Autriche : deux Afghans de 16 et 18 ans droguent, torturent, violent et assassinent une fille de 13 ans. La RTS : « l’extrême droite s’empare du sujet »

Après la découverte du corps d’une jeune fille de 13 ans dans le quartier Donaustadt de Vienne, la police a arrêté deux hommes le 28 juin. Il s’agit de deux Afghans, âgés de 16 et 18 ans, qui sont soupçonnés d’avoir drogué, violé et tué la jeune fille relate Der Standard.

(Ndlr: Un troisième suspect afghan est encore recherché.)

Droguée puis violée et tuée

Le corps de la jeune fille a été retrouvé le 26 juin dans un espace vert entre des routes, il présentait  « de nombreux hématomes, notamment au niveau du cou ». Selon le porte-parole de la police, Markus Dittrich, « L’enfant de 13 ans n’a pas été tuée dans un espace public, mais dans un espace privé, un appartement ou une maison ».

L’enquête a progressé rapidement et a pu établir que l’adolescente « aurait consommé de l’ecstasy dans l’appartement du jeune de 18 ans » et reçu des médicaments « dans le but de la rendre docile », selon le chef de la police provinciale, Gerhard Pürstl, lors d’une conférence de presse mardi 29 juin. Elle aurait également été violée.

Deux Afghans venus en Autriche en tant que demandeurs d’asile 

Les deux suspects sont « deux ressortissants afghans venus en Autriche en tant que demandeurs d’asile ». Le suspect de 18 ans est un délinquant multirécidiviste totalisant onze rapports de police, notamment pour trafic de stupéfiants, menace dangereuse et bagarre.
(Ndlr: Après six ans en Autriche, il a toujours besoin d’un traducteur.)

En 2019, il a purgé dix semaines de prison pour une affaire de stupéfiants. En 2020 il a été condamné à dix mois de prison pour vol avec violence – il a toutefois été libéré de manière anticipée en août dernier.

Mineur au moment de sa condamnation il n’était pas expulsable du territoire autrichien, selon la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).

L’autre suspect de 16 ans n’avait pas de casier judiciaire jusqu’à présent.

Le  30 juin, le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer s’est exprimé sur cette affaire qui a profondément choqué l’Autriche : « Ceux qui cherchent une protection en Autriche doivent respecter la loi, ceux qui ne le font pas doivent partir ».

Source: https://www.bvoltaire.fr/autriche-deux-migrants-afghans-de-16-et-18-ans-soupconnes-davoir-viole-et-tue-une-fille-de-13-ans/

Voir aussi: 13-Jährige unter Drogen gesetzt, vergewaltigt, ermordet: Mehr Täter vermutet – Wochenblick

******

RTS/Forum, 30 juin 2021

L'Autriche s'enflamme après le viol et meurtre d'une jeune fille par deux immigrants afghans

***

Mehmet Gultas, en soupirant, plante le décor, la manière dont nous devrions appréhender ce «fait divers».

-En Autriche,- explique Gultas, - un tragique fait divers est devenu un sujet politique. Samedi dernier à Vienne, des passants ont découvert le corps meurtri d’une jeune fille de 13 ans appuyé contre un arbre. Deux suspecta ont été interpellés lundi, il s’agit de deux demandeurs d’asile afghans. De quoi remettre sur la table un sujet très délicat en Autriche, celui de l’immigration.

Katia Schaer: Oui, les réactions ont été vives et immédiates. Il faut dire que les faits sont particulièrement sordides: la victime aurait été droguée, abusée sexuellement et étranglée. Les deux auteurs présumés sont des Afghans de 16 et 18 ans, le premier est arrivé en Autriche il y a 3 mois seulement, pour y déposer une demande d’asile, mais c’est le profil du deuxième auteur présumé qui attise surtout le débat. Arrivé en 2015 en tant que mineur non accompagné, le jeune homme s’est rendu coupable au fil des années de plusieurs délits, dont du trafic de drogue, du vol, de la menace, il a participé à des bagarres aussi, il a été condamné à une peine de privation de liberté, mais relâché de manière anticipée. Les raisons pour lesquelles il n’a pas été renvoyé en Afghanistan au moment de sa majorité ne sont pas connues.
On a donc tous les ingrédients pour un véritable scandale (ndlr: Les lois droit-de-l’hommistes interdisent de renvoyer un mineur demandeur d’asile dans un pays en guerre).

 

Mehmet Gultas: Et quelles sont justement les réactions en Autriche?

Katia Schaer: Oui, très, très vives. Nombreux articles de presse. Des articles qui relatent que l’Afghan de 18 ans a touché des dizaines de milliers d’euros en aides sociales et dispose d’un appartement payé par les contribuables, de quoi mettre le feu aux poudres, bien sûr.

La politique s’en est mêlée. Le parti d’extrême droite FPÖ, pour Freiheitliche Partei Österreichs, s’est emparé du sujet.
Le Viennois  Dominik Nepp, par exemple, accuse les Sociaux-démocrates d’«arroser les criminels étrangers d’argent», et il martèle que la Vienne socialiste «cajole les monstres criminels étrangers sans se soucier des citoyens autrichiens».

 

Mehmet Gultas: Et comment réagit le gouvernement autrichien?

Katia Schaer: Alors, hier, le ministre de l’Intérieur tentait de calmer les esprits par une conférence de presse très rapidement organisée.
Si la culpabilité des meurtriers est avérée, ils seront immédiatement renvoyés, c’est ce qu’a souligné Karl Nehammer, tout en rappelant à tous les migrants accueillis en Autriche leur obligation du respect du droit autrichien, et en vantant les mérites de la diversité d’une société. Un exercice d’équilibrisme assez peu abouti. Alors que le chancelier Sebastien Kurz, lui, s’est montré beaucoup plus sévère:

«Il est inadmissible que des gens qui viennent chez nous sous prétexte de chercher protection commettent des actes barbares et cruels en Autriche. Politiquement, cela signifie que nous allons poursuivre notre ligne conséquente. Avec moi, il n’y aura jamais de suspension de renvois en Afghanistan, ni d’assouplissement législatif pour les requérants d’asile délinquants.»

 

 

Katia Schaer: Des déclarations qui ne laissent aucun doute. A voir si elles suffiront à mettre terme à la vindicte de l’extrême droite.

On peut rappeler que l’année dernière 3137 personnes venues d’Afghanistan ont déposé une demande d’asile en Autriche.

https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/lautriche-senflamme-apres-le-viol-et-meurtre-dune-jeune-fille-par-deux-immigrants-afghans?id=12296970

7 commentaires

  1. Posté par Cédric Pilatti le

    À fait entrer le loup dans la bergerie il ne faut pas s’étonner que la boucherie arrive, chacun chez soit maintenant il faut stopper ce délire d’accueil qui pour la plupart n’est qu’économique. Ras le bol !

  2. Posté par Jean-Francois Morf le

    La Sharia islamique est une législation assassine qui glorifie la guerre, le pillage, le vol, le viol, la violence, les assassinats, les clans, la mafia, les mise à feu d’églises judéo-chrétiennes.
    Les admirateurs du criminel Mahomet, devraient être déclaré persona non grata, et expulsés.
    Qu’ils foutent le bordel dans l’un des 60 pays qu’ils ont déjà entièrement volé aux multi-culturalistes et aux judéo-chrétiens, en massacrant 669 million non muslims selon Google.
    https://www.thereligionofpeace.com
    L’islam étant une législation, il n’est en aucun cas une religion, et donc l’islam pourrait donc être interdit dans toutes les vraies démocraties, en invalidant les « droits de l’homme » mahométan.
    Satan=Allah (voir Google) essaie de se faire passer pour Dieu le père.

  3. Posté par baechler le

    Un tourisme croissant et persévérant, qui est habité par l’orgueil de manifester explicitement et sans détour quelles sont ses intentions sauvages. Face à une civilisation d’accueil, habitée quant à elle par une définitive naïveté – et de surcroît, toute imprégnée par une étrange incapacité de se représenter ce que signifie le long travail de socialisation qui est offert à chaque être humain, et combien ce travail éducatif assure une cohésion sociale ainsi que l’ordre social. C’est comme si la conquête civilisatrice retombait dans une forme d’inconscience de ses acquis, après avoir atteint un niveau élevé d’accomplissement (tout en ouvrant de ce fait les portes d’une régression définitive et de la perte progressive de son avenir)…

  4. Posté par bonardo le

    Ces sauvages non rien à faire chez nous ,il faut les expulser immédiatement et à vie.

  5. Posté par bobo le

    l’extrême gauche médiatique qui participe activement aux viols et meurtres de nos enfants est répugnante, ces journalistes devraient être mis dans les goulags créent par leurs frères idéologiques.

  6. Posté par Sergio le

    Nos journalistes-militants n’ont jamais vu de près une de ces chances. Ils devraient subir un stage intensif en No Go Zone. Pour qu’ils s’imprègnent bien du problème, il faudrait les envoyer dans une HLM avec leur famille durant une année ou deux.

  7. Posté par antoine le

     »Si la culpabilité des meurtriers est avérée, ils seront immédiatement renvoyés, c’est ce qu’a souligné Karl Nehammer »
    Les migrants violent coupables de faits graves doivent passer par la case PRISON et l’expulsion à vie de l’Europe.
    D’autre part, mineur ou pas, TOUS les migrants illégaux doivent être expulsés !
     »Mineur au moment de sa condamnation il n’était pas expulsable du territoire autrichien, selon la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). »
    Lorsque la CEDH s’en mêle, cela fini mal, on en a encore une fois la preuve. Le droit pénal de l’Autriche est à appliquer ! La CEDH en remet une couche inutile, inefficace et dangereuse pour les populations autochtones !
    Ces barbares qui n’ont pas les codes pour vivre chez nous devraient être couchés définitivement !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.