No Billag. «Forger le fer quand il est chaud!»

SCHWEIZ SESSION NATIONALRAT

RUEDI LUSTENBERGER – L’ancien président du Conseil national (PDC/LU) estime que la participation active de la SSR au vote pose problème d’un point de vue politique. Selon lui, la peur et la nervosité véhiculées par la SSR et ses équipes ne sont pas crédibles

Pendant mes seize années passées au Conseil national, j’ai toujours été traité correctement par les journalistes de la SSR et j’ai eu l’occasion de m’exprimer correctement. En tant que consommateur, par contre, je fais partie de la population suisse qui a tendance à considérer que la SSR est tendanciellement liée à la gauche. D’une manière générale, de nombreuses personnes qui ne se situent pas dans le camp politique de gauche en Suisse, sont depuis longtemps gênées par l’attitude plutôt gauchiste de la SSR.

«LA SSR SURJOUE LA NERVOSITÉ, AVEC UNE TENDANCE AU PLEURNICHAGE.»

Une étude récente de la Haute école spécialisée zurichoise a montré que près de trois quarts des journalistes de la SSR ont le cœur à gauche. Aujourd’hui, cela s’exprime même dans le rapport sur l’initiative «No Billag». Une analyse de l’Institut de recherche «Öffentlichkeit und Gesellschaft», de l’Université de Zurich, est citée dans l’édition alémanique de «20 Minutes» du 23 décembre 2017: «La SSR publie des rapports particulièrement négatifs sur les initiatives qui remettent en question sa propre existence.» SSR: à la fois arbitre et joueur La participation active de la SSR au vote est problématique d’un point de vue politique. En principe, chaque citoyen est libre de s’exprimer librement, et cela vaut naturellement aussi pour les collaborateurs de la SSR. En tant qu’institution, la SSR devrait toutefois s’en tenir au rôle d’arbitre neutre – qu’il s’agisse d’élections ou de votations. Dans le cas de «No Billag», la SSR s’autoproclame aussi partie prenante. Or jouer à la fois le rôle d’arbitre et de joueurs, ce n’est pas possible, que l’on parle d’un match de football ou de démocratie directe au plan fédéral. D’où la question suivante, légitime: pourquoi le Conseil fédéral et la Commission fédérale de la communication (ComCom) ne font-ils rien cette situation? En tout état de cause, il est souhaitable qu’un comité indépendant analyse le comportement de la SSR après le vote. La SSR et son microcosme surjouent la nervosité, avec une tendance au pleurnichage. Pour couronner le tout, les personnes et organisations qui ont tendance à s’impliquer à gauche, craignent une surabondance de reportages bienveillants, que l’on peut presque qualifier de publicité gratuite. A cet égard, il est presque émouvant de voir comment la SSR et ses amis parviennent à convaincre 34 petites entreprises de radio et de télévision – qui reçoivent au total 60 millions de francs suisses, soit 5% de la redevance – de voter et de défendre les 95% restants, soit 1200 millions de francs suisses, au profit de la SSR. Les tout petits acteurs, qui n’ont reçu jusqu’ici qu’un sourire suffisant pendant des années, doivent maintenant sortir les marrons du feu pour nourrir la toute-puissante SSR. Il est intéressant de constater que les autorités fédérales compétentes se sont désintéressées ces dernières années d’une discussion de fond sur la SSR. Maintenant, ce débat leur est imposé par les électeurs. Un bel exemple de ce que peut accomplir la démocratie directe au plan fédéral. A l’ordre du jour, les salaires élevés, les coûts de production exorbitants, et l’orientation politique de gauche de la SSR. Ce que la classe politique n’est pas parvenu à réaliser se joue désormais dans le débat au sein de la population. Or à ce jeu, la SSR rencontre beaucoup moins de succès qu’elle n’en imaginait depuis des années. Pour les voix critiques, c’est une belle occasion de se faire (enfin) entendre. Fidèle au vieux proverbe romain: «Il faut forger le fer pendant qu’il est chaud.» «LES PETITS ACTEURS SORTENT LES MARRONS DU FEU POUR LA SSR.» La gauche à elle seule ne peut pas gagner le vote. Elle bénéficie d’un excellent traitement par la SSR – comme lorsque chaque gadget lancé par la présidente des Jeunes Socialistes est porté aux nues par la SSR! En fin de compte, ce sont toutefois les forces conservatrices et libérales qui, seules et en raison de réserves politiques quant au contenu final de l’initiative, pourraient éviter un vote en faveur de la SSR. Depuis quelques semaines, les journalistes politiques se sont montrés remarquablement dociles, afin de ne pas contrarier plus encore de citoyens et de consommateurs. Cependant, il est à craindre qu’après le vote, ces plumes ne continuent de laisser transparaître dans leurs contributions cette sensibilité de gauche. Et cela sans être dérangées. Si l’initiative devait être adoptée – et je ne pense pas que tel sera le cas –, la réduction des recettes pour la SSR serait importante. Pour la Confédération, en revanche, il serait possible de ramener la politique radiophonique et télévisuelle de l’État au niveau d’une information de base nécessaire dans un pays à quatre langues: à savoir un bilan politique, culturel et social équilibré, centré sur les informations fournies par l’État. Pour ce faire, il n’est pas nécessaire de prélever 1200 millions de francs par an de redevances, ni d’employer 6000 collaborateurs. Le vote du 4 mars, un tournant Quel que soit le résultat du vote, la SSR ne sera plus la même. Elle a changé depuis l’époque de Weck, lorsque ces gens siégeaient dans une tour dorée et enseignaient aux Suisses comment voter à gauche. Je fais confiance au nouveau président et surtout au nouveau directeur général de la SSR pour reprendre à leur compte les signaux clairs exprimés durant cette campagne! Et concentrer les forces de la SSR là où elles doivent être mises: la faire sortir du cadre gauchiste où elle se trouve, pour la replacer dans un espace politiquement neutre.

«MERCI AUX INITIANTS QUI ONT ENFIN OUVERT LA DISCUSSION SUR LA SSR!»

Dans la discussion en cours, j’entends beaucoup de politiciens utiliser l’argument: «Non, mais…» Si toutes ces réserves exprimées verbalement sont mises en pratique, la SSR deviendra un jour plus petite, moins chère et plus neutre. Nous tenons à remercier les initiants aujourd’hui. Pour l’instant, ils ont rendu possible l’entame de cette discussion tant attendue sur la SSR. Et la réduction de la redevance de 451 à 365 francs n’aurait probablement pas eu lieu sans cette initiative.

* Cette contribution est parue dans la «Basler Zeitung» du 18 janvier.

Source: Journal de l'USAM,  Journal des Arts et Métiers, février 2018

15 commentaires

  1. Posté par Daniel le

    excellent article qui dit notamment ;  » La participation active de la SSR au vote est problématique d’un point de vue politique. En principe, chaque citoyen est libre de s’exprimer librement, et cela vaut naturellement aussi pour les collaborateurs de la SSR.  »
    Je suis d’accord, mais le gros problème est que les autres citoyens (ceux qui ne travaillent pas à la RTS) n’ont aucun accès à l’antenne. Il y a là une discrimination flagrante.
    La commission de surveillance est elle endormie ? La presse écrite aussi ? la Chancellerie Fédérale non plus ?
    On entend les opposants à nobillag dire que la disparition de la rts serait un probl^me pour la démocratie. Dans le cas présent, c’est l’existence de la RTS comme juge et partie (joueur et arbitre) qui est anti démocratique !
    OUI à no billag !

  2. Posté par sophie edouard le

    Nous sommes 3, la totalité dans la famille à avoir voté oui… mais vu les vieux attachés à la TSR et les jeunes en hautes études subissant une propagande digne de ce nom…. seule la suisse-allemande saura faire basculer le vote…

  3. Posté par Gaston Siebsiech le

    Le seul PDC á avoir compris!

  4. Posté par Andrea le

    J’ai voté.
    OUI!

  5. Posté par leone le

    « Je fais confiance au nouveau président et surtout au nouveau directeur général de la SSR pour reprendre à leur compte les signaux clairs exprimés durant cette campagne! »
    Monsieur Lustenberger se trompe. Si on pouvait faire confiance à ces personnes elles auraient interdit à leur journalistes de faire campagne contre No Billag. Et si on laissait faire le directeur général la SSR aurait 12’000 employés et pomperait deux fois plus de redevance.

  6. Posté par G. Vuilliomenet le

    Vous savez où atterrissent les plaintes contre la SSR?

    Ce n’est pas une réelle instance juridique qui traite la plainte, mais des anciens de la SSR. Je doute que le médiateur de la SSR soit absolument impartial, le contraire serait plus dans le vrai.

    OUI à No-Billag. What else?

  7. Posté par pierre le

    @le taz
    il suffit de déposer plainte

  8. Posté par Antoine le

    Je voterai OUI à no billag !
    LA RTSocialiste doit se restructurer totalement à 100% de bas en haut et surtout de gauche à droite !
    On en a marre de cette tendance de gôchiasse à longueur d’année.
    Je cite :  » pourquoi le Conseil fédéral et la Commission fédérale de la communication (ComCom) ne font-ils rien cette situation? » Ils ne font rien parce qu’ils sont complices et que cela les arrangent bien !
    Le Conseil Fédéral porte une lourde responsabilité dans cette affaire; la RTS aurait dû être interdite de publicité jusqu’au 4 mars !

  9. Posté par Le Taz le

    J’en rajoute une couche sur les manipulations perpétuelles de la RTS, cérémonie d’ouverture des J.O., le commentateur sportif qui vient nous dire que la Serbie et le Monténégro ont fait une demande d’adhésion à l’UE… Tout d’abord nous parlons de sport, qu’est-ce que RTS sport vient se mêler de politique? Cette remarque laisse supposer que c’est une bonne chose de rejoindre l’UE… Cela n’a l’air de rien mais c’est extrêmement manipulatoir, cela sous-entend: la Suisse doit entrer dans l’UE comme les autres. Ce commentateur sportif devrait être mis à la porte séance tenante!

  10. Posté par Christian Hofer le

    « L’ancien président du Conseil national (PDC/LU) estime que la participation active de la SSR au vote pose problème d’un point de vue politique. »

    Cela ne pose pas simplement problème: c’est surtout illégal!

  11. Posté par Le Taz le

    Si les menteurs pouvaient voler, la RTS serait un aéroport!

  12. Posté par Le Taz le

    Il faut totalement restructurer la SSR, ils sont tellement gangrenés par les mondialistes de gauche que la seule solution est de démanteler le monstre pour repartir sur des bases saines, on ne fait pas du neuf avec du vieux!!! Je regarde régulièrement le télé journal, non pas pour m’informer, mais pour mesurer l’étendue de la désinformation et de la malhonnêteté de la RTS, le niveau de mensonges et de manipulation est proprement surréaliste. L’équipe de la désinformation doit être liquidée dans son intégralité (personnellement je pense qu’il faudrait les passer par les armes mais ça n’ai plus dans l’air du temps ;-) ), tout comme les cruches décérébrées qui tous les jours font la promotion de soit-disant artistes qui ne sont que de médiocres escrocs promus par le système mondialiste de destruction des valeurs!

  13. Posté par SM le

    Voilà, justement: La SSR se permet d’être juge et partie, ce qui est franchement inadmissible. De plus, ses journalistes, à grande majorité de gauche voire d’extrême-gauche, font de même. Voilà pourquoi, l’on ne peut faire autrement qu’accepter l’initiative NO Billag…

  14. Posté par Sarouk le

    Enfin une position claire et nette, merci a M. Lustenberger de son honnêteté.
    OUI au NO BILLAG

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.