Pour 24 heures, il faut nommer plus de femmes fonctionnaires et accueillir plus de femmes migrantes

24 heures du 5 juillet accorde plusieurs pages aux injustices que les femmes subiraient encore dans le Canton de Vaud et en Suisse, et ceci malgré la grève historique du 14 juin :
Administration cantonale: Les cheffes de services restent rares à l’État ...
Ces pauvres victimes du patriarcat ne seraient pas assez nombreuses dans les administrations en tant que cheffes de service.

Nous nous interrogeons : à quand l’article qui dénoncera l’explosion du nombre des fonctionnaires, qui enfonce économiquement la classe moyenne et l’économie en général ? Qui publiera un bilan sur le présentéisme chronique à l’État de Vaud, sur la hiérarchisation à outrance sévissant un peu partout, avec des petits chefs, des sous-chefs et des grands chefs... la catégorie la plus chère et la moins productive ?
Mais comme le principal client de 24 heures est précisément l’État de Vaud, qui y abonne ses fonctionnaires, nous ne risquons pas de voir cela de sitôt dans les pages de ce journal.

La deuxième catégorie de personnes subissant des injustices selon 24 heures... c’est bien évidemment les femmes migrantes.

L’éditorial de Chloé Banerjee-Din, rubrique Vaud et Région (L’asile aussi a oublié les femmes), rappelle à ses lecteurs que « Ce triste constat  les touche aussi (les migrantes). Ô combien. »:

« En 2017, la Suisse a accordé sa protection à 545 femmes menacées parce qu’elles étaient femmes. On est loin de la déferlante. Sans doute parce qu’aujourd’hui encore la Suisse n’hésite pas à répondre à une victime de mariage forcé que le régime des mollahs peut certainement garantir ses droits.»
(Ndlr : pourquoi ces statistiques de 2017 ? Celles de 2018 seraient-elles pires ?)

Suit l’article sur les droits des femmes migrantes bafoués : l’histoire d’un couple de demandeurs d’asile d’Iran:

« Si nous retournons en Iran, elle sera attaquée par sa famille, c’est sûr à 100% ».

Résumé Cenator  : Mariam et Arash, un couple iranien dont la demande d’asile a été refusée par le SEM. Mariam et Arash ont une vingtaine d’années, ils vivent depuis trois ans en Suisse, ont suivi un cours de langue et « construisent leur avenir entre stages et apprentissages ». Mariam, appartenant à une minorité afghane en Iran (réfugiés), a été mariée de force à 16 ans à un homme déjà marié. Elle divorce puis fréquente Arash. Comme elle l’a fait sans autorisation, elle serait menacée d’être défigurée à l’acide par sa famille, qui envoie par ailleurs Arash à l’hôpital lors d’un passage à tabac. Les tourtereaux passent par la Turquie pour atterrir… en Suisse, pays où les prestations pour demandeurs d’asile sont les plus élevées. Ils ont traversé plusieurs États où ils auraient pu bâtir leur existence sans crainte, mais ils ont jeté leur dévolu sur notre pays de Cocagne.

Une association de bénévoles de la région de Lavaux a déjà récolté 800 signatures pour s’opposer à leur renvoi.

Est-ce que la journaliste et ses camarades, tous rompus à la cause de l’accueil des abuseurs de l’asile, pourraient entendre ce que pense la majorité silencieuse de ce genre d’histoire arracheuse de larmes? Une histoire redondante de plus, qui ignore les droits de la majorité au profit des minorités ?

Prenons un peu de recul.

En fait, la majorité des pays de la planète pratiquent les mariages forcés, soit grosso modo un quart de la population mondiale. Ainsi, à en croire les gauchistes comme Madame Chloé Banerjee-Din et ses camarades, des dizaines de millions de personnes sous pression familiale seraient théoriquement en droit de venir vivre en Suisse et d’y être entretenues.

Madame Chloé Banerjee-Din et son équipe savent pourtant que la Suisse est petite, surpeuplée et déjà menacée dans son existence même.

Et si la paix sociale se maintient tant bien que mal, cela est dû au fait que la gauche au pouvoir s’est octroyé le droit de piller la classe moyenne au profit de l’establishment et de ses protégés, les migrants arrivant par la voie de l'asile, qui ne fournissent souvent aucune autre contrepartie que de se tenir plus ou moins « peinards »… pour le moment.

Nos autorités savent également (contrairement à la population) que les réfugiés statutaires, dans leur immense majorité, ne sont pas capables de s’assumer financièrement avant de nombreuses années, voire ne le seront jamais. Elles savent également que les assurances sociales sont gravement menacées à cause de cela. Si l’on ne compte pas les réfugiés qui se recyclent dans l’asile business (traducteurs, animateurs de clubs pour réfugiés, ...), les réfugiés qui s’assument réellement sont de l’ordre de 1%.

La proportion des musulmans en Suisse, encore minime il y a 50 ans, a fortement augmenté depuis lors:

Nous savons également que chaque réfugié reconnu a droit au regroupement familial, si bien que le nombre des réfugiés peut souvent être multiplié par quatre lorsque l’on parle du droit d’asile. Il faut encore tenir compte de l’effet « pompe aspirante » dû au fait que les réfugiés « skypent » leurs compatriotes restés au pays. Ces derniers constatent ainsi que les Blancs les entretiennent dans l’aisance de A à Z.

La religion de la gauche – les Droits de l’Homme – aurait-elle oublié que chaque Suisse a le droit de se sentir chez lui, que chaque Suisse a le droit de préserver son héritage, son identité, sa patrie ? Est-ce que la religion des Droits de l’Homme comporte un article indiquant que vouloir effacer un peuple est autorisé ?

Madame Chloé Banerjee-Din et vos camarades, ouvrez les yeux si vous en êtes capables. Votre plaidoyer pour accueillir encore plus de migrant(e)s est une folie pour un pays comme la Suisse. Mesurez pour une fois le remplacement de population en cours et ses dérives, non pas à l’aune de cas à faire pleurer dans les chaumières, mais à travers les yeux de l’immense majorité silencieuse.

9 commentaires

  1. Posté par Pietro le

    @Cenator : Ai-je contesté que les effectifs de l’administration allaient croissant ? Non, relisez mon commentaire svp.
    Et désolé mais je ne « déverse pas mon fiel », j’apprécie votre site mais j’ai juste exprimé ma déception quant à certains aspects de cet article qui ne correspondent pas à la réalité que je connais de l’intérieur…

  2. Posté par aldo le

    @Pietro le 9 juillet 2019 à 12h54 Cette prose téléguidée sort du même pot que l’affreux Christian pour semer le discrédit arbitraire. Vous n’avez plus l’Hebdo pour pondre de telles salades de mauvaise foi, mais il vous reste encore quelque temps pour profiter du Le Temps. La guerre des petits chefs et des grands chefs est une permanence dans l’Etat, même et peut-être surtout avec les privilèges de certains franc-maçons d’opérette. Généralement ceux qui peuvent dire que l’Etat est mieux organisé peuvent aussi se plaindre qu’ils sont seuls à devoir supporter tout le boulot que les autres « tire-au-cul » ne font pas. Voilà comment certains se font piéger pour être les petits chefs, alors qu’il se se doivent de suppléer au dilettantisme de l’armée d’inutiles imposées par les partis politiques, généralement de gauche, ceux qui attendent un salaire sans travail, comme dans les pays voisins. Quand à la généralité que l’Etat abonnerait ses employés à 24heures c’est pas tous, mais partout où les partis dominant veulent pouvoir faire leur pub, donc chez les grands chefs, les bibliothèques et toutes les associations bidon subventionnées etc. Et parmi ces privilégiés, il y a naturellement le Courrier… qui traîne partout, même chez les assistants sociaux. La peste se doit d’intoxiquer tout le monde, ce qu’ils font encore avec nos impôts.

  3. Posté par Simplex le

    C’est pas nouveau que des fonctionnaires mâles et femelles se propulsent là où il faut pour abuser sexuellement des migrants et des migrantes en situation de dépendance. Les gouniottes associées sous l’imposture du mot féminisme, qui est déjà un tromperie de plus, ne font que de rééditer leur coup pour étoffer leurs carnets d’adresses. Ces obsédées font aussi partie de ceux qui ont participé à la diffusion du sida dont les coûts ont été imposés à la collectivité. LGBT c’est les partouzes, la drogue pour anihiler la résistance et les grandes baccanales. Le reste n’est qu’une occasion de plus pour faire croire que dans ces cloaques il y aurait de bonnes intentions. La seule qu’ils peuvent avoir c’est de pomper les finances publiques pour se payer des prostitué(e)s voilà ce dont sont capables ceux qui veulent nous gouverner et naturellement nous faire entrer dans l’Europe. Quand on donnera le droit de vote à Médor, vous aurez le signal que la zoophilie a été instituée comme une « obligation » politique, sauf pour les pervers qui y prendront leur pied à défaut d’autres choses.

  4. Posté par Dominique le

    Que des manipulations mensongères!
    La réalité est toute autre. L’Europe est le Continent du monde avec la plus forte densité de population. La Suisse est le pays européen avec la plus forte densité de population alors qu’elle a près de 50 montagnes de 4’000 mètres. Il y a en Suisse bien trop de fonctionnaires, bien trop de pollueurs et de pollueuses, bien trop de destructeurs et de destructrices de la nature et de la biodiversité et aussi bien trop d’immigrantes.

  5. Posté par Pietro le

    Très déçu de cet article, j’en viens du coup à douter aussi des autres articles des observateurs sur des sujets que je connais moins… Il est faux de dire que la structure hiérarchique à l’Etat est faite de pleins de « petits et de grands chefs », j’y travaille et je dois dire que c’est mieux organisé et plus efficace que dans la plupart des entreprises privées dans lesquelles j’ai travaillé (et pourtant j’ai travaillé autant dans des PME que dans de très grandes boîtes) !
    Quant au fait que l’Etat abonnerait ses employés au « 24 Heures » alors là je ne sais où vous êtes allé chercher ça mais c’est complètement faux…

  6. Posté par Antoine le

    Encore et toujours cette gôchiasse !
     »Et si la paix sociale se maintient tant bien que mal, cela est dû au fait que la gauche au pouvoir s’est octroyé le droit de piller la classe moyenne au profit de l’establishment et de ses protégés, les migrants .. »
    La classe moyenne est en train de disparaître; en Suisse on crée des PAUVRES; 8.2% de la population est considérée comme pauvre ! et le nombre augmente chaque année !
    https://www.rts.ch/info/suisse/10553322-la-pauvrete-gagne-du-terrain-en-suisse-et-touche-plus-de-8-de-la-population.html

  7. Posté par Bussy le

    Schlosser, Barras, Caporal, Merz, Courvoisier, Galliker, Maendly, Jotterand, Millioud-Henriques, Détraz, Kuenzy, Rime, Poget, Bailat, Botti, Sallin, Collet, Packiry, Ravussin, Boillat, Mendicino, Borloz, Di Matteo, Rieder, Bourgeois, Nicollier.
    Voilà la liste des journalistes qui apparaissent dans l’édition du 24h du 9 juillet sur le net : à part Packiry qui sauve de justesse l’honneur, pas de journalistes issus de la diversité, en tous cas pas de noir, pas de kosovar, pas de musulmane voilée…..
    La diversité, c’est pour les autres, n’est-pas !
    Ou à quoi est dû cet entre-soi monoculturel ?

  8. Posté par Jack Palance le

    Que ces saleté d’organe propagandiste disparaissent de la scène médiatique au plus vite !….ce qui va bien arrivé !… »ils » n’ont toujours pas compris l’exemple du Matin et de l’Hebdo !?.., les gens sont de moins en moins dupe et commencent (enfin) à se rendre compte des torchons nauséabond qu’ils lisent et d’autres devraient suivre comme l’Arcinfo par exemple ou le 15 juin, il y a eu 14 (QUATORZE) pages sur la grève des hystéro-fémino-lgbtiste !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.