Référendum contre l’aide aux médias: les 50’000 signatures atteintes

ndlr: Merci à INFO -  08.09.2021

La collecte des signatures en vue d’un référendum contre les 178 millions de francs promis aux médias a porté ses fruits selon le comité «Non aux médias contrôles». Le peuple suisse pourrait se prononcer sur l’objet en février prochain.

A lire aussi: L’aide aux médias combattue par un référendum de la droite

Les 50’000 paraphes nécessaires ont été rassemblés un mois avant la fin du délai référendaire, fixé au 7 octobre, a écrit le comité «Non aux médias contrôlés» dans un communiqué. La votation devrait avoir lieu en février prochain, selon les opposants au texte.

Soutien de la distribution matinale

Le train de mesures en faveur des médias propose entre autres d’étendre l’aide indirecte à la presse en soutenant à l’avenir également la distribution matinale des journaux. Une enveloppe de 120 millions est prévue pour ce volet.

Le paquet crée également une aide aux médias en ligne, dotée de 30 millions de francs par an, et visant à favoriser la transition numérique. Les contributions versées pourront atteindre au maximum 60% du chiffre d’affaires généré par l’entreprise. Une aide est aussi prévue pour les agences de presse, les écoles du journalisme ou encore le Conseil suisse de la presse.

Plusieurs comités

Le comité «Non aux médias contrôlés» est présidé par le conseiller en communication et ancien conseiller national Peter Weigelt (PLR/SG). Il est dirigé par Philipp Gut, journaliste à la Weltwoche et éditeur.

Plusieurs comités ont vu le jour depuis juin contre ces mesures d’aide à la presse. Un comité parlementaire interpartis s’est notamment formé après la décision des chambres. Il réunit une septantaine de députés, notamment de l’UDC, du PLR et du Centre.

ATS

 

 

2 commentaires

  1. Posté par merdias et journalopes, les pressetituees des raclures de politiciens le

    Vos ‘elus’ corrompus jsuqu’a la moelle (parmelin, sommaruga la sous marin de l’UERSS) veulent faire comme en France voisine: donner de l’argent aux merdias sous controle pour pouvoir encore mieux les controler.

    Pourquoi ne pas directement ecrire les articles des journalopes a la chancellerie a Berne, ce sera plus economique ?

  2. Posté par Jandur le

    Bravo! Ne me dites pas que Tamedia à pleuré pour de l’aide.
    Tamedia, en mains des Coninx, une famille Belgo-Française (me fiche qu’ils se soient naturalisés chez nous), s’est faite number one des quotidiens publiés chez nous.
    Sachant à quel point leurs collabos-journaleux de leur version romande « Suisse 20min.ch » (vs. 20min.ch, version Suisse-allemand)
    – sont pro-UE, filtrent les sujets tricky (qui n’aparraissent que le lendemain, ou pas), (Monde et Suisse), censurent les commentateurs (si ouverts, c’est pour des sujets de peu d’importance, alors que les sujets d’importance traités dans les 2 versions, sont ouverts à commentaires sur la version alémanique), et si la version Romande publie quelques news locales sans intérêt, elle publie de plus en plus une masse d’infos ne concernant que la France et les départements Fr voisins, sous sa rubrique « Suisse romande ».
    Ce Tamedia fait tout pour entretenir l’idée politique voulue par les intérêts représentés dans ces médias privés, que les Suisses n’ont qu’à accepter l’invasion sur le marché des frontaliers, n’ont qu’à payer tous services pour ces Français, n’ont qu’à accepter « de facto » ce grand-Genève, actuellement démocratiquement inexistant en Suisse car jamais soumis à votation populaire.

    L’exemple Tamedia, pour rappeler ce à quoi s’emploie ces médias privés chez nous.

    Financer ces politiques, ces stratégies, ces gens-là? NON MERCI. Bye Bye à eux.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.