Les prétentions au pouvoir des politiciens. « Dans le marais bernois », Thomas Matter, vidéo

Thomas Matter, Conseiller national UDC, « Dans le marais bernois » 46, vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=zS03YC9-jyI

 

Merci à J.-D. Ruegsegger pour la traduction de la vidéo du dialecte alémanique

 

Les prétentions au pouvoir des politiciens

 

Les conseillers nationaux et aux Etats l’ont bien remarqué: en plaçant le droit international au-dessus de la Constitution fédérale, les voilà munis d’une baguette magique leur permettant d’ignorer la volonté du peuple. Et c’est bien commode lorsque la volonté du peuple ne leur convient pas. Pourtant, en 2010, le Conseil fédéral affirmait encore par écrit: « La question de la mise en œuvre d’une initiative ne doit pas être laissée à l’appréciation des autorités. La non-mise en œuvre ou une mise en œuvre partielle d’une initiative acceptée par le peuple serait un abus qui alourdirait le processus politique. »

 

Entre-temps, nous le savons, le Conseil fédéral et le Parlement ne mettent plus en œuvre la volonté du peuple. Aujourd’hui, la Suisse est le seul pays au monde à placer le droit international au-dessus de sa propre Constitution. Pourtant, tout le monde peut lire sur Wikipédia (citation): « La démocratie directe en Suisse est ainsi conçue que les citoyens votants, en tant que souverain, disposent d'un pouvoir décisionnel ultime - je souligne: ultime - à tous les niveaux de l’Etat. » Si nous votons oui à l’Initiative pour l’autodétermination, il en sera de nouveau ainsi.

 

Autrefois déjà, les politiciens avaient privé le peuple de son pouvoir. Durant la IIe guerre mondiale, le Conseil fédéral, muni de pleins pouvoirs, a pu gouverner en contournant le peuple. Vu les circonstances particulièrement difficiles du moment, c’était compréhensible. Toutefois, même après la guerre, les politiciens et les partis gouvernementaux n’ont pas voulu rendre au peuple son pouvoir décisionnel.

 

Ce n’est qu’en 1949 que des initiants vaudois et le fondateur de la Migros Gottlieb Duttweiler ont obtenu, par le biais d’une initiative populaire, que soient rétablies notre Constitution et la démocratie directe.

 

Le libre-penseur grison Zaccaria Giacometti, professeur de droit public, a également participé à ce combat. « Il n’est d’autre légalité, affirmait-il, que la Constitution fédérale ». De nos jours, la plupart des professeurs prétendent le contraire et agissent comme s’il en avait toujours été ainsi.

 

C’est pourquoi, vous aussi, engagez-vous pour la sauvegarde de notre démocratie directe. Le 25 novembre, votez OUI à l’Initiative pour l’autodétermination.

 

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.