Erasmus: plusieurs pays hors de l’UE en profitent

Les réseaux sociaux surchauffent suite à l'annonce du gel du programme d'échange universitaire européen Erasmus conséquent au refus de la Suisse de signer les accords de libre circulation avec la Croatie. A préciser encore que ce gel est sans conséquence sur les accords de Bologne censés unifier la notations des diplômes universitaires.

Les opposants malheureux à l'initiative contre l'immigration de masse se refusent à parler de mesure de rétorsion de la part de l'Union européenne et préfèrent y voir une conséquence légitime de l'incurie de la droite suisse.

On s'aperçoit cependant que divers pays n'appartenant pas à l'UE et n'ayant conclu aucune sorte d'accord de libre circulation sont pourtant nombreux à bénéficier de ce programme d'échange.

L'Islande et la Norvège, membres de l'EEE, en bénéficient, de même que le Liechtenstein, lequel continue pourtant d'appliquer des contingents à la libre circulation vers son territoire. Mais la Turquie et la Macédoine, non membres de l'UE, sans accord de libre circulation, en sont aussi bénéficiaires de plein droit.

Le programme Erasmus compte encore de nombreux partenaires participant à certaines actions du programme, parmi lesquels la Russie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie, l'Ukraine, l'Algérie, l'Egypte, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Palestine, la Syrie, la Tunisie, l'Albanie, la Bosnie Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro et la Serbie.

De nombreux autres pays du monde participent aux activités d'échanges d'Erasmus sans le moindre problème. Tout le monde y a droit, en somme, sauf la Suisse.

Il semblerait que, par l'exercice du droit de vote, la Suisse soit devenue moins fréquentable qu'un pays comme la Syrie, dont on sait pourtant tout l'amour que l'Union européenne peut lui porter.

Il paraît toutefois peu vraisemblable, au vu, notamment, de la très haute qualité de ses universités et écoles polytechniques, que la Suisse ne puisse très bientôt intégrer l'un de ces programmes partenaires à rang égal avec des pays tels que le Vietnam, la Birmanie, le Zimbabwe, la Somalie, l'Iran ou... la Corée du nord (source).

12 commentaires

  1. Posté par Marco le

    @Frédéric David
    Concernant le financement de la recherche, je propose que la Suisse réoriente immédiatement sa participation à l’UE dans ce domaine (4,4 milliards) pour couvrir les besoins internes suisses. A mettre en comparaison avec les 1,6 milliards reçus de l’UE dans le cadre du 7e PCR. Le financement existe…
    Sources : http://www.sbfi.admin.ch

  2. Posté par Frédéric David le

    @Jessica
    Dites, vous vivez sur quel nuage?
    vous savez pourquoi nos écoles sont bien quotées? Parce qu’elles savent attirer les bons profs et chercheurs, en y mettant le prix, ce qui apporte les budgets qui les font fonctionner et qui leur permettent d’attirer les bons profs.
    Est ce que vous savez comment fonctionne le financement d’un programme de recherche? J’en doute, sinon vous arrêteriez de raconter n’importe quoi.
    Il est évident que si l’europe prive nos EPF des ressources européennes, qui représentent 40% de leur budget je vous le rappelle, cela aura des conséquences sur leur qualité.
    Un chercheur va où il peut lever les fonds pour mener ses recherches. C’est comme cela que ça fonctionne. Il doit LUI-MEME trouver les financements.
    Il ira donc là où on lui propose les meilleures conditions.
    Moins d’argent, c’est de moins bonnes conditions. Il ne viendra donc pas, donc perte directe pour nos écoles.
    C’est pas si difficile à comprendre.
    Et sinon on peut faire plus simple. Vous arriveriez à vivre avec la même qualité si l’on vous coupait vos revenus de 40%?
    J’en doute.
    Voilà la réalité. Quant à vos diatribes sur les étudiants étrangers favorisés, c’est du fantasme UDC pure jus qui n’a absolument AUCUNE réalité.

  3. Posté par Alain le

    Peter Bischop, votre coup de gueule ressemble à un coup d’épée dans l’eau. Tant que des partis politiques joueront les apprentis sorciers en jouant avec l’opinion publique en créant des problèmes pour amener des solutions tellement simpliste que l’on a l’impression qu’ils nous prennent pour des enfants de 10 ans, alors vive la manipulation de masse.
    Il suffit d’entendre aujourd’hui les commentaires des initiants qui disent qu’ils faut que tout le monde s’exprime et qu’il faut trouver des compromis tous ensembles pour éviter le chaos avec l’Europe et trouver quelque chose dans les trois ans à venir, il faut que le conseil fédéral n’aille pas contre les bilatérales.
    Mais alors on a voté pourquoi ? pour se planter une épine dans le pied ? pour accepter un texte qui va être contourné dans le texte de loi ? ces mêmes affirment « qu’ils avaient lu dans la presse économique » que normalement cela ne devait pas toucher erasmus en fait ils en savaient rien avant !! ils avaient même pas une vision de ce qui pouvait se passer en cas d’acceptation et maintenant que cela (a leur grande surprise sans doute) a passé, c’est au conseil fédéral et toutes les parties de l’économies, des cantons, des partis politiques de trouver des solutions. Mais Messieurs assumer votre m….. débrouillez-vous avec un texte tellement inutile qu’il aurait du même pas être présenté en votation. Gaspillage d’énergie, gaspillage d’argent, gaspillage de temps pour une initiative qui été présentée dans le seul but de faire de la publicité électorale et (comme d’habitude) occuper le terrain. Alors venir nous faire la morale sur « c’est la démocratie » est pathétique. Je suis pour la démocratie en Suisse, je ne suis pas un pro européen, je ne suis pas de gauche, je suis moi.
    Petit message à Nicolas, nous avons pas reçu les dictateurs africains en grande pompe et Kadhafi il n’a pas planté sa tente en Suisse, nous avons même traîné son fils devant la justice et reçu presque aucun soutien de l’Europe pour ça (merci !), je connais un certain qui est très motivé quand il y a quelques avions et quelques centrales nucléaires à vendre en sacrifiant les droits de l’homme, alors les leçons de morale…

  4. Posté par jessica le

    Dans les top 100 des meilleures universités d’Europe, la suisse est listée 5 fois dont l’EPFZ en 3ème position, devant l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne etc. AUCUNE université française ne fait partie de ce classement des 100 meilleures.
    Sans parler que notre pays est réputé pour avoir les meilleurs écoles professionnelles (Business, hôtellerie) privées et internats d’Europe (avec les anglaises) et sont réputées et recherchées dans le monde entier. Vous pensez VRAIMENT que Bruxelles va pouvoir empêcher à tous ces professeurs et étudiants de venir en CH ? Cette votation n’interdit en aucun cas et n’empêchera pas ces professeurs et étudiants de venir en CH, les gouvernements UE peuvent toujours rêver. En Europe, les seuls qui peuvent lutter avec nous sont les anglais. Sûrement pas les français ni les espagnols ni les allemands ! ALors arrêtez de nous donner des leçons

  5. Posté par Peter Bishop le

    Ok, une bonne fois pour toutes :
    Lorsqu’on organise une société, on met des règles. Et l’efficacité et la prospérité de cette société est intimement lié au respect de ces règles.
    Chez nous, la règle c’est la démocratie (semi)directe. En simple, le pouvoir de décision est partagé entre toutes les couches de la société et au final le peuple à toujours le dernier mot. La règle concernant l’arbitrage de ces votations ou des élections est simple aussi : 50% des voix +1.
    On peux ne pas aimer ce système mais jusqu’a ce qu’on en change, c’est celui-là qui est en place et donc à respecter !
    Donc à tous ceux qui :
    – ne trouve pas acceptable qu’on puisse modifier la constitution avec une si faible majorité;
    – pensent qu’il faudrait revoter ;
    – pensent que le CF ne devrait pas respecter le vote ;
    – pensent que le peuple est trop c** pour voter ;
    – etc…
    Vous n’êtes pas démocrates et j’en ai marre de tous ces petits dictateurs en herbes !!!!!!
    Na (coup de gueule) !

  6. Posté par jessica le

    Là je crois rêver ou plutôt cauchemarder. Universités manipulatrices ou aux ordres ? ça fait peur.
    Oser dire que :
     » LES RESPONSALES de ces différentes institutions se sont dits conscients que le sauvetage de ces programmes n’est qu’une petite partie d’un problème bien plus large pour la Suisses, le président de (EPFL) Patrick Aebischer dit même qu’ils craignent un exode des chercheurs ? * Mais il se fiche de nous! Il n’y a pas que des chercheurs européens, et de plus ces chercheurs là ne vont PAS partir, ils ne sont pas là pour nos beaux yeux, mais parce qu’ils trouvent des conditions travail é tous les niveaux bien meilleures quand leurs propres pays et ces conditions ne vont PAS changer avec la nouvelle votation. Arrêtez vos salades. Mais si, par contre, elle pouvait inciter les UNIS à être un petit peu PLUS objective et équitable et faire confiance aux étudiants suisses, les engager comme assistants au lieu de les rejeter au profit des étudiants étrangers, soit pour répondre aux « ordres » ou parce qu’ils peuvent les sous-payer, pourquoi pas !
    Alors que la CH compte 6 unis et EPF parmi les 200 MEILLEURES DU MONDE, dont 1 en 12ème position mondiale, la PREMIERE européenne après les 4 institutions anglaises, loin devant la France qui n’en compte que 5 en tout dont la première au 28ème rang!, loin devant l’Allemagne à la 50ème etc.
    Et QUELLES universités trouvent-on dans le haut de se classement hormis les USA et la GB et après la CH? Les unis asiatiques, en grand nombre et avant bien des européennes! On collabore avec elles que je sache ? Des échanges existent! Les architectes du Rolex Center sont japonais non?
    Ils sont tombés malades? Les Universités et EPF sont largement dotés par 1) l’Etat et les Cantons 2) les entreprises privées (Nestlé, Rolex, Kudelski, Logitech etc etc) et autres sponsors et fondations diverses!
    Si ce n’est pas de la manipulation…… c’est quoi ?

  7. Posté par Alex le

    Je ne sais pas si mon français est sufissant pour exprimer ce que je pense. A mon avis la réaction acide de Bruxelles est due surtout au fait que le vote suisse, étant l’expression du peuple souverain, est irrévocable. C’est à dire que les fonctionnaires de Bruxelles ne voient aucune possibilité d’arranger les choses sans une rupture contractuelle. En effet, il me semble que le premier « aut aut » à été donné par la Suisse, non par l’UE. Toutefois, je pense que le problème ira s’arranger; les intérêts communs sont trop forts. Je regrette seulement que notre gouvernement n’ai pas individué depuis longtemps l’évolution dangéreuse et n’ai pas pris beaucoup plus tôt les mesures nécéssaires pour corriger la situation, sans attendre de devoir être frappé sur les doigts par le peuple. D’ailleurs, comme conséquence de cette votation je lancerais une initiative prévoyant que pour modifier la constitution suisse il faudra aumoins le 60% des votes, n’étant pas acceptable qu’une modification d’importance constitutionelle puisse passer avec seulement le 0,3 pourcent de majorité. C’est à dire que les opinions sont pratiquement en parité.

  8. Posté par Frédéric David le

    Hé oui c’est une punition.
    Mais je vais vous dire un truc que visiblement vous n’avez pas compris, ou faites semblant de ne pas comprendre.
    Il était prévu de signer les nouveaux accords Erasmus pour leur extension à la fin de ce mois.
    Et comme rien n’oblige deux personnes à signer un contrat. C’est certainement mesquin pour nous, mais c’est leur droit. Nous avons le droit de décider de notre politique, ils ont le droit de décider de la leur.
    C’est de la rétorsion, c’est évident. Vous pouvez pleurnicher là-dessus ou vous plaindre de ces méchants européens qui ne réfléchissent pas, le résultat est là.
    On vote en connaissance de cause, car ce point avait été relevé et mis en avant à de nombreuses reprises, on en assume les conséquences. C’est ça être responsable…

  9. Posté par Richard Baumann le

    Bah, Emmanuel Barroso a aussi été formé en Suisse, en droit à Genève plus précisément, on est pas à un prêt…

  10. Posté par JeanDa le

    Vous n’avez pas compris. Il s’agit d’une punition ! La démocratie est punie par l’UE.
    C’est comme si vous flanquez une fessée à votre enfant pour le punir (oui, je sais …). Aussitôt fait vous le regrettez. Le problème, c’est que pour regretter, il faut être capable de réfléchir et je ne suis pas certain que tous en soient capables à Bruxelles.

  11. Posté par nicolas le

    c,est marrant ,le nouveau dictateur nord coréen a fait toutes ses étude en suisse .Pensez vous qu,il a eu une bourse d,érasmus .Vous devez surement avoir la liste de tous les enfants de dictateur qui on fait leur études en suisse

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.