Dix raisons pour lesquelles le transgenrisme est le pire ennemi de la famille

John Ritchie, 30 juin 2016

Ce que veut la révolution transgenre est autodestructeur, tyrannique, antiscientifique, immoral, maltraitant et malsain.

1. Le transgenrisme est tyrannique

Le 13 mai 2016, l'administration Obama a publié un diktat radical, ordonnant à toutes les écoles publiques d'autoriser les membres d'un sexe biologique à utiliser les douches, les vestiaires et les toilettes du sexe opposé. D'un seul coup, le gouvernement fédéral a imposé des toilettes pour transgenres à toutes les écoles publiques du pays. Les États qui se sont opposés à la mesure ont été menacés de sanctions sévères telles que la perte de fonds fédéraux.

Ce que veut la révolution transgenre est autodestructeur, tyrannique, antiscientifique, immoral, maltraitant et malsain.

Les préoccupations légitimes des parents pour leurs enfants ont été balayées. Le droit à l'intimité et l'importance de protéger l'innocence de nos enfants ont également été bafoués. Le mouvement transgenre, comme l'islam, ne se contente que d'une soumission totale. Sous cette nouvelle tyrannie, les écoles, les universités, les entreprises et même les Églises ne sont plus libres de suivre leurs principes moraux. La morale chrétienne n'est plus tolérée.

2. Il alimente la maltraitance des enfants

Le transgenrisme est particulièrement nocif pour les enfants. Selon l'American College of Pediatricians, la promotion publique du transgenrisme constitue une forme de maltraitance des enfants :

« Conditionner les enfants à croire qu'une vie d'usurpation d'identité chimique et chirurgicale du sexe opposé est normale et saine est une maltraitance d'enfants. Approuver la discordance de genre comme une chose normale par le biais de l'instruction publique et des politiques juridiques va perturber les enfants et les parents, amenant davantage d'enfants à se présenter [eux-mêmes] aux « cliniques du genre », où ils recevront des bloqueurs de puberté. Ceci, à son tour, garantit pratiquement qu'ils « choisiront » une vie entière d'hormones sexuelles croisées cancérigènes et autrement toxiques, et envisageront probablement une mutilation chirurgicale inutile de parties saines de leur corps à l’âge de jeunes adultes.

Cette forme de maltraitance des enfants doit être vigoureusement combattue.

3. Il contredit la biologie et la science

L'idéologie du genre contredit les bases de la biologie. Le même mouvement progressiste qui se prosternait autrefois devant l'autel séculier de la science, à l'exclusion de Dieu et de la métaphysique, s'est retourné contre son propre dogme que « la science est tout ». Désormais, toutes les preuves scientifiques qui réfutent le récit transgenre sont rejetées.

Pourtant, l'American College of Pediatricians est clair : « La sexualité humaine est un trait binaire biologique objectif : 'XY' et 'XX' sont des marqueurs génétiques de la santé - et non des marqueurs génétiques d'un trouble. La norme pour la formation d'un être humain est d'être conçu mâle ou femelle. La sexualité humaine est binaire par construction, le but évident étant la reproduction et l'épanouissement de notre espèce. Ce principe va de soi... Les personnes atteintes de DSD [troubles du développement sexuel] ne constituent pas un troisième sexe. »

4. Le sexe biologique ne peut pas changer

Ceux qui embrassent l'idéologie transgenre prétendent que les hommes peuvent se transformer en femmes ou les femmes en hommes. Mais leur affirmation est fausse.

« Il est physiologiquement impossible de changer le sexe d'une personne, puisque le sexe de chaque individu est codé dans ses gènes : XX si féminin, XY si masculin. La chirurgie ne peut que créer l'apparence de l'autre sexe », expliquent les Drs Richard P. Fitzgibbons, MD, Philip M. Sutton, Ph.D., et Dale O'Leary dans une étude bien documentée. Ces médecins affirment que l'identité sexuelle « est inscrite dans chaque cellule du corps et peut être déterminée par des tests ADN. Elle ne peut pas être changée. »

5. Le transgenrisme dénature la virilité et la féminité

L'idéologie transgenre prétend que la réalité biologique ne détermine pas le sexe, que ce sont les sentiments qui le déterminent. Par conséquent, les différences entre hommes et femmes, comme les vêtements que nous portons, ne font pas partie de notre identité et sont en perpétuel changement. La virilité et la féminité sont de simples étiquettes utilisées pour décrire ce que nous voyons mais manquent de base substantielle.

L'idéologue féministe, lesbienne et écrivaine Simone de Beauvoir a écrit : « On ne naît pas femme, on le devient. » Tout l’objet du féminisme est moins d'éliminer la classe masculine dite « oppressive » que d'abolir toute différence entre les sexes.

On voit ici comment s'allient les mouvements homosexuel, transgenre et féministe. Ils partagent le même objectif final : la destruction du masculin et du féminin, de la virilité et de la féminité.

6. Il détruit la raison

Une partie fondamentale de la logique et de la raison est l'idée que les choses ont un but. Le but de nos yeux, par exemple, est de nous fournir la vue. Les ailes d'un aigle sont là pour qu'il puisse voler. Nos poumons existent pour nous permettre de respirer et d'absorber de l'oxygène, et nos oreilles pour entendre. De même, le but premier de la sexualité humaine est la procréation.

Or le transgenrisme, comme l'homosexualité et le féminisme, nient ce principe, et attaquent donc la raison humaine elle-même, ce qui est une forme de folie délibérée.

7. Le transgenrisme est autodestructeur

Le mouvement [transgenre] brise des vies. Le regret, le désespoir et le suicide sont courants chez ceux qui adoptent le « T » du mode de vie LGBT.

Walt Heyer, un homme qui regrette d'avoir vécu comme une femme pendant de nombreuses années, a dit : « Je savais que je n'étais pas une vraie femme, quoi que disent mes documents d'identité. J'avais pris des mesures extrêmes pour résoudre mon conflit de genre, mais changer de genre n'avait pas fonctionné. C'était une évidente mascarade. »

« Les transgenres n'annihilent pas seulement leur identité de naissance », a expliqué Heyer, « ils détruisent tout le monde et tout sur leur passage : la famille, la femme, les enfants, les frères ou sœurs et la carrière. Cela démontre certainement le comportement d'une personne déterminée à se faire du mal et à s'autodétruire complètement. »

Le stress lié à ce mode de vie qui viole la nature est évident. Selon la Fondation américaine pour la prévention du suicide, 41 % des personnes qui s'identifient comme transgenres aux États-Unis ont tenté de se suicider. C'est vingt-cinq fois plus que la moyenne nationale.

8. Où le transgenrisme va nous mener : le transspécisme

Si un homme peut prétendre être une femme, pourquoi ne peut-il pas aussi prétendre être non-humain ? Une telle conclusion relativiste est malheureusement déjà là: elle s'appelle transspécisme - on parle aussi de « thérians » ou « otherkins ». Les personnes atteintes d'un trouble de l'identité d'espèce se considèrent comme non humaines et sont présentées lors de parades homosexuelles. Les arguments invoqués par les transspécistes pour remettre en cause leur statut humain sont essentiellement les mêmes que ceux du mouvement transgenre.

Quand les sentiments remplacent la réalité, la logique meurt. L'intellect, la partie la plus élevée de l'homme, est dégradé. L'animal règne. Et notre culture sans Dieu nous pousse à jouer avec ces fantasmes dépravés.

Une fois ces troubles considérés comme normaux, qu'est-ce qui pourra empêcher les passions débridées d'introduire des formes plus graves de dépravation ? Qu'est-ce qui protégera la raison humaine d'une nouvelle destruction ?

9. Idéologie transgenre et persécution religieuse

Favorisée par le sécularisme, l'idéologie transgenre peut déclencher le pire type de persécution religieuse, car elle impose une perversion de l'esprit, à commencer par les petits enfants. Ceux qui s'y opposent sont ciblés par cette nouvelle religion de l'égalité, qui oblige les enfants à suivre des formations de sensibilisation et d'endoctrinement de genre. Ceux qui encouragent le mouvement homosexuel - qu'ils le sachent ou non - sont de facto les serviteurs d'une nouvelle religion.

Sa doctrine : l'idéologie transgenre.
Ses faux dieux : égalité radicale et libéralisme téméraire.
Ses prêtres : les leaders du mouvement homosexuel.
Ses acolytes : des médias libéraux, des politiciens immoraux et, malheureusement, des membres du clergé dissidents.
Son « inquisition » : des lois anti-discrimination qui menacent l'ordre et la paix.
Son « excommunication » : quiconque dit la vérité est qualifié d'« homophobe » ou de « transphobe ».

10. Le transgenrisme est contraire à la Bible

Le désir de changer de sexe biologique non seulement nie la réalité, mais offense aussi Dieu. Personne n'est né mâle ou femelle par hasard, mais selon un plan de la Divine Providence : « Avant de te former dans le sein de ta mère je t'ai connu, avant ta naissance je t'ai consacré prophète des nations » (Jérémie 1:5). « Dieu créa l'homme et la femme » (Genèse 1:27). Par conséquent, contredire intentionnellement la nature biologique de l'humanité est un acte de révolte contre notre Créateur.

La charité nous appelle à aider ceux qui sont affligés ou confus au sujet de leur propre sexe, et non à augmenter leur confusion en leur offrant une fausse solution. La charité « ne se réjouit pas de l'injustice, mais se réjouit de la vérité » (1 Corinthiens 13:6). Par conséquent, la miséricorde ne peut jamais s'opposer à la vérité, car seule la vérité peut vous libérer (Jean 8:32).

Que pouvons-nous faire pour sauver la famille?

Suivons le conseil de saint Paul:

« Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté » (Éphésiens 6:11-13).

Source: https://tfpstudentaction.org/blog/10-reasons-why-transgenderism-is-the-familys-worst-enemy

Traduction libre Albert Coroz pour LesObservateurs.ch

***

Voir aussi :

Dix façons de démystifier l'idéologie transgenre et de protéger la famille – contre-attaquez ! (10:33)

traduction automatique disponible

 

Un commentaire

  1. Posté par antoine le

     »Le mouvement transgenre, comme l’islam, ne se contente que d’une soumission totale. »
    Le gôcho-islamisme voulu par M. Barak Obama (muzz ?) en 2016 est la preuve que la famille et l’individu doit être broyé, malaxé pour qu’il devienne un veau ou un mouton au cerveau formaté et lobotomisé !
    Si la famille la plus petite cellule de nos démocratie éclate, les pays démocratiques vont éclater à coup sûr !
    A qui profite le CRIME ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.