Offensive massive du journal 24 heures pour la reconnaissance de l’islam

Titre en première page du journal: La demande de reconnaissance des musulmans attaquée

1) - Nébuleuse - Un réseau s’active pour torpiller l’UVAM (Union Vaudoise des Associations Musulmanes), et les coupables de cette flagrante injustice raciste ne sont autres que la nébuleuse des chrétiens évangéliques.

2) - Pascal Gemperli, secrétaire général de UVAM, dément l’accusation selon laquelle les musulmans feraient une lecture littérale du Coran.
Il écarte cette calomnie, affirmant que les musulmans ne lisent le Coran que placé TOUJOURS dans son contexte historique. Pas de lecture littérale de l’islam en Suisse. Il dénonce également des positions clairement hostiles aux musulmans.

3) - L’État demande à présent des comptes à la nébuleuse FEV (Fédération évangélique vaudoise), également candidate à la reconnaissance, et exige que celle-ci s’engage à promouvoir la paix sociale et religieuse.

****

Éditorial en p. 2: le plaidoyer de Chloé Din pour un islam d’amour et de paix

L’islam mérite un débat à la loyale

L’Union vaudoise des associations musulmanes est visée par des réseaux évangéliques hostiles à sa demande de reconnaissance d’intérêt public. Cette charge fausse une démarche qui reste courageuse, car délicate pour les musulmans.

[...]

[...] La FEV aussi a été interpellée dans nos colonnes sur le thème délicat de la non-discrimination en matière d’orientation sexuelle. [...].

Dans cette démarche, l’UVAM est toutefois confrontée à des fronts hostiles qui lui corsent injustement la tâche. Des réseaux s’organisent pour cibler la faîtière vaudoise sur fond de rivalités religieuses. [...] La défiance diffuse face à l’islam a ses relais, qu’il faut résolument mettre en lumière.

Toutes les critiques visant l’UVAM ne sont pas sans fondement. Mais certains évangéliques oublient à bon compte que leurs valeurs peuvent aussi être débattues, par exemple en matière de droits LGBT. Ainsi, leur charge contre la faîtière musulmane vaudoise ne fait qu’exposer le débat peu loyal que doit subir l’islam pour quelques grammes de validation.

Chloé Din est journaliste à la rubrique Vaud & Régions depuis 2015. Elle couvre en particulier le district de l’Ouest lausannois ainsi que les thématiques religieuses et spirituelles.

Article complet: https://www.24heures.ch/lislam-merite-un-debat-a-la-loyale-818713384997

*******

Page 3: La fronde évangélique contre les musulmans

Camille Krafft - Une nébuleuse s’active contre l’Union vaudoise des associations musulmanes, dont les membres veulent être reconnus d’intérêt public. L’État s’en préoccupe. 

Christian Bibollet, directeur de l’Institut pour les questions relatives à l’islam, sis à Genève, pense que la reconnaissance des musulmans représente «un danger». Il estime avoir un rôle «d’information» et se défend de publier des articles insultants envers la religion musulmane.

Steeve Iuncker-Gomez

Une reconnaissance d’intérêt public. Dans quel but, au fait? À l’heure où les communautés religieuses candidates s’interrogent conjointement sur le processus en cours auprès de l’État, des lignes de fracture apparaissent derrière le discours commun policé des représentants évangéliques et musulmans. [...]

Toutes les entités de cette nébuleuse, dont certaines qualifiées d’islamophobes par le chercheur à l’Institut suisse de sociologie pastorale Olivier Wäckerling, spécialiste de ces questions [...]

En Suisse romande, un réseau s’active pour torpiller l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) et sa demande de reconnaissance par le biais de prises de position sur la Toile et dans certains médias. Comme ailleurs dans le monde, cette nébuleuse peut compter sur la collaboration de groupes évangéliques désireux de peser dans le débat sur l’intégration des musulmans [...].

suite réservée aux abonnés: https://www.24heures.ch/comment-des-evangeliques-luttent-contre-la-demande-de-reconnaissance-des-musulmans-459404536300

Résumé par Cenator: Le spécialiste de  l’islam,  Olivier Wäckerling affirme que les questions soulevées par la nébuleuse n’ont pas un ancrage religieux.
Voici la nébuleuse de Olivier Wäckerling:
-
Futur.ch a été fondé en Suisse alémanique par un pasteur évangélique face à la progression de l’islam.
- Saïda Keller-Messahli (Pour un islam progressiste).
- Mireille Vallette (Vigilance islam) fait également partie de la nébuleuse, mais, précise la journaliste, cette dernière vient d’annoncer sur son blog la cessation de son activité militante. La journaliste mentionnerait-elle le travail effectué par Mireille Vallette durant les années où elle a tenu son blog, et ses livres qui parlent des problèmes concernant l’islamisation de la Suisse? Pensez donc!
- L’Institut pour les questions relatives à l’islam (IQRI) qui a également pris la mauvaise pente des phobes. C’est pourquoi l’État l’a à l’œil et lui a intimé de s’engager « à promouvoir la paix sociale et religieuse ».
- S’ajoutent à cela Bat Ye’Or et Robert Spencer, les deux personnes du « counterjihad », qui considèrent l’islam  - oh, scandale! - « comme une menace pour la civilisation occidentale. »

Et sans la moindre gêne, Olivier Wäckerling, le spécialiste interviewé, SOULIGNE que Bat Ye’Or et Robert Spencer sont mentionné à plusieurs reprises dans le manifeste d’Anders Breivik, le tueur de masse, terroriste norvégien condamné à vie. Les lecteurs du journal ne sauront rien de plus sur Bat Ye’Or, ni sur Robert Spencer, sinon que ce seraient des sympathisants d’un terroriste islamophobe et assassin de masse.

La journaliste a rencontré le directeur de l’IQRI, Christian Bibollet, ainsi qu’un ex-musulman converti au christianisme, le Marocain Amine Abdelmajide, qui s’exprime sous pseudonyme en raison des menaces (menaces de mort, bien entendu, mais la journaliste de 24 heures ne le précise surtout pas, car les trois pages consacrées à l’islam parlent d'une religion de paix et d’amour. Et s’il y a un problème avec les musulmans, c’est à cause du racisme et du refus des islamophobes de « promouvoir la paix sociale et religieuse ».)

La journaliste se hâte d’ajouter que pour Christian Bibollet, « l’islam n’est pas une religion seulement mais un projet de société ».

Notons la prudence de Christian Bibollet, qui n’ose pas prononcer le mot « politique ». Notons également que les menaces qui pèsent sur Amine Abdelmajide ne sont pas mises en lien avec l’islam, comme s’il s’agissait d’un caïd qui devrait de l’argent à la pègre.
Forcément, les trois pages de journal sont consacrées à expliquer aux gueux que l’islam est une religion qui ne pose problème qu’aux racistes et aux fascistes, et que nous ne respectons pas à la hauteur de ce qu’elle mériterait pour nous avoir enrichis avec plus de 2000% d’augmentation de fidèles en cinquante ans sur notre sol.

Question sensible: L’institut IQRI de Christian Bibollet a édité en 2019 le livre estimé sulfureux de Shafique Keshavjee: « L’islam conquérant ». 

Ce livre a suscité une « levée de boucliers » des protestants gauchistes subventionnés, que le théologien Jean-Marc Tétaz, questionné par 24 heures, appelle « les réformés libéraux ». Il ajoute que le livre de Keshavjee obéissait à un agenda politique: il « nourrit les appréhensions face à l’islam » dans le seul but d’empêcher la reconnaissance de cette communauté comme d’intérêt public.

Shafique Keshavjee est également questionné par 24 heures.

Keshavjee comme Ponce Pilate se lave les mains: il y a eu mécompréhension. « Mon livre ne visait absolument pas la reconnaissance ou non de l’UVAM, mais une réflexion sur l’islam au niveau international. »

Et si Keshavjee a fait appel à l’IQRI, c’était uniquement pour des raisons pratiques, car la maison d’édition lui a permis de distribuer des milliers de livres gratuitement en Afrique.

Article réservé aux abonnés: Les communautés religieuses se rebiffent contre l’État

Enfin, concernant, les islamophobes, l’islamophobie, il faut sans relâche répéter que:

A) […] Primo, « l’islamophobie », terme totalement inventé par les Frères musulmans pour victimiser une fois de plus les adeptes pleurnichards de la secte toxique musulmane, ne signifie en aucun cas « la haine des musulmans », comme ils voudraient bien le faire croire aux niais qui peuplent ce pays, notamment bobos et gogos gôchistes…

Secundo, selon l’étymologie du terme, tout ce qui se termine par « phobie » signifie « peur de ». Du grec ancien φόβος, phóbos (« effroi, peur »).
Par exemple, la « claustrophobie » est la peur d’être enfermé en un lieu clos et de ne pas pouvoir en sortir.
La peur est un sentiment naturel normal et légitime qui ne peut en aucun cas être condamné.
La peur de l’islam est naturelle et justifiée par toute les horreurs et les monstruosités qui ont été commises par les musulmans depuis 14 siècles, la création de l’islam (180 millions de morts).
Alors, oublions ces histoires de haine. C’est ridicule.
[…]
https://ripostelaique.com/marche-contre-lislamophobie-le-monde-a-lenvers.html

B) 25 novembre 2020
David Rubin est un commentateur politique, anciennement très à gauche et devenu conservateur.
Il a été à gauche toute sa vie. Très à gauche. Il a même soutenu le diable, je veux dire, un socialiste : Bernie Sanders. [...]
Au micro de Megyn Kelly, il a fait une remarque dont j’ai fait la phrase du jour, afin de ne pas abandonner une conversation qui ne doit jamais être abandonnée : l’islam.
Rubin dénonce la censure des médias et des juges, et explique,
concernant l’islamophobie et l’islam :
« On peut critiquer des opinions, on peut critiquer des idées religieuses, on peut critiquer des idées politiques.
Si l’on ne peut pas critiquer un ensemble d’idées, alors on donne un pouvoir énorme à cet ensemble d’idées, un pouvoir contre nous. »
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour info.
https://www.dreuz.info/2020/11/25/censure-la-phrase-du-jour/

C) 10 novembre 2019 […] Invitée de l'émission BFM Politique, en partenariat avec Le Parisien-Aujourd'hui en France, dimanche, la porte-parole de La République en Marche (LREM) Aurore Bergé a critiqué notamment l'emploi du terme « islamophobie », utilisé dans la tribune appelant à manifester parue dans Libération.
« Parler d'islamophobie, c'est justement non pas dénoncer le racisme, c'est interdire de critiquer une religion », […]
https://www.leparisien.fr/politique/marche-contre-l-islamophobie-chez-les-politiques-plus-d-absents-que-de-presents-10-11-2019-8190552.php

*

voir aussi: Le théologien Jean-Marc Tétaz : Touche pas à mes potes !

4 commentaires

  1. Posté par Bonardo le

    JAMAIS!

  2. Posté par aurmor le

    Il faut que ce que l’on demande aux musulmans s’applique à toutes les religions : la reconnaissance de la supériorité de la constitution et des lois de nos pays. Les évangélistes ne font pas tellement la preuve de cela, tout comme certaines branches protestantes ou catholiques, en refusant le mariage gay, le droit à l’avortement, ou chez les catholiques, reconnaître la supériorité du secret de la confession face à la loi, dans les cas de pédophilie ou de crimes. Je pointe uniquement le doigt ici sur ces religions car on fait comme si on était « judéo-chrétiens » alors que nos valeurs sont différentes de celles de toutes les religions, qui doivent faire la preuve qu’elles acceptent toutes nos lois, et être reléguées dans la sphère privée.

  3. Posté par Pierre-Alain Tissot le

    Ainsi l’islam, déjà bien implanté dans le canton de Vaud, dispose maintenant de bons petits soldats dhimmis, comme cette journaliste de 24 heures, tout disposés à combattre en faveur de l’expansion de l’islam conquérant…
    Naïveté ou cinquième colonne ?
    Et qualifier de « nébuleuse », les chrétiens évangéliques et d’autres personnes critiques de l’islam, permet de les disqualifier sans les écouter, une bonne vielle méthode de la gauche…
    Par ailleurs, la critique de l’islam ne ressort pas du racisme, l’islam étant une religion et non une race, mais tout est bon pour victimiser les musulmans.
    Vaudois, ne vous laissez pas rouler dans la farine et résistez !

  4. Posté par antoine le

    L’islam n’est PAS une religion mais un idéologie, cette  »petite » différence devrait permettre de ne JAMAIS reconnaître cette association de spécialistes du couteau fou de devenir une religion reconnue par l’État.
    Arrêtons de vouloir introduire et reconnaître par la bande ce genre d’association !
    Aucune nécessité !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.