Voile, forts vents contraires

Céline Amaudruz
Conseillère nationale UDC

Voile, forts vents contraires

 

La Cour de justice de l'Union européenne a fait savoir ce matin qu'un employeur peut interdire le port du voile à ses employées dès lors qu'il s'agit d'un besoin réel afin de sauvegarder la neutralité de l'entreprise. Dans un communiqué, la Cour relève que "l'interdiction du port de toute expression visible de convictions politiques, philosophiques ou religieuses peut être justifiée par la nécessité pour l'employeur de projeter une image de neutralité à l'égard de la clientèle ou d'éviter des conflits sociaux". Les juges se sont penchés sur la question, saisis par deux femmes musulmanes vivant en Allemagne, une employée d'une pharmacie, l'autre comme puéricultrice. Toutes deux s'opposaient à l'interdiction de voile formulée par leurs employeurs. Elles ont perdu. Dès lors que l'interdiction de tout signe ostentatoire frappe chaque religion, elle n'est pas discriminatoire. Certes, un crucifix porté en collier peut par sa discrétion échapper à une telle mesure tandis que le voile peine à ne pas être visible, raison pour laquelle il est plus souvent touché que d'autres symboles religieux. Mais ce n'est pas discriminatoire. Et si le voile est si important pour les radicaux, c'est bien par son caractère ostentatoire.

 

Après l'interdiction des Frères musulmans en Autriche, voici une nouvelle décision encourageante dans le combat que nous devons mener avec détermination contre l'extrémisme islamique. Certes, les islamistes verront dans cette décision la preuve que l'islam est discriminé en Europe et le feront savoir avec moult trémolos. Il est vrai qu'ils ont érigé le discours victimaire en arme de destruction massive, les idiots utiles n'hésitant pas à renier notre vivre-ensemble pour ne pas chagriner les ennemis de notre civilisation. Toujours est-il que l'arrêt de la Cour permet désormais à un employeur d'interdire le prosélytisme islamiste à ses collaboratrices.

 

C'est une bonne chose pour nos valeurs, c'est une bonne chose pour la femme.

 

Amaudruz Céline

Conseillère nationale

Présidente UDC Genève

 

3 commentaires

  1. Posté par Anton le

    Un coup d’épée dans l’eau, arrêt qui ne sera pas utilisé par peur de la plupart des entreprises (surtout les grandes type Ikea, Amazon, grandes surfaces, etc.) face au rouleau compresseur islamique terroriste encouragé par les pleutres qui dirigent la plupart de nos pays européens.

  2. Posté par pepiou le

    Les yeux de la CjUe commencent à se deciller au sujet de l’islam. Il était temps.

  3. Posté par Socrate@LasVegas le

    Enfin, c’est la moindre des choses!

    Le voile est le drapeau supra national de l’idéologie politique islamique. Il est justement choisi pour son caractère ostentatoire…
    Son éviction de la voie publique ne peut être qualifié de discrimination religieuse car en Iran par exemple (mais en Egypte non plus) les femmes musulmanes ne le portaient pas avant 1979 et la révolution islamique.

    Preuve en 4 images: https://pointdebasculecanada.ca/lerosion-constante-des-droits-de-la-femme-en-egypte-une-histoire-photographique-par-phyllis-chesler/

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.