Sleeping Giants : Qui sont vraiment ces « Nouveaux inquisiteurs »? Arnaud Dotézac, suite, 3ème partie.

Ndlr. Les Sleeping Giants, un véritable nouveau totalitarisme des fascistes de gauche qui veulent tuer tous les sites qui ne sont pas politiquement corrects.

Turbulences

CENSURE • Sleeping Giants, des masques qu’il est urgent de faire tomber

Dans une vidéo de 3 minutes, l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM.fr) dénonce les «nouveaux inquisiteurs» que sont les Sleeping Giants.

En France, la filiale des Sleeping Giants s’incarne dans le «collectif citoyen de lutte contre le financement du discours de la haine». En clair, ledit collectif, anonyme, se livre à la délation et au chantage en essayant de frapper les médias non-conformes au portemonnaie, c’est-à-dire en intimidant leurs annonceurs.

On peut cependant douter de l’efficacité de la riposte incarnée par les «Watching Giants», organisation conçue en miroir négatif qui, de fait, intronise les SG en tant que référence sans dire de quoi ils sont faits concrètement. Plutôt que de dénoncer, il serait utile d’enquêter sur les zones d’ombre de cette organisation de subversion professionnelle.

L’Antipresse a commencé par analyser l’identité des fondateurs, en notant que leurs avatars d’activistes-idéalistes ne correspondaient guère aux profils réels des personnes et en établissant leurs liens directs avec le Deep State américain. Mais ce n’est que le début des questions:

— De quel chapeau a-t-on tiré Nandini Jammi, la jeune Indienne récemment relokée pour servir d’icône au mouvement?

«Même après avoir recoupé de très enfouies et très rares informations sur son environnement familial (père haut fonctionnaire du FMI), on constate que Nandini Jammi n’existe quasiment pas sur Internet avant son dévoilement. Ce genre d’intraçabilité relève ordinairement soit d’un travail d’effacement très professionnel, soit d’un changement d’identité.» (Arnaud Dotézac: «Géants endormis… ou insomniaques de la censure?», Antipresse 214, 05/01/2020).

  • Comment Nandini Jammi a-t-elle fait pour acquérir une notoriété mondiale aussi rapidement?
  • Comment expliquer ce succès mondial en traînée de poudre et ce soutien médiatique quasi-unanime?
  • Qui finance les outils informatiques sophistiqués, les techniques de marketing avancées, la promotion, la formation, les sites?
  • A qui appartient l’infrastructure?
  • Quelle légitimité peut-on accorder à des «militants» qui s’avancent masqués?
  • Comment le gouvernement français peut-il endosser ces opérations anonymes et illégales dans sa «lutte contre la haine»?

L’action des Sleeping Giants ne pourra être contrecarrée que par le démontage de l’opération qu’ils incarnent en tant qu’auxiliaires d’une répression illégale et illégitime de la liberté d’expression.

  • Lire notre dossier «Géants endormis… ou insomniaques de la censure?», Partie 1ici et Partie 2, ici. Antipresse 214 & 215, 05–12/01/2020.

Source : Arnaud Dotézac, Antipresse, Turbulences, No 219, 9.2.2020. Merci à Antipresse.

PS. LesObservateurs.ch ont publié et repris  une vingtaine d'articles pour contribuer à démasquer ces fascistes de gauche dans les médias et notre travail continue car ces  derniers constituent un danger majeur pour la liberté d'expression et des médias.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.