Coronavirus : « Une économie de guerre commence comme cela : d’abord des largesses, ensuite des sanctions, puis des réquisitions »

L’Etat resserre progressivement son étau sur l’économie et les entreprises. Il paye les salaires et les factures, sanctionne les abus et sera probablement, dans certains cas, contraint de procéder à des réquisitions, estime Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

Pertes et profits. Katarina Barley, la députée sociale-démocrate allemande, vice-présidente du Parlement européen, n’est pas contente du tout. Désignant ses baskets Adidas, elle tweete : « Ce sont les dernières Adidas que nous achèterons. Pour une multinationale qui a réalisé 3,2 milliards d’euros de profits en 2019, c’est minable d’exploiter des règles destinées à des entreprises luttant pour leur survie. » Sa colère, partagée par le ministre des finances et vice-chancelier, Olaf Scholz, a été provoquée par l’annonce de la firme qu’elle n’allait pas payer le loyer d’avril de ses magasins fermés, comme les récentes décisions gouvernementales l’y autorisent.

C’est le même courroux qui a motivé le ministre français de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, à annoncer, vendredi 27 mars, que les entreprises françaises ayant bénéficié d’aides d’Etat au titre de la crise du Covid-19, se verront interdire de verser des dividendes. Progressivement, l’Etat resserre l’étau sur son tissu économique. Paralysie de l’activité oblige, c’est désormais lui qui règle les factures et paye les employés pour éviter les faillites en cascade. Une économie de guerre, tout entière tournée vers le seul objectif de vaincre l’ennemi, commence comme cela : d’abord des largesses, ensuite des sanctions, puis des réquisitions.

[...]

Le Monde

3 commentaires

  1. Posté par Gérard Guichard le

    Et surtout l’argent risque de venir de Chine; pas tellement qu’elle aura été condamnée pour ces désordres mais parce c’est le pays qui a le plus de réserves financières

  2. Posté par Perrault le

    Des largesses pour le capital.Vivendi vient de payer ses dividentes alors qu´il met ses employés au chomage payé par le Gouvt.Mr Lemaire supersatisfait.

  3. Posté par Stefen le

    C’était à prévoir dès le début; c’est l’arrêt de mort de toutes les entreprises qui ne sont pas des multi nationales à la gestion déloyale. Celles qui auront survécu vont être laminées par la vague de dettes et défauts de paiements. Les grosses n’auront plus qu’à se baisser pour ramasser. C’est déjà la cas maintenant; qui fait des bénéfices monstres? qui cherche à engager?
    Quant aux travailleurs, l’avenir s’annonce guère plus rose, d’ailleurs nos politiciens nous y préparent déjà; on va pouvoir s’asseoir sur tous les acquis sociaux pour devenir de la main d’œuvre sur appel, corvéable à souhait, sans aucun filet social.
    Il est peut être temps que le bulot moyen assis sur son rouleau de pq, hypnotisé par la dernière bouse sur Netflic se réveille au peu au scénario Orwellien qui se déroule sous nos yeux.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.