Désarmer les citoyens ? suite: 19.7.2017. Schengen et la directive européenne sur les armes

Frank Leutenegger
Journaliste, retraité RTS,  www.swissguns.ch

Schengen et la directive européenne sur les armes

 

Le Conseil fédéral et tous les politiciens favorables à un durcissement des lois sur les armes affirment qu'un refus d'appliquer le droit européen entraînerait automatiquement la fin de l'accord de Schengen pour la Suisse. Les défenseurs d'un droit libéral sur les armes sont persuadés du contraire.

 

Alors ? La réponse est à la fois "oui" et "non".

 

Schengen, qu'est-ce que c'est ?

 

L’accord de Schengen a été signé le 14 juin 1985 par cinq des membres de la Communauté européenne d'alors : l'Allemagne de l'Ouest, la France et les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg), pour créer un espace de libre circulation des biens et des personnes. Quand la Suisse y a adhéré, on a laissé de côté les marchandises.

 

Au départ, il s'agissait donc simplement d'un accord de libre circulation. Mais les dirigeants européens ont voulu des mécanismes de sécurité, pour éviter la libre circulation des gangster, des armes, de la drogue, etc.

 

Et c'est là que tout a dérapé. Au lieu d'établir quelques règles  simples, Bruxelles a pondu quelques "monstres":

- le système SIS (Système d'Information Schengen), un méga fichier informatique pour recenser les criminels de l'Europe, mais que certains pays ont utilisé pour ficher, par exemple, les propriétaires d'armes. Ce qui a entraîné, une fois, en Allemagne, une interpellation musclée d'un brave automobiliste, coupable de faire du tir sportif en France. A retenir que les autorités suisses contribuent à l'alimentation du fichier SIS, mais ont toutes les peines  en avoir des retours;

- l'autre monstre, c'est bien sûr la directive européenne sur les armes. Le projet de base de 1991 pouvait être considéré - d'un point de vue européen, pas suisse bien sûr - comme raisonnable. Mais chaque socialiste, chaque écolo (chaque rouge, pour  simplifier) a tenu a ajouter son idée sécuritaire.

 

Résultat ? Un galimatias qui fait rigoler criminels et terroristes, mais qui fait suer tous les propriétaires d'armes honnêtes. Mais ce recueil de stupidités fait désormais partie de l'acquis de Schengen, que la Suisse a à cœur de reprendre. Et donc, la Suisse adapte son droit national pour se plier à ces "développements"... et  si on n'y prend garde, ces "développements" vont se succéder, jusqu'au désarmement final.

 

Alors, sommes-nous obligés ou non de reprendre ce fatras ? Le Conseil fédéral lui-même explique sur son site internet que non: "La Suisse peut décider de manière autonome si elle désire reprendre ou non un nouvel acte juridique de l’acquis de Schengen". Et si nous refusons de reprendre la "Directive", le même site précise que : "Si la Suisse refuse de reprendre un nouvel acte juridique, elle recherche avec l’UE une solution adaptée pour poursuivre la coopération". Mais il est vrai que si on ne trouve pas de point d'entente, "si aucun compromis n’est possible, l’accord peut, en dernier recours, être dénoncé".

 

Il est évident qu'en cas de référendum, Bruxelles et Berne feraient pression dans ce sens. Mais, si les Suisses refusaient les modifications prévues, que se passerait-il ? Le Conseil fédéral proposerait sans doute une version light, comme celle de l'application de l'initiative contre l'immigration de masse. Nous devrions alors être prêts à imposer notre version d'un accord avec l'Europe... par exemple ne pas supprimer la libre circulation des personnes, mais celle des armes (à affiner sérieusement). Et nous avons de sérieux atouts, quand on sait que la Suisse est actuellement le plus gros investisseurs dans l'Union européenne, 55 milliards d'euros en 2016 !.

 

 Et si on cassait tout ?

Cela dit, si Schengen devait sauter, quel serait le degré du malheur ? Les mêmes qui nous prédisaient chômage, disette et récession en 1992, lors du vote sur l'EEE, entonnent aujourd'hui la même chanson sinistre. Retour des contrôles aux frontières... les frontaliers empêchés de venir travailler chez nous... Euh, les mêmes admettent que seuls 3 % des étrangers étaient contrôlés aux frontières. Effectivement, je ne me souviens pas de files d'attente à la frontière franco-suisse, comme il y en a toujours à l'est entre membres et non membres de Schengen.

 

Donc nous reviendrions à la situation d'avant 2008. Les frontaliers entraient en Suisse, les Suisses allaient en Europe jouer aux touristes. Rien de plus. Je n'ai pas souvenirs d'enfants suisses pleurant de misère devant l'Europe triomphante.

 

Si... il y a quelque chose de plus. Quand le Conseil fédéral nous a vendu Schengen, il a annoncé une facture de moins de 7,5 millions de frs par an. Un joli mensonge, justifié par la cheffe du DFJP, Simonetta Sommaruga, qui a admis à la RTS qu'on avait "mal évalué" ces coûts. Aujourd'hui, on en est à plus de 100 millions par an et l'Europe nous réclame encore cet été (2017) une rallonge pour aider nos cousins de l'est. Combien ? Mystère. Il y environ 3 milliards de frs à répartir et on attend beaucoup de la solidarité suisse.

Frank Leutenegger, 19.7.2017

15 commentaires

  1. Posté par Laurent Lefort le

    Je me souviens surtout du temps que cela avait pris à une cinquantaine de policiers, pour récupérer celles d’un septuagénaire à Bienne. On est tranquille avec une équipe de bras cassés pareil.

  2. Posté par Vincent le

    Ou comment, dans un avenir proche, finir massacré chez soi sans défense comme cette famille israélienne.
    Le génocide des européens de souche est « En marche! »

  3. Posté par Bigou jean-jacques le

    Prétendre que le retour aux frontière serait très difficile et coûteux une idiotie ou une escroquerie (pour parler poliement):
    Certains (le petit Macron par exemple,) se gargarisent de l’ excellence technologique de leur pays (avec l’ U.E. on devrait dire région géographique, pas plus), alors pourquoi ne pensent-ils pas à une carte passeport biométrique avec transpondeur du type des cartes de télépéage sécurisées ? le contrôle/tri automatisé aux frontière, pour les honnêtes gens, ne serait pas plus pénibles que les postes de télépéage rapides, voir même plus faciles et agréables de par la présence du personnel de contrôle Suisse!
    Dites à Simonetta que je peux lui pondre un projet , réalisable par des entreprise Suisses, gratuitement, pour le plaisir!
    Pour ce qui est des armes, voyez ce que Macron (en contradiction totale avec ses promesses) fait avec le budget de l’ armée et de la gendarmerie! Plus d’ armée = plus de nation ! Plus de famille = plus de Nation, etc… en final plus que des consommateurs abrutis pour engraisser quelques entreprises et organismes mondialistes (et leurs supplétifs politiques). L’ objectif de l’ UE n’ est en aucun cas de faire une Europe cohérente et souveraine, mais de créer une grande zone géographique multiculturelle, c’ est à dire où il n’ y a plus d’ identité nationale, un grand magma mondialiste aisé à exploiter et manipuler!
    Le monde politique européen comme le monde politique démocrate américain ne veut pas rencontrer une opposition armée au travers du chemin de leur entreprise de « déconstruction »!
    Ca fait chaud au coeur de lire les réactions pleinnes de bon sens (bien que très « incorrectes » données dans ce blog!
    Jean-Jacques Bigou 137 chemin latxalde 64990 urcuit (Pays Basque français)

  4. Posté par Palador le

    Le scénario d’une attaque de terroristes armés jusqu’au dents en pleine nuit dans un village de la campagne française ou suisse n’est pas totalement à exclure.
    Bien sûr, certains diront que dans les campagnes tout le monde est armé vu qu’ils pratiquent tous la chasse,donc peu de risques de ce coté là. J’ai comme un doute. Face à des kalachnikovs dernier cri et leurs chargeurs à 30 cartouches, j’ai du mal à imaginer une grande résistance avec des fusils de chasse, ou des vieux mousquetons, bientôt tous équipés de chargeurs (selon la nouvelle loi) de seulement 10 à 12 cartouches, et il va sans dire que les assaillants disposeraient aussi de grenades comme au Bataclan. Bien entendu les armes des paysans même si elles ne font pas le poids, permettraient de ralentir les terroristes en attendant les secours et les forces armées. Mais combien de temps prendrait un escadron militaire pour arriver rapidement sur les lieux ? Grande question. Est-ce vraiment le moment de vouloir désarmer les citoyens vu les situations dangereuses que vit l’Europe ?

  5. Posté par Dominique Schwander le

    Avant la votation pour Schengen on nous a vendu Schengen comme une amélioration de notre sécurité et un frein à l’immigration, alors qu’en vérité, Bruxelles voulait seulement favoriser la libre circulation d’employés pour que les entreprises puissent engager du personnel à un moindre coût. On nous a aussi affirmé que cela coûterait moins de 9 millions par année, alors que cela nous coûte plus de 10 fois plus. Le résultat de cette votation est fondé sur un gros mensonge, ce qui est illégal. Il faut se hâter d’annuler notre participation à Schengen.

  6. Posté par Loulou le

    En ce qui me concerne Bruxelles ne me désarmera pas. A aucun prix. Au pire je me fournirai au marché noir, faisant comme toutes les chances qui nous enrichissent. Quelquefois il faut savoir résister, ce que les Européens (les vrais, les caucasiens contribuables, travailleurs et responsables) ont tendance à oublier.

  7. Posté par LAMBERT le

    Aux armes citoyens ! Ne vous laissez pas désarmer par des propos mensongers. A bas Schengen, l’UE et même les accords bilatéraux au nom du N.O.M. Nouvel Ordre Mondial.

  8. Posté par aldo le

    « Au départ, il s’agissait … … mais les européens ont voulu des mécanismes de sécurité, pour éviter la libre circulation des gangster, des armes, de la drogue, etc. » Alors qu’en est-il ? Et comment juger cette déclaration d’intentions ? C’est tout simple dans les faits c’est exactement le contraire qui se produit. ET LES FAIT SONT AUTREMENT PLUS CRÉDIBLES QUE LES BAVARDAGE DE L’EUROPE U€RSS DES TRAÎTRES. Quand Schengen a décrété que la Bulgarie était politiquement aux mains des mafieux, ils se sont dépêchés pour l’intégrer. L’implosion des profits de la grande criminalité est directement le fait de Schengen et les dirigeants européens orchestrent l’immigration de masse. Ils font donc bien partie des mafieux.

    Ce n’est qu’une de leurs méthodes pour cacher cette m… en multipliant les problèmes afin qu’on ne puisse plus la digérer sans appauvrir tous les citoyens, mais en engraissant au passage toutes ces mafias. Les policiers kosovars traîtres. c’est ça. Le responsables, traîtres et félons, fonctionnaires de l’office des migrations au Tessin ce sont encore des kosovars, des turcs etc.. https://www.letemps.ch/suisse/2017/02/08/un-trafic-permis-sejour-ebranle-tessin Vous remarquerez au passage le titre de Le Temps. Ça touche le département du conseiller d’Etat léguiste Norman Gobbi. Léguistes, ceux qui voudraient liquider la mafia italienne au Tessin et qui sont stigmatisés systématiquement par cette mafia médiatique. Ainsi Le Temps qui démontre être au service des mafias en voulant reporter sur la Lega toute ces actions criminelles bien qu’elles soient le fait des gens qu’ils soutiennent à longueur de journées, quitte à manipuler l’opinion. Il peuvent même se gargariser d’éthique, on voit bien ce qu’ils valent ces prescripteurs médiatiques. Tous au service de la propagande, qu’elle soit commerciale ou politique, ou les deux.

  9. Posté par pepiou le

    Vouloir désarmer un peuple libre et pacifique sous le prétexte de la sécurité revient à vouloir supprimer les anticorps d’un organisme sain dans le but de le prévenir des maladies. Une bonne saignée des droits citoyens et c’est tout le corps social qui s’en trouvera affaibli. Certains politiques ne sont pas que des charlatans, se sont également des dangers pour la société dans ce qu’elle a de plus fondamental; c’est-à-dire la remise en question de la confiance entre l’état et les citoyens à travers les liens de responsabilités qui unissent les démocrates de ce pays; qu’ils soient possesseurs d’armes ou pas.

  10. Posté par aldo le

    Quand la mafia qui nous gouverne a peur de nos armes, c’est qu’elle préfère la sécurité offerte par celles des voyous auxquels elle se soumet (hein Darbellay ?) qu’elle les cultive avec l’enthousiasme qui qualifie les socialo-islamo-fascistes, qu’ils soient valaisans ou autres. Leurs point commun est la haine de la Suisse et des Suisses. Il n’y en a que pour les secondos, les albanais etc. Et nous les cinque secolis de suisse de qualité ça compte pour beurre ? C’est pas du racisme ça ? On va aussi prendre les armes si ça continue et devenez quels seront les prochains cartons ?

  11. Posté par BERNARD le

    Les voyous sont Armés, les fanatiques musulmans sont Armés et n’ont aucun RESPECT de NOUS.
    Nous resterons Armés pour ne pas se faire TUER.
    QU’ILS LE SACHENT BIEN.
    JE SUIS CITOYEN DE FRANCE.

  12. Posté par Fleeps le

    « La Confédération s’alarme de la disparition de la biodiversité en Suisse » 2 millions de personnes en plus dans les années qui viennent devraient pouvoir résoudre définitivement le problème.

  13. Posté par Sieber Fatima le

    En 2015 je suis allee au poste de police a bern pour deposer plainte contre inconnu parceque quelqu’un a voulu entrer chez moi a 3 heure du matin et j’etais seule , la police a refuse de prendre ma plainte et poutan je suis citoyenne suisse. croyez moi j’aurai aimer avoir une arme pour me defendre car la police a refuse de me defendre. Il faut garder vos armes pour vous defendre et defendre vos famille.. Simonetta Somaruga se sert de EU et de schengen pour desarmer le peuple suisse et l’exposer au danger , une soit disat ministre de la justice qui n’a meme pas preter serment devant Dieu , peut etre qu’elle a prete serment devant Satan !!!

  14. Posté par Fleeps le

    100 au lieu de 7,5 millions….mais il se passe quoi si je gère mon argent comme ça ? Et on paie cette co….. plus de 300 milles par année….une baffe dans la gueule, mon pied au cul….est ce que l’on se rend compte que c’est des minutes des heures des mois de notre vie à tous qui partent en fumée, du temps de travail accomplis chaque jour pour rien.

  15. Posté par Claude le

    Schengen est MORT et enterré, il n’y a qu’à voir comme les migrants/immigrés passent les  »frontières » extérieures à l’UE. C’est une passoire ! Cela a été vérifié des millions de fois ! Seul la Hongrie a été en mesure de se préserver contre ces immigration de masse. Le reste de l’Europe, y compris la Suisse n’a pas encore voulu comprendre le problème de cette INVASION de masse ! Comme tous ces pourris de gôche qui trônent fièrement dans nos gouvernements sont de connivences, il ne faudra pas qu’un jour on entende :  »On ne savait pas »

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.