Nouveau témoignage dans le scandale de Telford (GB) : violée par plus de 500 hommes, elle se retrouve avec un casier judiciaire pour prostitution

Laissée pour compte par les autorités après sept ans d’épreuves, Jennifer raconte au Sunday Mirror pour la première fois comment elle s’est retrouvée avec un casier judiciaire.

Elle a été victime d’un viol collectif, souvent en uniforme scolaire, victime de la traite et retenue sous la menace d’une arme à feu. Son cauchemar l’a tellement brisée qu’elle a tenté de se suicider.

A 16 ans à peine, elle craignait pour sa vie lorsqu’un violeur l’a battue et lui a mis du gravier dans la bouche pour faire taire ses pleurs.

Pendant quatre ans, jusqu’à l’âge de 19 ans, elle est tombée sous le contrôle d’un homme qui la traînait comme un morceau de viande.

Jennifer affirme que la police a refusé d’intervenir et l’a arrêtée à plusieurs reprises pour prostitution entre 16 et 19 ans, malgré son plaidoyer pour expliquer qu’elle était exploitée.

Mirror

Une Britannique s’est exprimée pour la première fois à propos de son adolescence durant laquelle elle a été violée par plus de 500 hommes. Dans ce témoignage, elle explique comment elle a été abandonnée par la police et ne voyait plus que la mort comme issue de secours.

Pour préserver sa réelle identité, nous appellerons la dame concernée Jennifer. Elle, qui est désormais une maman de 40 ans, a vécu un véritable enfer dans les années 80, près de Telford. Alors qu’elle n’a que 11 ans, elle est présentée pour la première fois à ses violeurs par un garçon qu’elle fréquente. Celui-ci laisse ses amis violer la jeune fille, et c’est le début d’un cycle terrible d’horreurs. Avec de nombreuses autres filles, elle est droguée, frappée et violée par la bande tous les soirs. Certaines fois, dix personnes se succèdent sans aucun scrupule.

« Je pensais que la seule issue était la mort car j’avais été à la police et ils ne voulaient pas m’aider. Je me suis sentie extrêmement seule et je vivais un vrai cauchemar », explique cette maman au Sunday Mirror. En décrochage scolaire complet, elle parcourt le pays avec un homme plus âgé qui la laisse se faire violer par des étrangers. « Ça lui est arrivé de m’enfermer durant trois ou quatre jours. J’ai eu beau prévenir la police, cela ne servait à rien », précise-t-elle. Si le malfrat a été arrêté, l’affaire a été abandonnée et celui-ci est revenu chez Jennifer pour la menacer avec un shotgun.

Une enquête reprend
Les autorités ont expliqué qu’il était impossible d’identifier les violeurs et que toute nouvelle preuve serait examinée. « Nous demandons à toute personne disposant d’une information à ce sujet de la rapporter auprès des autorités. Les victimes d’abus sexuels dans les années 80 à Telford ont demandé à ce que les termes de l’enquête soient changés et que celles-ci soient entendues dans le cadre de l’enquête. » Plus de trente ans plus tard, la police souhaite donc réparer les dommages causés sur ces nombreuses jeunes filles qui ont survécu à l’enfer.

Metronews

Via Fdesouche

2 commentaires

  1. Posté par miranda le

    On dirait que  » LA TRAITE DES BLANCHES  » a disparu du vocabulaire anglais . Alors que cette pratique remonte à la nuit des temps, des policiers et juges sont en manque de « culture historique sur l’exploitation du corps féminin à travers les âges.

    Mais il est vrai que l’on a constaté ces derniers temps, que « seule une belle religion d’amour, de tolérance, de paix et d’un immense respect de la femme, avait » heureusement » échappé à cette pratique à travers les âges.

    On s’est servi de l’exploitation de ces petites pour  » calmer ces racailles » sans but, sans objectifs et sans volonté et en faire des drogués du sexe. LA PAIX SOCIALE sur la mort à petit feu de ces pauvres gamines.

    Cette société est terriblement malsaine. Plus l’autre est cruel, plus cela la satisfait. Ces racailles
    d’ici ou d’ailleurs devraient être sur une île où rien ne leur serait offert. Ou tout serait obtenu grâce à leur effort.

    L’ITALIE a reconquis une île abandonnée qui a remis ces racailles sur le bon chemin. Cela leur a permis de se regarder dans le miroir. Et de découvrir qu’on obtient rien sans effort. ON DEVRAIT FAIRE CELA LE PLUS TOT POSSIBLE AVEC LES RACAILLES.

    Honteux journalistes, au service des médias pourris, qui ne font jamais l’effort de traiter ce sujet.

  2. Posté par maury le

    Bel exemple de lâcheté chez les anglais!! La police qui ne protège pas la population mais qui au contraire se rend complice de racaille venue d’ailleurs est une infamie ,une horreur indigne d’un pays civilisé . »ET AILLEURS????????

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.