LesObservateurs.ch ? Qui, quoi, comment, pourquoi, à quelle fin ? Et aussi la lutte contre les traîtres et les fascistes de gauche

Uli Windisch
Rédacteur en chef

LesObservateurs.ch : Qui, quoi, comment, pourquoi, à quelle fin ? Et la lutte contre les traîtres et les fascistes de gauche.

Réponses à quelques questions qui reviennent constamment à propos de notre site.

Les Observateurs.ch ne sont pas une énième revue politique ou littéraire faite par et pour les élites, réservée à un public restreint de spécialistes et à portée confidentielle.

Le pari était de faire un site largement accessible à des publics très divers avec un objectif tout aussi  clair : bien sûr lutter contre le bien-pensance, le politiquement correct et le gauchisme omniprésents et largement dominants dans les milieux politiques, culturels et les médias, ces derniers-les médias- relayant et privilégiant systématiquement les premiers et avec lesquels ces mêmes médias sont en osmose. D’où le fameux fossé entre la base de la population et les « zélites », largement bien-pensantes et n’hésitant même pas à ne plus tenir compte de la majorité de la population, si ce n’est pour la mépriser, voire pour en parler comme d’une « lèpre ». Mépris pour ceux qui pourtant ont construit nos pays ; et à aller jusqu’à parle du nécessaire  « sang neuf » des migrants, migrants qui n’ont dans leur quasi-totalité rien à voir avec des réfugiés ; mieux, qui n’ont pour beaucoup aucune qualification et dont un grand nombre sont tout simplement des criminels, à qui on a sans doute simplement ouvert les prisons, comme l’ont déjà fait nombre de dictateur; en sachant qu’avant de partir ont les a sans doute encore  entraîné à revendiquer tout ce qui leur plaît au nom du fait que leurs pays d’origine auraient été exploités, pillés, etc. par nos pays.

Nous lutterons de toutes nos forces pour que la Suisse ne continue pas à glisser davantage encore vers une Suisse socialiste, courant de plus en plus envahissant et dominant en matière politique et culturelle et qui réussit, à force de monopole et de propagande médiatique, à influencer les sensibilités collectives pourtant nullement acquises a priori à de telles tendances de fond, souvent implicites et non conscientes, mais très efficaces à la longue, même auprès de ceux qui s’en défendent !  C’est un phénomène à la fois d’influence profonde, parfois inconsciente, même niée, et d’aveuglement parmi les plus réussis dans nos sociétés à monopoles bien-pensants.

L’illustration concrète et quotidienne de l’orientation de gauche des médias et tout particulièrement de ceux du Service public, largement dominante, et excluant massivement et par tous les moyens possibles, les points de vue opposés, conservateur, traditionnel et patriotique ( même si par de rares concessions on cherche à faire croire le contraire) constitue un autre fil conducteur de notre site.  Par rapport à notre site , le boycott est évident , alors que nous participons nous aussi et de manière plus que marginale comme  animateur du débat public.

Les effets de cette réinformation se font paradoxalement davantage sentir dans d’autres pays que la Suisse, des pays où l’on assiste depuis peu à de véritables prises de pouvoir de ces visions du monde patriotiques, conservatrices, prônant des valeurs plus traditionnelles et naturelles.

Ce paradoxe devra être analysé plus précisément pour la Suisse puisqu’il empêche de  vrais changements politiques au niveau des différents pouvoirs. Il s’agit bel et bien d’une véritable perversion des fondements du système politique suisse, fondements parasités par les pouvoirs bien-pensants afin d’imposer cette fameuse dictature des minorités à l’ensemble de la population, toujours avec le relais pavlovien des médias de gauche encore plus bien-pensants.

Notre  système politique rend impossible un phénomène politique comme la victoire du président Trump et le changement total de société qui est en cours.

Il faut en prendre acte, en tirer les conséquences et chercher de nouveaux moyens pour combattre et vaincre ces monopoles multiples. Oui une quasi-dictature bien-pensante de type socialiste, omniprésente, s’est installée en Suisse, totalement contraire aux fondements démocratiques, pluralistes et prévus pour la participation de tous. Cela paraît exagéré, absurde, irréel, la preuve d’une folie, etc.,   ce que tout ce monde bien-pensant dira, toujours sur le mode du dénigrement et du mépris, alors qu’ils savent que c’est la vérité. La seule question : comment contrer encore plus efficacement et renverser ces différents pouvoirs monopolistiques,  illégitimes.

Nous lutterons dans toute la mesure de nos moyens contre des autorités prêtes à renoncer à la plupart  des fondements de notre système politique pour  accepter les conditions posées par exemple par  l’UE et se soumettre à cette dernière ; cela est en cours au moment même où l’autoritarisme et même le totalitarisme  de cette UE, sont maintenant activement contestées par plusieurs pays qui refusent avec fermeté et détermination la marche dans cette direction, tout en voulant néanmoins une autre Europe, comme nous aussi et depuis longtemps. Nous militons en effet depuis longtemps pour une Europe des patries, démocratique, participative et fédéraliste (au sens suisse du terme, à savoir décentralisée et non pas encore plus centralisée).

Le plus grave  en ce moment est le fait que les autorités  politiques et autres (toujours à l’exception de l’UDC dont nous ne sommes pas membres et regrettons qu’elle soit seule à vouloir défendre de manière inconditionnelle  le modèle politique suisse historique dans sa totalité (ce qui n’exclut pas bien sûr certaines adaptations nécessaires) commencent à ne plus respecter la démocratie directe, et donc la volonté du peuple, allant  jusqu’à ne plus appliquer les résultats des votations populaires qui vont dans un sens opposé à leurs souhaits et à celui de l’UE.

Il s’agit d’une véritable trahison et nous pensons que le terme de traîtres est parfaitement justifié pour désigner ce refus des autorités de continuer à défendre inconditionnellement les fondements les plus essentiels de la Suisse qui ont permis à notre pays de devenir ce qu’il est aujourd’hui, après des siècles et des siècles d’application de ses fondements.

Aux politiques, médias et journalistes qui qualifient les citoyens qui ont les mêmes exigences que nous  de passéistes, de réactionnaires, de nationalistes étriqués, de populistes, et surtout «d’extrême droite » (terme adoré surtout par les médias et la gauche, ce qui revient souvent au même) nous répondrons dorénavant en les qualifiant tout simplement de traîtres  à la patrie et de fascistes de gauche et cela systématiquement et constamment.

Car ces traîtres et ces fascistes de gauche savent parfaitement que les qualificatifs qu’ils utilisent pour nous désigner et tenter de nous discréditer sont démagogiques, totalement mensongers et ont pour seul but de nous discréditer auprès de la population, population qui les déteste aussi, et de nous faire taire. En utilisant des termes aussi graves nous nous mettons simplement au même niveau qu’eux et cela en tout cas jusqu’à ce qu’ils acceptent des débats de fond sur ces sujets plutôt que la minable invective gratuite, caricaturale, simpliste, mensongère, indigne d’une activité politique et médiatique réellement au service du pays, invective d’ailleurs inefficace et tout au plus susceptible de créer des tensions politiques de plus en plus grave dans la population, car cette dernière ne peut pas non plus accepter d’être ainsi traitée, stigmatisé, dénigrée, méprisée, voire « racisée », un autre terme favori de la pauvreté et fausseté révoltante de  leur langage, mais qui convient mieux pour eux-mêmes que pour les citoyens exemplaires qu’ils méprisent tout en les félicitant quand ils votent comme eux ! Minables, cessez votre comédie !

Retour à la spécificité médiatique de notre site LesObservateurs.ch.

Pour nous, lors de la création du site, il était  capital de ne pas devenir une publication confidentielle réservée à quelques initiés déjà convaincus. Sur ce point aussi il s’agit d’une réussite puisque, contrairement à des revues confidentielles et fières de l’être, nous touchons entre 10.000 et 20.000 visiteurs uniques par jour, après 6 ans de travail ininterrompu tout de même. Et chaque jour environ 60% sont des lecteurs différents.

Nous nous battons donc pour participer au sauvetage de la Suisse, modèle historique et de plus en plus envié, sauf par l’UE et nos soumis eurolâtres, et pour lutter contre ce monopole médiatique et journalistique de gauche insupportable, même dans le Service dit public, monopole totalement contradictoire avec un autre fondement essentiel du modèle suisse : le pluralisme, la liberté d’information et d’expression, le débat vraiment démocratique ; oui, même en Suisse on tente de plus en plus d’étouffer ces traits constitutifs politiques fondamentaux, tant désirés partout, et qui doivent continuer à nous caractériser. C’est l’étranglement délibéré de ces fondements qui est par exemple à la base du rejet de la « classe politique » et de la « haine des journalistes ».

Notre travail critique a aussi pour objectif de remédier à ces graves tendances dont les acteurs cités ci-dessus ne semblent pas vouloir prendre acte, et encore moins reconnaitre leur responsabilité dans leur engendrement.

Comme tous les aspects que nous traitons dépassent très largement la seule Suisse, nous espérions en plus une  audience internationale. Sans trop y croire. Mais comme les phénomènes insupportables et inacceptables contre lesquels nous luttons touchent en fait tous les pays, cette audience internationale s’est vite ajoutée à la nationale et cela au point de devenir plus importante que la nationale ! Totalement inattendue, c’est aussi le résultat d’années d’engagement total et de liens avec nombre d'autres sites de réinformation, francophones notamment.

                        Les attaques contre notre site : un exemple et un cas d’école

Plus notre audience et notre succès grandissent, plus les attaques sont violentes,  de type totalitaire même

L’exemple d’une « recherche universitaire » typique  du gauchisme marxisant des sciences dites « humaines » qui s’attaque avec virulence et fanatisme à notre site.

Ces chercheurs veulent nous envoyer dans l’enfer de la droite de la droite de la droite… Ils font  de la politique en prétendant faire de la science ! MDR.

Cela en dit une nouvelle fois long sur une partie des dites « sciences humaines ».

Un mot de plus tout de même mais pas 30 pages comme en compte leur texte, résultat de recherches de plusieurs chercheurs pendant de nombreux mois et aux frais et salaires généreux  de qui ?

J’ai pourtant déjà expliqué maintes fois que j’avais renoncé en grande partie à mes activités universitaires (pas totalement, car à ma grande surprise je suis toujours sollicité dans ces milieux, il est vrai surtout à l’étranger et je continue mes recherches ) car je ne pouvais plus admettre le dévoiement politique, médiatique et universitaire actuel en ces matières et voulais intervenir plus directement au niveau médiatique, public et politique, au moyen d’internet afin de contribuer aux changement intellectuels, politiques  et médiatiques en cours et qui me semblent absolument indispensables afin de pouvoir continuer à vivre dans nos sociétés qui étaient exemplaires et partout enviées, et aujourd’hui vilipendées, attaquées au point d’être fragilisées, menacées dans leur existence même,  et cela avec la complicité de multiples acteurs institutionnels de nos propres sociétés.

Voyons, un peu, un tout petit peu, ce qu’est cette « recherche » de la revue française marxiste Réseaux consacrée à notre site LesObservateurs.ch ?

Chercheurs marxistes ? Ce n’est pas seulement nous qui le disons. Même le Journal Le Temps, pas spécialement de droite a relevé cette omniprésence dans les universités, cette fois à propos de l’Université de Lausanne . « L’Université de Lausanne reste un foyer pour les marxistes », Le Temps, 5.5.2018.

Titre et auteurs de la recherche en question : Thomas Jammet et Diletta Guidi :«Observer les Observateurs, Du pluralisme médiatique au populisme anti-islam, analyse d’un site de « réinformation » suisse et de ses connexions », Revue Réseaux, vol 2, no 202-203, p.241-271. Le premier chercheur vient d’une université français, la seconde de celle de Fribourg.

Version en ligne : https://www.academia.edu/33601884/OBSERVER_LES_OBSERVATEURS_Du_pluralisme_m%C3%A9diatique_au_populisme_anti-islam_analyse_d_un_site_de_r%C3%A9information_suisse_et_de_ses_connexions

Rappelons que le langage est ici typique de certains travaux dits de sciences sociales, à savoir une terminologie  qu’il faut relire plusieurs fois pour tenter de comprendre, même par des personnes « proches du sérail ». Il s’agit en fait de s’entreparler comme dans une secte ; notre travail, par contre, vise et réussit à  toucher un vaste public toujours considéré par nous comme n’étant pas idiot, même si non initié au jargon de bien des sciences dites humaines.

Allez, 2-3 citations : … un docte professeur d’université considéré comme un spécialiste(c’est donc moi UW qui suis visé) :« cristallise les thématiques les plus en vogue dans ce qui est couramment qualifié de « réacosphère » ou de « faschosphère ».  Couramment qualifié ? Par qui ? C’est plus fort qu’eux, d’emblée il faut diaboliser.  Pour nous, en revanche, les antifascistes sont les nouveaux fascistes.

Ensuite ça bégaie :  : « En montrant comment ce site se rapproche de plus en plus nettement de la mouvance  de l’extrême droite… ». On y est de nouveau!

« La question onomastique demeure largement ouverte ». Alors là tout le monde saisit immédiatement.

Les socialistes seraient ma bête noire. Pour une fois c’est vrai mais plus compliqué : je ne veux pas d’une Suisse  au monopole sociétal et politico-médiatique socialiste, alors ça, NON, et je continuerai à me battre de toutes mes forces là-contre, tout en étant pour un vrai pluralisme.

LesObservateurs.ch « adopte progressivement une posture caractéristique du discours « néo-réactionnaire »…. Nous voilà redéfinis encore une fois sous un autre angle. En général dans la démarche scientifique on trouve des illustrations empiriques ; ici niet, juste des affirmations, des tentatives de noircir, pardon de brunir, ceux qui osent dire la réalité, toute la réalité, en fait ils procèdent par « stigmatisations », tant dénoncées par ailleurs.

Notre site illustre aussi « les porosités idéologiques »  en marche en Europe ». C’est pas beau ça ?

La meilleure : ces chercheurs-idéologues semblent regretter que contrairement à la France on ne puisse nous soumettre à une « instance de régulation ».

Chercheurs-idéologues, et en plus flics du NET et de la pensée? :

« Il profite par ailleurs de l’absence d’une loi sur les médias en Suisse, qui lui permet de revendiquer un traitement journalistique de l’actualité sans avoir à s’en justifier auprès d’une instance de régulation. En effet, si la notion de site de presse en ligne fait l’objet d’une définition juridique en France depuis la promulgation de la loi « Hadopi 1 » de 2009, il n’en existe pas d’équivalent en Suisse (Barrelet et Werly, 2011) », p11.de l’article de 30p. Ils oublient qu’il n’est pas nécessaire d’être journaliste pour écrire sur le NET et que nous voulons délibérément le moins possible de journalistes. Beaucoup de personnes sont plus cultivées que les journalistes et savent écrire en tout cas aussi bien qu’eux.

Là ça devient grave et tout cela au nom de la science. Ils rêvent donc que l’on nous interdise ?De nous soumettre à de nouveaux pouvoirs de censure? Voilà une vraie attitude de « chercheur ». Sciences sociales ou police de la pensée ?

Si ces allumés avaient les pleins pouvoirs ? Ils l’ont déjà massivement dans les Universités et viennent en Suisse car 4 à 5 fois mieux payés qu’en France, selon le grade universitaire atteint, pour ensuite encore tenter d'interdire la liberté locale!

A propos d’argent, ces chercheurs ne manquent pas de signaler que deux journalistes qui avaient participé au site lors de sa création et qui l’ont quitté. Oui c’est vrai mais ce qu’ils ne disent pas c’est que l’un d’eux est venu uniquement parce qu’il y avait de l’argent au début et qu’il espérait en retirer un vrai beau gros salaire de journaliste. Ce qui était totalement inconcevable. Quant à l’autre que je ne connaissais pas mais qui m’avait été recommandé comme étant "de droite", j’ai réalisé après peu de temps qu’il venait en Porche  aux réunions et qu’il me téléphonait depuis son bateau! Oui, il y a très peu de journalistes de droite et surtout convaincus et prêts à se battre. J’oubliais : je ne savais pas non plus qu’il avait été viré d’un quotidien établi.

Enfin, ces chercheurs-idéologues ont cherché et citent tous les aigris et frustrés, ayant créé des blogs que quasiment personne ne consulte, mais qui passent beaucoup de temps à s’acharner sur nous et à tenter de nous dénigrer, comme le font même des médias officiels nationaux et même internationaux et d’autres prétendus Centres de recherche sur les médias qui affirment, toujours sans preuves concrètes, que nous diffusons des « Fake news ». Jamais on nous donne des exemples concrets. Nous attendons toujours.

Jamais ils ne citent les innombrables messages positifs, laudatifs,  nous encourageant et nous suppliant de poursuivre un travail estimé indispensable au milieu du marais politico-médiatique bien-pensant.

Combien de fausses nouvelles sur les 57.000 article parus sur notre site? Certains scannent en permanence notre site depuis 2012 en espérant enfin trouver une fausse nouvelle.

Combien de vraies fausses nouvelles et de nouvelles tues ou biaisées idéologiquement chez les  médias dits de référence? Nous attendons toujours un tableau comparatif.

Ces accusations sur fond de marxisme nous rappellent une autre accusation mensongère, celle d’un  « spécialiste de l’extrême droite », un certain Hans Stutz :

«Ma préoccupation augmente concernant la présence d’extrémistes de droite, en particulier en Suisse romande, où la «fachosphère» est très active, du blog «Les Observateurs au PNS ».( https://lesobservateurs.ch/2017/01/20/un-specialiste-de-lextreme-droite-redoute-le-succes-des-observateurs-ch-sur-internet/)

Ce même spécialiste est aussi connu pour ses divagations concernant le drapeau suspendu dans le carnotzet de Oskar Freysinger.

Nous, ce que nous craignons, sérieusement cette fois, et sur des bases solides, c’est que les gauchistes et autres marxistes continuent à garder des pouvoirs aussi importants notamment parmi les journalistes, dans la recherche et l’édition, et en plus constamment et systématiquement soutenus et relayés par les médias. Voilà le vrai danger pour la démocratie, la liberté et le pluralisme.

Après des mois et des mois de recherche orientée par leur obsession idéologique, voilà donc quelques « résultats scientifiques » de leur travaux  et pour lesquels il a fallu demander main forte aux chercheurs français de la même obédience. On comprendra encore mieux notre choix de passer à un site d’information sur le NET quand on sait que ce genre de revues sont lues  par quelques dizaines d’autres chercheurs pensant comme eux. Le reste des lecteurs, un peu plus important, provient surtout des étudiants qui sont obligés de lire ce genre d’articles dans les séminaires et surtout pour les examens, situation où il ne sera pas question de contester la doxa gaucho-marxiste des maîtres penseurs. Je pourrais citer des noms…

Cela dit, si une telle « recherche scientifique » peut donner envie aux étudiants, une fois passés leurs examens, et aux autres lecteurs, d’aller voir ce qu’est réellement notre site tant mieux ; peut-être réaliseront-ils encore mieux la vision idéologiquement bornée et limitée de leurs enseignants ( les étudiants ne sont pas dupes mais donc contraints par la perspective des examens au cours desquels il faut savoir devenir, du moins pour quelques instants, de gentils perroquets).

Le leitmotiv de l’étude est donc comme  vous avez déjà pu le deviner, que notre site  véhicule des idées « proche de… » ? mais voyons de l’extrême droite. Bravo les artistes. En fait, artiste est un métier difficile. Mea culpa.

Tout ça pour ça !Je tiens tout de même à préciser qu’avant de créer LesObservateurs.ch j’ai écrit une vingtaine de livres de sciences sociales et politiques qui restent des références et dont une personnalité au-delà de la politique a écrit que je faisais "une sociologie sans idéologie".

Mais en voyant ce que sont devenues  une grande partie des «sciences humaines», on comprendra que si l’on veut impérativement agir sur la société, on ne peut se contenter de faire partie d’un groupement de personnes qui ressemble davantage à une secte autoréférente publiant des revues confidentielles sans aucun impact sur les très graves menaces qui pèsent sur nos sociétés actuelles, et pour qui l’essentiel de l’activité consiste à condamner, à dénigrer, à stigmatiser, à donner à haïr (oui il y a de cela chez ces marxistes coupés du réel et voulant interdire ceux qui pensent autrement),  plutôt  que de vouloir participer au débat public sur les problèmes les plus brûlants et à leur solution. On comprendra que l’exil hors de ces univers stériles devient une nécessité vitale ; la création de sites en ligne le permet largement, à condition évidemment de s’y engager totalement.

Une énième illustration de la rage accusatrice de ces marxistes allumés et en chambre :

« Si Internet a le mérite de donner une voix aux opinions écartées par les standards de l’information publique, il ouvre aussi la voie aux rumeurs et théories du complot les plus variées, que ce vocable de la réinformation légitime dramatiquement ».

Ce chapelet d’accusations complètement folles, délirantes et mensongères montre ce que peut devenir parfois la prétendue recherche en sciences humaines ayant attrapé la rage de l’idéologie gaucho-marxiste .

L’on sait à quelles catastrophes humaines de masse une telle  idéologie peut conduire lorsqu’elle est transposée en programme et activité politiques. Dans ce cas,  on ne se contente plus de vouloir interdire mais on passe à une autre étape dont les terrifiantes conséquence sont connues. Sans entrevoir le pire, il faut aussi rappeler à quel point ces idéologues  restent entre eux et ne tolèrent aucun chercheur qui aurait un regard critique à leur égard, aucun pluralisme. La menace serait trop forte, mortelle. Il en va de leur survie.

Mais ils ne doivent pas oublier que  les murs les plus hauts, même gardés par des miradors, finissent par tomber.

Nous préférons, comme patriotes non marxistes et partisans de la démocratie, du pluralisme et de la vraie liberté, travailler du dehors pour maintenir une société au système politique modèle, et en même temps lutter contre tous les autoritarismes, totalitarismes et tous les totalitaires, quel que soit le domaine dans lequel ils cherchent à sévir, contraindre, exclure et excommunier.

Espérons que nos lecteurs, car ce sont eux qui nous importent, comprennent encore mieux la raison de la création de notre site, sa nature profonde et nos objectifs.

Notre excursion vers cet article dit de recherche et qui a mobilisé un temps inouï et de multiples postes universitaires pour tenter un procès en excommunication, montre qu’aux attaques informatiques et à toutes les autres  tentatives de sabotage de notre site, s’ajoutent encore celles venant de certains chercheurs de sciences humaines, chercheurs qui ressemblent en fait plus à des antiquités idéologiques qui ont la chance de pouvoir compter sur les universités pour survivre. Même s’ils parlent très fort et violemment, ils sont cependant les moins menaçants ; ils comptent si peu, sont si peu nombreux, si peu lus et n’intéressent qu’eux-mêmes. De quoi en effet faire de grosses bouffées face à des audiences mensuelles de plusieurs centaines de milliers de lecteurs.

Sacrée aventure que LesObservateurs.ch ! Merci à nos contributeurs, commentateurs et lecteurs.

L’aventure continue sous le feu des critiques et des balles symboliques : certains individus répugnants disent même  qu’ils se réjouissent de chi… sur nos tombes et bien d’autres nous envahissent quotidiennement de leur haine idéologique. Il faudra sans doute publier quelques noms. C’est aussi cela la gauche, qui nous reproche d’être obsédés par le socialisme. Avons-nous tort d’insister?

« Les chiens aboient, la caravane passe… ». Oui mais là où ça se gâte c’est que maintenant des idéologues-chercheurs et des chercheurs-idéologues rêvent même de nous empêcher de passer.

N’est-ce pas cela le vrai danger : le totalitarisme en marche dans des domaines importants et  nouveaux ? Etendons donc le domaine de la lutte…elle devient vitale.

En fait, le grand nombre d’attaques, de tentatives de nous nuire et de nous détruire est flatteur et plutôt bon signe : nos attaquants deviennent sans doute d’autant plus violents qu’ils sentent que par notre travail ils sont, directement ou implicitement, profondément mis en cause et dévoilés dans  leur vraie nature, ce dont ils n’avaient pas l’habitude, étant persuadés de détenir, même illégitimement, une situation de monopole à perpète.

Après les murs ce sont des monopoles qui sont menacés, sauf celui de tous ces  Services dits publics aux membres toujours grassement payés par nous autres abusés, en tout cas pour ce qui est de la Suisse. Un comble tout de même.

Aux armes, symboliques, citoyens !

La lutte continue et doit s’intensifier… avec la participation active de tous ceux qui ne supportent plus les divagations et les monopoles  de tous ces fonctionnaires gauchos-marxistes de la pensée unique.

Uli Windisch, 15.8.2018

 

 

22 commentaires

  1. Posté par Elsaesser le

    Contre les traitres à la patrie et les fachos de gauche, il faut rendre coup pour coup. La raison du plus fort est toujours la meilleure, écrivait Jean de la Fontaine.
    Les plus forts, ce doit etre les Patriotes !
    Bravo pour votre article, monsieur Windisch.

  2. Posté par Diablotin le

    Bravo pour votre combat. A tous les lecteurs, pensez à diffuser le plus largement possible les articles par Whatsapp ou par SMS, c’est vite fait et ça contribue à ouvrir les yeux aux masses belantes. Les bolcheviques n’ont pas disparu avec Staline, ils sont plus puissants que jamais, les plus grands bolcheviques n’étaient pas Lénine ou Trotsky mais ceux qui ont financé la pseudo révolution populaire dite d’octobre! Ces familles sont toujours à l’oeuvre, elles placent leurs marionnettes politiques partout où elles le peuvent, jusqu’à la tête du Vatican. Elles détruisent les nations par la dette, l’immigration, le mariage pour tous, la théorie du genre, la promotion de l’homosexualité, l’avortement, le féminisme, la désinformation et la manipulation émotionnelle permanente. L’UE est leur création, ça n’est pas une union des peuples européens, mais la dictature d’une holigarchie sur les peuples européens. Ces canailles regicides ont détruit les royautés, non pas pour libérer les peuples mais pour prendre la place des rois. Leur arme principale, le mensonge!

  3. Posté par Merlin le

    Merci pour votre site. Après le 20 minutes qui m’écoeure, car entre des articles pondus par des journaleux qui doivent avoir 13 ans d’âge mentale (people ou sur le sexe) et les europhiles sans parler des faits divers dont on ne dit que la moitié des évènements (… La police recherche un individu avec des jeans bleus….), c’est un plaisir de vous lire.
    Pourquoi lire le 20 min me direz-vous,c’est simple: c’est le seul quotidien romand qui reste là, ou je vis à part un autre quotidien pas loin de la même idéologie mais moindre mais qui n’a que 3 articles (les bons jours) intéressants sur 20 pages env.
    Par contre, j’ai découvert des gens comme Lapin Taquin, des youtubeurs de « droite » aussi qui commencent à émerger. Alors pour l’autre bord, comme vous le dîtes tout ce qui n’est pas de gauche pro-migrants, pro-Europe et anti-capitaliste est facho.
    Pour moi, économiquement parlant, j’ai des penchants pour la gauche (parfois) socialement et niveau sécurité publique plus de droite. Et il faudrait pour cela deux types de presse écrite : des deux courants. Malheureusement, il faudra toujours se taper ces torchons gauchistes.
    Donc tenez bon et bonne continuation.

  4. Posté par Kilian le

    Bonjour ayant travaillé longtemps pour le cgfr pourriez vou effacer mon nom de famille du commentaries svp

  5. Posté par Liberte le

    Je fait constament de l’information envers des gens pour leur fait savoir qu’il existe les observateurs pour avoir une autre vu des choses.

  6. Posté par Bernard le

    Oui le site est très bien mais il faut trouver un moyen pour faire connaitre, Les Observateurs à un nombre croissant de citoyens .

  7. Posté par daniel gremaud le

    je vous lis aussi, bravo, luttons contre la désinform ation et l’angélisme des gauchos, daniel, genèv e

  8. Posté par dominique le

    J avais proposé voici quelques années déjà de créer une télévision de réinformation qui permettrait d’avoir encore un plus grand champ d’attention de la part du public, voire d’une association avec un canal déjà existant comme par exemple « TV LIBERTES », et je pense sincèrement que tout le fantastique travail effectué par monsieur Windisch et son équipe serait encore plus « visible » grâce à un tel medium. Aujourd’hui, il est primordial de continuer à faire connaître ce qu’il se passe réellement et ne pas continuer à écouter les monceaux de salades propagandistes déversés quotidiennement par les services officiels. J’ai même entendu hier à France Info, rubrique reprise et développée depuis par notre éminent quotidien °le Temps », un journaliste qui a trouvé un grand spécialiste ingénieur du béton et de la politique italienne qui, grâce aux questions particulièrement orientées du journaliste, a réussi le tour de force de trouver une responsabilité au mouvement « Cinq Etoiles, dans l’éfondrement du Pont Morandi de Genova…. C’est dire à quel point nos adversaires sont décidés à faire de la propagande leur arme principale… Donc continuons le combat, il en va de l’avenir de notre civilisation !

  9. Posté par Phil. le

    Continuez a combattre! Cela nous donne force et courage. Car il faut libérer l’europe du venin du marxisme!

  10. Posté par Marc le

    LesObservateurs.ch est devenu LE site (pour moi en tout cas) à regarder quotidiennement pour connaître les vérités et ne pas se prendre la tête avec les articles des journaux ou sites de merdias courant. MERCI à toute l’équipe pour votre travail ! J’ai déjà fais un don, j’en ferai encore dans le future avec grand plaisir vous en valez la peine.

  11. Posté par combattant le

    Monsieur Windisch vous êtes LE MAÎTRE !.Formidable commentaire,comme vous avez le talent de nous l’écrire. MERCI !

  12. Posté par Nicolas le

    Oui, c’est beau, c’est grand. Respect. Mais cela a un coût, qu’on se le dise!

  13. Posté par Bussy le

    @ Géreaumes
    Mais oui, bien sûr, comme ça, à travers leurs commentaires, les petits malins vont nous servir la même propagande que les journaux et TV nous servent…. bien essayé !
    Et selon moi, ça n’est pas tellement une lutte capitaliste contre anticapitaliste, mais plutôt démocratie contre charia….. ou pays où il fait bon vivre contre shitholes islamistes et tribaux..

  14. Posté par Géreaumes le

    Petit conseil: si vous vous opposez à la gauche (anticapitaliste, contre la liberté d’expression et dictatoriale), faites la promotion du capitalisme et acceptez la contradiction en ne censurant pas les commentaire vous critiquant.

  15. Posté par Maurice le

    Un immense merci à vous, Uli Windisch, pour votre honnêteté intellectuelle, votre pertinence dans les propos et votre modestie !
    Votre site, c’est le bol d’oxygène indispensable lorsqu’on nous noie sous une information uniforme inspirée uniquement par l’idéologie de la gauche et de l’extrême-gauche. Les médias considérés comme « officiels » sont tous tournés à gauche et, en martelant toujours les mêmes formules, toujours la même vision d’une société prétendument égalitariste au point de renier les siens, cherchent par leur argumentation à modifier nos façons de penser. Alors, heureusement que vous êtes là, car devant les événements, sans vous, on se sentirait bien seul à les analyser et à les interpréter comme ils se présentent, et non à travers une manipulation destinée à orienter nos réflexions jusqu’à ne plus en avoir.

  16. Posté par Bussy le

    Grâce à des sites de réinformation comme les Observateurs, à quelques politiciens ou élites courageux, surtout d’autres pays, qui prennent les choses en mains, il commence à y avoir un réveil et donc de l’espoir !
    Comment faire pour que de plus en plus de gens consultent ces sites ?
    Et ça sera vraiment un beau spectacle quand tous ces idéologues, bien-pensants ou obéissants à leur maître tourneront leur veste !
    L’histoire est un éternel recommencement, au cours d’une période pas si lointaine, les rangs des résistants ont gonflé démesurément les derniers jours du conflit…..

  17. Posté par Hadrien le

    LA question est : Comment un monopole gauchiste absolu a-t-il pu s’implanter dans les médias (d’Etat en particulier) ainsi que dans les universités (toutes d’Etat) ? Alors que la gauche est minoritaire dans la population. Comment expliquer ce fait ? Il y a bien une (des) raison (s) ! Je serais très intéressé de savoir comment M. Windisch explique cela !

  18. Posté par Kilian Fatton le

    Merci, pour votre Flux d informations quotidien. C est un plaisir de lire des articles non conformistes. Le travail de désinformation de la rts et consort est innexcusable. Depuis le refus de donner la nationalité des auteurs, l omission de publier certain sujet sensible et l’harmonisation de tous discour, ça pue la manipulation et la fumisterie. Comment est il possible d’avoir un véritable débat s’il n’y a pas d opposition. Chaque quotidien touchant la redevance devrait employer au minimum un journaliste d autre idéologie, pour pousser les gens à la réflexion et non les gaver de prévenance et gentillesse, après leurs lobotomies quotidienne à coup de candy crush et autres apps..
    Merci encore!
    Un expat dégouté.

  19. Posté par Baron d'Bobard le

    Le système médiatique subventionné a l’impression d’avoir perdu du pouvoir depuis le Brexit, l’élection de D. Trump, le nouveau gouvernement italien, Orban, la crise migratoire, les attentats, etc.
    Plutôt que de se remettre en cause, il s’en prend logiquement aux réseaux sociaux et aux sites alternatifs.
    Dans un retournement de logique abject il accuse ces médias nouveaux d’être dangereux pour la démocratie.
    C’est pourtant à travers ces nouveaux modes de diffusion de l’information que le public peut avoir accès à un contenu brut et ainsi se forger une opinion sans l’intermédiaire des juges de la pensée politiquement correcte.
    Une banale question de pouvoir en somme.

  20. Posté par Alain le

    Continuez ainsi M. Windisch !
    Pratquement plus besoin de 24 H, le Matin Dimanche, 20 Minutes et surtout la RTS !
    Longue vie aux Observateurs !

  21. Posté par petitjean le

    Bravo !!
    merci pour votre combat que je soutiens à 200% !!!!
    vous participez avec talent à l’information, à la ré information
    nous avons tous le devoir de vous faire connaitre au plus grand nombre
    puisse ce combat participer à la re éducation des masses ignares et mener au succès de nos idées…………….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.