France. AFP et télévision: Lorsque la gauche était prise en flagrant délit de manipulation médiatique

A ceux qui prétendent que la SSR, avec 70% de journalistes de gauche, peut être un "service public respectant la neutralité politique". Ne rigolez pas, certains arrivent encore à tomber dans le panneau.

Les mêmes individus agitent la peur d'une "télévision-Blocher" en cas de victoire de No Billag alors qu'ils n'ont aucune critique lorsque la gauche manipule les Suisses pendant des décennies...

 **********

Dans ses vœux à la presse, Macron a dit vouloir une loi scélérate de plus afin de museler, davantage encore, l’information et la liberté de pensée.
Contrôler l’information n’est pas nouveau. Déjà dans les années 80 (et même bien avant) voilà ce qu’était la pseudo information dont les français étaient abreuvés.
Y a-t-il eu du changement depuis l’époque de Jean-Claude Bourret ? Oui, mais en pire. Aujourd’hui la grande majorité des journalistes est carrément devenue une caste propagandiste de la pensée autorisée.
Encore une loi liberticide et toute la presse française ressemblera à la Pravda de l’ex URSS.

 

 

 

Nos remerciements à Ri Ikan

2 commentaires

  1. Posté par poulbot le

    @lafronde : l’interdiction de diffusion est tombé a l’eau puisque radio courtoisie est sur internet, de ce faite dans n’importe quel coin de monde on peux écouter cette station…..LoL
    la gauchiasse a loupe sont coup . Cela est valable pour tout les sites censurés en France que l’on peut regarder dés que l’on se trouve a l’étranger ou bien en passant par VPN .Personnes n’empêchera l’information de circuler , il est trop tard pour cela. Il y aura toujours une solution jusqu’a utiliser le blacknet pour cela ou bien la création d’un réseau alternatif en utilisant le système des relais WIFI perso , cela fonctionne très bien, on trouve les plans d’antennes et la façon de construire sont propre réseau sur la grande toile du savoir.

  2. Posté par lafronde le

    En France les dirigeants de l’Etat nomment le CSA, qui nomment les dirigeants de l’audiovisuel public et choisissent les chaines TV et radio autorisées à émettre. S’il n’y a pas de chaine audiovisuelle de Droite c’est par un choix arbitraire donc politique du CSA. L’exception de Radio Courtoisie confirme la règle puisque Radio Courtoisie n’est pas autorisée à émettre sur tout le territoire français, mais est confinée à la région parisienne et à la Normandie. Ces choix du CSA sont en contradiction avec la loi Léotard (1er gouvernement de cohabitation 1986) mais aussi la Constitution française. Cependant s’agissant d’institution publique seul le Tribunal Administratif est compétent, avec au sommet de la pyramide judiciaire, le Conseil d’Etat. Pour avoir une Presse audiovisuelle pluraliste, les citoyens français devraient arriver à faire condamner le CSA par le Conseil d’Etat ! Une autre solution serait que la Droite parlementaire se bouge pour obtenir une Presse pluraliste à l’antenne, mais ces parlementaires ont peur de la concurrence du FN ! De la part des politiciens, c’est cette trouille d’une concurrence à Droite, appelée populisme, qui prive les français du bénéfice de textes fondateurs garantissant leur liberté d’information et d’expression : Charte des journalistes de 1938, Constitution française, loi Léotard, institutant en 1986 la CNCL (ancêtre du CSA), et tous les cahiers des charges agréant les chaines publiques et privées ! La dernière présidentielle française a démontré de quoi était capable une Presse audiovisuelle sélectionnée sur son allégeance au politiquement correct et donc le seul critère journalistique est : ne rien dire qui puisse valider les thèses du FN. Ce en quoi la Presse française renie sa propre Charte (1938). A la radio, la TV, l’AFP, nous n’avons plus de journalistes dignes de confiance, mais des militants gauchistes, nommés par un pouvoir politique progressiste. Ceci dure depuis 1988 en France, et cela s’est fait avec la soumission-complicité de la Droite d’alors : RPR, UMP, LR

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.