Suisse: L’initiative sur l’expulsion des criminels étrangers n’est presque jamais appliquée. On a pris le peuple pour un imbécile.

En réalité, seulement dix pour cent des condamnés ont été expulsés.

Le 28 octobre 2010, le peuple et l'assemblée fédérale ont accepté l'initiative «Pour l'expulsion des criminels étrangers» et ont clairement rejeté la contre-proposition, ce qui aurait balayé l'initiative. Bien que le Conseil fédéral ait conclu avant le vote que l'initiative ne violait pas le droit international, il a refusé l'exécution textuelle de initiative.

La mise en œuvre proposée à l'époque par le Conseil fédéral correspondait d'assez près au contre-projet rejeté par le souverain.

A la suite de cela, l'UDC a lancé l'initiative de mise en oeuvre, qui a été balayée par le peuple le 28 février 2016.

Au mois d'octobre 2010, le peuple suisse a rejeté l'inclusion d'une clause de rigueur dans la loi, celle-ci a été acceptée de facto en février 2016. De sorte qu'aujourd'hui, un étranger criminel ne peut pas être expulsé si cela lui cause des difficultés.

Des slogans percutants

Durant la campagne de votation, les opposants à l'initiative d'application de la loi se sont surpassés avec des slogans brutaux et la promesse de mettre en place une loi intransigeante.

En particulier, les représentants du PLR ont propagé l'idée d'une expulsion automatique qui ne pouvait être contournée que dans quelques rares cas avec l'application de la clause de rigueur. On a parlé de 4 000 délinquants étrangers à expulser par année et on a jeté de la poudre aux yeux au peuple suisse.

Le 1er octobre 2016, immédiatement après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, les 4000 renvois pronostiqués ont été massivement revus à la baisse car il n'était plus question d'expulsions pour les citoyens de l'UE. (...)

Cette tactique, basée sur le mensonge et la tromperie, n'aide pas à renforcer la confiance dans la politique. Le conseiller national UDC Toni Brunner a déclaré qu'il créerait une liste dans le but de répertorier les expulsions effectives et de montrer ainsi les mensonges des adversaires de l'initiative.

Efficacité seulement 10%

Les chiffres pour l'année 2017 recueillis par l'Office fédéral de la statistique sont maintenant disponibles et montrent une image qui donne à réfléchir.

On peut aussi dire que le peuple a été simplement pris pour un imbécile lors de cette compagne de votation.

L'année passée, les tribunaux suisses ont prononcé des expulsions pour un total de 832 cas. Cela correspond à un peu plus de 20% des 4000 expulsions prédites.

L'exécution de l'expulsion est également dramatique puisque seulement la moitié d'entre eux a dû quitter la Suisse. Le reste - pour une raison quelconque - demeure encore dans notre pays. En vérité, seulement dix pour cent ont été effectivement mis à la porte.

L'utilisation abusive des fonds de l'aide sociale révèle une image encore plus triste.

Bien que les fraudeurs étrangers puissent être refoulés, il n'y a eu aucune expulsion l'année passée. Apparemment, les 206 étrangers qui ont frauduleusement reçu de l'aide sociale en 2017 étaient tous des cas difficiles. Voilà pour ce qui est de la mise en œuvre de l'initiative sur l'expulsion des criminels étrangers.

Source et article complet Traduction libre Schwarze Rose et Christian Hofer pour Les Observateurs.ch

 

Nos remerciements à Info

 

Rappels:

Suisse: Malgré la loi, les fraudeurs de l’aide sociale ne sont pas expulsés. La grande majorité des fraudeurs sont des étrangers.

Vaud: le Syrien frappait sa compagne européenne et menaçait de mort sa famille. Récidiviste, il ne sera pas expulsé.

Suisse: Les procureurs, surtout romands, refusent d’expulser des criminels étrangers.

Zurich: Le criminel allemand ne sera pas expulsé malgré le vote sur l’expulsion des criminels étrangers. Pour le socialiste Nordman « La Suisse doit se conformer au droit international. »

Suisses: Des Somaliens à la charge de l’aide sociale ne sont pas expulsés car leurs 6 enfants sont déjà naturalisés!

Suisse: Déjà en 2012, la Commune de Nidau voulait expulser l’imam. Le Canton s’y était opposé.

12 commentaires

  1. Posté par JDV le

    Il fallait une majorité de 76 % ?

  2. Posté par Marc le

    L’heure où les honnêtes citoyens devront s’armer et faire justice eux-mêmes n’est plus très loin!
    Quelle triste déchéance de ce qui fut jadis une beau pays où il faisait bon vivre …

  3. Posté par toyet le

    Ma fois les francs Macrons sont au pouvoir, en tenant le pouvoir judiciaire ils contrôlent tout. l’expérience italienne va être intéressante

  4. Posté par Socrate@LasVegas le

    Je pense que la raison est plus triviale: L’ ARGENT et L’EGO vu que les politiciens suisses rêvent de cumuler des fonctions européennes pour arrondir leur fins de mois et réduire les tâches leur incombant puisqu’ils feront alors doublons, les décisions étant prises en dessus d’eux!

    La preuve en est l’opposition de plus en plus frontale entre les peuples et leurs « élus »

    Les pré-requis étant:
    1) Priver les peuples de leur droit à l’auto-détermination: traité de Lisbonne/Sarkosy ou l’accord cadre que les politiciens suisses souhaitent pour en finir avec nos démocratie/libertés/Constitutions!
    2) Innonder les pays visés par les pseudo-futurs-travailleurs low cost (migrants) tout en DETOURNANT NOS IMPOTS, AVS, … pour tenter de former ces gens qui en sont incapables et n’en ont aucune envie…
    3) Distraire, occuper les citoyens avec un conflit religieux orchestré et inévitable (chrétiens/muzz) et profiter du désordre pour occulter les dénis de démocratie dont le rythme s’accélère…

    Heureusement le réveil est annoncé grace à:
    – Trump
    – Visegrad/Orban
    – L’Italie
    Il suffit de constater à quel point les fustige l’ensemble des traîtres élus ou non (ue in corpore, médias aux ordres, …)

    VOTER UDC STRATEGIQUEMENT + signer initiative de limitation
    JAMAIS D’ACCORD CADRE + surveillance stricte des dépouillements lors du vote
    RESILIER SCHENGEN pour pouvoir enfin appliquer les décisions légitimes du Souverain (limiter immigr. de masse / Renvoi effectif des criminels étrangers)
    LIMOGER LES TRAITRES

  5. Posté par Raoul le

    Ils auraient visiblement tort de ne pas prendre les électeurs pour des imbéciles vu les résultats des votations 😉

  6. Posté par Tommy le

    A Anna @
    C’est tout simple.
    Pour ne pas être traités de racistes et d’adeptes du retour aux  » plus sombres années de notre histoire « .

    Mais rassurez- vous !
    Les décideurs ne résident que dans des quartiers monoethniques et placent leur progéniture en école privée .
    On décide….pour les autres.

  7. Posté par Prof. Prout le

    @Anne : Parce qu’ils appartiennent à des « réseaux » (au sens large) internationaux et/ou mondialistes qui veulent la fin des frontières et des nations. Ils agissent donc toujours dans ce sens là.

  8. Posté par Antoine le

    La gôche et les PLR influencent les juges . D’une exception, ils en ont fait la règle.

  9. Posté par Gabrielle le

    Le « Cabinet fantôme », créé pour influencer le CF (qui se laissse volontiers faire…) n’en finit pas de nuire aux intérêts de notre pays et de nous-mêmes…

  10. Posté par Anna le

    On a du mal à comprendre pourquoi nos autorités ou nos juges tiennent à protéger des criminels ou des escrocs. Qui peut l’expliquer rationnellement ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.