RTS/TJ 19h30 du 20 mai 2018 : « Childish Gambino fait trembler l’Amérique ! »

Le service public suisse dépense argent et temps, sans compter, pour son public… pour lui offrir quotidiennement des « minutes de haine » contre tout ce qui s’oppose à la gauche. Voici cette fois l’utilisation d’un rappeur, Donald Glover, alias Childish Gambino, dont le clip « This is America » est censé décrier les Etats-Unis de Trump, forcément racistes, où des Noirs innocents sont emprisonnés et massacrés par des Blancs.

Hollywood fabrique les stars qu’il faut vénérer

Donald Glover est un enfant chéri de Hollywood, un pur produit de l’industrie du divertissement américaine, qui est totalement acquise aux idéologies de gauche. Son travail de diplôme en dramaturgie dénonçait déjà le racisme contre les Noirs. Donald Glover est le réalisateur, le scénariste et l’acteur principal d’une série américaine, « Atlanta » (3e saison en cours), ayant comme sujet le racisme anti-noirs. Il est largement applaudi par l’industrie du divertissement (Golden Globes, etc.). Devenu riche à millions, il continue de dénoncer le racisme et le mirage du rêve américain... Lors de la cérémonie de remise des prix, il a dit que Trump a rendu les Noirs plus opprimés et il a été ovationné pour cela par l’establishment de gauche.
Puis en 2018, c’est la consécration, Donald Glover joue un rôle important dans le prochain film de Star Wars, « Solo », qui sort le 25 mai en Suisse.

C’est donc en pleine promotion de « Star Wars: Solo » que Donald Glover a sorti ce clip au succès foudroyant, « This is America », qui devient, comme par magie, le phénomène numéro un, visionné 1,2 millions de fois sur Youtube en l’espace de eux semaines. La RTS chante ses louanges : clip « subversif », « envoûtant », « hypnotisant »,  qui traite du racisme anti-noirs, et du problème de la violence par armes à feu, de la violence policière...
Partout, les médias de gauche occidentaux se livrent à une analyse approfondie du symbolisme de ce navet déplorable, et la RTS suit le mouvement.

 

Ainsi, au TJ du 20 mai 2018 (voir plus loin), Jennifer Covo nous livre l’analyse sociologique de trois journalistes, Chloé Steulet, Jan Slettenhaar et Ronald Castellino, ayant étudié ce clip en profondeur.

Nous constatons donc que ce sujet d’une importance capitale (?), dédié à la culpabilisation des Blancs, peut occuper trois journalistes, et est diffusé un dimanche soir, à l’heure de la plus grande écoute sur la RTS, alors qu’il y a tant d’autres sujets dont il faudrait informer la population suisse.

A la suite de la votation sur No Billag, la RTS fait des économies et manifestement il ne reste plus d’argent pour parler des femmes massacrées ou violées par des migrants en Europe occidentale, il ne reste plus une minute pour évoquer la criminalité des Noirs envers les Blancs ou pour aborder le racisme anti-blanc ou les massacres quotidiens perpétrés par des musulmans depuis le début du ramadan.

Chaque jour, la RTS a ses minutes de dénigrement du peuple suisse, jamais à la hauteur, dénigrement associé au déni absolu des problèmes insolubles que le multiculturalisme a amenés et va encore amener à notre pays.

 

De son côté, l’émission Vertigo, sur RSR 1, explique : si Childish Gambino est torse nu dans ce clip, c’est pour nous rappeler le sort des esclaves noirs qui travaillaient dans les champs de coton ; le pantalon gris qu’il porte fait référence à l’armée sudiste ; son collier fait référence à un héros nigérian Fela Kuti, militant droits de l’hommiste, torturé pour ses opinions (note : Fela Kuti était un saxophoniste polygame, adepte du vaudou, mort du HIV). Ce clip est subversif car il crie, à coup de contrastes, que l’Amérique de Trump est « bien maquillée mais pas douchée depuis longtemps […] où les armes sont bichonnées mais les corps malmenés »,

Dès le 15 mai, l’émission Musiques avait aussi publié son analyse : « sombre miroir de la société américaine ».

 

Comme nous pouvions nous y attendre, le 19h30 présente le clip de Childish Gambino d’une manière outrancièrement mensongère

Partout en Occident, la criminalité des Noirs est largement supérieure à celle des Blancs. Toutes les no-go zones, où la criminalité impose sa loi, sont tenues par des non-Blancs. La criminalité, aussi bien à l’encontre des non-Blancs que des Blancs, est très majoritairement l’œuvre de non-Blancs, aussi bien en Europe qu’aux USA. 
Invoquer le racisme ou des raisons économiques pour expliquer le règne de barbares, c’est une stratégie mensongère que la gauche nous ressert à chaque occasion. Avouer la réalité, ce serait admettre que partout le multiculturalisme a échoué. Aux Etats-Unis, malgré les mesures punissant toute ségrégation raciale et la mise en œuvre de mesures « de discrimination positive », le problème avec les Noirs persiste, après de nombreuses générations.

En Suisse, notre establishment se gargarise continuellement de sa tradition humanitaire, il « africanise » notre pays en forçant la population à accueillir massivement des Africains et à les entretenir, mais il reste muet concernant le sort des Blancs d’Afrique du Sud, alors que l’Australie leur offre spontanément l’asile.

En même temps, la RTS refuse ostensiblement d’aborder le racisme anti-blancs, ses journalistes n’arrivent même pas à concevoir qu’ils puissent être les principaux responsables du chaos à venir. Que ce sont eux qui ont généré, via une désinformation systématique, des générations de moutons aux cerveaux lavés et endoctrinés.

 

**************

RTS/TJ 19h30 20 mai

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/this-is-america--le-clip-coup-de-poing-du-childish-gambino-depasse-les-150-millions-de-vue-sur-internet?id=9583798

ou https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/19h30?id=9583786 (depuis 9:30)

Jennifer Covo explique que les Etats-Unis viennent de subir la 22ème fusillade depuis le début de l’année. Les actes de violence avec armes à feu se suivent et se répètent. Childish Gambino les dénonce dans son clip, un clip QUI FAIT TREMBLER L’AMERIQUE et qui crée un buzz mondial. A ce jour [20 mai], il a été vu plus de 150 millions de fois en deux semaines. Childish Gambino fait rimer rap et critique des Etats-Unis d’un autre Donald, en faisant référence au symbole de la ségrégation raciale Jim Crow et à la violence que l’Amérique semble taire, cacher (symbolisée par les affrontements qui se déroulent en arrière-plan). Il rappelle la tuerie de 2015 perpétrée par un suprémaciste blanc, qui a tué sans état d’âme. Comment ne pas y voir, là encore, une critique du système judiciaire américain où la moitié des personnes emprisonnées à tort sont des Noirs (11:32).

*************

A l’écran, la RTS fait à ce moment un focus sur le fait que 47% des personnes emprisonnées à tort sont des Noirs.

Mais comme les Noirs représentent plus de 50% des occupants des prisons, cela signifie que, proportionnellement, ils sont moins souvent emprisonnés à tort que les non-Noirs. Bref, la « discrimination » est en réalité en faveur des Noirs… L’aveuglement, le parti-pris, de la RTS est total. Il ne faut décidément pas demander à ces journaleux d’être intelligents… et encore moins honnêtes.

Lorsque Jennifer Covo omet de rappeler que la criminalité des Noirs à l’encontre des Blancs est 25 fois supérieure à celle des Blancs contre des Noirs, elle nous désinforme sciemment. La RTS devrait prendre connaissance des analyses suivantes avant de diffuser les informations mensongères :

Taux moyen d’incarcération, par race et ethnicité, par 100'000 habitants.

Bureau of Justice Statistics

Source : http://www.businessinsider.fr/us/study-finds-huge-racial-disparity-in-americas-prisons-2016-6

**************

Voici une analyse basée sur les faits et les statistiques réelles, par P-J. Watson

The Truth About 'This is America'

(1:05) P. J. Watson rappelle que la plupart des meurtres de Noirs sont commis par d’autres Noirs ; et que les Noirs tuent plus de Blancs que l’inverse, bien que les Blancs soient nettement plus nombreux.

D’après le National Victimization Survey, en 2010, 62'593 Noirs ont été victimes de la violence de Blancs. La même année, 320'082 Blancs ont été victimes de la violence de Noirs. Cela fait 5 fois plus d’agressions violentes.

Encore ces chiffres sont-ils trompeurs, car les populations noire et blanche ne sont pas de la même taille. Si 38 millions d’Américains noirs commettent 5 fois plus de crimes contre 197 millions de Blancs qu’ils n’en subissent de leur part, cela montre que des auteurs noirs agressent avec violence des victimes blanches 25 fois plus souvent que l’inverse.

Et si l’on parle d’un type spécifique de crimes violents, l’« agression aggravée », le nombre de crimes de Noirs contre des Blancs est 200 fois plus élevé que celui des crimes de Blancs contre des Noirs.

(2:14) P. J. Watson demande également de quoi parlent les journalistes de gauche qui font une analyse sociologique de ce clip. Selon leur lecture, Childish Gambino dénonce l’industrie du divertissement, qui détourne l’attention de la population des enjeux sociétaux que sont la justice sociale, le racisme, et la politique identitaire. [Ce sont les analystes dont les journalistes de la RTS se sont probablement inspirés.] En réalité, l’industrie du divertissement est totalement dévouée à l’idéologie des gauchistes : l’égalitarisme (social justice), l’antiracisme, le militantisme pour la diversité (identity politics) font leur fonds de commerce. Même le sport est affecté : l’hymne national est saboté par des joueurs-stars ; les festivals, comme les Oscars, sont entièrement dédiés au militantisme, il n’y a plus un talk-show, plus un hymne national après un match de National League ou un discours de lauréat discours sans qu’on soit bombardé de ces problèmes de diversité et de racisme. Le clip de Gambino lui-même fait partie de l’industrie du divertissement et c’est une nouvelle occasion de nous bassiner sans fin de ces thèmes. L’Amérique majoritaire ne détourne pas l’attention de ces thèmes : elle les amplifie à chaque occasion.

(3:12) P. J. Watson explique que la danse que le clip présente pour illustrer l’oppression des Noirs, c’est la danse « Gwara Gwara » de l’Afrique du Sud – allusion à l’apartheid – cela dans un contexte où les Blancs sont massacrés en masse, depuis des années, en Afrique du Sud, par des Noirs gorgés de haine raciste. [En Suisse, comme partout, la gauche impose son idéologie et fait tout pour transformer aussi nos pays en Afrique du Sud.]

(3:48) Une des séquences dénoncerait le fait que les Républicains seraient plus attentifs aux armes à feu qu’aux vies humaines. C’est oublier que l’usage défensif d’armes à feu par les victimes et plus efficace pour leur protection que tout autre moyen (statistique officielle) Une autre statistique montre qu’entre 1993 et 2011, l’augmentation des ventes d’armes à feu (30%) s’est accompagnée d’une chute des attaques (non mortelles) par armes à feu (près de 70%).

(4:25) Le clip fait référence à la ségrégation et à l’esclavage des Noirs. P.-J. Watson souligne qu’après des siècles, les Noirs des Etats-Unis continuent à parler obsessivement de l’esclavage, alors qu’aujourd’hui ce sont des citoyens sur-privilégiés. L’esclavage a touché toutes les races et a été horrible pour tous, mais personne ne l’utilise pour ses revendications, hormis les Noirs. La gauche maintient les Noirs dans une mentalité de victimes perpétuelles afin d’obtenir leurs voix lors des élections. Les Etats-Unis sont si corrompus, si racistes, qu’ils permettent à un Noir comme Glover de se hisser aux sommets de l’industrie du divertissement à la fois comme acteur et comme rappeur, d’être à la une des talk shows sur les chaînes TV en vue, et tout cela lui ramène les dizaines de millions de dollars au passage. Ces Etats-Unis si racistes qu’ils ont offert des opportunités à des dizaines de millions d’immigrants au cours de leur histoire. En 10 jours, 120 millions ont marché dans l’engouement pour ce clip de la pop culture.

(6:53) En conclusion, P. J. Watson ajoute que nous devrions créer notre propre culture, basée sur de vraies valeurs. Si les jeunes adhèrent au narratif des gauchistes ou de Black Lives Matter, ce n’est pas parce qu’il et vrai, ce n’est pas parce qu’ils réfléchissent : c’est parce que c’est le seul qui soit socialement acceptable et cool et qu’il flatte leur narcissisme. Nous devons faire en sorte que cette sous-culture cesse d’être cool, que l’égalitarisme culturel soit tout ce qu’il y a de plus embarrassant. Nous devrions créer un environnement où les artistes puissent exprimer la vraie diversité des opinions sans ruiner leur carrière, un retour à la beauté, à l’authenticité, à la fierté d’être Occidentaux.

 

Dans une autre vidéo (YouTube Is Now Censoring Criticism Of Childish Gambino’s ‘This Is America’ Music Video), Paul Joseph Watson revient sur le fait que YouTube a temporairement censuré (accès et partage limités) sa vidéo où il critiquait le message de Childish Gambino.

Ce qui le dérange n’est pas tant la censure que l’incohérence de celle-ci : la vidéo violente de Childish Gambino est encensée et promue, tandis qu’une vidéo qui exprime une opinion (tout en prenant soin de couper les scènes de violence de la vidéo) a été censurée !

*************

Pour les masochistes, voici les paroles de « This is America », en anglais et en français :

https://paroles2chansons.lemonde.fr/paroles-childish-gambino/paroles-this-is-america.html

*************

Cenator, 24 mai 2018

3 commentaires

  1. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Les suisses ont demandé par leurs votes d’être gouvernés par la gauchiasse, et que le lavage de cervelle abrutissant de la RTS continue – et ceci malgré les examples criants et inéquivoques des tous les autres pays européens à commencer par la France. Ils acceptent sans broncher la présence au CF de petits politiciens minables et écervelés, grands traîtres à la nation, les marionnettes de tous ceux qui veulent bien se servir d’eux, qui œuvrent tous les jours qu’Allah fait à la destruction de notre pays et de ses atouts centenaires et uniques.
    En toute évidence les suisses sont bien décidés de se suicider, et malheureusement, face à une telle détermination, personne ne pourra les en empêcher.
    Ma question est seulement – si on en arrive à vouloir à ce point se suicider- pourquoi vouloir s’infliger, à soi-même et à ses enfants, la mort la plus lente, la plus douloureuse, la plus cruelle et la plus injuste qu’on puisse imaginer? Et pourquoi s’infliger en plus une mort morale et psychique, l’anéantissement de l’âme et de l’esprit, en plus du suicide physique? Franchement cela me dépasse…

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Les suisses ont demandé par leurs votes d’être gouvernés par la gauchiasse, et que le lavage de cervelle abrutissant de la RTS continue – et ceci malgré les examples criants et inéquivoques qu’on voit dans tous les autres pays européens à commencer par la France.
    En toute évidence ils sont bien décidé de se suicider, et malheureusement, face à une telle détermination, personne ne pourra les en empêcher.
    Ma question est seulement – si on en arrive aussi loin qu’à vouloir à ce point se suicider- pourquoi vouloir s’infliger la mort la plus lente, douloureuse, cruelle et injuste qu’on puisse imaginer? pourquoi s’infliger une mort morale et psychologique, l’anéantissement de l’âme et de l’esprit, en plus du suicide physique? Franchement cela me dépasse…

  3. Posté par Hervé le

    Cette fois c’est la bonne! C’est la révolution qui va durer au moins… 30 secondes! C’est un message politique qui va provoquer autant d’ondes que celui d’Eminem ou la NFL. La gauche, les seuls qui en ont quelque chose à cirer, va en parler jusqu’à en donner la nausée et comme ils ne font se de se répéter (émotionnellement, sans aucun fond) tout le monde va vite se lasser. Plouf…
    Les USA c’est quand même autre chose, le seul pays où des multi-millionnaires noirs peuvent insulter le petit peuple qui doit se la fermer s’il ne veut pas subir des représailles. Le seul pays où un noir peut entrer dans un starbucks et réclamer un café gratuit en les accusant de racisme. Le privilège d’être noir, bien loin les temps où Luther King demandait à être jugé sur son caractère et non sur sa couleur de peu.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.