Le Hamas déclare le directeur local de l’UNRWA persona non grata parce qu’il a qualifié les frappes israéliennes sur Gaza de « précises »

L'UNRWA, l'office des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, a un problème.
Dans une récente interview télévisée, son directeur sur place, Matthias Schmale, a parlé en termes élogieux de l'armée de l'air israélienne, affirmant qu'elle avait bombardé Gaza avec une "énorme finesse".

C'en était trop pour le Hamas. L'organisation palestinienne était furieuse, d'autant plus qu'elle avait toujours pu compter sur l'UNRWA pour se ranger à ses côtés sans réserve.

Même les excuses ultérieures de Schmale sur Twitter, disant les pertes en vies humaines (des deux côtés) étaient inacceptables et que les attaques aériennes constituaient une punition collective inacceptable, ne sont pas parvenues à apaiser le Hamas.

Schmale a été déclaré persona non grata. Il ne devrait plus être autorisé à vivre à Gaza, a déclaré le Hamas, en raison de ses déclarations "hostiles" et de son parti pris affiché pour l'occupant.

Lors des manifestations, Schmale est traité de "complice". L'homme qui était censé aider les Palestiniens de Gaza n'est plus autorisé à entrer dans le pays parce qu'il a eu le courage de dire sa vérité.

Source : Weltwoche

Traduction Albert Coroz pour LesObservateurs.ch


Une mère musulmane à Amsterdam oblige son enfant à cracher sur le drapeau israélien lors d'une manifestation pro-israélienne

La haine qu'ils apprennent aux enfants à ressentir est écœurante.
La façon dont ils l'encouragent... et la façon dont d'autres personnes dans le monde la justifient.

Tweet: Elderofziyon@elderofziyon

Il est tragique que tant d'enfants se voient enseigner la haine par leurs parents sectaires.

Il est encore plus tragique que tant de personnes justifient cela.

Antisémitisme lors d'une manifestation pro-israélienne

Comment peut-il y avoir la paix lorsque des parents enseignent la haine à la génération suivante ? Regardez ce qui s'est passé lors d'une manifestation pro-israélienne à Amsterdam. Regardez la façon dont la mère du garçon lui dit d'aller cracher sur le drapeau israélien, sur le drapeau juif. Elle l'encourage ! C'est de l'abus d'enfant, cette façon dont ils éduquent leurs enfants à la haine et au manque de respect envers les autres. Comment peut-on soutenir un camp qui fait des choses aussi détestables ?

Le peuple juif enseigne à ses enfants à aimer et à faire la paix. Ils leur apprennent à ne pas juger et à trouver ce qui peut unir les différentes personnes au lieu de ce qui les divise. Et vous pouvez voir ici ce que l'autre camp - qu'il s'agisse des musulmans ou de toute personne favorable à la destruction de l'État juif - enseigne à ses enfants. Un antisémitisme aussi horrifiant.


Image ci-dessous: Manifestation anti-israélienne à Lausanne dans le même état d’esprit...

Après les dernières frappes israéliennes sur Gaza suite aux attaques du Hamas sur la population civile, il y a eu des déchaînements de violences contre les juifs dans toutes les villes européennes fortement islamisées.

Désormais, les juifs ne sont plus en sécurité nulle part dans ces villes.

Image en avant: Non, le jeune homme ne manifeste pas contre le génocide des Juifs, mais contre le «génocide» des Palestiniens par les Juifs!

*******

Sans aucune autre explication, image du jour dans 24heures:

Image grand format parue à la place des caricatures dans les 24heures du 31 mai. Des enfants paisibles réclament la mort des Juifs.

***

Dans le Courrier et les 24 heures du 17 mai :

*******

Suède : Agression d’un non-Juif qui portait la kippa en signe de solidarité

La victime a été agressée dans la rue par plusieurs hommes et qualifiée de "bâtard juif" ; il y a eu une recrudescence des attaques antisémites en Europe ces dernières semaines

en Suède, le 4 mars 2021. (Crédit : Jonathan NACKSTRAND / AFP)

JTA — Un non-Juif qui portait la kippa dans la ville de Gothenburg, en Suède, a été agressé par plusieurs hommes et qualifié de « bâtard juif » par au moins l’un d’entre eux, selon un témoin.

Cet incident survenu mercredi dernier « s’est produit très rapidement », a confié le témoin au quotidien Dagen Nyheter qui a publié un article à ce sujet dans son édition de jeudi.

« Il n’a eu aucune chance de se défendre », a continué le témoin qui serait lié à la victime présumée, dont l’identité n’a pas été révélée.

La police a ouvert une enquête sur l’agression qui a eu lieu dans l’après-midi dans le centre de Gothenburg, une ville portuaire de plus de 500 000 habitants.

En 2015, un journaliste suédois qui n’était pas Juif avait été agressé à Malmo, une autre ville portuaire située à environ 240 kilomètres de Gothenburg. Il portait à ce moment-là une kippa dans la rue pour enquêter sur les attitudes adoptées à l’égard des membres de la communauté juive du pays.

Les groupes de veille et les responsables des communautés juives font part d’une recrudescence des incidents antisémites dans toute l’Europe depuis le début des combats intenses entre Israël et le Hamas, au début du mois.

Un cessez-le-feu qui a été signé le 21 mai a mis un terme aux onze jours de combats, mais les incidents antisémites semblent encore se produire à un taux élevé.

source: https://fr.timesofisrael.com/suede-agression-dun-non-juif-qui-portait-la-kippa-en-signe-de-solidarite/

*******

Antisémitisme: Des Juifs européens craignent une guerre perdue face à la haine

Les attaques ont grimpé en flèche pendant le conflit en Israël. Mais cette fois-ci, des leaders juifs, de Paris à Berlin, font part de leur pessimisme et interrogent l'avenir

AMSTERDAM (JTA) — En Allemagne, un homme portant une kippa a été frappé en pleine rue. En Autriche, une étudiante a été harcelée dans un train pour avoir lu un livre dont le titre contenait le mot « Juif ».

A Londres, une infirmière a raconté avoir été menacée à l’hôpital pour avoir arboré à son cou une étoile de David. Et en Belgique, une femme orthodoxe a été qualifiée de « sale Juive » et sommée de quitter l’endroit où elle se trouvait par un homme avec lequel elle tentait de partager un banc dans un parc.

L’amplitude de la recrudescence actuelle des activités antisémites n’est pas claire mais elle serait toutefois, selon certaines estimations – notamment celles de la communauté juive britannique – sans précédent. Par ailleurs, la portée et la densité des incidents antijuifs sont inhabituels.

Les responsables juifs locaux appréhendent cette nouvelle problématique avec un pessimisme parfois, lui aussi, inhabituel.

Les incidents antisémites étaient déjà en augmentation en Europe avant le conflit qui a opposé pendant onze jours Israël et le Hamas à Gaza – et qui a fait 230 morts du côté palestinien et douze morts du côté israélien. Avec le début des hostilités, les Européens ont commencé à se préparer aux activités antisémites qui ont toujours tendance à accompagner les regains de tension au Moyen-Orient – un phénomène connu, sur le continent, comme étant « l’importation du conflit israélo-palestinien ».

Cette dynamique avait été largement présente pendant une escalade des violences, en 2014. Mais cette fois, certains leaders communautaires juifs et des activistes de longue date dans la lutte contre l’antisémitisme émettent des mises en garde sévères – redoutant que le combat contre la haine ait maintenant été perd

Au vu des dizaines d’incidents qui se sont produits ces dernières semaines seulement en Belgique, Joel Rubinfeld, président de la Ligue contre l’antisémitisme dans le pays, a écrit qu’il doutait qu’il pourrait continuer à vivre dans cette nation européenne avec son épouse et leurs deux enfants.

« Je pensais que ce serait possible pour moi. Maintenant, j’en doute », a écrit Rubinfeld, ancien dirigeant du groupe CCOJB, organisation-cadre des Juifs de Belgique francophones, dans une lettre ouverte qui a été publiée samedi dans l’hebdomadaire Le Vif.

Brigitte Wielheesen, journaliste connue et experte de l’anti-terrorisme aux Pays-Bas, a écrit jeudi dans une tribune publiée sur le site d’information Jonet qu’après avoir combattu l’antisémitisme pendant des années, elle avait tiré la conclusion que cette lutte était devenue inutile.

« La guerre contre cette maladie est désespérée », a écrit Wielheesen, ancienne secrétaire du Rabbinat inter-provincial néerlandais. « Si les Juifs, en Europe, ont le rôle du canari dans la mine », a-t-elle ajouté, alors il faut reconnaître que « l’oiseau est mort ».

Le grand-rabbin de Hollande, Binyomin Jacobs qui, pendant des années, a recommandé aux Juifs locaux d’immigrer en Israël – en raison en partie de l’antisémitisme – a dit pendant une conférence organisée dans la ville de Nijmegen que lui et son épouse seraient déjà partis sans l’obligation de mener à bien leur mission dans le pays.

« {Vos paroles] nous ont fait penser à l’image d’un capitaine, obnubilé par la conscience de son devoir, qui reste à la tête d’un bateau en train de faire naufrage », a écrit une personne présente lors de la conférence à Jacobs après l’allocution, des propos que Jacobs a ensuite repris sur son blog.

Des manifestants propalestiniens brandissent des drapeaux pendant une manifestation d’organisation de gauche après le Sommet global de la santé à Rome, le 22 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Alessandra Tarantino)

Cette flambée de violences entre Israël et la bande de Gaza est venue peu après des déclarations faites par les Juifs de France qui s’inquiètent de leur avenir dans le pays après le dernier jugement rendu dans le cadre du meurtre de Sarah Halimi. La plus haute instance judiciaire de la nation a estimé que l’homme musulman qui avait tué cette femme médecin juive en invoquant Allah et en qualifiant Halimi de « démon » avait consommé une trop grande quantité de marijuana et qu’il ne pouvait pas être considéré comme pénalement responsable de ses actes.

« Je comprends vos doutes et vos questions sur l’avenir et je les partage », a affirmé un leader de la plus importante organisation orthodoxe française au cours d’un rassemblement organisé à Paris, le mois dernier.

Mais tous les responsables communautaires ne partagent pas le même pessimisme profond.

En Grande-Bretagne, les Juifs ont été secoués par une série d’incidents antisémites, ce mois-ci, et ils ont « peur » de la prolifération récente d’antisémitisme au sein du parti Travailliste, explique Jonathan Arkush, ancien dirigeant de l’organisation-cadre du Board of Deputies of British Jews.

« Mais je ne crois pas qu’il faille faire le grand saut en pensant que notre communauté n’est plus viable comme elle l’était dans le passé », dit-il, citant les défaites du Labour après 2019, la vigilance des médias face à la haine anti-juive et les efforts de la police pour contrer cette dernière.

Toutefois, des informations portant sur des incidents antisémites ont continué à affluer, cette semaine, sur le continent.

Au cours d’un incident survenu jeudi à Magdeburg, une ville allemande située à environ 110 kilomètres à l’ouest de Berlin, un groupe de jeunes aurait harcelé un homme de 22 ans qui portait la kippa avant de l’agresser physiquement, entraînant des blessures mineures, a noté le site d’information MDR. Un passant est intervenu et les agresseurs ont quitté les lieux. Le témoin a dit que les jeunes étaient Arabes.

A Hamburg, une ville du nord de l’Allemagne, trois personnes qui se trouvaient à bord d’une voiture ont hurlé des insultes antisémites à un cycliste juif qui était arrêté à un feu rouge, a dit le site TAH. A Bremen, une ville du nord située à plus de 300 kilomètres de Berlin, un homme qui portait un masque arborant l’étoile de David a essuyé des injures alors qu’il marchait dans la rue

En Autriche, une femme non-juive a été qualifiée de « tueuse d’enfant » et harcelée par trois hommes dans le métro, il y a deux semaines, parce qu’elle lisait un livre intitulé « Les Juifs dans le monde moderne », a raconté la victime à la station de radio ORF, vendredi. Un homme lui a tiré les cheveux.

La femme a précisé que la police lui avait conseillé d’oublier l’incident, et que cette agression n’avait pas été antisémite dans la mesure où elle n’était pas Juive. Le ministère de l’Intérieur a indiqué, pour sa part, avoir ouvert une enquête.

Au Royaume-Uni, deux hommes ont pris à partie une infirmière qui travaillait dans un service néonatal après avoir remarqué qu’elle portait une étoile de David à son cou, alors que tous les trois se trouvaient dans un ascenseur, dans un hôpital de Londres. Ils ont demandé à l’infirmière, Hadasa Abrams, si elle croyait en une « Palestine libre ». Elle leur a répondu « je suis Juive » et l’un de ses interlocuteurs s’est alors exclamé : « Je veux vous tuer tous », a écrit Abrams sur Facebook.

Des hommes du CST et des unités de sécurité Homrim placent en détention l’attaquant présumé d’un homme Juif qui se trouvait dans son véhicule à Londres, le 21 mai 2021. (Crédit : Eye on Antisemitism via JTA)

Dans la ville d’Anvers, en Belgique, un blogueur a expliqué avoir aperçu un homme en train de crier « casse-toi, sale Juive », alors qu’une femme orthodoxe s’approchait d’un banc, dans un parc, où l’homme s’était assis.

Le 21 mai, un homme a été agressé dans un train en Autriche après avoir demandé à deux hommes – qui, selon les témoins, étaient moyen-orientaux – de cesser de tenir des propos antisémites et de nier la Shoah, a indiqué un journal local.

A Londres, le même jour, un Juif a été attaqué dans sa voiture parce qu’il avait le drapeau israélien. Cela a été le dernier d’une série d’incidents divers – avec notamment l’agression sévère d’un rabbin qui se tenait aux abords de sa synagogue de Chigwell, à proximité de Londres, le 16 mai.

Le même jour, un convoi de huit voitures arborant des drapeaux palestiniens a traversé Londres, leurs passagers hurlant des insultes antisémites par haut-parleur. L’un d’entre eux a hurlé : « P…utain de Juifs, violez leurs filles » alors que les véhicules circulaient dans un quartier de la ville à forte population juive.

« L’antisémitisme au Royaume-Uni augmente toujours, malheureusement, quand il y a un conflit au Moyen-Orient – mais aujourd’hui, c’est pire que tout », déplore Luciana Berger, une éminente députée Travailliste juive qui travaille dorénavant dans les relations publiques.

Les services de sécurité de la communauté juive britannique ont recensé plus de 250 incidents antisémites dans les 17 jours qui ont suivi le 9 mai – une hausse de 500 % par rapport aux 17 jours qui avaient précédé. Au mois de mai, ces services, le CST, a répertorié 325 incidents – plus que n’importe quel mois depuis 2004, quand l’organisation communautaire avait commencé à les enregistrer.

Au mois de juillet 2014, pendant l’opération Plomb durci à Gaza, le groupe avait recensé 317 incidents.

Israël et le Hamas ont conclu un cessez-le-feu en date du 21 mai, mais de nouveaux incidents continuent à se produire. Jeudi, l’une des plus grandes organisations caritatives de la communauté juive britannique, Norwood, qui aide les enfants en situation de handicap, a subi un piratage de son site internet. Une bannière « Libérez la Palestine, stop à l’apartheid » a ainsi remplacé sa page d’accueil.

A LIRE : Lettre ouverte à ceux qui veulent défendre la cause palestinienne

Mardi, Elise Fajgeles, ancienne conseillère municipale de Paris – qui avait été le théâtre de certaines des pires violences pendant la recrudescence des actes antisémites en 2014 – et qui est Juive, a écrit une lettre ouverte aux musulmans européens, demandant aux communautés de réprimer les extrémistes qui commettent des crimes de haine antijuifs. (Selon le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, les musulmans ou les individus d’origine musulmane ont été les responsables de tous les incidents violents dont les auteurs ont pu être identifiés. Le profil des personnes s’adonnant à des discours de haine est plus divers, les extrémistes de droite représentant la moitié, a fait savoir le BNVCA).

« Je ne suis pas là pour vous parler de ce qu’il se passe là-bas », a écrit Fajgeles dans sa lettre qui a été publiée en français dans le Times of Israel. « Je vais vous parler de ce qu’il se passe ici. Je veux vous parler de moi. Je veux vous dire que j’ai peur ».

source: https://fr.timesofisrael.com/antisemitisme-des-juifs-europeens-craignent-une-guerre-perdue-face-a-la-haine/

4 commentaires

  1. Posté par antoine le

     »Comment peut-il y avoir la paix lorsque des parents enseignent la HAINE à la génération suivante ? »
    – Supprimer les sourates ou hadiths de HAINE du mode d’emplois (le coran)
    – Supprimer les prêches de haines dans les mosquées (à Bienne par exemple)
    https://lesobservateurs.ch/2020/02/02/poursuivi-pour-avoir-souhaite-qu-allah-elimine-les-juifs-et-les-chretiens-limam-de-bienne-abu-ramadan-continue-de-precher-contre-les-infideles/
    – Interdire les prêches en arabe … c’est plus compréhensible en français ou dans la langue officielle du pays !
    – etc …

  2. Posté par pierre frankenhauser le

    Non seulement ces frappes sont « précises », mais elles aussi et surtout « nécessaires », « légitimes » et « pertinentes ».

  3. Posté par Chris le

    Il devait en avoir assez de vivre en shithole au milieu de la haine. Il a trouvé un bon moyen pour faire ses bagages.

  4. Posté par Nicolas le

    Lors du premier choc les dirigeants européens ont vendu leur âme à une secte sataniste pour quelques barils de pétrole. Cinquante ans plus tard on n’a pas fini d’en payer le prix.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.