

Ces mêmes politiciens s'offusquaient lorsque les patriotes demandaient de limiter l'immigration ou mettaient en garde contre l'islam, tout en clamant sans cesse que le "populisme est le véritable problème".

Berset tout comme Sommaruga ou encore Parmelin ont affirmé que la diversité est une richesse. Pourquoi de telles lois dans ce cas?

**********

 

Le Conseil fédéral souhaite que la police dispose de plus de possibilités dans la lutte contre le terrorisme.

Plus d'une centaine d'agents ont perquisitionné les domiciles de personnes soupçonnées de terrorisme dans plusieurs cantons cette semaine. À l'avenir, la police devrait également être en mesure d'intervenir plus tôt contre les terroristes potentiels [...].

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter prévoit entre autres les mesures suivantes :

- Obligation de se présenter: Les personnes représentant un danger doivent se présenter au poste de police.

- Interdiction de contact : les personnes âgées de 13 et plus, qui représentent une menace, peuvent être interdites de tout contact avec l'environnement radicalisé

- Assignation à domicile : En dernier recours, une personne âgée de 16 ans ou plus ne devrait pas être autorisée à quitter son domicile. On pourrait la contrôler au moyen d'un bracelet électronique.

Mais à présent, une opposition se fait entendre : La «Plateforme des ONG suisses pour les droits humains» veut dégommer la loi. Patrick Walder d'Amnesty International en explique la raison.

"La police fédérale pourrait prendre de nouvelles mesures, de la localisation des téléphones portables en passant par l'assignation à résidence contre les personnes représentant un danger. [...] En fin de compte, ce sont des soupçons qui ouvrent la porte à l'arbitraire. Les mesures préventives toucheront des personnes qui ne sont pas dangereuses du tout.

Nous exigeons que la détention préventive à domicile pour les personnes dangereuses soit retirée de la loi parce qu'elle n'est pas compatible avec la Convention européenne des droits de l'homme. Il est également très problématique que des mesures de police préventive soient utilisées contre les enfants âgés de 13 ans et plus et que des mesures de détention à domicile soient appliquées contre les jeunes âgés de 16 ans et plus. Les enfants sont particulièrement protégés en Suisse ; le pouvoir judiciaire ne doit pas les stigmatiser et les criminaliser, mais doit favoriser leur réinsertion sociale [NDLR : C'est ce qui avait été fait pour le jeune Albanais Vedad mais visiblement Amnesty International est prêt à réitérer ces erreurs sur le dos des Suisses.].

Non, nous n'avons pas de cœur pour les terroristes. Ce sont des criminels - et en tant que tels, ils devraient être poursuivis et punis. Cependant, les droits de l'homme fondamentaux ne doivent pas être restreints dans la lutte contre le terrorisme.

[...]

(Traduction libre Schwarze Rose et Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

20min.ch

 

 

8 commentaires

  1. Posté par leone le

    Depuis quand les ONG gouvernent ce pays? Notre conseil fédéral est une assemblée de petites bites. De Sommaruga et Berset on s’y attendait, un peu moins des UDC. Étonnamment la seule qui en aie entre les jambes est KKS et encore, elles sont petites.

  2. Posté par Antoine le

    Il y a ceux qui causent et ceux qui agissent !
    En 2015, l’immigration de masse illégale déferlait sur nos contrées, malheureusement cela continue; les politicards ne pensent qu’à se faire réélire et les citoyens se font entuber par le soi-disant problème du réchauffement climatique …
    Comme (demi) mesures certains ont trouver la surveillance par caméra, écouter téléphonique, etc …
    Tout cela ne serait PAS nécessaire si les politicards de l’époque (bobo-gôcho pro-immigrationniste) avaient mis en place un contrôle à nos frontières et dénoncé les accords de Schengen la passoire !!

  3. Posté par Anna le

    C’est comme s’ils ne réalisaient pas que le monde a changé. Ils se croient toujours dans les années 60.

  4. Posté par Bermard le

    Ammesty international démontre une fois de plus d’être ridicule et inutile en Suisse! J’invite tous les donateurs à cesser de financer cette absurdité de bien-pensants autoproclamés.

  5. Posté par Lucie le

    Je comprends que ce sont les ONG qui veulent dicter les lois, un peu comme un organisme supranational. Bientôt, la Suisse aura la chance d’avoir des victimes du terrorisme tout comme dans d’autres pays européens.

  6. Posté par Nicolas le

    Les mêmes crétins décérébrés (entre autres) qui s’élevaient contre les caméras dans les espaces publics. Causez toujours, vous êtes loin du bal.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.