[Del Valle] Le meilleur moyen de lutter contre l’islamisme est de l’interdire : l’exemple autrichien

Par Alexandre del Valle le 21 juillet 2021
Le 8 juillet, les Frères Musulmans ont été inscrits sur la liste noire autrichienne des organisations liées à la “criminalité à motivation religieuse”, et tous ses symboles interdits, ainsi que les structures qui la financent. Pour Alexandre del Valle, la France serait bien inspirée de compléter la loi sur le séparatisme islamiste (renommée “conforter les principes républicains”) par l'interdiction pure et simple de l'islamisme politique.

Les Frères musulmans sont bannis en Égypte, aux Émirats arabes unis, en Arabie Saoudite, à Bahreïn, en Russie, où ils figurent parmi les organisations terroristes, mais les démocraties occidentales ont toujours été pour eux un refuge, exceptée l’Autriche — un des trois sièges de la structure internationale des Frères se trouve d’ailleurs à Londres.
Après avoir mis sur pied, en 2013, une instance nationale de l’islam épurée des Frères musulmans, des salafistes et des réseaux turcs radicaux, le gouvernement autrichien vient d’interdire de facto la Confrérie : ses slogans, sa littérature, ses symboles (signe rabia ou main des quatre doigts levés du takmine ; drapeau des deux sabres croisés surmontés d’un coran) sont bannis ; leur propagation est passible de peines de prison de plusieurs mois et d’amendes de 4000 à 10.000 euros, au même titre que les idées et symboles de Daech, d’Al-Qaida, du Hamas, du Hezbollah, des Loups Gris, ou des groupes néo-nazis.

voir aussi: L’Autriche devient le premier pays d’Europe à prendre des mesures contre les Frères musulmans

Sachant que les associations fréristes nient souvent en être membres, Vienne a préféré frapper les finances et les entités utilisant ses symboles et slogans.
Cette stratégie, mise en place dans le cadre de l’enquête judiciaire anti-islamiste nommée “opération Luxor”, a permis de sanctionner 30 000 infractions depuis 2020, de saisir 20 millions d’argent sale, de démanteler 70 entités liées aux Frères, et de faire arrêter 66 personnes soupçonnées de “liens avec une organisation terroriste, financement du terrorisme et blanchiment d’argent”.
Hasard du calendrier ? l’attentat du 3 novembre 2020 (4 morts) perpétré par un jihadiste albano-macédonien a eu lieu le lendemain de la rafle de la police autrichienne liée à l’enquête contre les Frères…
Conscients de la stratégie d’intimidation de la Confrérie, les enquêteurs ont par ailleurs révélé que celle-ci faisait circuler une “liste noire de personnalités opposées à l’islam politique”, qualifiées “d’islamophobes”, ce qui rappelle les campagnes des Frères musulmans français contre les “sionistes” et les “blasphémateurs“ comme Samuel Paty ou Mila…
Déterminé à répondre à cette stratégie, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a présenté la nouvelle loi antiterroriste du 16 décembre 2020 comme un moyen « d’en découdre avec l’islam politique ». A des années lumières des écolos rouges-verts français, sa ministre de l’Intégration, l’écologiste Susanne Raab, a créé un Centre de documentation

Un commentaire

  1. Posté par antoine le

    Nos politiciens sont soit corrompus, soit comme les 3 petits singes … surtout rien voir …. rien entendre et surtout ne RIEN dire !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.