«Dommages collatéraux» au Yémen : 31 civils tués par des frappes de la coalition menée par Riyad

post_thumb_default

 

Selon un communiqué du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU, au moins 31 civils ont été tués et 13 blessés ce 15 février dans le nord du Yémen lors de raids aériens de la coalition militaire menée par Riyad, au lendemain du crash d'un avion de combat saoudien. La coalition a admis «la possibilité de dommages collatéraux» lors d'une opération de «recherches et de sauvetage» sur le site du crash.

Comme le rapporte l'AFP citant la chaîne de télévision al-Massirah, contrôlée par les rebelles houthis, la coalition aurait mené plusieurs frappes «contre Al-Hayjah, une région sous contrôle rebelle à Jawf, où des habitants étaient rassemblés autour des débris de l'avion abattu».

Lise Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU au Yémen, a dénoncé «des frappes terribles». «Aux termes des conventions humanitaires internationales, les parties ayant recours à la force ont l'obligation de protéger les civils. Cinq ans après le début de ce conflit, les protagonistes ne respectent toujours pas cela, c'est choquant», a-t-elle déclaré.

La veille, les rebelles yéménites houthis, supposément soutenus par l'Iran bien que certaines sources relativisent cet appui, avaient affirmé avoir abattu «l'avion saoudien de type Tornado à l'aide d'un missile sol-air perfectionné», tandis que la coalition n'avait pour sa part précisé ni les raisons du crash ni le sort de l'équipage.

De tels crashs sont rares depuis le début du conflit au Yémen, où la coalition militaire, dont les piliers sont l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, intervient depuis 2015 pour soutenir le gouvernement qui s'est réfugié à Aden (capitale de l'ancien Yémen du Sud), face aux rebelles qui contrôlent des régions du nord et de l'ouest du pays, ainsi que la capitale Sanaa.

La coalition bombarde régulièrement le Yémen, causant des milliers de victimes civiles, dont un grand nombre d'enfants. Au mois d'août 2018, au moins 66 enfants avaient été tués dans des frappes de la coalition saoudienne. A cette époque déjà, l'ONU avait qualifié le conflit au Yémen de «pire crise humanitaire au monde».

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Dominique le

    Comparés aux morts sur la route et de trop manger ce jour-là en Europe il n’y a pas de quoi pérenniser l’ONU dramatisante et inutile.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.