Allemagne : un ancien général accuse Merkel de pratiquer une politique anti-allemande et rejoint l’AfD

"J'ai été horrifié que la politique allemande d'ouverture des frontières se poursuive si brutalement."

L'ancien général allemand Joachim Wundrak, trois étoiles, veut devenir maire de Hanovre pour l'AfD. Il accuse la chancelière allemande d'une politique "anti-allemande" visant à "dénationaliser" l'Allemagne.

Monsieur Wundrak, vous avez été membre de la CDU pendant six ans. Vous avez démissionné en 2014, pourquoi ?

J'ai déjà vu alors que la politique migratoire du gouvernement fédéral était complètement hors de contrôle et que la police fédérale était même empêchée de rétablir l'ordre.

Qu'avez-vous pensé quand la crise des réfugiés a éclaté un an plus tard ?

J'ai été horrifié que la politique allemande d'ouverture des frontières se poursuive aussi brutalement. Mais je n'ai pas rejoint l'AfD à l'époque. J'espérais que la dissolution des frontières n'était pas un calcul politique.

Vous sous-entendez donc une perte délibérée de contrôle de la part du gouvernement ?

Je n'irais pas aussi loin : Bien sûr qu'elle ne voulait pas perdre le contrôle. Mais elle l'a accepté avec sa politique. En 2017, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'elle ne voyait pas ce qu'elle aurait dû faire différemment. En d'autres termes, rétrospectivement, elle n'a rien compris. Quand j'ai entendu cela, j'ai décidé de rejoindre l'AfD. Mais j'y ai bien réfléchi. Parce que je savais qu'il y avait des risques. [...]

L'AfD n'est pas particulièrement populaire auprès du personnel de commandement de la Bundeswehr.

L'AfD suscite certainement des réactions négatives chez certains officiers. Mais la politique partisane n'est pas discutée pour des raisons de camaraderie, et je pense que c'est correct. Pendant longtemps, j'ai également été d'avis que les officiers ne devraient pas s'engager dans la politique partisane. Le fait que j'ai quand même rejoint la CDU en 2008 est dû au glissement à gauche en Allemagne et finalement à l'affaire Ypsilanti. J'avais le sentiment que je devais envoyer un signal clair.

Friedrich Merz, politicien de la CDU, a récemment déclaré dans une interview au journal "Bild" que son parti risque de perdre le soutien de la police et de l'armée. A-t-il raison ?

C'est certainement un problème pour la CDU/CSU. L'AfD est le seul parti qui soutient pleinement la Bundeswehr [NDLR : l'armée allemande]. Cependant, l'appui de l'AfD dans les milieux policiers est susceptible d'être encore plus important que parmi les soldats.

Pour quelle raison?

Parce que les camarades de la police constatent tous les jours dans la rue les dérives de la politique allemande. Ils se trouvent aux premiers rangs, au front.

"Lorsqu'on écoute les discours de l'AfD au Bundestag, je dois le dire : C'est du pur bon sens."

Hier, votre parti vous a désigné comme candidat aux élections municipales de Hanovre avec 98 % d'approbation. Dans votre discours, vous avez décrit la liberté, la raison et la responsabilité comme des termes clés de votre vie. L'AfD est-elle un parti raisonnable?

Oui. Mais savez-vous une certaine chose? Personne ne lit notre programme. Si vous le lisez, vous aurez une impression différente de ce parti. Le programme AfD d'aujourd'hui s'inscrit dans le droit fil du programme CDU de 2003 et j'ai même juxtaposé les deux programmes une fois. En écoutant les discours de l'AfD au Bundestag, je dois dire que c'est du pur bon sens.

[...]

Lors de votre première apparition, vous avez déclaré que "beaucoup de choses ont dû mal fonctionner quand une grande partie du spectre de la gauche, y compris la chancelière d'un parti autrefois plutôt conservateur, se positionne comme anti-allemand ". Qu'entendez-vous par "anti-allemand" ?

Je veux parler de la tendance de l'Allemagne à s'éloigner de plus en plus de l'État-nation. Madame Merkel a prêté serment sur l'Allemagne, mais elle a déjà du mal à parler d'un peuple allemand. Elle préfère parler de "population". Beaucoup de politiciens allemands ont du mal à s'engager pour leur propre nation. Même la protection de leurs propres frontières n'est plus un objectif prioritaire. L'Allemagne cède de plus en plus de souveraineté à l'UE, à la Banque centrale européenne et aux organisations supranationales. Je ne pense pas que ce soit juste. L'État-nation est la première forme d'organisation de l'Allemagne. Là où les structures deviennent trop grandes, un esprit antidémocratique émerge rapidement.

[...]

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Nzz.ch

 

Nos remerciements à Info

 

7 commentaires

  1. Posté par zlatan le

    Chassez le naturel, il revient au galop. Le temps de la vache folle est révolu.

  2. Posté par Gérard Guichard le

    Il ferait d’aller au Réformateurs libéraux-conservateurs (en allemand : Liberal-Konservative Reformer, LKR); ils font partie de l’alliance européenne où se trouve le PIS polonais. C’est AFD mais vraie extrême-droite et avec l’Eglise.

  3. Posté par Victor le

    C’est vrai que l’ouverture des frontières par Merkel a nécessité beaucoup de courage
    C’est vrai aussi que les dommages colateraux etaient previsibles
    Et c’est vrai également que la société a changé, il faut en tenir compte. Mais la raison principale est a chercher chez nous en Europe.
    Le sentiment de l’identité culturelle et nationale est en train de disparaître et c’est dommage.
    Mais ce n’est pas en occultant le réchauffement climatique et en fermant hermétiquement nos frontières que nous trouverons la solution.
    Restons realistes et imaginons un avenir pour nos nations en ne reniant pas nos fondements, mais en ayant le courage de nos responsabilités

  4. Posté par Bussy le

    Voilà le remplaçant idéal de la vache Folle !

  5. Posté par pepiou le

    Que du bon sens.

  6. Posté par Antoine le

    L’ancien général allemand Joachim Wundrak :
     »Là où les structures deviennent trop grandes, un esprit antidémocratique émerge rapidement. »
    C’est évident que la démocratie de nos pays est en voie d’effritement voir de disparition !
    La base même de la démocratie, le gouvernement par le peuple au travers de ses représentants élus démocratiquement est en passe de disparaître !
    Les DICTATURES futures sont en train de naître :
    – La dictature des Verts
    – La dictature du réchauffement climatique
    – La dictature des minorités
    – La dictatures des envahisseurs
    – La dictature de muzz
    – La dictature des journaleux
    – etc …
    Réveillons-nous et AGISSONS !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.