Les chroniques de la diplomatie suisse (de 1972 à 2001), un nouvel ouvrage de Bibracte Editions – une idée de cadeau de Noël*

"L’ouvrage que nous offre Pierre Friederich est plutôt rare. Il rapporte une vision des systèmes judiciaires d’une part et diplomatique d’autre part, tels qu’ils sont vécus par un observateur privilégié. Non pas dans leur inévitable banalité, mais dans leur réelle dimension.

Pierre Friederich a connu son baptême du feu avec la Délégation suisse à la Conférence d’Helsinki, ce qui lui a valu, ensuite, d’avoir des postes dans des pays communistes, dont il connaissait bien les mécanismes. Il a notamment rouvert notre Ambassade au Viêt-Nam, puis a été en poste à Budapest. Avec la chute de l’URSS et du Pacte de Varsovie, événements auxquels personne ne s’attendait, c’est à Cuba qu’il fut envoyé par notre pays, avec la tâche délicate d’y représenter, en plus de notre pays, les Etats-Unis. C’est là que j’ai fait sa connaissance. Aussi bien la résidence que l’Ambassade avaient ce charme indicible d’un vécu historique. Cuba, régime autoritaire où l’opposition flirte avec la détention administrative, tant la crainte d’une infiltration de celle-ci par les services américains était grande. N’ayant plus le soutien économique de Moscou, Cuba s’ouvrait au tourisme « capitaliste » , ce qui laissait espérer à son peuple et au monde une extension de cette ouverture, à terme. Le peuple est pauvre, le système de santé, remarquable. Les cubains sont un peuple joyeux, qui s’exprime par sa musique. Pour l’Ambassadeur de Suisse et des USA, le Cuba officiel, c’est autre chose. Mis à part l’exportation de langoustes, de Rhum et le rapatriement de quelque touriste égaré, les raisons de rencontrer les autorités cubaines étaient rares et se résumaient à être convié à écouter les discours-fleuve du commandant suprême jusqu’à pas d’heure. J’avais obtenu des fonds européens pour favoriser le développement de programmes culturels suisses et européens à la Havane. Pierre Friederich n’a pas ménagé ses efforts pour m’accompagner dans la démarche, ce qui m’a valu de rencontrer le Maire de la Havane, le Secrétaire de la Culture. Pierre Friederich était bien plus à l’aise dans cette démarche que dans celle que lui avait imposée sa hiérarchie, lorsque la Suisse officielle, en mal d’imagination, Pro Patria et l’Office fédéral de la culture en tête, envoya à la Havane... des réfugiés pakistanais avec leurs mélopées orientales et guitares à une corde. Comment présenter cela à Cuba et à la Délégation pakistanaise? Malgré nos efforts, notre démarche n’a pas abouti. En résumé, un dirigeant cubain n’a aucun budget. Quand on lui propose 100 il exige 1.000, et finit par ne rien avoir. C’est ce qu’il s’est passé avec le Club Med, qui a fini par fermer ses portes: le prix facturé pour les langoustes dépassait ceux pratiqués à Paris. J’avais déjà vu cela en observant la Petite-Russie. Le régime communiste est définitivement incapable de s’adapter à cause de l’inertie de ses dirigeants. Il n’est pas le seul. L’esprit de clocher est décidément incurable. Pierre Friederich n’imaginait pas qu’il allait devoir le subir à nouveau, en Suisse aussi…" - Jean-René H. Mermoud, Avocat

 

"…Fidel et son régime sont d’une autre trempe que les directions vaguement collégiales des autres partis communistes, démis vers 1990 en Europe. Sa personnalité est un phénomène en soi: intelligent, rusé, menteur distingué, persécuteur redoutable - Il y a en permanence entre 5.000 et 8.000 prisonniers politiques à Cuba - , négociateur de première force, par ailleurs charmant, séducteur et possédant de vastes connaissances, il est passé maître dans l’art du bluff, de la conspiration ; de la répression, quand cela s’avère nécessaire. Tout est à sa portée. En tant que juriste, avocat, formé chez les Jésuites, expert en dialectique marxiste, il n’est pas étonnant qu’il ait réussi à dribbler onze présidents américains et à survivre à la tête de l’Etat cubain. Il connaît d’ailleurs très bien le mode de fonctionnement des Etats-Unis. Sa maestria du verbe est inégalée. Des chefs d’Etat, pourtant réputés par leur réalisme, ont succombé à cette fascination. Madame Mitterand lui fit des visites répétées, plus tard, Ségolène Royal lui tressa des louanges, surtout motivée par son désœuvrement politique. Son bilan économique et culturel sur l’île est moins passionnant…"

"…La liberté de la presse demeure, bien entendu, une question de vie ou de mort pour toute démocratie. Aucun salut hors de cette liberté fondamentale, qui doit impérativement être entière, même lorsque sa dérive accouche d’une presse de basse qualité, mensongère, voire malhonnête. Il ne faut pas la censurer ce qui serait fatal, mais l’améliorer, ce qui est très difficile! Même s’il apparaît que l’élévation du niveau de la presse peut paraître une exigence platonique et que cela prendrait beaucoup de temps, un progrès dans ce domaine passerait par l’éducation et la formation des journalistes, et par la prise en considération d’un peu plus de civisme. Je n’ai d’ailleurs jamais vu de système politique, où une presse soumise au pouvoir, qu’elle le soit par des lois scélérates ou par son autocensure, procure un véritable avantage culturel et intellectuel au pays concerné, bien au contraire. Dans les pays par moi connus, il suffira de citer l’Union soviétique et ses satellites: le Vietnam, Cuba et quelques autres…" - Pierre Friederich, dans Chroniques irrévérencieuses de la diplomatie Suisse.

 

 

Ce livre a plu, notamment, à Oskar Freysinger (Photo Sabine Papilloud, archives trouvé sur: lenouvelliste.ch):

- " Se plonger dans cet ouvrage, ce n’est pas seulement suivre les pas d’un homme à travers les joies et les peines de l’existence, ainsi que la géographie bigarrée du monde de Berlin à La Havane, en passant par Madrid, New York, Hanoi et bien d’autres villes encore, c’est suivre le fil de l’histoire – de la grande histoire, celle des Etats et des puissants de cette terre – d’un peu plus près que le commun des mortels. C’est sentir battre le pouls du monde.

Quiconque ouvrira ce livre découvrira d’une manière inattendue, telle une terra incognita, tout un pan du passé qu’il croyait connaître et dont il ignorait cependant bien des facettes. Peut-être révisera-t-il certains de ses jugements, peut-être même s’abstiendra-il à l’avenir de vouloir réécrire l’histoire en la faisant passer à travers le filtre si dangereusement « moral » de notre époque trop politiquement correcte. " Oskar Freysinger, ancien parlementaire, conseiller d’Etat honoraire et écrivain

 

Vous pouvez nous retrouver au restaurant  Le Milan, à Lausanne, le samedi 22 décembre dès 17h, Pierre Friederich et Bertrand Hourcade, auteur du livre Fatwa, seront présents pour dédicacer leurs ouvrages, ainsi qu'Anne Lucken, auteur de Que la Suisse demeure. Seront présent également Thomas Mazzone, directeur de la collection Bibracte, et Uli Windisch, rédacteur en chef du site.

 

*Commandez votre livre avant jeudi 20, 17h et recevez-le avant Noël. Délai de réception certifié uniquement pour la France et la Suisse. Une commande avant le 26 décembre à minuit vous offre un délai de réception avant le Nouvel An.

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.