Loteries: Rien ne va plus

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

Le peuple suisse aura bientôt à se prononcer sur la nouvelle Loi sur les Jeux d'Argent. Si le Oui l'emporte, l'État tentera maladroitement de faire perdurer le système actuel dans les eaux troubles du XXIe siècle. Les sites étrangers de jeu de hasard en ligne seront interdits d'accès à l'internaute helvétique. Les organismes semi-publics de loterie actuels continueront d'arroser de subventions diverses activités culturelles pour justifier les grasses marges opérées dans les mises des joueurs, et l'argent encaissé au passage par les gardiens du temple.

Et si le Non l'emporte? Bizarrement, cela reviendra à peu près au même. Les monopoles d'État disparaîtront, grignotés par le choix et les modalités que proposent des acteurs alternatifs. Le rythme sera juste plus rapide.

La Loi sur les Jeux d'Argent semble donc un de ces compromis perdant-perdant dont la Suisse a le secret. Franchement, espérer que des mastodontes comme la Loterie Romande perdurent sans rien changer à travers les prochaines décennies tient de l'absurde, nouvelle loi ou pas. N'enterrons personne trop vite, mais soyons réalistes: son avenir tient bien plus à ses futures stratégies commerciales et à son efficience, qu'à une loi taillée sur mesure pour étrangler la concurrence.

La question qui se pose est finalement celle-ci: Le marché du jeu évoluera-t-il dans la liberté de choix du consommateur, ou dans la contrainte des interdits?

prise de position,votations du 10 juin 2018,loterie,libéralisme
Bobo urbaine, brandis ton smartphone: tu es une rebelle du nouveau millénaire.

La future Loi sur les Jeux d'Argent penche clairement pour la seconde option. Concoctée par les élites politiques de Berne, elle est comme à son habitude enrobée de sucre et de douceurs: on luttera davantage contre la dépendance au jeu, on préservera les rentrées de l'État tout en défiscalisation des gains de moins d'un million de francs. Une merveille, vous dis-je, et tant pis si au chapitre des moins bien on doit se livrer à quelques petits coups de canif dans les libertés des uns et des autres, comme la censure des sites internet de pari en ligne à l'étranger.

prise de position,votations du 10 juin 2018,loterie,libéralisme
100% des perdants ont tenté leur chance.

Dans le camp du Non, on avance en ordre dispersé. Les Jeunes Verts, le Parti pirates et d'autres formations mettent principalement la censure d'Internet en avant contre la loi ; bien que cette approche soit déjà technologiquement dépassée (il suffit d'un smartphone pour contourner les limites...) elle crée malgré tout un dangereux précédent puisque la porte serait ensuite ouverte pour interdire tout un tas d'autres sites, pour tout un tas d'excellentes raisons. Il est assez étonnant de retrouver sur le créneau de la liberté d'expression des Verts d'habitude adeptes de la censure la plus violente et de la mise au pilori de toute opinion contraire, mais pour une fois que cela arrive, ne boudons pas notre plaisir.

Du côté du PLR - et malheureusement de l'UDC - on est plus ambigus, plus gênés. Les lignes de fracture passent au milieu des délégués de chaque parti. Il suffit de lire l'échange hallucinant entre Philippe Nantermod, vice-président du PLR et opposant à la nouvelle loi, et Philippe Bauer, Conseiller national PLR lui aussi, pour s'en convaincre: le PLR est tellement schizophrénique qu'il peut jouer à la fois dans la majorité et l'opposition.

prise de position,votations du 10 juin 2018,loterie,libéralisme
Non au daltonisme.

Quand on entend un PLR expliquer que la nouvelle loi entraîne un "manque à gagner" pour la collectivité, on se demande si on a bien compris la couleur politique de l'olibrius. Mais celui-ci récidive immédiatement en lâchant de beaux morceaux de bravoure:

"Si vous gagnez de l'argent en travaillant, vous payez l'impôt. C'est assez invraisemblable que lorsque vous gagnez de l'argent en jouant à la loterie, vous n'en payiez pas." -- Philippe Nantermod, théoriquement vice-président du PLR

On ne paye pas d'impôts non plus en donnant de l'argent de poche à son fils, M. Nantermod, ni en faisant des plus-values en capital, ni en travaillant soi-même dans son jardin au lieu d'un jardinier (peut-être un modèle de taxe sur le jardinage à mettre en place sur le modèle de celle sur la valeur locative?) Bref, il y a beaucoup à faire fiscalement quand on est un PLR avec un tel état d'esprit. Au moins cette campagne aura permis de révéler quelques vraies couleurs.

Clairement, on peut aussi être contre la loi pour de mauvaises raisons. Espérons que le reste du comité - comprenant essentiellement des jeunes de divers partis, PLR, UDC, PBD et Verts-Libéraux - relève un peu le niveau.

Pour ma part, vous l'aurez compris, je suis contre cette loi ; elle infantilise le public, instaure le protectionnisme économique et la censure, et fait tout pour perpétuer les vieux monopoles historiques épuisés, en foulant au pied quelques libertés fondamentales. Il me semble que c'est bien suffisant pour glisser un Non dans l'urne.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 22 mai 2018

4 commentaires

  1. Posté par aldo le

    ICI IL MANQUE LE PRINCIPAL! CETTE LOI INAUGURERA UN PRECEDENT DE LA CENSURE SUR INTERNET.
    Il s’agira d’un précédent juridique qui va booster toute la fiente totalitaires des socialo-islamo-bolchévo-fascites à revendiquer mêmes la disparition de lesobservateurs.ch.

    Comme toujours les apparences sont gravement trompeuses. Les bonnes consciences agitent leurs arguments fétiches, mais la réalité est nettement vers plus totalitarisme et d’interventionnisme exactement comme les habituelles rengaines pour désarmer les citoyens.

  2. Posté par Gérald le

    Pourquoi se faire du soucis, que le résultat des votes soit oui ou non nos autorités vont de toute façon faire ce qui les arrange. Ceux qui croient que la Suisse est encore une démocratie sont bien naïfs. Voir les votations d’ un certain février, le renvoi des criminels étrangers etc… qui ne sont pas respectées, sans parler des mensonges du style Schengen.

  3. Posté par aldo le

    Avec les loteries, les casinos etc on sait qui sont les tireurs de ficelles. Les même qui ont trucidé l’initiative NO-BILLAG toujours à coup de millions tirés de nos poches. C’est le même trucage « démocratique »: les opposants paient pour la propagande des ennemis en plus pour payer pour se défendre du totalitarisme. Donc on sait exactement ce qui va se passer.

    Ces crypto-communistes sont à la tête des loteries etc.. Tout ce qui racket la population par des prises de bénéfice indues. Tout est pipé puisque les victimes des jeux de hasard, pas trop hasardeux puisque pipés, ne font qu’engendrer un système en circuit fermé pour faire taire les opposants à la politique totalitaire menée par l’Etat voyou des socialo-crypto-communistes, une véritable mafia. Et toute cette dépendance à la distribution de fric, comme avec Billag, est constituée par des associations, des ONG, des religions etc. bref, tout ce qui est chargé de conditionner médiatiquement le cochon de payant, le citoyen électeur pour biaiser ses choix.

  4. Posté par Joseph le

    Bravo Monsieur Montabert, je dois dire que j’étais déçu de la prise de position de l’UDC sur cette initiative qui ne fait que de réduire la liberté des citoyens tout en favorisant la loterie Romande et les autres acteurs du marché des jeux d’argent en Suisse. En aparté, il est totalement scandaleux que les gains des jeux d’argent soient imposés comme un revenu, ceci représente une double imposition, d’autant plus que les pertes ou les mises des joueurs ne sont pas déductibles! Pourquoi les gains de casino ne sont pas taxés alors que ceux de la loterie le sont? Comme vous l’écrivez fort justement cette loi est un non sens absolu. De plus, elle pénalise les joueurs de poker on line, le poker qui est un sport, surtout pour les joueurs de tournois, car il nécessite beaucoup de patience et de réflexion, pour devenir un bon joueur de poker, il convient de connaître les statistiques de probabilité du jeu et d’être à même de les appliquer en temps réel, tout cela pour dire que le poker est une activité qui nécessite d’utiliser son cerveau, qui apprend la patience et la gestion de ses émotions. Un tournoi sur internet dure entre 4 et 12 heures, cela nécessite de développer ses facultés de concentration, une seule mauvaise prise de décision peut vous éliminer. Ces sites de poker on line internationaux donnent l’unique opportunité, tous sports confondus, pour tout un chacun de se qualifier pour des championnats internationaux professionnels. Je parle en connaissance de cause, comme loisir, le poker est bien plus enrichissant que de regarder les programmes debilisants de la télévision, personnellement j’ai connu quelques succès et cette activité m’a permis de me faire des amis tout autour de la planète, des personnes que j’ai eu l’occasion de rencontrer, tout ces sites ont un service de tchat qui permet de communiquer avec les autres joueurs. Beaucoup de joueurs professionnels ont débuté sur internet. Cette loi est une atteinte de plus aux libertés individuelles! Les lobbies des jeux d’argent en Suisse ont réussi à convaincre des politiciens de lancer une initiative pour faire accepter cette loi qui ne sert que leurs intérêts! Une honte!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.