France : Grenoble, ville dirigée par un maire rouge-vert, est devenue un «Chicago français», selon un syndicat policier

Une délinquance 63% plus élevée que dans les autres villes de France de la même taille. C'est une situation sécuritaire «catastrophique» que dénonce l'antenne du syndicat de police Alliance en Isère.

Le syndicat Alliance Police Nationale a dénoncé le 17 août l'insécurité «catastrophique» régnant à Grenoble, un «Chicago français», alors même que le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb était en déplacement à quelques kilomètres de là, dans le Vercors. Dans son communiqué, l'antenne iséroise du syndicat de police met en exergue «une délinquance 63% plus élevée» dans la cité alpine «que dans des villes de même taille». «Rien que sur ces quinze derniers jours, on dénombre plusieurs agressions au couteau et règlements de comptes par armes à feu, l'un des protagonistes ayant moins de seize ans...», relève-t-il.

Le syndicat souligne qu'avec d'«autres acteurs de la sécurité» (mairie, préfecture, direction de la sécurité publique), il avait «tiré le signal d'alarme» auprès du «gouvernement et des directions centrales», sans résultats. Alliance Police Nationale rappelle les propos du procureur de la République à Grenoble, Jean-Yves Coquillat, qui avait affirmé il y a un an n'avoir «jamais vu une ville de cette taille aussi pourrie et gangrénée par le trafic de drogue». Déplorant que le ministre Gérard Collomb «ait préféré se consacrer à la sécurisation des activités sportives et à l’air pur du Vercors plutôt qu’à l'atmosphère beaucoup moins vivifiante de la cité grenobloise», le syndicat affirme que trente postes ne sont pas pourvus sur la ville, «sans perspective de renfort sur les prochains mois». Selon lui, les policiers démotivés «sollicitent leur mutation, faute d'attractivité pour les retenir». Il demande notamment que le bassin grenoblois «soit considéré en secteur difficile et bénéficie de la prime de fidélisation correspondante» comme c'est le cas à Lyon. Et qu'il reçoive rapidement de nouveaux effectifs, comme à Marseille. «Sans un changement radical de politique, dans peu de temps, la loi de la rue remplacera celle de la République», pronostique-t-il.

Dans la nuit du 28 au 29 juillet, Adrien Perez, un jeune homme de 26 ans, a été mortellement poignardé devant une boîte de nuit située à Meylan, près de Grenoble, alors qu’il tentait de défendre son ami agressé. Meurtris, ses parents ont dénoncé le climat de violence qui règne dans le pays, tandis que la droite pointe le laxisme de l'Etat.

RT

 

Rappels :

Éric Piolle, le maire « rouge-vert » de Grenoble, n’a pas eu un mot pour Adrien Perez (une Marche blanche est organisée aujourd’hui à 16 heures)

Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble revendique publiquement la violation de la loi française pour accueillir les clandestins et provoque le procureur « Condamnez-moi. »

Grenoble: Les dealers et les immigrés violents hébergés par le maire écologiste. Un restaurant attaqué, les gens forcés à se taire…

6 commentaires

  1. Posté par Jacques le

    Qu’ils rentrent chez eux tous ces arabes !!! Vive le FN !!!

  2. Posté par the end le

    venant des coco socialo bobo….. c est normal ils font voter les morts .

  3. Posté par Maurice le

    Lazône, pour se jumeler à Grenoble ? J’ai dû chercher… Je ne savais pas encore que Lazône, c’est Lausanne depuis que cette ville s’est socialisée, diversifiée, colorée et multiculturalisée… Bien trouvé !

  4. Posté par Anna le

    Si j’ai bien compris, la politique de laxisme du maire fait fuir les gens normaux, il reste en ville de plus en plus de violents qui voteront pour le maire qui les laissera faire ce qu’ils veulent.

  5. Posté par Irène le

    Rien n’a beaucoup changé a Grenoble, dans les années 75/80 chicago existait deja , et la reputation d’ Echirolles aussi .

  6. Posté par pierre frankenhauser le

    Grenoble devrait se jumeler avec Lazône. Ces deux villes ont en effet beaucoup de points communs.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.