L’UE reconnaît que sa politique d’élargissement ne fonctionne pas

Selon un rapport récent, il n'y a pas de relation entre le respect des réformes requises et l'avancement des négociations dans le processus d'adhésion à l'UE.

L'idée que le processus d'élargissement de l'Union européenne est au point mort et n'est plus crédible n'est pas nouvelle. La Commission européenne, en particulier le groupe de réflexion berlinois "Initiative pour la stabilité européenne", en a fait état dans sa dernière analyse, qui montre à quel point la situation est sombre en matière d'intégration.

Les négociations d'adhésion traînent depuis des années et nous ne voyons même pas la lumière au bout du tunnel.

La Lettonie, la Lituanie et la Slovaquie ont mis 34 mois pour négocier avec la Commission, tandis que l'Estonie, la Pologne et la Slovénie ont mis 56 mois avant d'adhérer en 2004. La Bulgarie et la Roumanie ont mis 58 mois à négocier avant d'adhérer à l'UE en 2007, et c'était encore trop tôt, car aucun de ces pays ne répondait aux critères de la Commission concernant l'état du système judiciaire. Le record jusqu’ici est détenu par la Croatie, qui a négocié pendant 68 mois.

Mais les candidats actuels ont, à juste titre, le sentiment de devoir attendre indéfiniment. La Serbie est en négociations d'adhésion depuis 101 mois et n'a achevé que deux modules. Le Monténégro négocie depuis 120 mois et a provisoirement fermé trois modules. Vu le nombre de modules à fermer, il pourrait falloir plusieurs décennies pour les achever. Si les pays candidats ne progressent pas dans leurs réformes, le processus d'adhésion sera évidemment bloqué. L'inverse - à savoir des réformes mises en œuvre et récompensées par des progrès dans les négociations et éventuellement par l'adhésion à l'UE - n'est plus le cas, comme l'affirme l'Initiative européenne pour la stabilité dans son étude.

Celle-ci soutient que la réalité des réformes politiques dans les pays candidats et le processus d'adhésion à l'UE sont deux choses indépendantes. Comme le dit le groupe de réflexion de la Commission:

"Rien ne change vraiment dans les négociations une fois que les modules sont ouverts. Il n'y a plus d'argent, plus d'attention, plus d'action. L'ouverture des modules n'est pas une récompense, une incitation ou un signal pour les autres. Ouvrir des chapitres ne rend pas les progrès futurs plus probables."

Un autre cas intéressant est la candidature de l'Ukraine à l'adhésion, qui a déjà amené les pays des Balkans à reprocher au système d'intégration de l'UE de ne pas être équitable. À ce sujet, l'ancien diplomate serbe Zoran Milivojevic a critiqué avec virulence la politique européenne. Selon lui, le soutien à l'adhésion de l'Ukraine et de la Moldavie à l'UE repose en fait sur des motifs géopolitiques et géostratégiques.

"Il est évident que ces États ont été avantagés par rapport aux autres parce qu'ils sont sur la ligne de front avec la Russie. Il est également clair que pour Bruxelles, l'intérêt géostratégique est plus important que la manière dont l'élargissement a été mené jusqu'à présent ou même que les principes de celui-ci"

- a déclaré l'ancien diplomate, affirmant que l'UE suit les solutions géopolitiques dictées par Washington au lieu d'une politique et d'une stratégie véritables. Il a également fait remarquer que l'Ukraine n'est pas le premier cas de ce genre, rappelant le cas de la Roumanie et de la Bulgarie, admises alors que tout le monde savait que ces pays n'étaient pas encore prêts à adhérer à l'UE.

Selon Srdjan Graovac, du Centre serbe pour la stabilité sociale,

"l'UE ressemble de plus en plus à un navire dans une mer agitée, dirigé par les vagues, tantôt à droite, tantôt à gauche. Ce qui se passe actuellement avec l'intégration de l'Ukraine dans l'UE est la preuve que la rapidité de l'adhésion dépend d'une série de décisions politiques plutôt que du respect de critères prédéfinis."

Source : V4NA

Traduction Albert Coroz

Article complet en anglais : Frustration and disappointment in Western Balkans: "EU's behaviour is shameful and disgraceful"

3 commentaires

  1. Posté par Sergio le

    L’adhésion à tout va ne fait que précipiter un effondrement devenu inéluctable.

  2. Posté par antoine le

    Les membres de l’UE ont menti ;
    – La Grèce à MENTI lors de son admission dans l’UE
    https://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2015/09/07/29002-20150907ARTFIG00257-comment-la-grece-a-maquille-ses-comptes-publics-depuis-1997.php
    – L’Italie à joué la  »combinazione »
    Sa situation avec l’Euro actuelle est INTENABLE ! Avant elle pouvait dévaluer la Lire, maintenant elle doit sortir de l’Euro et de l’UE … c’est devenu un carcan !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.