Suisses: Des Somaliens à la charge de l’aide sociale ne sont pas expulsés car leurs 6 enfants sont déjà naturalisés!

franc suisse

Un couple de Somaliens, âgés de 68 et 52 ans, est réfractaire au français. Cela fait dix-neuf ans qu’ils se trouvent en Suisse et que des cours leur sont payés, sans que cela se traduise par des résultats probants.

Impossible dans ces conditions de s’intégrer. Au bénéfice d’un permis provisoire, ces personnes sont à la charge des services sociaux. Elles ont demandé le permis B, avançant notamment le fait que leurs six enfants possèdent le passeport suisse.

(...)

Source et article complet

Rappel: Suisse : L’aide sociale a coûté 1 milliard de plus en dix ans

 

16 commentaires

  1. Posté par Wouly le

    C’est un cas parmi des milliers ou des dizaines de milliers … Lorsqu’on voit comment l’AVS traite le Suisse/Suissesse, c’est LAMENTABLE !! Certains retraités n’ont pas le maximum après avoir travaillés dur 44 ans !! Il y a des cas ou l’employer n’a pas payé les cotisations obligatoires de l’AVS pour ses employés pendant 12 ans et cela se répercute sur la rente de l’employé … Y a-t-il des responsables de l’AVS qui contrôlent ANNUELLEMENT TOUS les employeurs, ceci AVANT qu’il ne parte en faillite … Sur la base du registre du commerce et du registre de la TVA; il y a un certain laisser aller de la part de notre gouvernement et surtout un manque TOTAL de responsabilité (Responsabilité –> nom en désuétude).

  2. Posté par Stefan le

    @bigjames

    Une connaissance vient de terminer ses études de théologie, elle voulait partir dans le social, mais a tout planté.
    Elle en a marre, comme beaucoup, que les Suisses soient discriminés. Elle me donnait l’exemple de l’octroi de logements subventionnés pour les étudiants; les Africains passent devant les Suisses (dont les parents ont des revenus modestes). Et personne ne se pose la question de comment ces Africains sont venus en Suisse, ni de quoi ils vivent. En résumé, ceux qui viennent étudier ici on du fric et on leur déroule encore un tapis rouge.

  3. Posté par Christian Hofer le

    @ bigjames

    Pour la médecine, il faudrait déjà que l’Unige arrête d’ouvrir ses portes aux étudiants français. En sachant qu’il y a un nombre limité de places en 2ème année, leur présence hypothèque ainsi d’autant plus les chances d’un autochtone.

    Les universités françaises sont surchargées d’étrangers. Je vous laisse deviner où ils vont dans ces cas.

  4. Posté par GAUTIER le

    Une partie du chômage devrait être réglée par l’embauche de vérificateurs de bénéficiaires d’aides sociales ; ce qui pourrait être récupéré servirait largement à payer leur salaire et cela assainirait une situation qui devient intenable….une société qui entretient des parasites sur le dos de ceux qui se lèvent tous les matins et qui calculent pour savoir s’ils ont les moyens d’avoir des enfants…eux

  5. Posté par Bussy le

    Une fois de plus on constate que des salopards gaspillent honteusement nos impôts !
    Et les enfants de ces parasites, même boulot que leurs parents ?

  6. Posté par bigjames le

    Nos universités sont gavées d’étudiants en psychologie et sciences sociales.
    A terme, il faut bien les occuper. L’asile est le parfait alibi.
    Alors que l’on ne forme pas suffisamment de médecins. On en importe à tour de bras.
    La gauche et les écolos mènent notre pays au désastre.
    Et on les laisse faire !

  7. Posté par Gabrielle le

    Un simple cas parmi des dizaines de milliers d’autres… Le système social qui arrose ces parasites inutiles est aussi faisandé que la majorité des politiciens.

  8. Posté par bigjames le

    Une manif à Berne ?? Avec des fourches ?
    Elle serait immédiatement interdite.
    De peur qu’une contre-manif soit organisée par ces merdeux d’extrême gauche.
    Même Maurer et Parmelin tenteraient de vous en dissuader.
    Ne pas faire de vagues, surtout ne pas faire de vagues…..
    Le bon peuple n a qu’à subir, payer, et fermer sa gueule !
    Le vivre-avec est une obligation. Quoi qu’il en coûte.

  9. Posté par Mauron le

    En Suisse ce qi’il faudrait ce n’est pas une milice armée mais des milices administratives qui feraient des contrôles inopinés sur les dossiers d’aide sociale. Ainsi on attendrait pas 19 ans avant de se rendre compte que certains sont « en incapacité » d’intégration.
    Ce qui permettrait, aussi, de sanctionner les employés/ées de l’Etat qui se rendent complices de telles dérives. Qu’on ne vienne pas me dire « on ne savait pas »; Qui signait les autorisations pour les cours de français le Saint Esprit ? Nous sommes là devant des fautes professionnelles qui doivent être sanctionnées. Nous sommes vraiment devenu des imbéciles pour nous laisser berner de la sorte. C’est le moment de se réveiller !

  10. Posté par bonardo le

    ADA ,CELSA ,CALMY ,RUTH ,ON VE VOUS ENTEND PAS SUR CE SUJET ???POURQUOI ,VOUS L`AVEZ TOUJOURS OUVERTE NORMALEMENT.

  11. Posté par Yolande C.H. le

    Le plus probable, c’est qu’ils n’éprouvent aucune honte à vivre sur le dos de ceux qui travaillent.

    Arrivés l’un à 49 ans, l’autre à 34 ans, ils font encore trois enfants sans imaginer un seul instant devoir gagner leur vie. Et voilà, selon l’expression consacrée de qui vous savez, six nouveaux « enfants du pays » dont on se demande bien quelle culture ils vont transmettre.

    On se demande par ailleurs pourquoi certains doivent racheter des années de cotisations AVS, alors que d’autres peuvent la percevoir sans travailler! Ah, oui, c’est au nom de l’égalité !

  12. Posté par Victoria Valentini le

    D’accord avec Myrisa ! A quand devant le palais fédéral avec fourches et piques pour protester contre ce foutage de gueule ?!

  13. Posté par Champion le

    Et essayez de demander une bourse d étude pour vos enfants !

  14. Posté par Myrisa Jones le

    Ces millions qui s’additionnent grâce à la prise en charge par le régime social puis l’AVS de ces milliers de pseudo réfugiés, vont effectivement continuer de vider les caisses publiques au détriment de ceux qui, ici, étrangers y compris, ont travaillé durant des décennies pour pouvoir avoir une retraite décente.
    C’est parfaitement scandaleux!
    Mme Sommaruga, Amarelle et consort, au nom de la solidarité qu’ils prônent sans en éprouver la moindre gêne économique, devraient avoir l’obligation de verser leur mirobolante et future retraite de politiciens dans le fond prévu pour renflouer l’AVS. Ce ne serait que justice!
    A quand les fourches et les piques devant le Palais Fédéral pour réveiller ces castes de nantis incapables de voir la misère qu’ils sont en train de créer dans leur propre pays au nom de dogmes europâtres et droitdelhommistes. A vomir!

  15. Posté par Sergio le

    Le personnel pléthorique des aides sociales et de secours en tout genre confit aux thèses gauchistes fond un mal énorme à notre pays. Les chefs de file Calmy-Rey, Dreyfuss, Graf ont depuis fait des petites calamités telles que Ada Mara, Ruiz, Amarelle etc, qui s’ingénient à saboter le pays. Ces fonctionnaires surpayés sèment la zizanie et la désolation, ils sont aux commandes partout et vont nous mener à la ruine.

  16. Posté par Christian Hofer le

    « Ni le père ni la mère n’ont jamais exercé d’activité lucrative. Ils ont toujours vécu de l’aide sociale, touchant par exemple 130 000 fr. en 3 ans. Le père est au bénéfice de l’AVS depuis 2014. »

    Non mais ça va pas la tête? Et après on n’a plus d’argent pour nos vieux? on parle d’augmenter les impôts ou la TVA???

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.