Bombardements turcs contre une prison kurde : la Turquie cherche-t-elle à libérer les jihadistes?

Rappels : Turquie: Lorsque le gouvernement assurait la protection des jihadistes pour les soigner dans les hôpitaux turcs.

La Turquie accusée de recruter des combattants de l’Etat islamique pour attaquer les Kurdes

L’inquiétant témoignage d’un ancien policier de l’Etat Islamique: La Turquie aide directement l’Etat islamique!

Pour la Turquie, candidate à l’UE, l’Etat islamique n’est pas un ennemi

Témoignage : l’équipe de RT qui a révélé le trafic de pétrole entre la Turquie et Daesh raconte tout

L'ASL a été soutenue par Obama et Hollande afin de détruire le gouvernement de Damas. Ces politiciens de gauche ont donc armé des individus qui sont aujourd'hui au service d'Erdogan. Tout va bien.

 

***********

Alors que des milliers de djihadistes restent prisonniers des milices kurdes des FDS, ces derniers ont accusé la Turquie d’avoir bombardé une prison où se trouveraient des terroristes de Daech*.

La Turquie a effectué un raid aérien sur une prison du nord de la Syrie où sont détenus des terroristes de Daech*, ont déclaré les Forces démocratiques syriennes (FDS), une milice arabo-kurde.

«Une des prisons où se trouvaient des détenus de Daech* a été bombardée par la Turquie», ont indiqué les combattants sur Twitter. «La Turquie cherche à saper tous les efforts et progrès obtenus lors de notre combat contre Daech*», ont-ils ajouté.

 

[...]

Sputniknews.com / Lefigaro.fr

 


Face aux Kurdes, la Turquie envoie combattre des rebelles syriens avides de revanche

Ankara a imposé à des combattants anti-Assad, qu’elle finance et arme, de s’unir contre les forces kurdes. Dans certaines zones conquises par la milice YPG en 2015, des représailles sont à craindre.

L’histoire de la guerre civile syrienne retiendra que la première fois que les groupes armés anti-Assad ont formé un front uni, ce n’était pas pour combattre les forces pro-gouvernementales, mais la milice kurde des YPG (Unités de protection du peuple). En prélude au lancement de son opération militaire dans le nord-est de la Syrie, la Turquie a imposé aux factions rebelles syriennes non djihadistes de se rassembler dans une organisation unique, labellisée « Armée nationale syrienne ».

Début octobre, le Front de libération nationale, installé dans la poche d’Idlib, qui regroupe d’anciennes brigades de l’Armée syrienne libre (ASL) et des formations islamistes modérées, a ainsi rejoint cette structure, placée sous la tutelle, toute théorique, du gouvernement de l’opposition syrienne, implanté à Gaziantep, dans le sud de la Turquie.

[...]

Lemonde.fr

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.