Un rapport de l’UNICEF banalise l’effet de la pornographie sur les enfants

Cenator: Très clairement, la gauche mondialiste qui a pris le pouvoir dans les ONG onusiennes cherche à attaquer par tous les moyens la civilisation occidentale.

Les campagnes de propagande pour la déconstruction des genres, de la famille et les attaques contre la santé mentale des enfants se succèdent.

La sexualisation des enfants a commencé partout en Europe avec l’enseignement des théories du genre dès le plus jeune âge. Les forces déconstructionnistes ont une claire intention d’influencer l’orientation et l’identité des enfants.

Les progressistes ont une volonté évidente de dissoudre les mœurs, les données biologiques, d'ébranler toutes les bases de notre civilisation, son système immunitaire construit durant des millénaires, pour lui enlever sa capacité de se défendre.

Découlant de la guerre culturelle que la gauche mène contre la civilisation occidentale, les recherches liées aux sciences sociales sont pratiquement toutes idéologiquement biaisées et à fortiori celles qui se basent sur les sondages d'enfants, auxquels il est plus facile de faire dire ce qu’on veut.

Alors que dans les pays touchés par la révolution déconstructionniste, il y a déjà un gros problème avec les grossesses d’adolescentes, tout comme avec l’explosion des enfants qui demandent à entamer une transition de genre, cette nouvelle de l’UNICEF, qui banalise l’influence de la pornographie sur les enfants, amènera encore de toute évidence une aggravation de tous ces problèmes.

Nous aimerions savoir comment cette recherche s’est déroulée, et quel était l'âge des « sondés ». Ont-ils questionné les enfants après un visionnage de porno, et qu'ont-ils demandé (et comment) pour être en mesure de savoir si cela les avait perturbés ou rendus heureux ? C'est ahurissant!

Sans parler du fait que l’enfant n’est pas un animal de laboratoire qu’on peut simplement utiliser pour des "expériences scientifiques".
Ce genre d’étude ne devrait tout simplement même pas exister.

Les faits sont là : les principaux représentants des enfants, les parents et les enseignants ne souhaitent pas que les enfants regardent du porno ; que représentent alors ces chercheurs de l’UNICEF ? Que veulent-ils obtenir en classant l’accessibilité à la pornographie en ligne, comme faisant partie désormais des "droits humains des enfants", vitaux pour leur éducation sexuelle?

N'est-ce pas qu'un pas de plus pour contourner et amoindrir l'autorité parentale, pour étatiser l’éducation des enfants ?

Nous avons appris que des enfants de 19 pays européens auraient participé à ces "sondages". Parce que tout naturellement, cela ne marche qu’en Europe. Par exemple, Poutine, Orban auraient envoyé l'UNICEF sur les roses si cette dernière avait voulu interviewer les gosses sur leurs expériences avec le porno. Est-ce que l’UNICEF imagine un seul instant exporter ses conclusions au Pakistan ? Au Niger ? En Indonésie ? Ou en Chine ?

Mais l’UNICEF idéologiquement biaisée, comme toutes les ONG liées à l'ONU, ne s’occupe pas seulement de "sexualiser" des enfants mais aussi, comme le montre le rapport ci-dessous, de la promotion de l’avortement, ce qui est diamétralement à l'opposé de sa mission de base.

En plus, avec la banalisation de la pornographie, qui deviendrait un droit humain, car selon le rapport, la pornographie aurait une dimension instructive - l’Unicef défend les productions pornos, alors que beaucoup de mineurs sont exploités, détruits par cette industrie et que les abus sur les jeunes femmes lors des tournages sont légion.

Et finalement, nous aurions tendance à devenir de mauvaises langues et à nous demander, après tant de scandales au sein des ONG ces derniers temps, s'il y a des milliardaires et grands donateurs de l’UNICEF  derrière cette banalisation de la pornographie ? Quelles personnes et agendas idéologiques vont-ils profiter de ces conclusions aberrantes et perverses ?

*****

14 mai 2021  WASHINGTON, D.C.i (C-Fam) Une agence des Nations Unies est à nouveau plongée dans la controverse pour un rapport récent suggérant qu’il n’y a aucune preuve concluante que les enfants exposés à la pornographie subissent des dommages.

Le rapport publié par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) traite de la manière dont la politique gouvernementale peut être utilisée pour protéger les enfants contre les contenus nuisibles, abusifs et violents en ligne.

Sa conclusion est basée sur une étude européenne de 19 pays de l’UE qui a révélé que dans la plupart des pays, la plupart des enfants qui ont vu des images pornographiques n’étaient «ni bouleversés ni heureux».

En fait, selon le rapport sur lequel l’UNICEF se fonde, 39% des enfants espagnols étaient heureux après avoir vu de la pornographie.

Les combattants du porno ne sont pas d’accord avec les données de l’UNICEF.

«Le rapport de l’UNICEF ignore le vaste corpus de recherches démontrant les méfaits de la pornographie pour les enfants. En ignorant les effets néfastes réels que la pornographie peut avoir, l’UNICEF joue à la roulette avec la santé et la sécurité des enfants », a déclaré Lisa Thompson, vice-présidente et directrice de l’Institut de recherche du Centre national sur l’exploitation sexuelle.

L’organisation de Thompson, qui fournit des recherches d’experts pour éclairer les décisions politiques visant à mettre fin aux abus et à l’exploitation sexuels des femmes et des enfants, a constaté que la pornographie peut être un moteur central de ces abus.

«La pornographie grand public contient des abus sexuels horribles, des viols, des incestes, du racisme – que les enfants ne devraient pas consommer», a poursuivi Thompson,

et «l’évaluation de l’UNICEF sur les impacts de la pornographie hardcore sur les enfants ne fait rien pour remettre en question le discours politique selon lequel la pornographie est bénigne, et, par conséquent, met les enfants en danger. ”

L’étude 2020 EU Kids Online a conclu que certains enfants et jeunes «recherchent intentionnellement du contenu sexuel» pour diverses raisons et que voir des images sexuelles «pourrait également représenter une opportunité» de fournir des réponses aux questions sur la puberté et l’identité sexuelle.

L’étude a encouragé à «voir les nuances» qui amènent les enfants à rechercher et à consulter du contenu sexuel en ligne.

L’UNICEF affirme que tout effort visant à empêcher les enfants d’accéder à la pornographie en ligne pourrait enfreindre leurs droits humains.

L’UNICEF fonde cette affirmation sur une interprétation large du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

L’UNICEF affirme également que demander une vérification de l’âge pour accéder à la pornographie en ligne peut empêcher les enfants d’accéder à ce qu’il appelle «une éducation sexuelle vitale».

Il convient de noter que les critiques affirment que «l’éducation sexuelle complète» est pornographique et nuisible aux enfants.

La publication de ce rapport par l’UNICEF intervient quelques jours à peine après que l’Agence américaine pour le développement international a annoncé le renouvellement de son partenariat de longue date avec l’UNICEF, engageant 300 millions de dollars supplémentaires en financement direct du programme.

Les États-Unis sont le plus grand donateur gouvernemental de l’UNICEF avec un financement 2020 atteignant près de 994 millions de dollars en programmes humanitaires et de développement.

L’UNICEF a généralement rejoint la campagne féministe des Nations Unies pour appeler à l’avortement.

L’agence pour les enfants a été fondée pour aider les enfants déplacés après la Seconde Guerre mondiale. Les critiques affirment que l’UNICEF s’est éloigné de sa vision fondatrice et que cet appel à l’accès des enfants à la pornographie sous le couvert des droits de l’homme et de l’éducation sexuelle souligne ce changement. À un moment donné, le Saint-Siège a mis fin à son don symbolique annuel à l’UNICEF.

source: https://c-fam.org/friday_fax/un-rapport-de-lunicef-affirme-que-la-pornographie-nest-pas-toujours-nocive-pour-les-enfants/

4 commentaires

  1. Posté par Rikiki le

    Continuons à faire des dons à toutes ces organisations mafieuses et celle-ci ne respectant même pas les enfants, but premier de cette organisation.

  2. Posté par Claude Deleuze le

    UNICEF ASSOCIATION A PUNIR A FAIRE DEGAGER. C’EST UN CRIME DE S’ATTAQUER AUX ENFANTS EN PERMETTANT CETTE VISION DE LA SEXUALITE.
    HORREUR , HORRIBLE, DEGUEULASSE , ABOMINABLE, QUE DES PAYS DEVELOPPES PUISSENT REJOINDRE CE CONCEPT ET CETTE ASSOCIATION DU MAL

  3. Posté par Laurent Droit le

    La gauche islamo-nazie (nébuleuse terroriste mondialiste qui n’a aucun rapport avec le socialisme des débuts) est devenue une machine incontrôlée, même par elle-même, absurde et inhumaine de tentative de soumission des esprits des masses dans le but, mystérieux et inquiétant, de détruire l’humanité. Comprendra qui pourra…
    Je publie des articles sur ce site : https://ripostelaique.com/author/laurent-droit

  4. Posté par Olivier le

    C’est un scandale honteux : il n’y a pas de crime plus abominable que de s’attaquer à l’enfant , et c’est ce que fait l’Unicef depuis de nombreuses années en abusant de la crédulité des donateurs qui pensent au contraire leur porter secours ! Cet organisme international doit disparaître !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.