La Turquie accusée de recruter des combattants de l’Etat islamique pour attaquer les Kurdes

Un ancien djihadiste a affirmé à la presse britannique que la Turquie recrutait de nombreux membres de l’Etat islamique dans l'opération Rameau d'olivier contre les Kurdes d'Afrin, confirmant des déclarations précédentes des combattants kurdes.

«La plupart des combattants à Afrin contre les Unités de protection du peuple (YPG) viennent de l’Etat islamique et la Turquie les a entraînés pour qu’ils modifient leurs tactiques d’assaut» : un certain Faraj, ancien combattant de l’Etat islamique âgé de 32 ans, porte de lourdes accusations à l'égard de la Turquie dans les colonnes quotidien britannique The Independant. Selon lui, la Turquie aurait largement recruté dans les rangs de Daesh pour monter le contingent de l'opération Rameau d'olivier.

L’ancien combattant islamiste, qui opérait dans le Nord-Est de la Syrie lorsqu'ils se battait dans les rangs de Daesh, assure que la Turquie n'aurait jamais eu pour véritable intention de combattre l'Etat islamique et se chargerait même de leur prodiguer des formations au combat. Il raconte ainsi que les commandants de l'armée turque auraient déconseillé à leurs nouvelles recrues d’utiliser les méthodes traditionnelles d’attentats suicide afin de ne pas se faire repérer. Faraj assure en outre qu'Ankara conseillerait aux anciens membres de Daesh de «laisser les voitures piégées aux YPG» afin de faire passer ceux-ci pour des terroristes.

Pour l'armée turque, l'intérêt d'un tel recrutement serait double : les combattants de l'Etat islamique sont expérimentés et leur emploi sur le terrain permettrait de limiter les pertes humaines pour Ankara. Selon The Independant, cette stratégie permettrait également à ces anciens djihadistes désormais désœuvrés depuis la débâcle militaire de l'Etat islamique de se retrouver une activité pour se réinsérer dans la société.

S'il est difficile d'établir avec certitude la véracité de ces propos, ils viennent en tout cas confirmer ce qu'avaient déjà affirmé, avant le début de l’opération Rameau d’olivier, les membres des YPG. Ils disaient avoir recueilli des témoignages auprès de plusieurs djihadistes, dont le français Thomas Barnouin, qui faisait état de la complaisance des autorités turques à l'égard des combattants islamistes.

Source

3 commentaires

  1. Posté par Victor56 le

    Et dire que le Pape qui devrait être pacifiste évangélisateur condamnant les tyrans reçoit ces jours derniers en grande pompe Erdogan le bombardeur turc en Syrie des Kurdes vainqueurs de l’EI lâchés par tout l’Occident. Lequel « Occident »semble vouloir se faire à tout prix Al-Assad grâce à l’OSDH de confiance basé « à Londres »qui accuse La Syrie de tuer des civils et les « bébés de Koweit City » euh pardon confusion à nouveau « à l’arme chimique » à Gouta (bientôt l’Otan?) . Bien sûr on sait que les bombes chirurgicales de la « coalition » ne tuent que des ennemis armés, mais « humanitaires » JAMAIS de civils !. Ce que l’OYDH discret ou « l’observatoire yéménite des droits de l’homme » par son silence tranquille depuis 3 ans nous confirme cette grande humanité militaire US et Arabie et cie: c’est la vieillesse et la dysenterie qui tuent beaucoup et en grand nombre là bas au Yemen !
    Comme dit Georges Orwell dans « 1984 »: quiconque met en doute le sublime « Ministère de la Vérité » doit aller en camp de rééducation.!

  2. Posté par Etienne le

    La Turquie a choisi son camp.
    C’est celui des intérêts turcs, exclusivement. Pensez à l’invasion de Chypre (1974). Pensez à la pression turque dans les Balkans. Malgré cela, ce sont les Grecs que les occidentaux ont laissé tomber.
    On peut donc constater que les Européens sont dirigés par un lot de pourris.

  3. Posté par Antoine le

    Il faudra que la Turquie choisisse son camp !
    – Poutine
    – Trump
    – L’OTAN …
    – L’Europe n’en veut pas ou n’en veut plus …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.