Mgr Aillet: « Tout est bon pour obtenir la suppression de l’avortement ». Interview

Mgr Marc Aillet

Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, prélat engagé, réagit aux récents mouvements que connaît l'Europe sur le front de l'avortement: Réforme en Espagne, révision de la loi en France et, bien sûr, initiative populaire en Suisse.

Cette année, pas moins de 30 évêques français ont soutenu publiquement la Marche pour la Vie du 19 janvier dernier, quatre y ont défilé au milieu des manifestants dont Mgr Aillet. Le printemps arrive, l'évêque de 57 ans croit en l'avènement d'un réveil des consciences sur les questions sociales essentielles, la vie, le mariage, etc. Réveil qui ne peut faire l'économie de la mobilisation des évêques:

" La voix de l'Eglise, quand elle se fait entendre, a un certain impact.

[...] On sent qu'il y a un réveil des consciences, qui est suscité par ce parti pris idéologique d'un gouvernement qui veut vraiment en découdre avec les valeurs traditionnelles de notre société."

Mais nous n'en sommes qu'au début. L'évêque de Bayonne, qui connaît bien la Suisse pour y avoir fait ses études, dénonce surtout:

"L'anesthésie des consciences, favorisée par les lois en présence, lesquelles finissent par banaliser le fait que des enfants sont quand même massacrés dans le sein de leur mère. Donc je pense que tout est bon, stratégiquement, pour faire avancer la cause de la suppression de l'avortement."

L'Eglise doit reprendre sa liberté son indépendance à une toute génération vieillie à l'ombre de son temps. Une question d'étapes, de patience et d'étapes. La jeunesse, le printemps, arrive.

 

Interview de Mgr Marc Aillet, lesObservateurs.ch, 01.02.2014

 

 

Voir encore

Evêques:

Mgr Eleganti: « la mise à mort des enfants est anticonstitutionnelle »

Dominique Rimaz: « l’être humain est une splendeur »

Les évêques en campagne contre l’initiative contre le remboursement?

Avortement: climat de guerre au sein de l’Eglise catholique

France: les évêques engagés pour la vie

Mgr Huonder: « Le fidèle veut une déclaration claire »

 

Initiative:

Suisse: 500 avortements tardifs par an

Avortement : il s’agit de la VIE

Suisse: géométrie de l’argumentation pro-avortement

Dominique Baettig: IVG, « les masques tombent »

Valérie Kasteler-Budde: « J’entendais les questions de la gauche »

RTS: un bébé vaut-il moins qu’un condamné à mort ?

Infrarouge: un débat avorté ?

Avortement: le reportage qui a fait changer l’Espagne

Avortement: la RTS redécouvre l’eau chaude

De l’IVG à l’avortement : les sensibilités ont changé

La grossesse, une maladie. L’avortement, une sécurité…

Avortement: négation de la dignité humaine des embryons humains

Amnesty – avortement: cherchez la logique

RTS: « la grossesse, une souffrance, une détresse »

Financement de l’avortement: « des économies négligeables »

Avortement: les regrets de l’Unicef

Financer l’avortement: le débat parlementaire

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.