Emeutes, pillages par la diversité aux Pays-Bas depuis trois jours, la RTS incrimine l’extrême droite

RTS, Journal 12h30, 26.01.2021

Nadine Haltiner: Plus que 250 personnes arrêtées, suite au couvre-feu de 21h à 4h du matin.

Les émeutes, c’est assez inhabituel au P-B ?

Alain Franco : C’est le  choc dans les villes de Rotterdam, d’Eindhoven et à Enschede, ainsi que dans une douzaine de villes, des scènes de violence depuis au moins deux nuits (ndlr : en réalité, la RTS sait que cela se passe depuis 3 nuits). Voitures et un centre de test covid incendiés, feux d’artifice contre un commissariat, du vandalisme et des pillages de supermarchés, des échauffourées avec la police, 180 personnes arrêtées la nuit dernière, surtout des jeunes et des adolescents.

Les autorités dénoncent ces violences gratuites, les pires émeutes en 40 ans, affirme le 1er ministre, M. Rutte. (en réalité, du jamais vu, étant donné qu’il y a 40 ans, les P-B n’étaient pas encore enrichis de ces « jeunes » et de ces « adolescents »).
Un élu local craint la guerre civile.

Nadine Haltiner: Une guerre civile ? On est vraiment là ?

Alain Franco : Non, non, cette réaction tient du fait que c’est très inhabituel au P-B. Cette violence est dénuée de toute revendication politique, souvent dans les quartiers défavorisés. Amsterdam et Eindhoven font exception. Là-bas, les manifestations ont commencé à l’appel des organisations orchestrées par l’extrême droite, à cause des mesures anti-covid. Mais elles ont vite dégénéré en confrontations avec les forces de l’ordre.

Nadine Haltiner: Alors, ces deux dernières nuits de confrontations ne sont pas une protestation contre le couvre-feu ?

Alain Franco : Eh bien, au vu quasi général de l’absence de revendication politique. On est loin d’un vaste mouvement qui s’exprime dans la rue contre la politique gouvernementale. Les restrictions ne sont pas les conséquences directes du couvre-feu, tout au plus un prétexte aux violences et aux pillages. Un sondage indique ailleurs que 70% de la population est favorable au couvre-feu contre 18% et 75% soutient l’ensemble des mesures gouvernementales contre 7% qui y ont opposés, principalement l’extrême droite..

https://www.rts.ch/play/radio/le-12h30/audio/une-troisieme-nuit-demeutes-sest-deroulee-aux-pays-bas?id=11907185

*******

 

 

CoronaSociety 25 janvier 2021

La police anti-émeute a lancé un appel à travers les Pays-Bas pour la troisième nuit.

La police anti-émeute en action à Rotterdam.

 

La police anti-émeute a été appelée dans toutes les villes des Pays-Bas lundi soir pour une troisième nuit d'émeutes suite à l'instauration d'un couvre-feu pour tenter d'arrêter la propagation du coronavirus.

Le temps que les choses se calment, 151 personnes avaient été arrêtées, selon la police.

Le chef de la police, Willem Woelders, a déclaré au programme d'actualités Nieuwsuur : "Les choses étaient relativement calmes jusqu'à 19h30, mais ensuite, l'enfer s'est déchaîné".

 

DE GEERT WILDERS : "Les Pays-Bas. La racaille habituelle des immigrants (musulmans) détruit notre pays. Ils n'ont rien à voir avec les Pays-Bas. Ils ne partagent pas nos valeurs. Arrêtez cela et agissez Rutte (Premier ministre) avant que cette violence ne devienne une guerre civile. Arrêtez cela maintenant. Déployez notre armée. Maintenant."

A Haarlem et Rotterdam, la police a menacé d'utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, et des policiers anti-émeute supplémentaires ont été recrutés, a déclaré Woelders.

A Amersfoort, des feux d'artifice ont été lancés contre la police et il y a eu également des problèmes à Den Bosch, où un groupe de 150 jeunes s'était rassemblé au mépris du couvre-feu de 21 heures, et un supermarché Jumbo a été pillé.

 

Ondertussen à #DenBosch. De Jumbo in de Visstraat wordt geplunderd. pic.twitter.com/Hj7SZNKTqg - Bosschenaartje (@bosschenaortje) 25 janvier 2021

À Rotterdam, le maire Achmed Aboutaleb a évoqué ses pouvoirs d'urgence et a fait appel à la police anti-émeute avec un canon à eau après que des troubles aient éclaté dans le sud de la ville. Il y a eu une soixantaine d'arrestations.

La RTV Oost a rapporté que des bandes de jeunes couraient dans le centre de Zwolle et que des affrontements avec la police avaient eu lieu dans le nord de Helmond.

Dans la province de Zélande, six personnes ont été arrêtées à Goes et Kattendijke après avoir appelé les gens à l'émeute via les médias sociaux.

#avondklokrellen #zwolle pic.twitter.com/jOJq2c0nwN - RTV Oost Live (@rtvoostlive) 25 janvier 2021

Dans la province de Noord-Holland, la police a déclaré avoir arrêté cinq personnes qui avaient appelé à des émeutes en ligne à Purmerend, Hoorn et Alkmaar.

A Amsterdam, il y a eu au moins neuf arrestations après que des troubles aient éclaté dans l'est de la ville. A Gouda, le maire a également évoqué ses pouvoirs d'urgence après que plusieurs voitures aient été incendiées.

Des arrestations ont également eu lieu à Geelen, dans le Limbourg, dont plusieurs mineurs, selon la police.
Les troubles du lundi soir font suite aux perturbations du dimanche alors que les manifestants ont organisé des manifestations contre les règles sur les coronavirus à Amsterdam et à Eindhoven.
Jusqu'à 300 personnes ont été arrêtées alors que la police anti-émeute était mobilisée pour disperser la foule.

À Eindhoven, les magasins de la gare ont été pillés et la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.
Le samedi soir, le premier jour du couvre-feu de 21 heures, des troubles ont eu lieu sur l'ancienne île d'Urk, où les manifestants ont incendié le centre de dépistage des coronavirus, et à Stein dans le Limbourg.

Le Premier ministre Mark Rutte a qualifié d'"inacceptable" la violence qui a accompagné les manifestations anti-blocage dans certaines villes des Pays-Bas dimanche. Rutte a déclaré que 99 % des gens respectaient les nouvelles règles plus strictes, y compris le couvre-feu de 21 heures qui est entré en vigueur samedi.

Il a condamné tout particulièrement le vandalisme à Amsterdam et à Eindhoven, ainsi qu'à Enschede, où un bâtiment hospitalier a été attaqué. Toute personne normale regardera cela avec dégoût et se demandera ce qui a bien pu posséder ces gens", a déclaré M. Rutte. Cela n'a rien à voir avec la protestation : c'est une violence criminelle et c'est ainsi que nous la traiterons.

Plus d'informations sur DutchNews.nl
source: https://www.dutchnews.nl/news/2021/01/riot-police-called-out-across-the-netherlands-as-trouble-flares-for-third-night/

 

 

7 commentaires

  1. Posté par Virgil le

    Encore des Jean Michels blonds aux yeux bleux avec la peau bien blanche… Ca me dégoute !

  2. Posté par miranda le

    Cela dit, ayant vécu dans ce pays et rentrée en France depuis peu, ces émeutes suivies de pillage qui occupent tout l’espace, font oublier que LA POPULATION NEERLANDAISE D’ORIGINE souffre comme nous de la mascarade COVID.

    Et un ami néerlandais me disait il y a quelques mois: « nous aurons bientôt, comme vos gilets jaunes, des gens abîmés par le système, qui descendront dans la rue.

    IL serait dommage que le sort des NEERLANDAIS D’ORIGINE soit dissimulé par ces émeutes en tout genre. Et si on veut bien regarder toutes les photos et vidéos qui ont été produites, il y a des NEERLANDAIS DE SOUCHE qui manifestaitent, dans certaines autres villes.
    IL me semble juste de souhaiter que l’on ne les oublie pas.

    Quand aux ‘émeutiers et pillards, ils sont suffisamment stupides en faisant par leur attitude, plaisir aux politiciens COVIDISTES qui peuvent tranquillement continuer de faire avancer le programme proto-communiste DAVOSIEN.

    Toute ma compassion pour le peuple néerlandais qui a pu dans un espace et un climat effroyablement HOSTILE, édifier une société si bien organisée et qui développait un art de vivre très agréable. Il me restera aussi de ce pays, le souvenir d’un peuple calme qui ne pratiquait jamais la colère, afin que le dialogue ait sa place.

  3. Posté par Sergio le

    Circulez, circulez et payez vos impôts sous peine de représailles tellement disproportionnées que votre existence pourrait basculer. Les incivilités qui ont impliqué quelques sauvageons ont été initiées principalement par la droite nationaliste. Les responsables seront punis. Quant aux vraies victimes, elles sont toutes issues de la diversité. Elles seront indemnisées et aidées par tous les moyens dont l’Etat dispose. Point final, le chapitre est clos.

  4. Posté par Jean-Francois Morf le

    Les mahométans sont d’extrême gauche, et en aucun cas de droite: ce sont des pilleurs et des voleurs, comme le fut Mahomet. Mahomet n’a jamais été canonisé saint, puisqu’il est AntiChrist, prédit dans les évangiles. RTS se fout de notre gueule.

  5. Posté par antoine le

     »Plus que 250 personnes arrêtées, suite au couvre-feu de 21h à 4h du matin »
     »Le temps que les choses se calment, 151 personnes avaient été arrêtées, selon la police.
    À Rotterdam, il y a eu une soixantaine d’arrestations.
    Dans la province de Zélande, six personnes ont été arrêtées à Goes et Kattendijk
    A Amsterdam, il y a eu au moins neuf arrestations
    Des arrestations à Geelen, dans le Limbourg, dont plusieurs mineurs, selon la police.
    Jusqu’à 300 personnes ont été arrêtées alors que la police anti-émeute était mobilisée pour disperser la foule. »
    Cela fait assez de personnes arrêtées pour se faire une opinion de
    – leurs intentions
    – leur provenance ou leur nationalité
    – leur couleur politique !
    – etc …
    Si c’est des  »jeunes », ce sont des migrants Maghrébins Nord Africains, donc de bons sujets à manipuler par la gôche …
    Si c’est l’extrême-droite, la RTSocialiste qui sait tout, devrait en apporter les éléments nécessaires pour étayer leurs dires …
    Diffuser des informations sans fondement est pire que de ne rien diffuser du tout !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.