Christoph Blocher : «La Suisse sur la voie de la servitude»

Lors de la 30ème édition de l’Albisgüteli, Christoph Blocher a tenu un discours engagé sur les valeurs qui ont présidé à l’élaboration de la Constitution fédérale de 1848. A cette époque déjà, il fallait que des citoyens libres luttent contre des élites prêtes à échanger la liberté contre la servitude.

Chaque génération doit recommencer le combat pour la liberté. Au XIXe siècle déjà, les puissances européennes refusaient d’admettre que la Suisse se donne une Constitution fédérale libérale. En vérité, la Constitution fédérale libérale de 1848 a déployé ses effets bénéfiques au fil des ans. Elle garantissait l’indépendance de la Suisse, les droits démocratiques et économiques, une économie de marché ouverte au monde.

Il en était ainsi en 1848, lorsque la Confédération a eu le courage de se transformer, contre la volonté des Etats voisins, en un Etat fédéral libéral et démocratique. Tous les pays voisins ont menacé et fait pression sur la Suisse afin que celle-ci ne devienne pas un cas particulier au cœur de l’Europe. Mais le père de la Constitution fédérale, le futur conseiller fédéral Ulrich Ochsenbein a réagi par les paroles suivantes: « Et si l’invraisemblable devait se produire, si une immixtion étrangère dans les affaires intérieures de la Confédération devait être tentée, alors le monde doit savoir que la Suisse, forte de son droit et grande des sympathies qu’elle éveille parmi les peuples libres et se battant pour leur liberté, saura se défendre fermement et se sacrifier jusqu’à la dernière goutte de sang. « Si seulement des hommes et des femmes de la trempe d’Ochsenbein gouvernaient aujourd’hui ! Ils n’auraient pas échangé des baisers !

Les élites politiques n’ont jamais digéré le vote sur l’EEE
Il y a 25 ans, en 1992, la liberté de notre pays était une fois de plus gravement mise à l’épreuve. Presque toute l’élite politique se pressait vers l’Espace économique européen (EEE). Un projet inacceptable pour l’UDC. Ce combat a aussi provoqué une scission avec les autres partis de droite qui, d’entente avec la gauche, se préparaient à abandonner la Suisse. Mais le 6 décembre 1992 les Suissesses et les Suisses ont refusé l’adhésion à l’EEE avec une participation de près de 80%!

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Un constat clair et net s’impose: les élites politiques n’ont jamais accepté le vote du peuple de 1992. Il leur fallait contourner l’obstacle principal sur la voie de l’adhésion à l’UE, c’est-à-dire la volonté populaire. Ils sont même allés jusqu’à violer la Constitution fédérale et à faire l’exact contraire de ce que prescrit celle-ci. Depuis quelques années, les trois pouvoirs de l’Etat écartent le droit de vote des citoyennes et des citoyens en plaçant le droit international au-dessus du droit national créé par le peuple et les cantons.

L’escroquerie est la nouvelle règle
Manipuler une votation populaire avec des mensonges, des faux témoignages et des pronostics erronés est une chose, mais que faire si le peuple vote tout de même autrement que le veut la majorité des politiciens? On a tout simplement tenté de ne pas appliquer la Constitution fédérale, comme ce fut le cas avec l’initiative contre l’immigration de masse. L’escroquerie constitutionnelle est devenue une règle de travail.

C’est une affaire unique que de voir se liguer les trois pouvoirs de l’Etat – le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire – pour priver les citoyens de leurs droits démocratiques.
L’UDC est décidée à combattre ce coup d’Etat. Nous prendrons le juste chemin en commençant par le Parlement et, si nous y sommes mis en minorité, nous agirons avec le peuple et par le peuple! Dans tous les Etats du monde, la constitution nationale est prioritaire par rapport au droit national. Pourquoi la Suisse serait-elle seule à faire exception?

C. Bocher

Source

7 commentaires

  1. Posté par pepiou le

    Avec ses qualités et ses défauts, Christophe Blocher est LE Winston Churchill suisse. Sans son opiniâtreté à défendre nos libertés, il y a longtemps que nous aurions capitulé en rase campagne devant le quatrième Reich qui nous entoure et cherche à nous annexer.

  2. Posté par pierre le

    Notre peuple est dans un tel etat de decadence morale et spirituelle qu’il ne se nourrit plus que de ses propres appetits materiels , son activite intellectuelle ne depasse plus en general le niveau de la ceinture ou de l’estomac .La dictature et probablement la guerre en seront a la fois les consequences inevitables, mais aussi la seule voie possible a son redressement. Les vertus de l’intelligence et de la sagesse ne pourront desormais renaitre qu’a ce prix.

  3. Posté par aldo le

    Chez les grands résistants il n’y a pas de fin de carrière politique. Darbellay a comploté avec les socialistes et la Widmer-Schlumpf pour lui l’empêcher d’agir dans l’intérêt de la population et le sien qui sont indissociables. Il n’y a qu’à voir ce qui s’est passé depuis avec l’affaiblissement généralisé de la Suisse et de ses banques, le tout pour servir les intérêts des paradis fiscaux de ces hypocrites d’européens bolchévo-fascisants: Luxembourg, Monaco, Pays-Bas, et Andorre sur laquelle règne à la fois…: https://fr.wikipedia.org/wiki/Cosuzerainet%C3%A9_d%27Andorre
    Et le 3 millions Macron évaporés légalement, voilà un endroit charmant pour les recueillir.

    Bizarrement à part le Portugal, il semble que la qualité de paradis fiscal d’Andorre et passée sous silence par les autres pays européens. A Andorre le silence est d’or. … En tout cas pour google… Y-a-t-il de nombreux politicards et journalistes qui y ont planqué leurs billes ?
    http://nova.all-andorra.com/fr/lautorite-fiscale-du-portugal-autoritat-tributaria-est-prete-retirer-landorre-de-la-liste-des-paradis-fiscaux/ http://geopolis.francetvinfo.fr/monaco-et-andorre-sont-ils-toujours-des-paradis-fiscaux-8797

  4. Posté par Aude le

    Je pense qu’il n’y a de quoi s’inquiéter, d’autres prendront la relève. Pour l’instant C.Blocher et l’UDC veille au grain.
    Il est néanmoins évident que C.Blocher fut le grand initiateur d’une Suisse indépendante. Il est fort probable que sans lui, nous serions dans l’UE.
    Chaque époque à l’homme providentiel. Il suffit qu’il soit en accord avec le peuple.

  5. Posté par Antoine le

    Le peuple souverain suisse DOIT se réveiller, sinon le réveil sera très dur … on sera pieds et poings liés livré à la domination de l’UE !
    TOUS les Conseillers Fédéraux doivent être limogés (vu la collégialité) et les remplacer au plus vite par des personnes ayant du charisme et respectueux du peuple et de la Constitution !
    Ce genre de profil est malheureusement très rare et le remplacement va demander malheureusement beaucoup de temps.

  6. Posté par anjufre le

    Dommage que ce Résistant à la servitude de notre Patrie soit en fin de carrière politique. Aucun héritier de cette trempe ne se profile à l’horizon, et c’est extrêmement dommageable pour notre nation dirigée qu’elle est par des couards opportunistes sans foi ni loi.
    Qu’elle est l’utilité des 2 CF UDC ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.