Réchauffement Climatique: la tricherie de trop

AllègreLivreL'impostureClimatique

Dire que la Théorie du Réchauffement Climatique d'Origine Humaine traîne des casseroles serait très en-dessous de la vérité.

213423P_hockey_stcik_illusion.pngDepuis sa conception et sa révélation au Monde à travers la fausse Courbe en crosse de Hockey, après l'inexplicable réchauffement climatique de Mars (aucun rapport avec cette grosse boule de feu souvent aperçue dans le ciel), après le scandale du Climategate révélant l'ampleur de la fraude scientifique autour de la publication d'articles pro-réchauffement et l'impitoyable chasse aux sorcières réservée aux dissidents, après l'utilisation par le GIEC de propagande de Greenpeace comme matériel scientifique, après avoir lancé des dizaines de prévisions absurdes, il n'existe aucun exemple de théorie aussi discréditée par la controverse, la malhonnêteté et les scandales que le Réchauffement Climatique, mais gardant intacte son pouvoir de séduction auprès des médias et des grands de ce monde.

Mais toute chose a une fin et la dernière casserole attachée à l'attelage pourrait enfin stopper sa course folle.

Au tour de la NOAA

Le dernier scandale en date nous vient donc de la NOAA. La NOAA, pour National Oceanic and Atmospheric Administration, est devenue depuis des années un bastion américain du réchauffisme. Pour tout dire, la NOAA est l'organisme qui a tordu le cou à la fameuse "pause du réchauffement climatique" - une interruption de 17 ans du réchauffement, admise publiquement par nul autre que Rajendra Kumar Pachauri, président du GIEC en exercice en 2013. Sans doute un de ces odieux climato-sceptiques...

Bien peu diffusée dans les médias, cette longue pause du réchauffement mettait à mal des modèles climatiques régulièrement ridiculisés mais risquait surtout d'éteindre l'hystérie collective autour du réchauffement, et à travers elle ses riches débouchés politiques. Heureusement, la NOAA vint à la rescousse: les données avaient été mal lues! Le réchauffement était toujours là!

Malgré le grotesque de la thèse, nos médias pétris d'intégrité scientifique la reprirent comme un seul homme. Ils purent donc révéler au grand public que la pause de 17 ans du réchauffement climatique qu'ils avaient cachée jusque-là avec la dernière énergie était finalement du flan. On pouvait enfin se remettre à paniquer, comme avant. Le Monde, fidèle à sa tradition "d'information", alla jusqu'à clamer que la pause du réchauffement n'était rien d'autre qu'une invention de ces affreux négationnistes du changement climatique!

Juste avant les accords de Paris, le timing tombait pile. Le réchauffement climatique avait eu chaud... À ceci près que la NOAA avait honteusement trafiqué ses résultats pour parvenir à ses conclusions.

réchauffement climatique,mensonges,manoeuvres politiquesNous le savons aujourd'hui grâce au témoignage d'un lanceur d'alerte interne à l'organisation, le Docteur John Bates, un scientifique de haut niveau de la NOAA à l'intégrité et à la réputation irréprochables. Celles-ci furent d'ailleurs récompensées en 2014 par l'obtention d'une médaille d'or, décernée par l'Administration Obama, pour son travail dans l'élaboration des procédures concernant la préservation des données liées au climat.

Le Dr Bates décida de briser le silence face à des manipulations inqualifiables, révélant le pot-aux-roses à des journalistes. En résumé:

  • Un article scientifique majeur [Karl et al 2015] exagéra le réchauffement climatique.
  • Cet article fut publié dans Science avec empressement dans le but d'influencer les Accords de Paris sur le changement climatique.
  • La NOAA enfreignit ses propres règles pour permettre son élaboration.
  • L'article, proclamant que la "pause du réchauffement" n'a jamais existé, repose sur des données trompeuses et non vérifiées.

Dans une interview sur un blog, le Dr Bates décrivit plus précisément le processus de perversion de la science:

Graduellement, dans les mois suivant la publication, les preuves s'accumulèrent montrant que Tom Karl avait constamment "un doigt sur le plateau de la balance" - dans la documentation, les choix scientifiques, la diffusion des jeux de données - dans le but de discréditer la notion de parenthèse dans le réchauffement climatique. Il força une diffusion publique à la hâte de l'article pour influencer les délibérations nationales et internationales sur la politique climatique.

Tom Karl obtint de fructueuses discussions avec John Holdren, le Conseiller pour la Science de Barack Obama. Mais il tricha à de nombreuses reprises lors de l'élaboration de son article. Il mélangea des données fiables de bouées marines avec des données de navires, non fiables et plus chaudes à cause de leur moteur, pour faire monter la température océanique ; il ignora des données satellites n'allant pas dans son sens ; il utilisa pour analyser ses données une version du logiciel GHCN connue pour être tellement boguée qu'elle ne donnait pas un résultat identique d'une fois à l'autre à partir des mêmes données initiales ; et finalement, il fit disparaître l'ordinateur sur lequel ses résultats furent établis, violant ainsi non seulement les directives de la NOAA mais également le protocole de la revue Science.

réchauffement climatique,mensonges,manoeuvres politiques
La courbe des températures de l'article erroné (en rouge) contre la courbe des températures vérifiées (en bleu). Notez l'exagération de 0,2° C rien que pour l'année 2016.

Fouillant davantage dans le dossier, le Daily Mail découvrit que non seulement la NOAA publia un article profondément erroné, mais tenta de cacher la vérité pour empêcher la découverte de la supercherie:

Après la publication de l'article scientifique, le Comité des Sciences de la Chambre des Représentants des États-Unis lança une enquête sur ses allégations concernant l'absence de pause dans le réchauffement. La NOAA refusa de se soumettre aux injonctions de fournir les e-mails internes formulées par le président du comité, le républicain Lamar Smith du Texas, et mentit en proclamant que personne à l'interne n'avait levé le moindre soupçon concernant la publication.

M. Smith remercia le Dr Bates pour "s'être courageusement porté volontaire pour dire la vérité sur les dirigeants de la NOAA jouant de façon irresponsable avec les données afin d'appuyer des conclusions politiques prédéterminées."

La tricherie de trop

Ironiquement, le Docteur John Bates sortit de sa réserve lorsqu'il vit fleurir des articles s'inquiétant de la préservation des données scientifiques du réchauffement climatique sous l'administration Trump - alors même qu'il avait été témoin de leur compromission éhontée sous la surveillance de l'administration Obama.

Cela ne pourrait être qu'une banderille de plus plantée sur le taureau du réchauffement climatique, mais maintenant que Donald Trump est dans l'arène, le moment est particulièrement mal choisi. Comme l'explique James Delingpole, le nouveau Président des États-Unis dispose désormais d'une opportunité en or pour lancer le grand ménage.

Trump est maintenant dans la position parfaite pour demander à tous les corps scientifiques étudiant le climat et recevant des fonds du gouvernement (c'est-à-dire tous) de rendre leur code et leurs données accessibles au public. Cela signifiera que toutes les manipulations de données à la NASA et à la NOAA seront finalement exposées à la vue du monde - rendant impossible aux propagandistes du réchauffement l'utilisation du bon vieil appel à l'autorité "Mais les experts de la NASA et de la NOAA disent..." Et dans un futur maintenant proche, ces faux experts de la NASA et de la NOAA devront se chercher de nouveaux boulots, remplacés par des scientifiques intègres qui, eux, suivent scrupuleusement la méthode scientifique.

L'ironie sera particulièrement savoureuse pour tous ces climato-sceptiques honnêtes qui, au cours des dernières décennies, ont été qualifiés "d'anti-scientifiques" pour avoir remis en question le consensus du réchauffement climatique.

James Delingpole termine son analyse en citant Michael Crichton: "Un consensus scientifique n'existe pas. Soit c'est un consensus et ce n'est pas de la science, soit c'est de la science et ce n'est pas un consensus. Point."

On ne saurait mieux conclure.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur Lesobservateurs.ch, le 7 février 2017

9 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Encore un casse burnes, sûrement enseignant, voulant déguiller l’ancien ministre, lequel voulait déjà dégraisser le mammouth de l’éducation nationale, en surchauffe planétaire. Remarquez sur cette photo https://wir.skyrock.net/wir/v1/profilcrop/?c=isi&im=%2F1192%2F92611192%2Fpics%2F3259618428_1_3_6xoZz8Oh.jpg&w=598&h=413 qu’un thermomètre dans cette immigration de masse démontrerait aussi la montée la température de la planète, déjà numériquement saturée d’individus pas trop convenables, prêts à déclencher des guerres civiles. Mais le Matin a fait une incursion dans ses actes de propagandes quotidiennes, en nous avertissant que LE RECHAUFFEMENT DE LA PLANETE MENACE LES TRUITES JURASSIENNES. http://www.pressreader.com/switzerland/le-matin/20170225/textview Donc on va les changer de piscine, parce qu’elles ont trop chaud, ce qui laisse entendre qu’une plus grande piscine dans une autre rivière à plus grand débit pourrait bien faire baisser la température. C’est comme pour l’immigration, à l’étranger comme en Arabie Saoudite, il y plus de places et les attentats islamistes déniés nous réchaufferaient moins. Seulement voilà la vérité est digne d’une résurgence souterraine: « la catastrophe est annoncée en cas de géothermie profonde projetée… à Glovelier. »
    On ne nous dit donc pas tout ! D’une part la géothermie a déclenché des tremblements de terre à Bâle http://www.swissinfo.ch/fre/un-projet-g%C3%A9othermique-provoque-un-s%C3%A9isme-%C3%A0-b%C3%A2le/5618194 d’autre part, pour cautionner le réchauffement de la planète, les casse burnes, ont oublié que les sous-sols jurassiens, sous la pression irrégulière du magma, renvoient les infiltrations d’eaux froides sous pression et sous forme chaude, et donc ces remontées souterraines réchauffent les rivières. On attend que quelques truands imposteurs de la politique nous imposent une surtaxe CO2, sous prétexte que nous ne maîtrisons pas les manifestations géologiques de notre sous-sol. « écolo? casses-toi pauvre con! »

  2. Posté par Burnand le

    EN AUCUN CAS NE CROYEZ CLAUDE ALLEGRE. IL N’A NULLEMENT LES COMPETENCES POUR PARLER DU RECHAUFFEMENT. LISEZ CE QU’ECRIVENT LES SPECIALISTES DU CLIMAT, DES SCIENTIFIQUES. LE RECHAUFFEMENT A BEL ET BIEN COMMENCE ET S’ACCELERE.

  3. Posté par aldo le

    La température de la planète pourrait monter au maximum à 37°. Pour le démontrer il suffit de mettre 50 personnes dans une caravane bien isolée et de prendre la température au centre. Attention aux femmes qui lors de leur cycle passent temporairement au-dessus de 37°. Comme vous le remarquez, jamais un mot relatif à la surpopulation et ses conséquences. Jamais un bilan de réchauffement durant une vie d’un individu, son chauffage, ses véhicules, ses aliments, ses bien manufacturés etc. qui tous amènent un réchauffement. Rien que de taire systématiquement cela, démontre bien que nous somme en face d’une escroquerie idéologique, dont le seul but et de fabriquer des taxes pour boucher les trous de l’immigration de masse. elle même source intarissable du réchauffement local. Donc ces escrocs politiques dénoncent le réchauffement tout en organisant sa croissance pour encaisser de plus en plus.

  4. Posté par Denys Pierrehumbert le

    Le texte de l’article reflète bien la situation du débat malheureusement le figure qui l’accompagne ne montre pas ce qu’elle prétend. La nature du problème se voit mieux sur ce graphique (http://climat.dphi.ch/graphiques/zhmv.png). Il est tiré de Hausfather et al. 2017 (figure 1) qui est supposé être une confirmation de l’article de Karl et al. 2015 (NOAA) pour les données maritimes. Les températures de la basse troposphère mesurées par satellites et calibrées pour la surface sont ajoutées à l’image originale. La tricherie des climatologues est manifeste.

  5. Posté par conrad.hausmann le

    Dans « Climate change reconsidered » un pavé de 900 pages de Dr. Craig Idso et S. Fred Singer on apprend bien qu’il n’existe pas d’unanimité scientifique sur ce sujet. Contrairement à ce qu’on veut nous faire gober…

  6. Posté par Marcassin le

    Richard Lindzen, est un physicien américain, professeur de météorologie au Massachusetts Institute of Technology. Lindzen est connu pour son travail sur la dynamique de la moyenne atmosphère, les effets de marée atmosphérique et la photochimie de l’ozone.
    Il est l’un des principaux auteurs du chapitre 7, « Processus climatiques physiques et rétroactions », du troisième rapport d’évaluation du GIEC sur le changement climatique.
    C’est un vrai scientifique, pas un vendu.
    Il met en lumière les différents acteurs sincères et/ou intéressés du réchauffement climatique dans le clip ci-dessous:
    https://www.youtube.com/watch?v=FuhNvE-pBms&feature=youtu.be
    Il est évident que ce n’est pas le réchauffement climatique, ni plus exactement les variations climatiques, qui sont d’origine anthropique mais la bêtise et la malhonnêteté des politiques et des médias.

  7. Posté par Burnand le

    Excellent ouvrage : Que feriez-vous si vous saviez ?
    Des climatologues face à la désinformation

    Auteur : Catherine et Eric Guilyardi
    Collection : Manifestes
    Broché, 192 pages (135 x 200) Prix : 17 €
    ISBN/EAN : 978-2-7465-0935-1 / 9782746509351

  8. Posté par Burnand le

    Attention, attention : ne lisez sur le thème du réchauffement QUE des livres écrits par des scientifiques et des spécialistes, et non des bouquins de journalistes et d’anciens politiciens. M. Allègre a TOUT FAUX. Le réchauffement climatique en est à ses débuts mais déjà les conséquences sont très graves. Informez-vous auprès d’une bonne librairie. Un ouvrage ou des ouvrages écrits par des climatologues, des spécialistes, c’est cela qui vous ouvrira les yeux.

  9. Posté par Noel Cramer le

    La courbe que vous présentez ne veut rien dire. Il y a un désaccord d’environ 0.2 degrés – mais la tendance au réchauffement de la courbe bleue est identique.
    Prétendre que ce désaccord nie le réchauffement, ca – c’est de la « désinformation »….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.